La marée du siècle ne l'est pas vraiment

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

Marnage: "Variation du niveau du plan d'eau d'une voie navigable, d'une retenue en cours d'exploitation normale." JMCMB

Posté le

android

(40)

Répondre

Pour ceux qui veulent savoir comment on calcule un coefficient de marée (de 20 à 120)
C = (Ha - Hb) / U

avec :
Ha : la hauteur d'eau de la pleine mer
Hb : la hauteur d'eau de la basse mer suivant la marée haute
U : valeur moyenne du marnage propre à la localité (à Brest, 6,10 m)

fr.m.wikipedia.org/wiki/Calcul_de_marée

Le côté exceptionnel d'une "marée du siècle" ne se limite pas seulement à son fort coefficient.

Comme exemple, l'inondation du Sud-Ouest des Pays-Bas, le 1er février 1953.
Un système de basses pressions, situé sur la Mer du Nord, permit déjà au niveau de la mer, d'être à 3,10 mètres au dessus de sa moyenne. À ceci se rajouteront des vents violents (force 9 à 11), de provenance Nord-Ouest, qui feront encore grimper le niveau de la mer, jusqu'à 4,55 mètres.
Aucune digue n'était conçue pour une situation aussi exceptionnelle. 89 d'entre elles cédèrent, l'eau de mer envahissant champs, villages et villes.
Bilan 1835 morts.
Pour peu, une zone habitée par 3 millions de personnes, fut sauvegardée.

Pourtant, cette inondation eut lieu durant une période de marnage faible.
Si cette tempête avait eue lieu quinze jours plus tard, -conjonction de phénomènes exceptionnels -les dégâts auraient été de proportions Bibliques.


Tous les commentaires (9)

Marnage: "Variation du niveau du plan d'eau d'une voie navigable, d'une retenue en cours d'exploitation normale." JMCMB

Posté le

android

(40)

Répondre

Pour ceux qui veulent savoir comment on calcule un coefficient de marée (de 20 à 120)
C = (Ha - Hb) / U

avec :
Ha : la hauteur d'eau de la pleine mer
Hb : la hauteur d'eau de la basse mer suivant la marée haute
U : valeur moyenne du marnage propre à la localité (à Brest, 6,10 m)

fr.m.wikipedia.org/wiki/Calcul_de_marée

Le côté exceptionnel d'une "marée du siècle" ne se limite pas seulement à son fort coefficient.

Comme exemple, l'inondation du Sud-Ouest des Pays-Bas, le 1er février 1953.
Un système de basses pressions, situé sur la Mer du Nord, permit déjà au niveau de la mer, d'être à 3,10 mètres au dessus de sa moyenne. À ceci se rajouteront des vents violents (force 9 à 11), de provenance Nord-Ouest, qui feront encore grimper le niveau de la mer, jusqu'à 4,55 mètres.
Aucune digue n'était conçue pour une situation aussi exceptionnelle. 89 d'entre elles cédèrent, l'eau de mer envahissant champs, villages et villes.
Bilan 1835 morts.
Pour peu, une zone habitée par 3 millions de personnes, fut sauvegardée.

Pourtant, cette inondation eut lieu durant une période de marnage faible.
Si cette tempête avait eue lieu quinze jours plus tard, -conjonction de phénomènes exceptionnels -les dégâts auraient été de proportions Bibliques.

a écrit : Pour ceux qui veulent savoir comment on calcule un coefficient de marée (de 20 à 120)
C = (Ha - Hb) / U

avec :
Ha : la hauteur d'eau de la pleine mer
Hb : la hauteur d'eau de la basse mer suivant la marée haute
U : valeur moyenne du marnage propre à la localité (à B
rest, 6,10 m)

fr.m.wikipedia.org/wiki/Calcul_de_marée
Afficher tout
J’ai oublié le x100.

a écrit : Le côté exceptionnel d'une "marée du siècle" ne se limite pas seulement à son fort coefficient.

Comme exemple, l'inondation du Sud-Ouest des Pays-Bas, le 1er février 1953.
Un système de basses pressions, situé sur la Mer du Nord, permit déjà au niveau de la mer, d'être à 3
,10 mètres au dessus de sa moyenne. À ceci se rajouteront des vents violents (force 9 à 11), de provenance Nord-Ouest, qui feront encore grimper le niveau de la mer, jusqu'à 4,55 mètres.
Aucune digue n'était conçue pour une situation aussi exceptionnelle. 89 d'entre elles cédèrent, l'eau de mer envahissant champs, villages et villes.
Bilan 1835 morts.
Pour peu, une zone habitée par 3 millions de personnes, fut sauvegardée.

Pourtant, cette inondation eut lieu durant une période de marnage faible.
Si cette tempête avait eue lieu quinze jours plus tard, -conjonction de phénomènes exceptionnels -les dégâts auraient été de proportions Bibliques.
Afficher tout
Autre précision, on peut également avoir un coefficient élevé et une hauteur de pleine mer faible et un coefficient moyen et une hauteur de pleine mer élevée.

On peut donc avoir un marnage moyen (coef moyen) mais une pleine mer bien au-dessus des normales.

Le rôle de la Lune dans les marées n’a vraiment été découvert que tard dans l’histoire de l’Humanité. Même si au VIIe siècle, Augustin Erigène découvre que les phases de la Lune et les marées sont reliées. Même Galilée ne croira pas à l’influence de la Lune sur les marées alors que Kepler en avait rigoureusement établit la théorie.

a écrit : Autre précision, on peut également avoir un coefficient élevé et une hauteur de pleine mer faible et un coefficient moyen et une hauteur de pleine mer élevée.

On peut donc avoir un marnage moyen (coef moyen) mais une pleine mer bien au-dessus des normales.

Le rôle de la Lune dans les marées n
’a vraiment été découvert que tard dans l’histoire de l’Humanité. Même si au VIIe siècle, Augustin Erigène découvre que les phases de la Lune et les marées sont reliées. Même Galilée ne croira pas à l’influence de la Lune sur les marées alors que Kepler en avait rigoureusement établit la théorie. Afficher tout
Absolument @Tybs... Tu fais très bien d'apporter ces précisions.

Ceci permet d'ailleurs d'expliquer quel est le scénario le plus probable, dérivé de la montée du niveau de la mer, comme conséquence du Réchauffement Climatique.
Alors, oublions une montée linéaire dans le temps. Non, cette montée des eaux -et destruction du littoral-, se fera par à-coups, à chaque tempête, où les coups de butoir de la mer en furie détruira tout paysage et infrastructure, sur quelques mètres... centaines de mètres, voire à-coups des kilomètres à l'intérieur des terres, en fonction de l'orographie du lieu.

a écrit : Absolument @Tybs... Tu fais très bien d'apporter ces précisions.

Ceci permet d'ailleurs d'expliquer quel est le scénario le plus probable, dérivé de la montée du niveau de la mer, comme conséquence du Réchauffement Climatique.
Alors, oublions une montée linéaire dans le temps. Non,
cette montée des eaux -et destruction du littoral-, se fera par à-coups, à chaque tempête, où les coups de butoir de la mer en furie détruira tout paysage et infrastructure, sur quelques mètres... centaines de mètres, voire à-coups des kilomètres à l'intérieur des terres, en fonction de l'orographie du lieu. Afficher tout
Rien ne résiste à l'érosion.

Pourquoi?

L'eau, ca ne s'use pas.

La théorie du barrage:

Plus on fait un barrage solide, plus ça fera mal quand il cèdera. Les Japonais confirmeront. :(

On ne lutte pas contre les éléments, le seul truc qu'on peut faire, c'est s'y adapter.

-: Vends, maison en Camargue, vaste potentiel de marais salants, faire offre...

P.S il est vraiment important de connaitre l'histoire des lieux avant de vouloir y vivre, certaines populations n'ont pas le choix (et BANG, la dèche), mais crénoàmd'vindju quand je vois des gens acheter une baraque de plein pied à l'Isle-sur-la-Sorgue alors que je SAIS moi via trois clics sur internet que la moitié du département était un marécage y'a 200 ans... je... heuuu

Ne faites confiance à personne, plus c'est attractif, plus vous l'aurez dans les fesses, surtout dans l'immobilier.

a écrit : Le côté exceptionnel d'une "marée du siècle" ne se limite pas seulement à son fort coefficient.

Comme exemple, l'inondation du Sud-Ouest des Pays-Bas, le 1er février 1953.
Un système de basses pressions, situé sur la Mer du Nord, permit déjà au niveau de la mer, d'être à 3
,10 mètres au dessus de sa moyenne. À ceci se rajouteront des vents violents (force 9 à 11), de provenance Nord-Ouest, qui feront encore grimper le niveau de la mer, jusqu'à 4,55 mètres.
Aucune digue n'était conçue pour une situation aussi exceptionnelle. 89 d'entre elles cédèrent, l'eau de mer envahissant champs, villages et villes.
Bilan 1835 morts.
Pour peu, une zone habitée par 3 millions de personnes, fut sauvegardée.

Pourtant, cette inondation eut lieu durant une période de marnage faible.
Si cette tempête avait eue lieu quinze jours plus tard, -conjonction de phénomènes exceptionnels -les dégâts auraient été de proportions Bibliques.
Afficher tout
Super complément, comme d'habitude ;-)

Je pense toutefois que l'anecdote de Tybs parle surtout des marées prédictibles très longtemps à l'avance. Pas celles où des phénomènes météorologiques ou autres, prédictibles sur courts, voire très courts termes, s'incrustent dans les calculs.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Super complément, comme d'habitude ;-)

Je pense toutefois que l'anecdote de Tybs parle surtout des marées prédictibles très longtemps à l'avance. Pas celles où des phénomènes météorologiques ou autres, prédictibles sur courts, voire très courts termes, s'incrustent dans les calculs.
Pour être totalement sincère, je n'avais pas d'anecdote en réserve, pour illustrer parfaitement le sujet décrit par @Tybs...
J'ai choisi de parler de la grande inondation de 1953, car c'est un sujet (familial) qui m'a souvent été raconté durant mon enfance.