L'altitude, un avantage pour les athlètes au Kenya et en Ethiopie

Proposé par
Jambon_braillard
le

Si les Ethiopiens et Kenyans sont excellents dans les courses de fond comme le marathon, c'est entre autres en raison de la géographie de leur pays : ils s'entrainent sur des hauts plateaux, ce qui a pour effet de stimuler leur production en globules rouges. L'oxygène circule ainsi de manière plus efficace dans leur sang, et ils sont alors plus à l'aise en plaine lors des compétitions.

C'est aussi pour cela qu'avant certaines compétitions importantes, des équipes de sport de haut niveau vont en altitude : c'est le cas de l'équipe de France de football qui se prépare souvent à Tignes. D'autres raisons expliquent le succès des Kenyans et Ethiopiens dans les courses de fond : environnement social, conditions et rythme d'entrainement (en groupes de haut niveau). Une thèse veut même qu'il s'agit d'une particularité morphologique : ils auraient des mollets plus fins que les autres, ce qui améliorerait leur foulée.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Pile quand sur M6 (enquête exclusive) passe un reportage sur le Kenya avec un passage sur les marathonien, reportage pas mal, a voir pour ce qui ne l'aurais pas vu :) C'est le hasard car l'anecdote a été soumise il y a un moment

Posté le

unknown

(57)

Répondre

Les sud americains, comme toute personne vivant en altitude, sont bien sur touchés par le phénomène. C'est d'ailleurs pour ça qu'il était question (je sais pas ou ça en est) d'interdire les matches officiels de football a la Paz, capitale de la Bolivie, culminant a 3600m d'altitude. En effet, les boliviens, habitués, disposaient d'un avantage considérable sur leurs adversaires, dont certains etaient meme touchés par le mal aigu des montagnes (soroche).

M'est avis que si la Bolivie n'est pas réputée pour ses coureurs, c'est aussi dû a leur morphologie de montagnard (court sur patte, grande cage thoracique).

A noter enfin que l'altitude stimule la production d'érythropoïetine (EPO), qui augmente la synthèse de globules rouges, et donc facilite l'oxygenation des tissus : ainsi, même si l'injection d'EPO est interdite dans le milieu du sport, ceci est détourné par les stages en altitude. N'en doutez donc pas, le sport 'propre' n'existe pas : seulement, les fédérations se mettent d'accord sur quels produits dopants sont autorisés, et lesquels ne le sont pas.

(et désolé pour le pavé, insomnies obligent.. En espérant que ces dernières n'aident pas a ce que j'écrive des bétises.)

Posté le

unknown

(155)

Répondre

Le mec qui habite les rives de la Mer Morte, il gueule lui: " c'est d'la triche ! "

Posté le

unknown

(33)

Répondre


Tous les commentaires (74)

Et pourquoi ça naffecte pas les sud américain ?

Posté le

unknown

(3)

Répondre

Je lai vu sur pékin expresse que ce matin ^^

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Pile quand sur M6 (enquête exclusive) passe un reportage sur le Kenya avec un passage sur les marathonien, reportage pas mal, a voir pour ce qui ne l'aurais pas vu :)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Oui ils en ont parler sur M6 hasard??

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Pile quand sur M6 (enquête exclusive) passe un reportage sur le Kenya avec un passage sur les marathonien, reportage pas mal, a voir pour ce qui ne l'aurais pas vu :) C'est le hasard car l'anecdote a été soumise il y a un moment

Posté le

unknown

(57)

Répondre

Les sud americains, comme toute personne vivant en altitude, sont bien sur touchés par le phénomène. C'est d'ailleurs pour ça qu'il était question (je sais pas ou ça en est) d'interdire les matches officiels de football a la Paz, capitale de la Bolivie, culminant a 3600m d'altitude. En effet, les boliviens, habitués, disposaient d'un avantage considérable sur leurs adversaires, dont certains etaient meme touchés par le mal aigu des montagnes (soroche).

M'est avis que si la Bolivie n'est pas réputée pour ses coureurs, c'est aussi dû a leur morphologie de montagnard (court sur patte, grande cage thoracique).

A noter enfin que l'altitude stimule la production d'érythropoïetine (EPO), qui augmente la synthèse de globules rouges, et donc facilite l'oxygenation des tissus : ainsi, même si l'injection d'EPO est interdite dans le milieu du sport, ceci est détourné par les stages en altitude. N'en doutez donc pas, le sport 'propre' n'existe pas : seulement, les fédérations se mettent d'accord sur quels produits dopants sont autorisés, et lesquels ne le sont pas.

(et désolé pour le pavé, insomnies obligent.. En espérant que ces dernières n'aident pas a ce que j'écrive des bétises.)

Posté le

unknown

(155)

Répondre

Le mec qui habite les rives de la Mer Morte, il gueule lui: " c'est d'la triche ! "

Posté le

unknown

(33)

Répondre

Plus on monte en altitude et moins il y a d'oxygène. Le corps s'adapte en fabriquant plus de globule rouge car chaque globule rouge en transporte moins a cause dune plus faible pression.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Je ne me coucherai pas moins bête avec sa ... Dommage ^^

Posté le

unknown

(0)

Répondre

J'ai aussi lu quelque part, concernant la morphologie, que le centre de gravité de certains était plus bas, donc plus d'équilibre pendant la course. A confirmer.

Posté le

unknown

(9)

Répondre

a écrit : J'ai aussi lu quelque part, concernant la morphologie, que le centre de gravité de certains était plus bas, donc plus d'équilibre pendant la course. A confirmer. Le père Thuram conteste formellement cette anectote ! ,)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

On apprend ca en 3ème^^bon ca fera toujours un petit rappel

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Par contre,petite correction:il n'y a pas une baisse d'oxygene en altitude mais une baisse de pression qui gene l'oxygenation,le taux d'oxygene ne varie pas.il me semble qu'il y a deja eu une publi la dessus.

Posté le

unknown

(2)

Répondre

a écrit : Par contre,petite correction:il n'y a pas une baisse d'oxygene en altitude mais une baisse de pression qui gene l'oxygenation,le taux d'oxygene ne varie pas.il me semble qu'il y a deja eu une publi la dessus. Si tu parles de phenix36trm, il ne parle pas de taux (et n'a pas modifié son commentaire je crois). Tu as raison le taux d'oxygène ne varie pas avec l'altitude (il reste toujours d'environ 21%) mais comme l'air se raréfie (car moins de pression), il y a a fortiori moins d'oxygène. Et c'est bien ce qu'il avait dit ;)

Posté le

unknown

(2)

Répondre

a écrit : ca tout le monde le sait je pense .... Le sujet principal de l'anecdote est qu'il y a des plateaux en Ethiopie et au Kenya qui permettent a ces coureurs d'être bon. Et tout le monde n'est pas aussi bon en géographie que toi excuse nous ;)

Posté le

unknown

(4)

Répondre

Tiens gregovic n'a pas encore commenter cette anecdote ?! Étonnant.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : C'est le hasard car l'anecdote a été soumise il y a un moment Yo philippe, c'est quand que tu valides la mienne ? Quels sont les délais ?

Posté le

unknown

(0)

Répondre