Wayne Ferreira mène contre deux légendes du tennis

Proposé par
le
dans

Wayne Ferreira, joueur de tennis sud-africain, a la particularité de mener dans les confrontations directes contre 2 légendes de son sport : Bjorn Borg et Roger Federer. Mais ce qui est le plus étonnant, c'est que l'un a commencé sa carrière pro en 1973 et que l'autre ne l'a toujours pas terminée !


Commentaires préférés (3)

Quelqu’un pourrais m’expliquer l’anecdote ? J’ai beau chercher je n’arrive pas à la comprendre

Quand je dis que Wayne Ferreira est au tennis, ce que la chèvre est au fromage de chèvre, je veux dire que c’est le petit plus qui est corollaire au noyau, sans pourtant être directement au cœur du fruit.

Wayne Ferreira est un joueur de tennis. Pas mauvais au demeurant, il a été 6eme mondial.

Comme les autres joueurs de tennis, il joue parfois contre d'autres joueurs de tennis.

Dans sa vie trépignante, Wayne a déjà joué une fois contre Bjorn Borg et il a gagné.
Wayne a aussi joué trois fois contre Roger Federer et il a gagné deux fois.

Ces deux joueurs, Borg et Federer, sont vraiment très forts, de grands, très grands champions. Mais ils sont moins forts que Wayne, en tout cas en confrontation directe.

Ce qui est amusant, c'est que Borg et Federed ont des ages différents. Federer a commencé entre 1998 (premiers match ATP) et Borg a arreté sa carrière en 1984. Enfin pas vraiment, parce que, comme tous les grands champions, il a fait un come back en 1991 jusque 1993.

Ce qui lui a donné l'occasion de perdre contre Wayne en 1992.

Donc voilà, c'est amusant qu'un joueur, ce cher Wayne, ait gagné plus de fois contre deux champions appartenant à deux époques différentes.


Tous les commentaires (36)

Quelqu’un pourrais m’expliquer l’anecdote ? J’ai beau chercher je n’arrive pas à la comprendre

a écrit : Quelqu’un pourrais m’expliquer l’anecdote ? J’ai beau chercher je n’arrive pas à la comprendre Je n'ai absolument rien compris non plus, c'est mal formulé.

Quand je dis que Wayne Ferreira est au tennis, ce que la chèvre est au fromage de chèvre, je veux dire que c’est le petit plus qui est corollaire au noyau, sans pourtant être directement au cœur du fruit.

a écrit : Ferreira a gagné contre Federer plus de fois que l'inverse, et, de la même manière, Borg à perdu contre Ferreira plus de fois qu'il n'a gagné. Pourtant, Borg était au haut niveau en 1973 et Federer l'est actuellement.
(j'ai fait de mon mieux, j'ai conscience que c'est pas très clair non plus)
Bien mieux que le mien ! (et sans faute, je viens de découvrir qu'on ne peut pas éditer un commentaire une fois émis pour corriger ou même le commenter)

a écrit : Quelqu’un pourrais m’expliquer l’anecdote ? J’ai beau chercher je n’arrive pas à la comprendre Ferreira a gagné contre Federer plus de fois que l'inverse, et, de la même manière, Borg à perdu contre Ferreira plus de fois qu'il n'a gagné. Pourtant, Borg était au haut niveau en 1973 et Federer l'est actuellement.
(j'ai fait de mon mieux, j'ai conscience que c'est pas très clair non plus)

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Je n'ai absolument rien compris non plus, c'est mal formulé. Si je comprends correctement dans sa carrière, ce tennisman a joué contre les 2 légendes. Ce qui est "surprenant" compte tenu du fait que ces 2 légendes n'ont pas joué à la même époque. Et plus "surprenant", il est arrivé à ce tennisman de mener (être devant au score), pendant un moment d'une confrontation contre chacune des 2 légendes. Surprenant quoi... :) (j'espère a voir été clair)

Wayne Ferreira est un joueur de tennis. Pas mauvais au demeurant, il a été 6eme mondial.

Comme les autres joueurs de tennis, il joue parfois contre d'autres joueurs de tennis.

Dans sa vie trépignante, Wayne a déjà joué une fois contre Bjorn Borg et il a gagné.
Wayne a aussi joué trois fois contre Roger Federer et il a gagné deux fois.

Ces deux joueurs, Borg et Federer, sont vraiment très forts, de grands, très grands champions. Mais ils sont moins forts que Wayne, en tout cas en confrontation directe.

Ce qui est amusant, c'est que Borg et Federed ont des ages différents. Federer a commencé entre 1998 (premiers match ATP) et Borg a arreté sa carrière en 1984. Enfin pas vraiment, parce que, comme tous les grands champions, il a fait un come back en 1991 jusque 1993.

Ce qui lui a donné l'occasion de perdre contre Wayne en 1992.

Donc voilà, c'est amusant qu'un joueur, ce cher Wayne, ait gagné plus de fois contre deux champions appartenant à deux époques différentes.

En parlant de Federer, cela me rappelle une anecdote concernant ses Alpes natives.

Savez-vous quelle est la différence entre une montagne ? Et bien il n'y en a pas : dans tous les cas, on arrive plus vite en haut qu'à pied.

Merci.

Il faut créer une catégorie "anecdotes incompréhensible", celle-ci arrive en tête

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Wayne Ferreira est un joueur de tennis. Pas mauvais au demeurant, il a été 6eme mondial.

Comme les autres joueurs de tennis, il joue parfois contre d'autres joueurs de tennis.

Dans sa vie trépignante, Wayne a déjà joué une fois contre Bjorn Borg et il a gagné.
Wayne a aussi jou
é trois fois contre Roger Federer et il a gagné deux fois.

Ces deux joueurs, Borg et Federer, sont vraiment très forts, de grands, très grands champions. Mais ils sont moins forts que Wayne, en tout cas en confrontation directe.

Ce qui est amusant, c'est que Borg et Federed ont des ages différents. Federer a commencé entre 1998 (premiers match ATP) et Borg a arreté sa carrière en 1984. Enfin pas vraiment, parce que, comme tous les grands champions, il a fait un come back en 1991 jusque 1993.

Ce qui lui a donné l'occasion de perdre contre Wayne en 1992.

Donc voilà, c'est amusant qu'un joueur, ce cher Wayne, ait gagné plus de fois contre deux champions appartenant à deux époques différentes.
Afficher tout
"Comme les autres joueurs de tennis, il joue parfois contre d'autres joueurs de tennis."
Pourquoi parfois ?

Il a donc joué contre Bjon Borg 12 ans après l'arrêt de la carrière de ce dernier. Sans doute n'était-il simplement plus au meilleur de sa forme.

a écrit : Bien mieux que le mien ! (et sans faute, je viens de découvrir qu'on ne peut pas éditer un commentaire une fois émis pour corriger ou même le commenter) Si mais tu as un vingtaine de minutes pour la modifier ;)

a écrit : En parlant de Federer, cela me rappelle une anecdote concernant ses Alpes natives.

Savez-vous quelle est la différence entre une montagne ? Et bien il n'y en a pas : dans tous les cas, on arrive plus vite en haut qu'à pied.

Merci.
Il vient de Bâle, je sais pas où tu vois les Alpes

a écrit : Si mais tu as un vingtaine de minutes pour la modifier ;) Oui je viens de m'en apercevoir. Sur mon téléphone avec peu de luminosité et en mode sombre, j'avais pas vu le bouton...

a écrit : Quelqu’un pourrais m’expliquer l’anecdote ? J’ai beau chercher je n’arrive pas à la comprendre Je crois que c'est l'expression "mener dans les confrontations directes" qui ne parle pas à tout le monde : si je comprends bien, cela signifie simplement qu'il a gagné plus de match qu'il n'en a perdu contre cet adversaire.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je crois que c'est l'expression "mener dans les confrontations directes" qui ne parle pas à tout le monde : si je comprends bien, cela signifie simplement qu'il a gagné plus de match qu'il n'en a perdu contre cet adversaire. Exactement. C'est ce "mener" qui n'est pas clair pour les non familiers du terme.
Personnellement, j'ai trouvé l'anecdote très claire, même si je comprends que ce soit pas le cas de tous.

a écrit : Quand je dis que Wayne Ferreira est au tennis, ce que la chèvre est au fromage de chèvre, je veux dire que c’est le petit plus qui est corollaire au noyau, sans pourtant être directement au cœur du fruit. Fais tourner mec

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Quand je dis que Wayne Ferreira est au tennis, ce que la chèvre est au fromage de chèvre, je veux dire que c’est le petit plus qui est corollaire au noyau, sans pourtant être directement au cœur du fruit. Ca me rappelle cette parole de Dieu qui faisait dire à Saint Benoît de l'Apostollat que toute la jubilation du pontificat annonciateur de nos tentations est à l'Immaculée Miséricorde ce que l'allégresse du Saint Sépulcre est au jugement de nos béatitudes.

En gros, c'est comme si un joueur de foot avait gagné la majorité de ses duels contre Platini et Cristiano Ronaldo (ou Messi, selon vos préférences).

a écrit : Quand je dis que Wayne Ferreira est au tennis, ce que la chèvre est au fromage de chèvre, je veux dire que c’est le petit plus qui est corollaire au noyau, sans pourtant être directement au cœur du fruit. Qu'est-ce qui est petit et marron ?