Des masques au maillage grossier peuvent filtrer finement

Proposé par
le

On peut penser que pour filtrer certaines particules, le maillage des masques doit être plus fin que la taille des particules. En pratique, certains masques au maillage grossier filtrent des particules plus fines. Cela est dû au mouvement brownien des nanoparticules, qui se déplacent en « zig-zag ».

Le mouvement brownien est dû aux nombreuses particules dans l’air. Une particule va changer de direction à chaque choc avec une autre, dans une direction aléatoire, d’où les « zig-zags ».


Commentaires préférés (3)

En parcourant rapidement les sources, on s'aperçoit qu'il y a bien d'autres facteurs de filtration que le mouvement brownien : la force de Van der waals, la capture par électricité statique, le maillage des fibres.
Parce que sinon, le mouvement brownien arrêterait certaines particules, mais il n'y a pas de raison que certaines, après un choc, ne soit pas dévier dans la bonne direction pour passer au travers du "tamis".
En revanche on comprend que si on ne comptait que sur l'effet "tamis", les mailles seraient tellement serrées qu'on ne pourrait pas respirer sans assistance au travers.

C'est bon de rappeler en effet ce principe de filtration, quand on voit fleurir de prétendus dessins explicatifs cherchant à démontrer qu'un masque chirurgical ne peut pas arrêter un virus, et qui ressemblent au dessin du cordage d'une raquette de tennis. Alors évidemment une raquette ne peut pas arrêter des balles plus petites que ses mailles et un tamis laisse passer les grains plus fins que ses mailles, mais ceux qui croient que ça s'applique aux masques et croient dénoncer un complot se fourrent le doigt dans l'oeil !

Posté le

android

(61)

Répondre

a écrit : En parcourant rapidement les sources, on s'aperçoit qu'il y a bien d'autres facteurs de filtration que le mouvement brownien : la force de Van der waals, la capture par électricité statique, le maillage des fibres.
Parce que sinon, le mouvement brownien arrêterait certaines particules, mais il n�
39;y a pas de raison que certaines, après un choc, ne soit pas dévier dans la bonne direction pour passer au travers du "tamis".
En revanche on comprend que si on ne comptait que sur l'effet "tamis", les mailles seraient tellement serrées qu'on ne pourrait pas respirer sans assistance au travers.
Afficher tout
Oui effectivement, il y a d’autres facteurs de filtration mais qui ne justifie pas ce que justifie l’anecdote. C’est-à-dire que sans le mouvement brownien, avec un maillage grossier, bien qu’il y ait des captures par électricité statique, un maillage spécial où je ne sais quoi, les particules ne seraient pas autant filtrées. En fait, ces mécanismes “complétent” le mouvement brownien, ce qui permet une filtration optimale.
J’en profite pour expliquer ces différents mécanismes.

Pour les mécanismes fournis par la première source :

« The NASEM report described three general mechanisms that N95 masks have to pull particles from the air stream: inertial impaction, diffusion, and electrostatic attraction. »

‣ Impaction inertielle.
« Inertial impaction sounds like a dance move or a dental procedure. But it is when the tortuous path makes it difficult for particles that are 1 μm and larger to continue on their straight paths. Such particles are too large to weave through the mask fibers and end up running into one the fibers. »
En groooss ce qu’il se passe, c’est que les grosses particules ne peuvent suivre le flux d’air et se déposent sur les obstacles. Pour visualiser à l’échelle humaine, c’est comme si dans un courant marin, des gros objets comme des bouteilles ou des méduses ou je ne sais quoi, se déposent contre les parois rocheuses parce qu’elles ne peuvent suivre les changements brusques du courant. Dans nos masques, les flux d’air sont notre respiration, et les virus vont ainsi rencontrer plusieurs obstacles (les différentes couches du masque) et vont s’y déposer.

‣ Diffusion.
« The second mechanism, diffusion, helps keep particles that are 0.1 μm and smaller from proceeding. The design of the mask filter creates a situation in which these very small particles move in random directions, colliding with each other and with filter fibers. When these particles are bouncing against each other as if they were in a mosh pit, it less likely that they will get though the maze. »
C’est le mouvement brownien en fait.

‣ Capture par électricité statique.
« The third mechanism, electrostatic attraction, sounds like something someone would say on a Tinder conversation. The filter material for N95 doesn’t just physically block viruses and other small particles. As the song goes, you can’t see it, it's electric. During the manufacturing process, the fibers receive an electric charge. As Jayaraman described, “this electrostatic charge then attracts the virus so that it gets stuck on the fibers.” This is one case where forced attraction is a good thing. »
En gros, lors de la fabrication des masques, ceux-ci reçoivent une charge électrique qui va permettre d’attirer les particules et de les coller aux fibres du masques.
Conséquence : au lieu de traverser le masque, les virus vont rester collés au masque du côté extérieur (c’est pour ça qu’on ne doit pas toucher cette partie).
Ce mécanisme permet aux masques de filtrer des plus de particules plus petites.
Ces forces qui permettent aux particules de rester collés aux fibres sont les forces de Van der Waals justement.

Ensuite, les autres “mécanismes” :
‣ Le maillage.
Les différents maillages du masque (quatres couches pour les FFP2) permettent de créer un chemin tortueux pour les virus entre l’air et notre bouche/nez, et permettent ainsi que les différents mécanismes précédents “fonctionnent” de manière optimale.

‣ La sédimentation.
« Ce mécanisme de sédimentation concerne surtout les voies périphériques au niveau desquelles le mouvement de l'air est pratiquement laminaire. Les particules de diamètre de 2 à 5 µm qui présentent une masse suffisante se déposent sous l'action de la force de gravité, pour autant que les durées de résidence au niveau des voies aériennes soient élévées. »
Tout est dit, mais ne nous concerne pas ici car le coronavirus est bien plus petit.

Pour visualiser, le coronavirus mesure environ 0,1 μm = 100 nm. Les masques FFP2 filtrent environ 94% des particules type coronavirus qui le traversent.

Je pense avoir été assez clair, je peux me tromper donc n’hésitez pas à me corriger/compléter.

Je vous conseille à tous de lire la première source qui répond à de nombreuses questions sur le coronavirus, la maladie, les masques... et qui est très complète et je vous invite à tous bien prendre soin de vous et à bien appliquer les gestes barrières : le confinement est passé mais le virus est toujours là.

Posté le

android

(26)

Répondre


Tous les commentaires (20)

En parcourant rapidement les sources, on s'aperçoit qu'il y a bien d'autres facteurs de filtration que le mouvement brownien : la force de Van der waals, la capture par électricité statique, le maillage des fibres.
Parce que sinon, le mouvement brownien arrêterait certaines particules, mais il n'y a pas de raison que certaines, après un choc, ne soit pas dévier dans la bonne direction pour passer au travers du "tamis".
En revanche on comprend que si on ne comptait que sur l'effet "tamis", les mailles seraient tellement serrées qu'on ne pourrait pas respirer sans assistance au travers.

a écrit : En parcourant rapidement les sources, on s'aperçoit qu'il y a bien d'autres facteurs de filtration que le mouvement brownien : la force de Van der waals, la capture par électricité statique, le maillage des fibres.
Parce que sinon, le mouvement brownien arrêterait certaines particules, mais il n�
39;y a pas de raison que certaines, après un choc, ne soit pas dévier dans la bonne direction pour passer au travers du "tamis".
En revanche on comprend que si on ne comptait que sur l'effet "tamis", les mailles seraient tellement serrées qu'on ne pourrait pas respirer sans assistance au travers.
Afficher tout
D'ailleurs, à l'inspiration, ne risque-t-on pas de dépieger les particules et finalement les inhaler ?

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : D'ailleurs, à l'inspiration, ne risque-t-on pas de dépieger les particules et finalement les inhaler ? Il y a des interactions entre les particules et les fibres qui permet de les garder collées : électricité statique, adhérence, etc. Les virus par exemple ont tendance à coller à la surface sur laquelle ils sont, c'est ce qui leur permet de s'accrocher à la paroi des cellules puis de passer au travers, alors une fois qu'ils sont au contact d'une fibre ils y restent collés. Et pareil s'ils sont dans une goutte de liquide (salive ou autre sécrétion) : la tension de surface de la goutte, celle qui lui donne sa belle forme sphérique, garde les virus à l'intérieur et la maintient collée aux fibres (si elles sont hydrophiles). Pour les petites particules solides (poussières, etc.) aussi il y a des interactions avec les fibres qui ont tendance à les garder collées.

Posté le

android

(6)

Répondre

C'est bon de rappeler en effet ce principe de filtration, quand on voit fleurir de prétendus dessins explicatifs cherchant à démontrer qu'un masque chirurgical ne peut pas arrêter un virus, et qui ressemblent au dessin du cordage d'une raquette de tennis. Alors évidemment une raquette ne peut pas arrêter des balles plus petites que ses mailles et un tamis laisse passer les grains plus fins que ses mailles, mais ceux qui croient que ça s'applique aux masques et croient dénoncer un complot se fourrent le doigt dans l'oeil !

Posté le

android

(61)

Répondre

a écrit : En parcourant rapidement les sources, on s'aperçoit qu'il y a bien d'autres facteurs de filtration que le mouvement brownien : la force de Van der waals, la capture par électricité statique, le maillage des fibres.
Parce que sinon, le mouvement brownien arrêterait certaines particules, mais il n�
39;y a pas de raison que certaines, après un choc, ne soit pas dévier dans la bonne direction pour passer au travers du "tamis".
En revanche on comprend que si on ne comptait que sur l'effet "tamis", les mailles seraient tellement serrées qu'on ne pourrait pas respirer sans assistance au travers.
Afficher tout
Oui effectivement, il y a d’autres facteurs de filtration mais qui ne justifie pas ce que justifie l’anecdote. C’est-à-dire que sans le mouvement brownien, avec un maillage grossier, bien qu’il y ait des captures par électricité statique, un maillage spécial où je ne sais quoi, les particules ne seraient pas autant filtrées. En fait, ces mécanismes “complétent” le mouvement brownien, ce qui permet une filtration optimale.
J’en profite pour expliquer ces différents mécanismes.

Pour les mécanismes fournis par la première source :

« The NASEM report described three general mechanisms that N95 masks have to pull particles from the air stream: inertial impaction, diffusion, and electrostatic attraction. »

‣ Impaction inertielle.
« Inertial impaction sounds like a dance move or a dental procedure. But it is when the tortuous path makes it difficult for particles that are 1 μm and larger to continue on their straight paths. Such particles are too large to weave through the mask fibers and end up running into one the fibers. »
En groooss ce qu’il se passe, c’est que les grosses particules ne peuvent suivre le flux d’air et se déposent sur les obstacles. Pour visualiser à l’échelle humaine, c’est comme si dans un courant marin, des gros objets comme des bouteilles ou des méduses ou je ne sais quoi, se déposent contre les parois rocheuses parce qu’elles ne peuvent suivre les changements brusques du courant. Dans nos masques, les flux d’air sont notre respiration, et les virus vont ainsi rencontrer plusieurs obstacles (les différentes couches du masque) et vont s’y déposer.

‣ Diffusion.
« The second mechanism, diffusion, helps keep particles that are 0.1 μm and smaller from proceeding. The design of the mask filter creates a situation in which these very small particles move in random directions, colliding with each other and with filter fibers. When these particles are bouncing against each other as if they were in a mosh pit, it less likely that they will get though the maze. »
C’est le mouvement brownien en fait.

‣ Capture par électricité statique.
« The third mechanism, electrostatic attraction, sounds like something someone would say on a Tinder conversation. The filter material for N95 doesn’t just physically block viruses and other small particles. As the song goes, you can’t see it, it's electric. During the manufacturing process, the fibers receive an electric charge. As Jayaraman described, “this electrostatic charge then attracts the virus so that it gets stuck on the fibers.” This is one case where forced attraction is a good thing. »
En gros, lors de la fabrication des masques, ceux-ci reçoivent une charge électrique qui va permettre d’attirer les particules et de les coller aux fibres du masques.
Conséquence : au lieu de traverser le masque, les virus vont rester collés au masque du côté extérieur (c’est pour ça qu’on ne doit pas toucher cette partie).
Ce mécanisme permet aux masques de filtrer des plus de particules plus petites.
Ces forces qui permettent aux particules de rester collés aux fibres sont les forces de Van der Waals justement.

Ensuite, les autres “mécanismes” :
‣ Le maillage.
Les différents maillages du masque (quatres couches pour les FFP2) permettent de créer un chemin tortueux pour les virus entre l’air et notre bouche/nez, et permettent ainsi que les différents mécanismes précédents “fonctionnent” de manière optimale.

‣ La sédimentation.
« Ce mécanisme de sédimentation concerne surtout les voies périphériques au niveau desquelles le mouvement de l'air est pratiquement laminaire. Les particules de diamètre de 2 à 5 µm qui présentent une masse suffisante se déposent sous l'action de la force de gravité, pour autant que les durées de résidence au niveau des voies aériennes soient élévées. »
Tout est dit, mais ne nous concerne pas ici car le coronavirus est bien plus petit.

Pour visualiser, le coronavirus mesure environ 0,1 μm = 100 nm. Les masques FFP2 filtrent environ 94% des particules type coronavirus qui le traversent.

Je pense avoir été assez clair, je peux me tromper donc n’hésitez pas à me corriger/compléter.

Je vous conseille à tous de lire la première source qui répond à de nombreuses questions sur le coronavirus, la maladie, les masques... et qui est très complète et je vous invite à tous bien prendre soin de vous et à bien appliquer les gestes barrières : le confinement est passé mais le virus est toujours là.

Posté le

android

(26)

Répondre

On pourra remarquer que, même les masques FFP2, qui sont parmi les meilleurs des masques jetables couramment utilisés, sont relativement rudimentaires et représentent un compromis entre le coût de fabrication, la capacité de filtration et la facilité de respiration. Pour avoir un masque plus efficace, il faut augmenter l'épaisseur du filtre ou la densité des fibres, ce qui rend le passage de l'air et donc la respiration plus difficile pour une surface de filtre donnée. Alors pour les filtres plus efficaces, on ne se contente plus d'une surface qui couvre la bas du visage mais on utilise un filtre d'une surface bien plus grande plié en accordéon, et c'est ce qu'il y a dans les cartouches filtrantes des masques à gaz, et comme, par ailleurs, les masques à gaz sont parfaitement étanches tout autour du visage, ça donne la meilleure protection possible (pour avoir une meilleure protection, ce n'est plus filtrer l'air ambiant qu'il faut mais respirer de l'air en bouteille comme le font les pompiers en intervention par exemple).

a écrit : Oui effectivement, il y a d’autres facteurs de filtration mais qui ne justifie pas ce que justifie l’anecdote. C’est-à-dire que sans le mouvement brownien, avec un maillage grossier, bien qu’il y ait des captures par électricité statique, un maillage spécial où je ne sais quoi, les particules ne seraient pas autant filtrées. En fait, ces mécanismes “complétent” le mouvement brownien, ce qui permet une filtration optimale.
J’en profite pour expliquer ces différents mécanismes.

Pour les mécanismes fournis par la première source :

« The NASEM report described three general mechanisms that N95 masks have to pull particles from the air stream: inertial impaction, diffusion, and electrostatic attraction. »

‣ Impaction inertielle.
« Inertial impaction sounds like a dance move or a dental procedure. But it is when the tortuous path makes it difficult for particles that are 1 μm and larger to continue on their straight paths. Such particles are too large to weave through the mask fibers and end up running into one the fibers. »
En groooss ce qu’il se passe, c’est que les grosses particules ne peuvent suivre le flux d’air et se déposent sur les obstacles. Pour visualiser à l’échelle humaine, c’est comme si dans un courant marin, des gros objets comme des bouteilles ou des méduses ou je ne sais quoi, se déposent contre les parois rocheuses parce qu’elles ne peuvent suivre les changements brusques du courant. Dans nos masques, les flux d’air sont notre respiration, et les virus vont ainsi rencontrer plusieurs obstacles (les différentes couches du masque) et vont s’y déposer.

‣ Diffusion.
« The second mechanism, diffusion, helps keep particles that are 0.1 μm and smaller from proceeding. The design of the mask filter creates a situation in which these very small particles move in random directions, colliding with each other and with filter fibers. When these particles are bouncing against each other as if they were in a mosh pit, it less likely that they will get though the maze. »
C’est le mouvement brownien en fait.

‣ Capture par électricité statique.
« The third mechanism, electrostatic attraction, sounds like something someone would say on a Tinder conversation. The filter material for N95 doesn’t just physically block viruses and other small particles. As the song goes, you can’t see it, it's electric. During the manufacturing process, the fibers receive an electric charge. As Jayaraman described, “this electrostatic charge then attracts the virus so that it gets stuck on the fibers.” This is one case where forced attraction is a good thing. »
En gros, lors de la fabrication des masques, ceux-ci reçoivent une charge électrique qui va permettre d’attirer les particules et de les coller aux fibres du masques.
Conséquence : au lieu de traverser le masque, les virus vont rester collés au masque du côté extérieur (c’est pour ça qu’on ne doit pas toucher cette partie).
Ce mécanisme permet aux masques de filtrer des plus de particules plus petites.
Ces forces qui permettent aux particules de rester collés aux fibres sont les forces de Van der Waals justement.

Ensuite, les autres “mécanismes” :
‣ Le maillage.
Les différents maillages du masque (quatres couches pour les FFP2) permettent de créer un chemin tortueux pour les virus entre l’air et notre bouche/nez, et permettent ainsi que les différents mécanismes précédents “fonctionnent” de manière optimale.

‣ La sédimentation.
« Ce mécanisme de sédimentation concerne surtout les voies périphériques au niveau desquelles le mouvement de l'air est pratiquement laminaire. Les particules de diamètre de 2 à 5 µm qui présentent une masse suffisante se déposent sous l'action de la force de gravité, pour autant que les durées de résidence au niveau des voies aériennes soient élévées. »
Tout est dit, mais ne nous concerne pas ici car le coronavirus est bien plus petit.

Pour visualiser, le coronavirus mesure environ 0,1 μm = 100 nm. Les masques FFP2 filtrent environ 94% des particules type coronavirus qui le traversent.

Je pense avoir été assez clair, je peux me tromper donc n’hésitez pas à me corriger/compléter.

Je vous conseille à tous de lire la première source qui répond à de nombreuses questions sur le coronavirus, la maladie, les masques... et qui est très complète et je vous invite à tous bien prendre soin de vous et à bien appliquer les gestes barrières : le confinement est passé mais le virus est toujours là.
Afficher tout
Ce que je trouve encore plus intéressant que ton anecdote, c'est l'une des conclusions de la première source.
Elle nous dit que la filtration des particules ne suit pas un schéma linéaire et asymétrique qui consisterait à penser que plus les particules sont grosses, plus elles sont filtrées. La filtration suit une courbe d'efficacité en cloche inversée, avec un pic de pénétration des particules à une certaine taille de particules. Chaque masque ou tissu est donc déterminé par une valeur MPPS pour most penetrating particle qui constitue la taille de particules la moins bien filtrée pour un type de tissu déterminé.

Pour des particules plus petites ou plus grosses, la filtration est meilleure et c'est, je trouve, absolument contre-intuitif.

a écrit : Ce que je trouve encore plus intéressant que ton anecdote, c'est l'une des conclusions de la première source.
Elle nous dit que la filtration des particules ne suit pas un schéma linéaire et asymétrique qui consisterait à penser que plus les particules sont grosses, plus elles sont filtrées. La filtrat
ion suit une courbe d'efficacité en cloche inversée, avec un pic de pénétration des particules à une certaine taille de particules. Chaque masque ou tissu est donc déterminé par une valeur MPPS pour most penetrating particle qui constitue la taille de particules la moins bien filtrée pour un type de tissu déterminé.

Pour des particules plus petites ou plus grosses, la filtration est meilleure et c'est, je trouve, absolument contre-intuitif.
Afficher tout
Oui ça m’avait marqué aussi. C’est très intéressant et contre-intuitif en effet.

Malheureusement pour nous, le coronavirus se situe presque pile au plus bas de la cloche, alors que des virus plus grands ou plus petits seront filtrées dans les 98-99% par les FFP2.

Je suis ravi que cette source et l’anecdote te plaisent.

Posté le

android

(5)

Répondre

Que pensez-vous des filtres R-pur ffp3 voir au dessus selon eux... Si vous voyez leur site.. Le masque filtre des particules tres inferieur. Ace que font les ffp2...

"Pour la pollution de l'air, on parle d'indice AQI, qui prend en compte les concentrations NO2, PM10 et PM2.5. Complètement filtrés par le masque R-PUR, nous allons aujourd'hui plus loin en filtrant des particules 50 fois plus petites que les PM2.5 : les PM0.05"

Si vous avez des avis... Merci

Posté le

android

(0)

Répondre

Qu'en est il du masque de fer ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : On pourra remarquer que, même les masques FFP2, qui sont parmi les meilleurs des masques jetables couramment utilisés, sont relativement rudimentaires et représentent un compromis entre le coût de fabrication, la capacité de filtration et la facilité de respiration. Pour avoir un masque plus efficace, il faut augmenter l'épaisseur du filtre ou la densité des fibres, ce qui rend le passage de l'air et donc la respiration plus difficile pour une surface de filtre donnée. Alors pour les filtres plus efficaces, on ne se contente plus d'une surface qui couvre la bas du visage mais on utilise un filtre d'une surface bien plus grande plié en accordéon, et c'est ce qu'il y a dans les cartouches filtrantes des masques à gaz, et comme, par ailleurs, les masques à gaz sont parfaitement étanches tout autour du visage, ça donne la meilleure protection possible (pour avoir une meilleure protection, ce n'est plus filtrer l'air ambiant qu'il faut mais respirer de l'air en bouteille comme le font les pompiers en intervention par exemple). Afficher tout Voilà une bonne idée les bouteilles d'air. On ne pensait pas y arriver si tôt... On est arrivé à commercialiser l'eau qu'on trouve dans nos puits en la mettant dans des bouteilles, bientôt l'air qu'on respire alors ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Que pensez-vous des filtres R-pur ffp3 voir au dessus selon eux... Si vous voyez leur site.. Le masque filtre des particules tres inferieur. Ace que font les ffp2...

"Pour la pollution de l'air, on parle d'indice AQI, qui prend en compte les concentrations NO2, PM10 et PM2.5. Complètement fi
ltrés par le masque R-PUR, nous allons aujourd'hui plus loin en filtrant des particules 50 fois plus petites que les PM2.5 : les PM0.05"

Si vous avez des avis... Merci
Afficher tout
Ce genre de masque possède une valve pour que l'air expiré sorte directement. Ça a plusieurs avantages quand on utilise un masque, par exemple, pour éviter de respirer la pollution quand on veut faire du vélo au milieu de la circulation automobile :
- ça permet de ne pas faire un effort à l'expiration et donc même s'il faut toujours faire un effort à l'inspiration, ça fait quand même 2 fois mois d'efforts que quand on doit faire un effort à l'inspiration et à l'expiration pour forcer l'air à passer à travers le masque
- ça permet de faire une membrane qui filtre davantage l'air inspiré sans que le masque ait tendance à se décoller du visage quand on expire.

Donc c'est très bien pour se protéger de ce qui peut se trouver dans l'air extérieur, que ce soit des poussières ou des virus, mais c'est pas terrible pour protéger l'ensemble de la population en période de pandémie car, si le porteur du masque est malade, il ne protège pas du tout les autres puisque l'air expiré sort directement sans être filtré !

Par ailleurs ce genre de membrane haut de gamme a un coût élevé et donc, même si on bloquait la valve qui laisse passer l'air expiré, afin qu'il filtre aussi l'air expiré et qu'il puisse protéger autant les autres que le porteur lui-même, il ne serait pas forcément adapté à une large diffusion compte tenu de son coût. Et les membranes ne sont pas forcément conçues pour être traversées dans l'autre sens, il est possible que l'humidité de l'air expiré bloque assez rapidement le passage de l'air dans le masque.

De toutes façons, même les masques FFP2 jettables sont réservés au professionnels car ils coûtent plus cher que les masques chirugicaux et ne peuvent pas être produits en assez grande quantité pour être utilisés par l'ensemble de la population, et la population qui n'a pas beaucoup de risque d'être exposé n'a pas besoin d'un masque qui filtre 99% des virus pour être protégée. Tout est affaire de compromis.

Oui enfin allez expliquer ça aux anti-masques, je vous regarde. Ils sont bien trop stupides. Et leurs histoires de complots sont bien plus faciles à raconter et à croire. Surtout pour les idiots.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Oui enfin allez expliquer ça aux anti-masques, je vous regarde. Ils sont bien trop stupides. Et leurs histoires de complots sont bien plus faciles à raconter et à croire. Surtout pour les idiots. Il y a aussi des anti-prélèvements dans le nez : je viens de lire un post d'une personne qui met en garde contre le danger du prélèvement dans le nez à l'aide d'un coton-tige car il endommagerait le cerveau... A mon avis, pour elle, c'est déjà fait, mais pas à cause d'un coton-tige !

a écrit : Il y a aussi des anti-prélèvements dans le nez : je viens de lire un post d'une personne qui met en garde contre le danger du prélèvement dans le nez à l'aide d'un coton-tige car il endommagerait le cerveau... A mon avis, pour elle, c'est déjà fait, mais pas à cause d'un coton-tige ! Mince ! Y'a pas les possibilités de facebook où j'aurais volontiers mis un "j'adore"... ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Oui enfin allez expliquer ça aux anti-masques, je vous regarde. Ils sont bien trop stupides. Et leurs histoires de complots sont bien plus faciles à raconter et à croire. Surtout pour les idiots. Quelle bassesse et bêtise primaire dans cet avis ! Traiter les autres d'idiots ou de stupides car ils ont un avis différent est une preuve de bêtise, non ?

a écrit : Qu'en est il du masque de fer ? DARK VADOR ?
ou l'autre, plus ancien ( que les d'jeuns ne connaissent pas ) Car une chose est sûre, l'homme au masque de fer a bien existé. Le registre d'écrou de lieutenant du roi à la Bastille, aujourd'hui référencés par la Bibliothèque nationale de France, attestent de l'incarcération de ce prisonnier anonyme entre 1698 et 1703, date de sa mort.

a écrit : Voilà une bonne idée les bouteilles d'air. On ne pensait pas y arriver si tôt... On est arrivé à commercialiser l'eau qu'on trouve dans nos puits en la mettant dans des bouteilles, bientôt l'air qu'on respire alors ? CHCHCHCHUUUUUtttt !
tu vas donner des idées !

a écrit : Au fait, quelqu'un s'est renseigné sur les virus ? C'est à dire, leur fonctionnement , leur présence, leur développement, leur rôle ?
Je crois qu'il est temps de s'y pencher !
Bonnes lectures !
- sur WIKIPEDIA (neutralité, non ? ) : www.google.com/url?sa=t&rct=
j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwj97Ofz2vzqAhVNA2MBHZqNCuIQFjAAegQIBBAB&url=https%3A%2F%2Ffr.wikipedia.org%2Fwiki%2FVirus&usg=AOvVaw1I3vMRoASSLccSxwcsejl8
- Science et Vie ( sérieux, non ? ) : www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwj97Ofz2vzqAhVNA2MBHZqNCuIQFjABegQIAhAB&url=https%3A%2F%2Fwww.science-et-vie.com%2Fcorps-et-sante%2Fnos-ancetres-les-virus-52112&usg=AOvVaw1-v2CbUxGAO-OfC1A6J3Ad
- et aussi ici : www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwj97Ofz2vzqAhVNA2MBHZqNCuIQFjAFegQIBhAB&url=http%3A%2F%2Fwww.microbes-edu.org%2Fetudiant%2Fvirus.html&usg=AOvVaw1UdH3R3M0DkGPuc_h36VNE
Afficher tout
J'ai bien regardé les différents liens que tu nous envoies et il est bien mentionné que le coronavirus est un virus à ARN avec enveloppe qui se transmet par voies respiratoires.
Peux-tu m'expliquer maintenant en quoi le port du masque est inutile si la principale voie de transmission de ce virus concerne les voies respiratoires à savoir le nez et la bouche et les microgouttelettes infectantes projetées par la toux d'un sujet malade ?