Pourquoi pas de mon dans la marine nationale ?

Proposé par
le

Les hommes gradés militaires français voient leur grade précédé du mot "mon" de l'abréviation "Monsieur" (mon général, mon capitaine..). Cependant, ce n'est pas le cas pour la Marine nationale, car selon la légende, après la défaite de Trafalgar en 1805, Napoléon considéra que les marins n'en étaient plus dignes.

En pratique, les gradés de la Marine sont appelés soit en ne mentionnant que leur grade sans ajout, soit en les appelant "Madame" ou "Monsieur" sans que leur grade ne soit mentionné.


Commentaires préférés (3)

Je ne crois pas que ce soit l'absence du "mon" qui soit le plus compliqué pour les grades de la Marine.

Dans la Marine, les capitaines (de bâtiments) sont appelés "commandant", les lieutenants (de bâtiments) sont appelés "capitaine" et les enseignes sont appelés "lieutenant". Bref, il ne faut pas se tromper car ce n'est pas du tout comme les grades de l'armée de terre.

Ah... la marine, chez eux, un capitaine de frégate est un colonel qu’on appelle commandant et pour qui le carré est un rectangle qui sert de cercle aux officiers.

J'étais dans la marine à l'armée, et en effet les grades sont différents de l'armée de l'air et de terre, mais pour les officiers ce sont les mêmes barrettes. Pour les sous-officiers, appelés officiers mariniers, elles sont légèrement différentes.

Un truc marrant, c'est qu'un colonel bilingue espagnol m'avait dit qu'en Espagne on disait mi colonel ou mi general, et mi ne provient pas de senior mais est une traduction du pronom mon. Comme je connaissais déjà l'origine du mon, ça m'avait amusé.

A noter que les grades de caporal, sergent, sergent chef et major ne sont pas précédés du "mon" non plus.


Tous les commentaires (54)

Je ne crois pas que ce soit l'absence du "mon" qui soit le plus compliqué pour les grades de la Marine.

Dans la Marine, les capitaines (de bâtiments) sont appelés "commandant", les lieutenants (de bâtiments) sont appelés "capitaine" et les enseignes sont appelés "lieutenant". Bref, il ne faut pas se tromper car ce n'est pas du tout comme les grades de l'armée de terre.

Conséquence de cette origine de « mon », on ne dira pas « mon » ni « ma » à une femme gradée. On dira directement son grade

Et il me semble que Madame/Monsieur n’est pas vraiment d’usage pour les officiers de Marine supérieurs, on doit utiliser leur grade non ?

On dit "on" devant le grade uniquement si l'on est soldat et qu'on s'adresse à un officier. Pour un civil il faut juste dire le grade.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : On dit "on" devant le grade uniquement si l'on est soldat et qu'on s'adresse à un officier. Pour un civil il faut juste dire le grade. Un civil peut faire ce qu'il veut car aucune règle ne lui impose de dire le grade ou "mon" + le grade.

Toutefois, pour l'avoir vécu, certains officiers tatillons aiment bien qu'on dise leur grade voire qu'on les appelle par "mon" + le grade même quand c'est un civil qui s'adresse à eux. D'autres aiment aussi qu'on les appelle par leur grades "spécifiques" à un corps en particulier (Monsieur l'Ingénieur en chef, Monsieur l'ingénieur principal...). Ce n'est pas dérangeant en soi vu que même en étant civil, la politesse veut que l'on se prête aux us et coutumes militaires.

Le plus drôle reste toutefois le civil nouvellement affecté qui commence par appeler le lieutenant-colonel par "mon lieutenant". Généralement, il ne le fait qu'une fois.

C'est rude car pendant ce temps la Surcouf brillait avec ses navires. Bon il n'était pas vraiment dans la Marine, mais c'est du tout comme.

Surcouf aurait même eu la consécration d'avoir son nom utilisé comme équivalent du croquemitaine par les mères pour calmer les petits Anglais trop turbulents.

Ah... la marine, chez eux, un capitaine de frégate est un colonel qu’on appelle commandant et pour qui le carré est un rectangle qui sert de cercle aux officiers.

J'étais dans la marine à l'armée, et en effet les grades sont différents de l'armée de l'air et de terre, mais pour les officiers ce sont les mêmes barrettes. Pour les sous-officiers, appelés officiers mariniers, elles sont légèrement différentes.

Un truc marrant, c'est qu'un colonel bilingue espagnol m'avait dit qu'en Espagne on disait mi colonel ou mi general, et mi ne provient pas de senior mais est une traduction du pronom mon. Comme je connaissais déjà l'origine du mon, ça m'avait amusé.

A noter que les grades de caporal, sergent, sergent chef et major ne sont pas précédés du "mon" non plus.

a écrit : Un civil peut faire ce qu'il veut car aucune règle ne lui impose de dire le grade ou "mon" + le grade.

Toutefois, pour l'avoir vécu, certains officiers tatillons aiment bien qu'on dise leur grade voire qu'on les appelle par "mon" + le grade même quand c'est un
civil qui s'adresse à eux. D'autres aiment aussi qu'on les appelle par leur grades "spécifiques" à un corps en particulier (Monsieur l'Ingénieur en chef, Monsieur l'ingénieur principal...). Ce n'est pas dérangeant en soi vu que même en étant civil, la politesse veut que l'on se prête aux us et coutumes militaires.

Le plus drôle reste toutefois le civil nouvellement affecté qui commence par appeler le lieutenant-colonel par "mon lieutenant". Généralement, il ne le fait qu'une fois.
Afficher tout
Ce que je veux dire, c'est que si on est militaire on doit dire mon ......
Quant on est civil c'est une erreur car on est pas sous son commandement.

Posté le

android

(8)

Répondre

Il y a une grosse différence entre le nom du grade et la façon d'appeler l'officier dans la marinen comme le signale Tybs :
- Enseigne de vaisseau (1ere et 2eme classe): lieutenant
- Lieutenant de vaisseau : capitaine
- Capitaine de frégate, de vaisseau, de corvette : commandant

Mais il y a aussi des particularismes dans les autres armes :
- Sergent chef/Maréchal des logis chef : chef
- Dans les blindés ou la cavalerie, l'adjudant est appelé mon lieutenant. Là aussi l'origine remonterait à Napoléon, pour récompenser la cavalerie suite à la bravoure d'un adjudant pendant la bataille d'Austerlitz

a écrit : Un civil peut faire ce qu'il veut car aucune règle ne lui impose de dire le grade ou "mon" + le grade.

Toutefois, pour l'avoir vécu, certains officiers tatillons aiment bien qu'on dise leur grade voire qu'on les appelle par "mon" + le grade même quand c'est un
civil qui s'adresse à eux. D'autres aiment aussi qu'on les appelle par leur grades "spécifiques" à un corps en particulier (Monsieur l'Ingénieur en chef, Monsieur l'ingénieur principal...). Ce n'est pas dérangeant en soi vu que même en étant civil, la politesse veut que l'on se prête aux us et coutumes militaires.

Le plus drôle reste toutefois le civil nouvellement affecté qui commence par appeler le lieutenant-colonel par "mon lieutenant". Généralement, il ne le fait qu'une fois.
Afficher tout
D'après ma maigre expérience militaire j'ai vite compris que les plus tatillons sur les règles et sur le respect qu'ils pensaient qu'on leur devait étaient très souvent les plus incompétents

Posté le

android

(15)

Répondre

J'aurais appris que "mon" est l'abréviation de "monsieur"! J'ai toujours cru qu'il s'agissait du déterminant possessif. J'ai dû mal à réaliser, ça change vraiment tout.

Posté le

android

(15)

Répondre

Attention, ça ne concerne pas tous les militaires mais uniquement les officiers.
On ne dit pas "mon sergent" .
Puisque plus personne ne fait son service militaire aujourd'hui, Les officiers sont : lieutenant, capitaine, commandant , lieutenant-colonel, colonel, général.
Maréchal est une distinction.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Ce que je veux dire, c'est que si on est militaire on doit dire mon ......
Quant on est civil c'est une erreur car on est pas sous son commandement.
Il y a une autre règle non écrite, c est qu’un civil n ayant pas effectué son service militaire ne peut dire « mon » c’est réservé aux militaires et anciens militaires.

Cependant il n est pas rare de voir l autorité administrative (tous anciens militaires pour le moment) s adresser à « mon grade » par courtoisie.

Donc, un officier est appelé “mon” suivi de son grade et une femme juste par son grade. Or le diminutif de Madame “Ma” est aussi le pronom possessif féminin. Du coup, “ma” suivi du titre de l’officier serait, d’un point de vue de l’égalité des sexes, plus juste.

Le première femme nommée officier général, c’est, il me semble, Valérie André en 1976. Dommage de ne pas avoir mis les femmes dès le début sur un pied d’égalité avec leurs homologues masculins.

Comme le sujet peut-être sensible, inutile de me tirer dessus à boulets rouges, je ne compte pas lancer un débat sur l’égalité des sexes. C’est juste un constat, hein !

a écrit : Donc, un officier est appelé “mon” suivi de son grade et une femme juste par son grade. Or le diminutif de Madame “Ma” est aussi le pronom possessif féminin. Du coup, “ma” suivi du titre de l’officier serait, d’un point de vue de l’égalité des sexes, plus juste.

Le première femme nommée officier général,
c’est, il me semble, Valérie André en 1976. Dommage de ne pas avoir mis les femmes dès le début sur un pied d’égalité avec leurs homologues masculins.

Comme le sujet peut-être sensible, inutile de me tirer dessus à boulets rouges, je ne compte pas lancer un débat sur l’égalité des sexes. C’est juste un constat, hein !
Afficher tout
Il s agit peut être simplement d un aspect historique. A l époque il n y avait pas de femme.
Autre détail, les grades sont adaptés aux hommes, comment appeler un adjudant ou adjudant chef ? Ma adjudante, le français ne le permet pas.

Pour le reste je suis d accord avec toi, dire « ma » en lieu et place de « mon » quand on s adresse à une femme ne me choque pas. Néanmoins la plupart des recherches sur cet aspect le disent le « ma » comme diminutif de madame existe pas tout simplement dans la langue française.

a écrit : J'aurais appris que "mon" est l'abréviation de "monsieur"! J'ai toujours cru qu'il s'agissait du déterminant possessif. J'ai dû mal à réaliser, ça change vraiment tout. Si on pousse encore plus loin la réflexion, on s'aperçoit que "mon" est le diminutif de monsieur et que "monsieur" tire son origine de "mon sieur" signifiant "mon seigneur".

Par extension, ce "mon" n'est plus le déterminant possessif mais tire son origine du déterminant possessif.

a écrit : Donc, un officier est appelé “mon” suivi de son grade et une femme juste par son grade. Or le diminutif de Madame “Ma” est aussi le pronom possessif féminin. Du coup, “ma” suivi du titre de l’officier serait, d’un point de vue de l’égalité des sexes, plus juste.

Le première femme nommée officier général,
c’est, il me semble, Valérie André en 1976. Dommage de ne pas avoir mis les femmes dès le début sur un pied d’égalité avec leurs homologues masculins.

Comme le sujet peut-être sensible, inutile de me tirer dessus à boulets rouges, je ne compte pas lancer un débat sur l’égalité des sexes. C’est juste un constat, hein !
Afficher tout
Donc tu tires à boulets rouges sur cette pratique en disant en gros que c'est sexiste tout en prétextant ne pas vouloir lancer le débat. Drole de méthode.

Si on suit ta logique il y a donc discrimination envers la marine.

Le "mon" est issu d'une tradition qui a sa propre histoire. Les femmes officiers sont arrivées depuis peu. Laissons les gagner leurs galons et traditions toutes seules. Cest plus glorieux que de donner pour faire plaisir.

a écrit : Attention, ça ne concerne pas tous les militaires mais uniquement les officiers.
On ne dit pas "mon sergent" .
Puisque plus personne ne fait son service militaire aujourd'hui, Les officiers sont : lieutenant, capitaine, commandant , lieutenant-colonel, colonel, général.
Maréchal est une distinction.
Ca concerne également les adjudants et adjudants chef qui sont des sous-officiers.

a écrit : Ce que je veux dire, c'est que si on est militaire on doit dire mon ......
Quant on est civil c'est une erreur car on est pas sous son commandement.
Mais justement on t'explique que le "mon" devant un grade n'est pas l'adjectif possessif mais l'abréviation de "monsieur" donc ça n'a rien à voir avec le fait que tu sois sous son commandement : que tu soit civil ou militaire tu peux toujours l'appeler "mon" pour "monsieur". Les gens qui croient qu'on ne pourrait pas dire "mon" quand on est un civil sont ceux qui n'ont pas compris que ce n'est pas un adjectif possessif et c'est une légende.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Ce que je veux dire, c'est que si on est militaire on doit dire mon ......
Quant on est civil c'est une erreur car on est pas sous son commandement.
Oui voila, en tant que civil, tu peux même le tutoyer, l'appeler "mon poto", le général, il va t'envoyer chier c'est sur, mais il pourra rien faire de plus... sauf si... comme le black dans "Le maître de guerre", avec Clint Eastwood... "Oh M..." ^^

Pour l'anecdote, je croyais vraiment que le "mon" c'était comme mon chat, mon chef, mon roi, mon pied... ^^ JMCMB