Le meilleur étage des immeubles haussmanniens

Proposé par
le
dans

Les immeubles haussmanniens ont presque toujours un balcon au deuxième étage. Le rez-de-chaussée était réservé aux commerces, et le premier étage servait à loger les commerçants. Le deuxième étage était réservé aux personnes aisées, car il offrait un bon compromis entre l’éloignement de la rue (et donc du bruit) et le nombre d’escaliers à monter. Il comportait donc souvent un balcon.


Commentaires préférés (3)

On peut également préciser que le 5e étage possédait aussi un balcon pour des raisons esthétiques. Enfin, on remarque aussi que plus on monte dans les étages et moins les encadrements de fenêtres et les façades sont décorées.

Si on regarde les prix immobilier aujourd'hui à Paris, cette anecdote n'est plus d'actualité. Le dernier étage apparait en moyenne comme le plus cher qu'il y ait ou non un ascenseur dans l'immeuble car l'ensoleillement et la vue y sont bien meilleures. edito.seloger.com/actualites/france/immobilier-quel-est-l-impact-de-l-etage-sur-le-prix-d-un-appartement-article-18514.html

a écrit : On peut également préciser que le 5e étage possédait aussi un balcon pour des raisons esthétiques. Enfin, on remarque aussi que plus on monte dans les étages et moins les encadrements de fenêtres et les façades sont décorées.

Si on regarde les prix immobilier aujourd'hui à Paris, cette anecdote n&#
039;est plus d'actualité. Le dernier étage apparait en moyenne comme le plus cher qu'il y ait ou non un ascenseur dans l'immeuble car l'ensoleillement et la vue y sont bien meilleures. edito.seloger.com/actualites/france/immobilier-quel-est-l-impact-de-l-etage-sur-le-prix-d-un-appartement-article-18514.html Afficher tout
Tout à fait, et on peut noter que le balcon de l'"étage noble" est généralement plus profond, alors que celui du 5e est souvent étroit et filant (car il y a plusieurs petits appartements en haut).
De plus, la hauteur sous plafond du 2e est assez élevée, alors que le premier étage est souvent un 'entresol' bas de plafond, qui sert parfois de réserve pour les commerces du rdc.
Enfin, il y a un petit escalier dit "de service" pour atteindre les chambres de bonnes du 6ème étage, qui ne sont pas accessibles par l'escalier principal qui s'arrête avant. Il permettait également aux bonnes ou aux livreurs d'atteindre directement la cuisine de l'étage noble sans croiser les "maîtres".


Tous les commentaires (24)

On peut également préciser que le 5e étage possédait aussi un balcon pour des raisons esthétiques. Enfin, on remarque aussi que plus on monte dans les étages et moins les encadrements de fenêtres et les façades sont décorées.

Si on regarde les prix immobilier aujourd'hui à Paris, cette anecdote n'est plus d'actualité. Le dernier étage apparait en moyenne comme le plus cher qu'il y ait ou non un ascenseur dans l'immeuble car l'ensoleillement et la vue y sont bien meilleures. edito.seloger.com/actualites/france/immobilier-quel-est-l-impact-de-l-etage-sur-le-prix-d-un-appartement-article-18514.html

a écrit : On peut également préciser que le 5e étage possédait aussi un balcon pour des raisons esthétiques. Enfin, on remarque aussi que plus on monte dans les étages et moins les encadrements de fenêtres et les façades sont décorées.

Si on regarde les prix immobilier aujourd'hui à Paris, cette anecdote n&#
039;est plus d'actualité. Le dernier étage apparait en moyenne comme le plus cher qu'il y ait ou non un ascenseur dans l'immeuble car l'ensoleillement et la vue y sont bien meilleures. edito.seloger.com/actualites/france/immobilier-quel-est-l-impact-de-l-etage-sur-le-prix-d-un-appartement-article-18514.html Afficher tout
Tout à fait, et on peut noter que le balcon de l'"étage noble" est généralement plus profond, alors que celui du 5e est souvent étroit et filant (car il y a plusieurs petits appartements en haut).
De plus, la hauteur sous plafond du 2e est assez élevée, alors que le premier étage est souvent un 'entresol' bas de plafond, qui sert parfois de réserve pour les commerces du rdc.
Enfin, il y a un petit escalier dit "de service" pour atteindre les chambres de bonnes du 6ème étage, qui ne sont pas accessibles par l'escalier principal qui s'arrête avant. Il permettait également aux bonnes ou aux livreurs d'atteindre directement la cuisine de l'étage noble sans croiser les "maîtres".

Pourtant l une des propriétés du son est de monter. Paradoxalement, un deuxieme etage sera plus exposé au bruit qu'un rez de chaussée. Je l'avais appris en cours d'acoustique mais j'avais du mal à y croire jusqu'au jour où j'ai déménagé au rdc du meme immeuble où je vivais (depuis d'ailleurs le 2e etage), et que cela s'est vérifié.

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Pourtant l une des propriétés du son est de monter. Paradoxalement, un deuxieme etage sera plus exposé au bruit qu'un rez de chaussée. Je l'avais appris en cours d'acoustique mais j'avais du mal à y croire jusqu'au jour où j'ai déménagé au rdc du meme immeuble où je vivais (depuis d'ailleurs le 2e etage), et que cela s'est vérifié. Afficher tout Tout dépend du type de bruit. La rue fait caisse de résonnance et c'est pour ça qu'on entend le son en hauteur, mais tout ne résonne pas pareil. A l'époque le bruit de la rue ça devait être les conversations bruyantes sur le trottoir et les pas des chevaux sur les pavés, ce qui ne monte pas forcément autant que le bruit de la circulation automobile. Notamment les conversations qu'on doit quand même moins percevoir, et en tout cas moins distinctement, lorsqu'on s'éloigne de la source. Et on peut supposer qu'avec un ou deux étages de plus, on était aussi un peu plus éloigné des odeurs des caniveaux et du crottin, qui devaient prédominer à l'époque.

a écrit : Pourtant l une des propriétés du son est de monter. Paradoxalement, un deuxieme etage sera plus exposé au bruit qu'un rez de chaussée. Je l'avais appris en cours d'acoustique mais j'avais du mal à y croire jusqu'au jour où j'ai déménagé au rdc du meme immeuble où je vivais (depuis d'ailleurs le 2e etage), et que cela s'est vérifié. Afficher tout "Une des propriétés du son est de monter" ?

Non, pas vraiment. Il y a confusion entre causes et conséquences ici. Le son ne monte pas mais on a l'impression qu'il monte. A partir d'une source sonore, le son se propage dans toutes les directions qu'il lui est possible d'emprunter. Il ne monte pas, il ne descend pas, il va partout où il peut. Le bruit au niveau de la rue est réfléchi par 3 éléments : le sol et les deux façades de la rue (pour une rue parisienne avec des façades de plus de 15 mètres). Le son va également être atténué par différents obstacles comme des arbres, des voitures, des rideaux de magasins, des kiosques à journaux.

Ainsi, quand on est au Rdc ou au 1er, on va entendre le son en voie directe atténué par quelques obstacles et peu de réflexions provenant des façades.
Quand on va être dans les étages on va entendre le son de la rue en voie directe sans obstacles + les différentes réflexions provenant du sol et des façades.
Il existe également d'autres paramètres à prendre en compte :
- le son se propage mieux avec les mouvements d'air qui ont une fâcheuse tendance à monter (selon la météo, on entend tel ou tel bruit etc.)
- le son de la voix se situe dans les fréquences moyennes et hautes qui ont tendance à mieux se propager loin sans obstacle (on entendra très bien une conversation dans les étages supérieurs mais pas mieux une voiture).

Finalement, le son dans les étages supérieurs se propagera étonnement bien et principalement pour les bruits de voix. Il est donc possible d'entendre une conversation entre deux personnes dans la rue à la fenêtre du 4e étage car aucun obstacle ne se présentera entre ces personnes et la fenêtre et en plus les réflexions permettront d'accentuer cette propagation.

A Paris, je conseille d'ailleurs d'éviter le 5e étage qui constitue la zone ou le bruit de la route et les réflexions associées sont les plus élevées.

a écrit : On peut également préciser que le 5e étage possédait aussi un balcon pour des raisons esthétiques. Enfin, on remarque aussi que plus on monte dans les étages et moins les encadrements de fenêtres et les façades sont décorées.

Si on regarde les prix immobilier aujourd'hui à Paris, cette anecdote n&#
039;est plus d'actualité. Le dernier étage apparait en moyenne comme le plus cher qu'il y ait ou non un ascenseur dans l'immeuble car l'ensoleillement et la vue y sont bien meilleures. edito.seloger.com/actualites/france/immobilier-quel-est-l-impact-de-l-etage-sur-le-prix-d-un-appartement-article-18514.html Afficher tout
Les choses ont changé, c'est vrai, perso, a chaque fois que j'ai emménagé dans un immeuble d'appartements, j'ai toujours pris le dernier étage, non pas pour la vue, mais pour ne pas que les voisins du dessus me cassent les pieds, ascenseur où pas. ^^

Pour le son, ben... en fait j'en sais rien. Normal. ;)

a écrit : "Une des propriétés du son est de monter" ?

Non, pas vraiment. Il y a confusion entre causes et conséquences ici. Le son ne monte pas mais on a l'impression qu'il monte. A partir d'une source sonore, le son se propage dans toutes les directions qu'il lui est possible d'em
prunter. Il ne monte pas, il ne descend pas, il va partout où il peut. Le bruit au niveau de la rue est réfléchi par 3 éléments : le sol et les deux façades de la rue (pour une rue parisienne avec des façades de plus de 15 mètres). Le son va également être atténué par différents obstacles comme des arbres, des voitures, des rideaux de magasins, des kiosques à journaux.

Ainsi, quand on est au Rdc ou au 1er, on va entendre le son en voie directe atténué par quelques obstacles et peu de réflexions provenant des façades.
Quand on va être dans les étages on va entendre le son de la rue en voie directe sans obstacles + les différentes réflexions provenant du sol et des façades.
Il existe également d'autres paramètres à prendre en compte :
- le son se propage mieux avec les mouvements d'air qui ont une fâcheuse tendance à monter (selon la météo, on entend tel ou tel bruit etc.)
- le son de la voix se situe dans les fréquences moyennes et hautes qui ont tendance à mieux se propager loin sans obstacle (on entendra très bien une conversation dans les étages supérieurs mais pas mieux une voiture).

Finalement, le son dans les étages supérieurs se propagera étonnement bien et principalement pour les bruits de voix. Il est donc possible d'entendre une conversation entre deux personnes dans la rue à la fenêtre du 4e étage car aucun obstacle ne se présentera entre ces personnes et la fenêtre et en plus les réflexions permettront d'accentuer cette propagation.

A Paris, je conseille d'ailleurs d'éviter le 5e étage qui constitue la zone ou le bruit de la route et les réflexions associées sont les plus élevées.
Afficher tout
Je doute qu'on entende "très bien" une conversation dans les étages supérieurs : on entendra peut-être qu'il y a une conversation mais pas distinctement au point de pouvoir la suivre. Car plus on monte dans les étages et plus il y a de réflexions en plus du son qui arrive en ligne directe et donc plus le son se transforme en brouhaha car il y a une différence de marche entre le son qui provient des différentes directions et les signaux des différentes fréquences ne se superposent donc plus exactement et le son devient inintelligible. Contrairement à la "Whispering Gallery" de la Cathédrale Saint Paul à Londres où le son se réfléchit tout autour du dôme et parvient de l'autre côté en ayant parcouru exactement la même distance quel que soit le chemin emprunté et donc il n'y pas de différence de marche, les signaux se superposent exactement quelle que soit la fréquence et les paroles sont parfaitement intelligibles.

a écrit : Je doute qu'on entende "très bien" une conversation dans les étages supérieurs : on entendra peut-être qu'il y a une conversation mais pas distinctement au point de pouvoir la suivre. Car plus on monte dans les étages et plus il y a de réflexions en plus du son qui arrive en ligne directe et donc plus le son se transforme en brouhaha car il y a une différence de marche entre le son qui provient des différentes directions et les signaux des différentes fréquences ne se superposent donc plus exactement et le son devient inintelligible. Contrairement à la "Whispering Gallery" de la Cathédrale Saint Paul à Londres où le son se réfléchit tout autour du dôme et parvient de l'autre côté en ayant parcouru exactement la même distance quel que soit le chemin emprunté et donc il n'y pas de différence de marche, les signaux se superposent exactement quelle que soit la fréquence et les paroles sont parfaitement intelligibles. Afficher tout Je n'ai pas donné de valeurs STI ou C50 pour la conversation entendue ni qualifié la conversation de "très bien" entendu.

Par expérience, j'entendais distinctement les conversations dans la rue en habitant au 3eme étage d'une rue parisienne. Mais effectivement, des réflexions tardives viennent tout de suite détériorer l'intelligibilité d'un discours.

Pour tes exemples, tu peux également citer les stations de métro parisienne qui permettent de se parler facilement d'un quai à l'autre sans crier (grâce à de belles ellipses ^^).

a écrit : Je ne peux m'empêcher de partager l'image que j'ai trouvé un jour et qui illustre à la perfection l'anecdote, bien que l'image illustre un immeuble sans magasins (comme dans le XVIème).

www.google.com/url?sa=i&url=https%3A%2F%2Fwww.pinterest.fr%2Fpin%2F102949541456571
764%2F&psig=AOvVaw1tNO54pANaVqjPXNxke5cZ&ust=1610099592246000&source=images&cd=vfe&ved=0CAIQjRxqFwoTCJiC7sPGie4CFQAAAAAdAAAAABBr Afficher tout
Sur cette image, ne serait-ce pas le 1er étage qui a un balcon ? Car l'anecdote explique pourquoi c c'est le 2ème étage qui en possède un.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je n'ai pas donné de valeurs STI ou C50 pour la conversation entendue ni qualifié la conversation de "très bien" entendu.

Par expérience, j'entendais distinctement les conversations dans la rue en habitant au 3eme étage d'une rue parisienne. Mais effectivement, des réflexions tard
ives viennent tout de suite détériorer l'intelligibilité d'un discours.

Pour tes exemples, tu peux également citer les stations de métro parisienne qui permettent de se parler facilement d'un quai à l'autre sans crier (grâce à de belles ellipses ^^).
Afficher tout
Merci pour la clarification, je n'avais pas compris que "on entendra très bien une conversation dans les étages supérieurs" ne voulait pas dire que la conversation sera très bien entendue !

a écrit : Merci pour la clarification, je n'avais pas compris que "on entendra très bien une conversation dans les étages supérieurs" ne voulait pas dire que la conversation sera très bien entendue ! Cela dépend certainement des rues mais je t'assure que tu peux très bien comprendre ce que disent deux personnes dans la rue tout en étant à ton balcon quelques étages plus haut et même avec un STI autour de 0,5.

a écrit : On peut également préciser que le 5e étage possédait aussi un balcon pour des raisons esthétiques. Enfin, on remarque aussi que plus on monte dans les étages et moins les encadrements de fenêtres et les façades sont décorées.

Si on regarde les prix immobilier aujourd'hui à Paris, cette anecdote n&#
039;est plus d'actualité. Le dernier étage apparait en moyenne comme le plus cher qu'il y ait ou non un ascenseur dans l'immeuble car l'ensoleillement et la vue y sont bien meilleures. edito.seloger.com/actualites/france/immobilier-quel-est-l-impact-de-l-etage-sur-le-prix-d-un-appartement-article-18514.html Afficher tout
Dans les immeubles haussmaniens, plus on monte dans les étages et plus on descend dans la catégorie sociale.
C'est ce que décrit Balzac dans "Le Père Goriot" : Ce dernier habite toujours au même endroit, jusqu'à ce qu'il se retrouve au dernier étage lorsqu'il est ruiné.

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : "Une des propriétés du son est de monter" ?

Non, pas vraiment. Il y a confusion entre causes et conséquences ici. Le son ne monte pas mais on a l'impression qu'il monte. A partir d'une source sonore, le son se propage dans toutes les directions qu'il lui est possible d'em
prunter. Il ne monte pas, il ne descend pas, il va partout où il peut. Le bruit au niveau de la rue est réfléchi par 3 éléments : le sol et les deux façades de la rue (pour une rue parisienne avec des façades de plus de 15 mètres). Le son va également être atténué par différents obstacles comme des arbres, des voitures, des rideaux de magasins, des kiosques à journaux.

Ainsi, quand on est au Rdc ou au 1er, on va entendre le son en voie directe atténué par quelques obstacles et peu de réflexions provenant des façades.
Quand on va être dans les étages on va entendre le son de la rue en voie directe sans obstacles + les différentes réflexions provenant du sol et des façades.
Il existe également d'autres paramètres à prendre en compte :
- le son se propage mieux avec les mouvements d'air qui ont une fâcheuse tendance à monter (selon la météo, on entend tel ou tel bruit etc.)
- le son de la voix se situe dans les fréquences moyennes et hautes qui ont tendance à mieux se propager loin sans obstacle (on entendra très bien une conversation dans les étages supérieurs mais pas mieux une voiture).

Finalement, le son dans les étages supérieurs se propagera étonnement bien et principalement pour les bruits de voix. Il est donc possible d'entendre une conversation entre deux personnes dans la rue à la fenêtre du 4e étage car aucun obstacle ne se présentera entre ces personnes et la fenêtre et en plus les réflexions permettront d'accentuer cette propagation.

A Paris, je conseille d'ailleurs d'éviter le 5e étage qui constitue la zone ou le bruit de la route et les réflexions associées sont les plus élevées.
Afficher tout
Oui evidemment que le son se propage dans toutes les directions, je parlais en terme de résonnance acoustique au vu de l'organisation de la plupart des rues et des bâtiments de ville.
Les ondes sonores se déplacent évidemment dans toutes les directions tant qu'elles ne rencontrent pas d'obstacle/changement de milieu qui dévierait/affaiblirait leur trajectoire.
J'aurais dû être plus claire effectivement, ca me paraissait sous entendu au vu du sujet de l anecdote, mais apparemment pas. Je voulais corriger le com mais il m est impossible passé un délai de 15 mn.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Tout dépend du type de bruit. La rue fait caisse de résonnance et c'est pour ça qu'on entend le son en hauteur, mais tout ne résonne pas pareil. A l'époque le bruit de la rue ça devait être les conversations bruyantes sur le trottoir et les pas des chevaux sur les pavés, ce qui ne monte pas forcément autant que le bruit de la circulation automobile. Notamment les conversations qu'on doit quand même moins percevoir, et en tout cas moins distinctement, lorsqu'on s'éloigne de la source. Et on peut supposer qu'avec un ou deux étages de plus, on était aussi un peu plus éloigné des odeurs des caniveaux et du crottin, qui devaient prédominer à l'époque. Afficher tout Honnetement je ne m'y connais pas assez pour savoir quelle fréquence résonera plus en hauteur du bruit des conversations vs celui de la circulation, mais pour mon exemple personnel, mon immeuble donne sur un parc sans voiture et il s'agit bien du bruit des conversations et des bruits d'enfants qui résonait plus au 2e étage qu'au rdc.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Sur cette image, ne serait-ce pas le 1er étage qui a un balcon ? Car l'anecdote explique pourquoi c c'est le 2ème étage qui en possède un. C'est un dessin simplifié, il manque également un des 2 étages classiquement concu pour la "moyenne bourgesoisie".

a écrit : Sur cette image, ne serait-ce pas le 1er étage qui a un balcon ? Car l'anecdote explique pourquoi c c'est le 2ème étage qui en possède un. Ici il s'agit d'un immeuble de quartier sans commerce au rdc et aussi simplifié :)
Tu en trouves quelques uns à Paris, très souvent il y avait au rdc des salles de réception (tu trouves des schémas d'époque sur le net).

a écrit : "Une des propriétés du son est de monter" ?

Non, pas vraiment. Il y a confusion entre causes et conséquences ici. Le son ne monte pas mais on a l'impression qu'il monte. A partir d'une source sonore, le son se propage dans toutes les directions qu'il lui est possible d'em
prunter. Il ne monte pas, il ne descend pas, il va partout où il peut. Le bruit au niveau de la rue est réfléchi par 3 éléments : le sol et les deux façades de la rue (pour une rue parisienne avec des façades de plus de 15 mètres). Le son va également être atténué par différents obstacles comme des arbres, des voitures, des rideaux de magasins, des kiosques à journaux.

Ainsi, quand on est au Rdc ou au 1er, on va entendre le son en voie directe atténué par quelques obstacles et peu de réflexions provenant des façades.
Quand on va être dans les étages on va entendre le son de la rue en voie directe sans obstacles + les différentes réflexions provenant du sol et des façades.
Il existe également d'autres paramètres à prendre en compte :
- le son se propage mieux avec les mouvements d'air qui ont une fâcheuse tendance à monter (selon la météo, on entend tel ou tel bruit etc.)
- le son de la voix se situe dans les fréquences moyennes et hautes qui ont tendance à mieux se propager loin sans obstacle (on entendra très bien une conversation dans les étages supérieurs mais pas mieux une voiture).

Finalement, le son dans les étages supérieurs se propagera étonnement bien et principalement pour les bruits de voix. Il est donc possible d'entendre une conversation entre deux personnes dans la rue à la fenêtre du 4e étage car aucun obstacle ne se présentera entre ces personnes et la fenêtre et en plus les réflexions permettront d'accentuer cette propagation.

A Paris, je conseille d'ailleurs d'éviter le 5e étage qui constitue la zone ou le bruit de la route et les réflexions associées sont les plus élevées.
Afficher tout
Merci d’avoir mis un terme à cette croyance qui voudrait que le son se comporte comme l’air chaud.

a écrit : Merci d’avoir mis un terme à cette croyance qui voudrait que le son se comporte comme l’air chaud. Je ne connaissais pas cette croyance, somme toute illogique, qui, du coup, à été tuée dans l'oeuf.

Posté le

android

(1)

Répondre