Le judo est la voie de la souplesse

Proposé par
le
dans

Jigoro Kano inventa le judo en 1882. Alors qu'il contemplait un cerisier enneigé, il constata que les grosses branches étaient raides et cassaient sous le poids de la neige, tandis que les branches plus fines étaient plus souples et se pliaient, faisant tomber la neige. Partant de ce constat que le souple peut vaincre le fort, il inventa le judo qui signifie voie de la souplesse.


Commentaires préférés (3)

Peu importe la vraie version quant à l'idée de base du judo. Moi tout ce que je retiens c'est qu'encore une fois les plus beaux enseignements sont juste sous notre nez...dans la nature.

Posté le

iphone

(206)

Répondre

Je retiens pour ma part cette phrase du grand maître, "on ne juge pas un homme au nombre de fois ou il tombe, mais au nombre de fois ou il se relève" si vous avez des coms intelligents... C'est le moment... La minute philo.

Posté le

iphone

(298)

Répondre

a écrit : Le truc, c'est aussi d'apprendre à lire. L'idée est : on juge de la vaillance d'un homme à sa capacité à se remettre en selle après chaque coup du sort. Et non : très fort est celui qui se relève trois fois de la même chute. Arrête de lire Closer et l'Equipe. Je ne sais trop quoi te répondre tant ta médiocre suffisance est pitoyable. J' avais tres bien compris, mais tu n'as peut être pas saisi que pour ma part je pense que celui qui est vraiment fort est celui qui évite de tomber. Étant pratiquant d'art martial traditionnel, ce qui est le sujet aujourd'hui, j' ai appris que, pour gagner un combat, le mieux est de l'éviter. Prévoir et éviter ses ennemis, dévier leurs coups bas, est tellement plus habile que devoir se relever d'avoir été mis à terre. Ceci est complètement dans l'esprit du Ju de judo. Le seul ennemi que tu dois vaincre dans les arts martiaux est toi même. Je te souhaite bien du courage...

Posté le

android

(181)

Répondre


Tous les commentaires (54)

C'est Jigoro Kano, et non pas Jigoro Lano ! ^^

Posté le

iphone

(9)

Répondre

jigoro Kano*
en tant que judoka je suis obligé de corriger cette énorme erreur :p

Posté le

android

(6)

Répondre

Dans mon club de judo on me racontait la même chose mais avec un sapin. Existe t-il deux versions ou était-ce parce que nous étions des enfants?

Posté le

android

(1)

Répondre

Comme le chêne et le roseau... Toutefois, je me coucherai moins bête.

Posté le

iphone

(22)

Répondre

Encore une légende....

Posté le

website

(0)

Répondre

Le judo, voie de la souplesse, est totalement issu du ju-jitsu, technique de la souplesse. La souplesse étant ici a prendre dans un sens tres large, et non seulement physique. Celui-ci aurai du «transcender» l'art en voie, le spiritualiser. Or ce n est devenu qu'un vulgaire sport de combat, fort éloigné d' un art de guerre, et bien plus d'une quelconque voie spirituelle. Bon, cette considération personnelle mis a part, ce n est certainement pas ce maître, très honorable au demeurant, qui a eu le déclic de la supériorité de la souplesse sur la force, de la technique sur la violence, de l'accompagnement sur la confrontation etc. De ce que j'ai entendu, la légende serait plutôt un roseau qui plia sous l'effet d' une tempête, et qui se releva ensuite, contrairement au chêne beaucoup plus fort, qui resista mais fini par céder. Après le principe est le même, pour savoir quel est vraiment la scène, a mon avis on ne le saura jamais. Mais ce qui est sur, c'est que le principe du «ju» est bien plus ancien que le judo.

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : Encore une légende.... J'aimerais bien savoir ce qui te prouve que c'est une légende, a tu regarde les sources. Ou bien tu a balancer ton commentaire sans lire celui des autres. Que tu dite que c'est une légende ne me gêne pas dans le fond mais tu balance ton affirmation sans la justifier met des arguments et une source prouvant valider ton affirmation et on en reparlera...

Posté le

iphone

(5)

Répondre

a écrit : Le judo, voie de la souplesse, est totalement issu du ju-jitsu, technique de la souplesse. La souplesse étant ici a prendre dans un sens tres large, et non seulement physique. Celui-ci aurai du «transcender» l'art en voie, le spiritualiser. Or ce n est devenu qu'un vulgaire sport de combat, fort éloigné d9; un art de guerre, et bien plus d'une quelconque voie spirituelle. Bon, cette considération personnelle mis a part, ce n est certainement pas ce maître, très honorable au demeurant, qui a eu le déclic de la supériorité de la souplesse sur la force, de la technique sur la violence, de l'accompagnement sur la confrontation etc. De ce que j'ai entendu, la légende serait plutôt un roseau qui plia sous l'effet d' une tempête, et qui se releva ensuite, contrairement au chêne beaucoup plus fort, qui resista mais fini par céder. Après le principe est le même, pour savoir quel est vraiment la scène, a mon avis on ne le saura jamais. Mais ce qui est sur, c'est que le principe du «ju» est bien plus ancien que le judo. Afficher tout Tu as tout à fait raison à propos de la légende : c'est la version du chêne et du roseau la bonne, tout le monde le sait. Elle était même racontée par le sage Del A Fontêhn...

Posté le

iphone

(9)

Répondre

Peu importe la vraie version quant à l'idée de base du judo. Moi tout ce que je retiens c'est qu'encore une fois les plus beaux enseignements sont juste sous notre nez...dans la nature.

Posté le

iphone

(206)

Répondre

Jean de la Fontaine l'avait compris bien plus tôt avec 'le chêne et le roseau' le judo ne serait il pas inventé par lui en France et copié ensuite? PIRATE

Posté le

android

(13)

Répondre

C' est une fable de la fontaine? Autant pour moi.à ma grande honte, ce genre de littérature ne m'intéresse pas du tout. Mais cela ne change en rien le fait que ce n'est pas le fondateur du judo qui, le premier, a basé son art martial sur la souplesse, ce qui est bien le sujet principal de cette anecdote, qui est donc fausse ^^

Posté le

android

(0)

Répondre

J'ai fait 8 ans de judo et je n'avais pas de dificultées et pourtant je ne suis pas souple du tout.

Posté le

iphone

(3)

Répondre

La véritable anecdote est bien celle du cerisier.



Et bon, Jean de la Fontaine, on pourrait retourner ça dans l'autre sens, le ju-jitsu (technique de la souplesse) fut inventée bien avant.

Posté le

website

(1)

Répondre

Je retiens pour ma part cette phrase du grand maître, "on ne juge pas un homme au nombre de fois ou il tombe, mais au nombre de fois ou il se relève" si vous avez des coms intelligents... C'est le moment... La minute philo.

Posté le

iphone

(298)

Répondre

Et donc, d'après une anecdote parallèle, cet homme est le seul à posséder la ceinture blanche large au dessus de la noire pour dire qu'on a jamais tout appris.

Posté le

website

(11)

Répondre

a écrit : Je retiens pour ma part cette phrase du grand maître, "on ne juge pas un homme au nombre de fois ou il tombe, mais au nombre de fois ou il se relève" si vous avez des coms intelligents... C'est le moment... La minute philo.
Confucius... la plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber mais de se relever à chaque chute ;-)

Posté le

android

(7)

Répondre

On ne tombe jamais plus d'une fois de plus que l'on ne se relève il me semble...

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : On ne tombe jamais plus d'une fois de plus que l'on ne se relève il me semble... Le truc, c'est aussi d'apprendre à lire. L'idée est : on juge de la vaillance d'un homme à sa capacité à se remettre en selle après chaque coup du sort. Et non : très fort est celui qui se relève trois fois de la même chute. Arrête de lire Closer et l'Equipe.

Posté le

iphone

(0)

Répondre