Le geyser lave-linge

Proposé par
le

À la fin du XIXe siècle, « Old Faithful », le célèbre geyser du parc national de Yellowstone aux États-Unis, était parfois utilisé comme une machine à laver géante : on y jetait des vêtements sales, qui étaient naturellement lavés à haute température, entre deux éruptions.

Les vêtements étaient ensuite éjectés à la prochaine éruption. En 1882, les hommes du général Sheridan constatèrent que les vêtements en lin et en coton étaient restitués intacts, ce qui n’était pas le cas des vêtements en laine.


Commentaires préférés (3)

Il se passait entre 45 et 125 minutes entre deux jets.
Source : très chaude

Posté le

android

(181)

Répondre

a écrit : Tu veux parler de celui qui utilisait les initiales d'un vers d'un poème d'Aragon, mis en musique par Jean Ferrat, pour son pseudo ? Bon retour parmi nous malgré la faim, la fatigue et le froid :).


Tous les commentaires (26)

a écrit : Et la soie non plus... Je doute que l'armée américaine du XIXè utilisaient beaucoup de vêtements en soie.

Posté le

android

(6)

Répondre

Il se passait entre 45 et 125 minutes entre deux jets.
Source : très chaude

Posté le

android

(181)

Répondre

a écrit : Je doute que l'armée américaine du XIXè utilisaient beaucoup de vêtements en soie. Les foulards?

a écrit : Ici il est fait mention d’une personne qui aurait même tenté de lancer un petit business de laverie dans une source chaude : www.atlasobscura.com/articles/yellowstone-geysers-trash-garbage Et ça répond aussi à la question "est-ce que l'eau chaude est suffisante pour laver ou est-ce qu'il fallait aussi mettre du savon" : même si ceux qui voulaient laver leurs vêtements ne mettaient pas le savon en même temps, il y avait déjà largement assez de savon dans la source pour bien laver les vêtements car le savon était apparemment une des choses que les gens aimaient bien jeter dans les sources chaudes, en plus des piécettes. Les savonnettes avaient tendance à disparaitre des hôtels avoisinants tellement les clients avaient tous la même idée de les emporter pour les jeter dans les sources chaudes !

a écrit : Je doute que l'armée américaine du XIXè utilisaient beaucoup de vêtements en soie. Les parachutes

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Et ça répond aussi à la question "est-ce que l'eau chaude est suffisante pour laver ou est-ce qu'il fallait aussi mettre du savon" : même si ceux qui voulaient laver leurs vêtements ne mettaient pas le savon en même temps, il y avait déjà largement assez de savon dans la source pour bien laver les vêtements car le savon était apparemment une des choses que les gens aimaient bien jeter dans les sources chaudes, en plus des piécettes. Les savonnettes avaient tendance à disparaitre des hôtels avoisinants tellement les clients avaient tous la même idée de les emporter pour les jeter dans les sources chaudes ! Afficher tout Ton style d'écriture me rappelle étrangement un de nos piliers du site disparu l'année dernière. Alors si c'est le cas, bon retour parmi nous ^^ et si ce n'est pas le cas, je n'ai rien dit.

Et ça fait sèche-linge le temps que ça retombe.

a écrit : Et ça fait sèche-linge le temps que ça retombe. Et c'est de nouveau sale une fois parterre...

Et le fait de mettre du savons dans le geyser peut le déclencher en jouant sur la tension de surface de l'eau.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Au 19ème siècle? Exact. Le premier saut en parachute par un militaire date du 13 février 1914 par le lieutenant-aviateur Jean Ors, en France.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Ton style d'écriture me rappelle étrangement un de nos piliers du site disparu l'année dernière. Alors si c'est le cas, bon retour parmi nous ^^ et si ce n'est pas le cas, je n'ai rien dit. Tu veux parler de celui qui utilisait les initiales d'un vers d'un poème d'Aragon, mis en musique par Jean Ferrat, pour son pseudo ?

a écrit : Tu veux parler de celui qui utilisait les initiales d'un vers d'un poème d'Aragon, mis en musique par Jean Ferrat, pour son pseudo ? Bon retour parmi nous malgré la faim, la fatigue et le froid :).

Des geysers aux eaux thermales....

Au Japon, les sources d'eaux thermales sont nombreuses.
....et les Japonais s'en servent pour y faire cuire des oeufs.
Mais pas des oeufs quelconques: les Onzen tamago.
Les plus réputés sont ceux de Owakudani, car la coquille des oeufs ressortent noirs, dûs à la présence de souffre et de fer dans l'eau de cuisson, bien que ceci ne modifie en rien le goût.
De plus, vu que l'eau n'atteint pas le point d'ébullition, il s'agit d'une cuisson lente, tout comme de grands chefs de cuisine, vous proposent des "oeufs parfaits de cuisson à basse température".
Si vous aimez vous mettre aux fourneaux...
Un "oeuf parfait" se cuit à 63,2°C, durant 45 minutes.
Vous obtiendrez un oeuf "dur" au blanc "soyeux" et au jaune "crémeux".

Bon appétit !

a écrit : Exact. Le premier saut en parachute par un militaire date du 13 février 1914 par le lieutenant-aviateur Jean Ors, en France. Donc ce n'est plus au XIXe, si on veut être précis :)

Un autre endroit du monde où les geysers sont nombreux, est en Islande.

Les conditions géologiques particulières de cette île-État, ( elle est située sur la dorsale médio-Atlantique) font qu'elle regorge d'un potentiel de production d'énergie (électricité et chaleur) bien au dessus de ses capacités, grâce à la chaleur issue de ce point chaud volcanique.
Pour vous faire une idée: alors que la chaleur moyenne du manteau terrestre, à 1km de profondeur, marque 25 à 30 degrés, en Islande, il y a plus de 270 lieux où, à cette même profondeur, il fait déjà plus de 150 degrés et parfois plus de 250 degrés !

Si ce ne serait pas pour une nécessité d'importation de pétrole pour le carburant de ses véhicules, ses avions et de ses bateaux, l'on pourrait presque dire que le pays pourrait fonctionner en totale autarcie énergétique, grâce à son formidable potentiel géothermique et hydrologique.
De fait, l'Islande a su attirer des industries grandes consommatrices d'énergie, afin de profiter de ce potentiel... Et créer des emplois.

Pour la petite anecdote...

À cause de la Seconde Guerre Mondiale, la hausse des prix d'importation des denrées alimentaires, a conduit l'Islande à se lancer dans la culture sous serre, de... La banane !
Grâce à la chaleur peu onéreuse obtenue de la géothermie, de nombreuses serres ont été construites dans l'île.
La culture et commercialisation interne de la banane, a duré jusqu'à 1959, car en 1960, la baisse de la taxe sur les fruits importés a été abaissée, conduisant la banane nationale a ne plus être compétitive.
Cependant, de par sa situation insulaire et éloignée de tout autre pays, il existe encore une serre de quelques centaines de mètres carrés, où pousse une bananeraie de variété Gros Michel, elle même décimée dans des amples régions du globe, par la Maladie de Panama.

a écrit : Tu veux parler de celui qui utilisait les initiales d'un vers d'un poème d'Aragon, mis en musique par Jean Ferrat, pour son pseudo ? Celui qui a un âge canonix ;)
Je n'avais jamais fait le rapprochement entre le pseudo et Aragon. Du coup je cherche le poeme pour celui-ci aha...

Serait-ce Paul Verlaine ?... Le fruit, la fleur et la feuille ?... (Au singulier donc ^^)

Posté le

android

(0)

Répondre