Robin Williams égaya le tournage de La liste de Schindler

Proposé par
le
dans

Le tournage de la Liste de Schindler entraîna une baisse de moral des acteurs, figurants et équipes techniques. Pour pallier cela, l'acteur Robin Williams, grand ami de Steven Spielberg, décida de téléphoner chaque jour pour raconter des blagues diffusées sur le plateau de tournage pendant 10 minutes. Ce procédé fut notamment utile lors des scènes tournées à Auschwitz, où la charge émotionnelle était forte.

Le réalisateur avait d'ailleurs obtenu l'autorisation exceptionnelle de filmer à l'intérieur du camp, mais préféra finalement tourner toutes les scènes à l'extérieur, par respect envers les victimes du camp.


Commentaires préférés (3)

Robin Williams prouve encore une fois qu'il avait un grand cœur.

Posté le

android

(129)

Répondre

a écrit : Il leur a peut-être raconté celle-là :
-Pourquoi les juifs ralentissent-ils beaucoup dans les virahges ?
-Je ne sais pas.
-Pour ne pas être déportés !
-Il ne faut pas plaisanter avec la Shoa, mon grand-père est mort dans un camp de concentration.... en tombant d'un mirador.
Il connaissait tellement de blagues qu'il n'avait que l'embarras du shoah...

Posté le

android

(86)

Répondre

Autre chose à savoir sur ce film magnifique, c'est que c'est celui-ci que Spielberg présenta en guise de devoir de fin d'études pour obtenir son diplôme universitaire d’études d’Arts du Cinéma à l'âge de 55 ans. Il avait abandonné ses études à cause de sa carrière qui prenait de l'ampleur. Il fallait présenter un film de 12mn minimum et c'est un film historique de 3h15 que Spielberg présenta! Génial !

Posté le

android

(144)

Répondre


Tous les commentaires (52)

Robin Williams prouve encore une fois qu'il avait un grand cœur.

Posté le

android

(129)

Répondre

Il leur a peut-être raconté celle-là :
-Pourquoi les juifs ralentissent-ils beaucoup dans les virahges ?
-Je ne sais pas.
-Pour ne pas être déportés !
-Il ne faut pas plaisanter avec la Shoa, mon grand-père est mort dans un camp de concentration.... en tombant d'un mirador.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Il leur a peut-être raconté celle-là :
-Pourquoi les juifs ralentissent-ils beaucoup dans les virahges ?
-Je ne sais pas.
-Pour ne pas être déportés !
-Il ne faut pas plaisanter avec la Shoa, mon grand-père est mort dans un camp de concentration.... en tombant d'un mirador.
Il connaissait tellement de blagues qu'il n'avait que l'embarras du shoah...

Posté le

android

(86)

Répondre

a écrit : Il leur a peut-être raconté celle-là :
-Pourquoi les juifs ralentissent-ils beaucoup dans les virahges ?
-Je ne sais pas.
-Pour ne pas être déportés !
-Il ne faut pas plaisanter avec la Shoa, mon grand-père est mort dans un camp de concentration.... en tombant d'un mirador.
Vaut mieux en rire qu'en pleurer, pleurer ne sert a rien.

Par contre pour les fautes de frappe, c'est vachement important, fais gaffe, y'a des gramar nazis sur la toile et ils sont sans pitié! Une lettre dans le mauvais sens et ca finir en pugilat! ^^

P.S, Robin Williams... pourquoi?! t'étais un gentil, trop gentil peut être, c'est rare que je coule une larme à la mort d'une célébrité :(

Allez, je vais me remater Jumanji, il est énorme dans ce film!
-BAKWA! c'est la première fois que je me rase!

On peut très bien comprendre la charge émotionnelle des acteurs, plongés dans l'atmosphère de l'horreur de l'époque par ce film formidable.
On le ressent d'ailleurs dans leurs jeux d'acteurs ; on ressent cette émotion. Ils devaient "y être", véritablement.

Robin Williams, il apportait le bonheur aux gens sans lui même y parvenir...
Ça me désole qu'un homme comme lui ait pu en arriver a commettre l'irréparable.
Merci pour tout.

Posté le

android

(24)

Répondre

Autre chose à savoir sur ce film magnifique, c'est que c'est celui-ci que Spielberg présenta en guise de devoir de fin d'études pour obtenir son diplôme universitaire d’études d’Arts du Cinéma à l'âge de 55 ans. Il avait abandonné ses études à cause de sa carrière qui prenait de l'ampleur. Il fallait présenter un film de 12mn minimum et c'est un film historique de 3h15 que Spielberg présenta! Génial !

Posté le

android

(144)

Répondre

a écrit : Robin Williams, il apportait le bonheur aux gens sans lui même y parvenir...
Ça me désole qu'un homme comme lui ait pu en arriver a commettre l'irréparable.
Merci pour tout.
Apparement sa dépression n’était qu’un des nombreux symptômes d’une maladie plus générale appelée « démence à corps de Lewy » qui le condamnait à terme à des pertes de mémoire, des troubles du langage, des mouvements incontrôlables (ce symptôme aggravé par la fait qu’il avait également la maladie de Parkinson), et une sur-émotivité, et il ne voulait pas imposer ce calvaire à sa famille

a écrit : Autre chose à savoir sur ce film magnifique, c'est que c'est celui-ci que Spielberg présenta en guise de devoir de fin d'études pour obtenir son diplôme universitaire d’études d’Arts du Cinéma à l'âge de 55 ans. Il avait abandonné ses études à cause de sa carrière qui prenait de l'ampleur. Il fallait présenter un film de 12mn minimum et c'est un film historique de 3h15 que Spielberg présenta! Génial ! Afficher tout Je comprends mieux, j'ai trouvé que c'était un film brut de décoffrage, c'est pas "gnangnan", c'est pas "ouin ouin", c'est brutal, méchant, c'est comme si ca avait été filmé dans le vif du sujet, ce qui rend ce film encore plus "vrai", non?

a écrit : Il leur a peut-être raconté celle-là :
-Pourquoi les juifs ralentissent-ils beaucoup dans les virahges ?
-Je ne sais pas.
-Pour ne pas être déportés !
-Il ne faut pas plaisanter avec la Shoa, mon grand-père est mort dans un camp de concentration.... en tombant d'un mirador.
Je suis vraiment désolée mais je ne vois pas ce qu'il y a de drôle dans cette blague ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je suis vraiment désolée mais je ne vois pas ce qu'il y a de drôle dans cette blague ? Mon dieu que tu dois être triste toi

Posté le

android

(7)

Répondre

Un grand film. .. ?... Ouais. Tout en anglais avec des accents ( lourdement forcé ) allemands, polonais, suédois. ...J'ai réussi à en regarder une vingtaine de minutes. ... puis je vomir.. Je le déteste.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Un grand film. .. ?... Ouais. Tout en anglais avec des accents ( lourdement forcé ) allemands, polonais, suédois. ...J'ai réussi à en regarder une vingtaine de minutes. ... puis je vomir.. Je le déteste. Tu le déteste, au moins tu ne l'a pas trouvé nul, quelquepart il t'a marqué. :)

Perso je l'ai vu qu'une fois et je le reverrai plus jamais, c'est vrai que c'est à vomir...

a écrit : Je suis vraiment désolée mais je ne vois pas ce qu'il y a de drôle dans cette blague ? S'il est tombé d'un mirador, c'est qu'il était nazi.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Il leur a peut-être raconté celle-là :
-Pourquoi les juifs ralentissent-ils beaucoup dans les virahges ?
-Je ne sais pas.
-Pour ne pas être déportés !
-Il ne faut pas plaisanter avec la Shoa, mon grand-père est mort dans un camp de concentration.... en tombant d'un mirador.
Oh purée le fou rire

a écrit : S'il est tombé d'un mirador, c'est qu'il était nazi. Tu viens de comprendre la blague, bravo (:

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Apparement sa dépression n’était qu’un des nombreux symptômes d’une maladie plus générale appelée « démence à corps de Lewy » qui le condamnait à terme à des pertes de mémoire, des troubles du langage, des mouvements incontrôlables (ce symptôme aggravé par la fait qu’il avait également la maladie de Parkinson), et une sur-émotivité, et il ne voulait pas imposer ce calvaire à sa famille Afficher tout En fait la démence à corps de lewy et le parkinson sont une seule et même maladie, mais dont le développement se fait différemment : sous forme de démence pour la 1ere, et de manifestations physiques dont les tremblements pour la 2e.
Une démence à corps de lewy finit donc toujours par présenter les mouvements anormaux de la maladie de parkinson.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Je suis vraiment désolée mais je ne vois pas ce qu'il y a de drôle dans cette blague ? Tu préfères celle là ?
- Quelle différence y a-t-il entre un wagon de blé et un wagon de juifs qui arrive à Auschwitz ?
- Je ne sais pas.
- Tu ne peux pas décharger le wagon de blé avec une fourche !
- Il ne faut pas plaisanter avec la Shoa...

Posté le

android

(0)

Répondre