Le livre adapté en film ou l'inverse ?

Proposé par
le

Arthur Charles Clarke, romancier et inventeur britannique, est l'auteur du livre culte de science-fiction 2001 : l'Odyssée de l'espace, qui fut "adapté" au cinéma par Stanley Kubrick. Mais contrairement à ce qui a coutume de se faire dans le cinéma, le roman n'existait pas lors du début du tournage : il a été écrit en 1968 parallèlement au tournage du film, Clarke en étant coscénariste.


Commentaires préférés (3)

Il y a d’ailleurs des différences entre les deux scenario, dans la 3eme partie le monolithe est en orbite autour de Jupiter alors que dans le livre il est sur Titan.

Et chaqu'un des deux auteurs on juste gardé leur nom pour leur œuvre, seul le nom de Kubrick apparais au crédit du filme et Clacke pour son livre.

Posté le

website

(64)

Répondre

Et pour l'anecdote, l'ordinateur de bord du vaisseau s'appelle HAL. Un clin d'oeil à un autre terme informatique qui s'imposait à l'époque: en avançant d'une lettre on obtient IBM...

Posté le

website

(119)

Répondre

Avant d'être un écrivain, c'est un scientifique. Il proposa dans un article de Wireless World en 1945 le concept de satellite géostationnaire. L'orbite géostationnaire abrégée en GEO, orbite à 35786 km au dessus de l'Équateur, est parfois appelé orbite ou ceinture de Clarke.

Posté le

iphone

(78)

Répondre


Tous les commentaires (11)

Il y a d’ailleurs des différences entre les deux scenario, dans la 3eme partie le monolithe est en orbite autour de Jupiter alors que dans le livre il est sur Titan.

Et chaqu'un des deux auteurs on juste gardé leur nom pour leur œuvre, seul le nom de Kubrick apparais au crédit du filme et Clacke pour son livre.

Posté le

website

(64)

Répondre

Et pour l'anecdote, l'ordinateur de bord du vaisseau s'appelle HAL. Un clin d'oeil à un autre terme informatique qui s'imposait à l'époque: en avançant d'une lettre on obtient IBM...

Posté le

website

(119)

Répondre

Avant d'être un écrivain, c'est un scientifique. Il proposa dans un article de Wireless World en 1945 le concept de satellite géostationnaire. L'orbite géostationnaire abrégée en GEO, orbite à 35786 km au dessus de l'Équateur, est parfois appelé orbite ou ceinture de Clarke.

Posté le

iphone

(78)

Répondre

Cela fait 4 anecdotes en 1, merci pour ces compléments d'information !

Posté le

iphone

(7)

Répondre

En plus d'avoir trouvé l'orbite de Clarke, qui sert aujourd'hui pour de nombreux satellites, il travailla sur l'utilisation des radars (qui n'étaient encore qu'expérimentaux à cette époque) lors de la seconde guerre mondiale, ce qui aida beaucoup à la victoire...
Et quel formidable visionnaire! Ses livres sont grandioses; et prônent la paix, et bien sûr la découverte!

Posté le

iphone

(6)

Répondre

Clarke trouvait surtout qu'il avait mal adapté son" univers" en embrouillant le spectateur, le livre clarifie le bordel du film. Les auteurs respectifs d'autres oeuvres adaptees par Kubrick ont fait les mêmes remarque pour Lolita, Orange mecanique, Shining...

Posté le

android

(4)

Répondre

Kubrick pensait surtout mieux que tous ces auteurs reunis. Ses films sont tres largement au-dessus des livres qui les ont inspirés. Les auteurs en furent donc aigris, et se sont un peu couverts de ridicule sur le long terme, surtout Stephen King avec sa propre adaptation de Shining, d'une nullité sans fond.

En fait ,Kubrick s'était a la base ,inspiré d'une nouvelle écrite par Clarke et intitulée "la sentinelle" face au succès du film (et a la mégalomanie du réalisateur) l'auteur s'est retrouvé dans l'obligation de réécrire son roman afin de le faire mieux coïncider avec le long-metrage en question.

Et dire qu'on m'avait recommandé de lire le livre avant de voir le film... ce sont finalement presque deux œuvres indépendantes..

Posté le

blackberry

(1)

Répondre

En fait pour être plus précis, Clarke et Kubrick ont imaginé ensemble à la fois le livre et le scénario du film. Ils ont ensuite de se créditer séparément, l'un pour le film, l'autre pour le livre.

Posté le

android

(0)

Répondre

A noter tout de même qu'il avait écrit la nouvelle "la sentinelle" qu'il qualifie lui-même de "socle sur lequel nous avons bâti le film"