Grossesse nerveuse et déni de grossesse

Proposé par
le
dans

Une femme peut, lorsqu'elle a très envie d'avoir un enfant, développer une grossesse nerveuse : elle aura tous les signes de la femme enceinte, jusqu'à avoir l'aspect d'un ventre à terme, sans porter aucun enfant. L'inverse existerait également, appelé déni de grossesse : une femme enceinte peut n'avoir aucun signe extérieur de grossesse, alors que le terme est proche.

A noter que le déni de grossesse n'est pas reconnu médicalement et fait l'objet de vives controverses dans le milieu des professionnels de santé.


Commentaires préférés (3)

Et l homme peut faire une couvade et avoir les symptômes de la femme enceinte. Ventre qui grossi, vomissements...et la c est marrant :-)

Posté le

unknown

(410)

Répondre

La seule raison pour laquelle le déni de grossesse n'est pas tout à fait reconnu est qu'il pose un problème éthique. En effet, le déni d'une maladie est bien connu, et son diagnostic fait partie du protocole de la relation de soin, mais affirmer qu'il existe un déni de grossesse voudrait dire qu'etre enceinte est une maladie, alors que la prise en charge psychologique ne doit pas être la même.

Posté le

unknown

(278)

Répondre

La frontière entre la maladie et la santé est souvent très mince (cf définition de l'OMS) et subjective, d'où l'importance capitale du facteur psychologique. Je ne fais ici que rapporter ce qui a été dit aux précédents conseils généraux de la bioéthique: et cette histoire de déni de grossesse pose un réel problème éthique. Le déni était jusqu'ici associé à la maladie (bien connu), c'est une stratégie psychique qui vise souvent à échapper à une situation vécue comme traumatisante. Dire qu'il existe un déni de grossesse équivaut à dire - au sens strict de la définition de la santé - que les femmes qui en développent un sont malades, car elles vivent leur grossesse comme un traumatisme (ce n'est pas le cas de toutes!). On peut voir à quoi sont confrontées les commissions d'éthique aujourd'hui...

Posté le

unknown

(141)

Répondre


Tous les commentaires (68)

Ça me rappelle la série Glee

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Et l homme peut faire une couvade et avoir les symptômes de la femme enceinte. Ventre qui grossi, vomissements...et la c est marrant :-)

Posté le

unknown

(410)

Répondre

Calamar géant, tu as raison. Il peut même avoir modification hormonale. le seul "traitement" est la naissance du bébé.

Posté le

unknown

(24)

Répondre

La seule raison pour laquelle le déni de grossesse n'est pas tout à fait reconnu est qu'il pose un problème éthique. En effet, le déni d'une maladie est bien connu, et son diagnostic fait partie du protocole de la relation de soin, mais affirmer qu'il existe un déni de grossesse voudrait dire qu'etre enceinte est une maladie, alors que la prise en charge psychologique ne doit pas être la même.

Posté le

unknown

(278)

Répondre

Je ne vois pas en quoi faire un déni de grossesse reviendrai a considérer la grossesse comme une maladie, et je ne crois pas que la difference principale entre une maladie et une grossesse soit le soutien psychologique....

Posté le

unknown

(1)

Répondre

A ce jours il y a beaucoup de femmes qui aimerait avoir un déni de grossesse! Pourquoi dire que c'est une maladie ou autre ? Non c'est la vie donner de façon différente, ma sœur a su a 7 mois quelle a su son gosse et la un prit garçon tout pleinement en pleine forme !

Posté le

unknown

(0)

Répondre

La frontière entre la maladie et la santé est souvent très mince (cf définition de l'OMS) et subjective, d'où l'importance capitale du facteur psychologique. Je ne fais ici que rapporter ce qui a été dit aux précédents conseils généraux de la bioéthique: et cette histoire de déni de grossesse pose un réel problème éthique. Le déni était jusqu'ici associé à la maladie (bien connu), c'est une stratégie psychique qui vise souvent à échapper à une situation vécue comme traumatisante. Dire qu'il existe un déni de grossesse équivaut à dire - au sens strict de la définition de la santé - que les femmes qui en développent un sont malades, car elles vivent leur grossesse comme un traumatisme (ce n'est pas le cas de toutes!). On peut voir à quoi sont confrontées les commissions d'éthique aujourd'hui...

Posté le

unknown

(141)

Répondre

Tout a fait d'accord avec rom1. Le suivi psychologique reste très important. Une femme qui est averti dans les premiers mois de sa grossesse va se preparer pendant 9 mois a acceuillir son nouveau né avec le papa. En revanche un déni pourrais aller jusqu'au terme de la grossesse. En gros au moment de la perte des eaux, la femme ne sais absolument ce qu'il se passe et on lui dit du jour au lendemain qu'elle est maman ! Logistique absolument pas présente (couche vetement...) et psycholigie pas prête non plus. Un soutient est plus que souhaitable

Posté le

unknown

(22)

Répondre

Autant je comprends que l' on puissse faire une grossesse nerveuse,autant j'ai du mal à imaginer que l'on puisse n'avoir aucuns symptômes pendant toute la grossesse et qu'on découvre sa grossesse lors de la perte des eaux.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Est ce que physiquement ça pourrait s'expliquer du fait qu'une femme ne sachant pas qu'elle est enceinte, croirait que son ventre qui grossit serait du a l'alimentation et du coup le rentrerait en permanence alors qu'une femme le sachant aurait tendance a entre fière et mettre son ventre en avant : du coup les organes internes se placeraient et s'adapteraient a la contrainte que la femme leur impose ?

Posté le

unknown

(14)

Répondre

Le déni de grossesse fait suite à un dégoût de son propre corps sexué comme dans le cas d'abus sexuel. On a tous entendu la femme qui avait congelé ses bébés. Elle avait été abusé par son oncle son père et passait régulièrement entre les mains des amis de sa mère. Quand elle a été plusieurs fois enceinte des hommes qu'elles n'aimaient pas elle a fait un déni de grossesse (c'est pourquoi personne ne s'en ai rendu compte) elle ne les a pas considéré comme des enfants et les a donc congeler.
Le déni de grossesse peut être dangereux pour l'enfant comme pour la femme. En effet ne se sachant pas enceinte, la femme ne se fera pas suivre par un médecin. De plus quand elle perdra les eaux en général elle sera seule et s'accouchera donc elle même. Il faut savoir que la largeur bi-acromiale (largeur entre les deux épaules) est trop importante pour passer naturellement le col. Il faut donc les orienter, passer la première puis la deuxième. Cette manipuation est strictement impossible à faire sur soir même, la femme devra alors tirer sur la tête du bébé 20 fois plus fort pour que celui ci puisse sortir, avec les conséquences qu'on imagine. La plupart du temps la femme jettera son bébé dans une poubelle sans aucun soins respiratoires qui sont d'habitude dispensés.
Se pose alors la question d'homicide quand le bébé meurt suite à cet accouchement. Beaucoup de femmes se sont retrouvées comme ça devant la justice, toutefois on peut à chaque fois constaté que ces femmes ont un passé psychologique qui leur dispense de cette responsabilité. Il est donc très important que la femme soit alors suivi par un psychiatre, dans le cas contraire un deuxième déni de grossesse arrivera e façon quasi sure.

Posté le

unknown

(33)

Répondre

Ok merci de tes explications. Mais c'est vrai que c'est difficile à envisager quand on a pas soi même été dans cette situation et que de plus on entend tellement de choses lors de procès tel que celui de Mme Courgeaud.

Posté le

unknown

(6)

Répondre

Et il est arrivé à une femme de mon entourage de faire un déni de grossesse. Au huitième mois, elle avait rendez vous avec un gynécologue, bien entendu sans lien avec sa grossesse dont elle ignorait tout. Il s'en est rendu compte, lui a demandé pourquoi elle n'acceptait pas ce bébé, et son ventre a grossi d'un coup. Comme quoi, la force de l'esprit sur le corps..

Posté le

unknown

(34)

Répondre

Peut-on parler de déni de grossesse dans le fait divers actuel où une femme aurait tué 8 de ses bébés. Le mari ne se serait rendu compte de rien. Cela relance le débat.

Posté le

unknown

(3)

Répondre

Oui, on peut se demander dans ces cas extrêmes si on peut invoquer "l'excuse" du déni. La femme en question faisait près de 130kgs, que le mari n'ait rien vu, soit. Après, que le scénario se répète 8 fois, ca me parait un peu gros, d'autant plus que cette dame s'est à chaque fois rendue compte tout de suite, qu'elle avait mis au monde ces enfants. Quand bien même il y a déni, elle avait l'obligation de se faire soigner, car elle s'est bel et bien apperçue que quelque chose clochait lorsqu'elle s'est retrouvée avec son premier bébé mort sur les bras.

Posté le

unknown

(8)

Répondre

Encore la preuve s'il y en avait besoin que le corps humain et l'esprit sont deux choses extraordinaires! Le corps reste une machine incroyable...

Posté le

unknown

(6)

Répondre

Superbement incroyable !

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Pour la grossesse nerveuse, en source j'aurai mis la superbe vidéo sur la dame enceinte ... Depuis 50 ans!!! Dingue non??? (oue bon made in groland)

Posté le

unknown

(9)

Répondre