La bondrée apivore n'a pas peur du frelon asiatique

Proposé par
le
dans

La bondrée apivore est un rapace migrateur passant l'été en Europe et se nourrissant d'insectes. Cet oiseau sait repérer les nids enterrés ou perchés dans les arbres. Les nids de frelons asiatiques étant gros et bien visibles, des cas de prédations ont ainsi été observés.


Commentaires préférés (3)

Astuce pour repérer cet oiseau commun dans toute la France : quand vous voyez un rapace au-dessus de vous de couleur marron/sombre (sombre si à contre soleil), regardez la forme de la queue.

Si la queue est de forme rectangulaire : c'est une bondrée apivore
Si la queue est arrondie : c'est une buse variable
Si la queue est fourchue : c'est un milan noir
Si la queue est très fourchue : c'est un milan royal

A noter que la buse variable et la bondrée apivore ont un plumage qui varie en fonction des individus. Donc certains individus ont le ventre avec du blanc par exemple. Le plumage le plus courant est avec une prédominance du marron.

a écrit : Cool ! Un prédateur du frelon asiatique.
Faut prendre soin de ce rapace !!!
Malheureusement, il mange aussi les abeilles ;) Il reste un des rares animaux à s’attaquer au frelon sans problème grâce à son plumage épais.

Un autre prédateur du frelon asiatique est une petite mouche parasite appelé mouche conopidae. Elle pond son œuf dans le corps du frelon en ciblant généralement les reines de surcroît, l’œuf éclos et donne naissance à une larve qui tue le frelon en lui mangeant les organes internes.

Une solution est envisagée pour protéger les apiculteurs en introduisant ces mouches là où on trouve des frelons mais c’est jouer avec le feu car on ne sait pas encore quel est son comportement avec d’autres insectes. L’humain est toujours très doué pour modifier l’écosystème même en cherchant des solutions à ses propres bêtises.

a écrit : Et comment différencie t’on le grand corbeau de la corneille noire ?
Je crois d’ailleurs que ce que nous appelons corbeau dans nos villes sont surtout des Corneilles noires avec le plumage brillant. Il me semble que la corneille a le bec noir alors que le grand corbeau le bec gris foncé mais c’est pas évident à
voir.

Je n’y arrive pas beaucoup à les différencier ;)
Afficher tout
Honnêtement, il n'y en pas vraiment de moyen si ce n'est que le grand corbeau est TRÈS grand. C'est la corneille noire version XXL : la corneille noire a une envergue de 84 - 100 cm, le grand corbeau de 115 - 160 cm.
Enfin le grand corbeau ne vit que dans le nord de la Bretagne/Normandie, le centre, l'est, le sud de la France (Pyrénées compris) et la Corse. Donc si vous vivez ailleurs, ce que vous avez appelé "corbeau" était sans doute une corneille noire.

En effet, dans les villes se sont surtout des corneilles noires que l'on voit, mais on voit aussi des corbeaux : le corbeau freux ! La encore, ils sont très ressemblants, la seule différence est que sous son bec le corbeau freux n'a pas de plume.
On voit aussi des corneilles des clochers - ou choucas des tours - mais la c'est plus facile pour les distinguer : il est noir/gris et sa tête à des reflets métallique.


Tous les commentaires (22)

Astuce pour repérer cet oiseau commun dans toute la France : quand vous voyez un rapace au-dessus de vous de couleur marron/sombre (sombre si à contre soleil), regardez la forme de la queue.

Si la queue est de forme rectangulaire : c'est une bondrée apivore
Si la queue est arrondie : c'est une buse variable
Si la queue est fourchue : c'est un milan noir
Si la queue est très fourchue : c'est un milan royal

A noter que la buse variable et la bondrée apivore ont un plumage qui varie en fonction des individus. Donc certains individus ont le ventre avec du blanc par exemple. Le plumage le plus courant est avec une prédominance du marron.

a écrit : Astuce pour repérer cet oiseau commun dans toute la France : quand vous voyez un rapace au-dessus de vous de couleur marron/sombre (sombre si à contre soleil), regardez la forme de la queue.

Si la queue est de forme rectangulaire : c'est une bondrée apivore
Si la queue est arrondie : c'e
st une buse variable
Si la queue est fourchue : c'est un milan noir
Si la queue est très fourchue : c'est un milan royal

A noter que la buse variable et la bondrée apivore ont un plumage qui varie en fonction des individus. Donc certains individus ont le ventre avec du blanc par exemple. Le plumage le plus courant est avec une prédominance du marron.
Afficher tout
Et si c'est très noir, c'est un corbeau

Posté le

android

(4)

Répondre

Cool ! Un prédateur du frelon asiatique.
Faut prendre soin de ce rapace !!!

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Cool ! Un prédateur du frelon asiatique.
Faut prendre soin de ce rapace !!!
Malheureusement, il mange aussi les abeilles ;) Il reste un des rares animaux à s’attaquer au frelon sans problème grâce à son plumage épais.

Un autre prédateur du frelon asiatique est une petite mouche parasite appelé mouche conopidae. Elle pond son œuf dans le corps du frelon en ciblant généralement les reines de surcroît, l’œuf éclos et donne naissance à une larve qui tue le frelon en lui mangeant les organes internes.

Une solution est envisagée pour protéger les apiculteurs en introduisant ces mouches là où on trouve des frelons mais c’est jouer avec le feu car on ne sait pas encore quel est son comportement avec d’autres insectes. L’humain est toujours très doué pour modifier l’écosystème même en cherchant des solutions à ses propres bêtises.

a écrit : Astuce pour repérer cet oiseau commun dans toute la France : quand vous voyez un rapace au-dessus de vous de couleur marron/sombre (sombre si à contre soleil), regardez la forme de la queue.

Si la queue est de forme rectangulaire : c'est une bondrée apivore
Si la queue est arrondie : c'e
st une buse variable
Si la queue est fourchue : c'est un milan noir
Si la queue est très fourchue : c'est un milan royal

A noter que la buse variable et la bondrée apivore ont un plumage qui varie en fonction des individus. Donc certains individus ont le ventre avec du blanc par exemple. Le plumage le plus courant est avec une prédominance du marron.
Afficher tout
Et comment différencie t’on le grand corbeau de la corneille noire ?
Je crois d’ailleurs que ce que nous appelons corbeau dans nos villes sont surtout des Corneilles noires avec le plumage brillant. Il me semble que la corneille a le bec noir alors que le grand corbeau le bec gris foncé mais c’est pas évident à voir.

Je n’y arrive pas beaucoup à les différencier ;)

a écrit : Malheureusement, il mange aussi les abeilles ;) Il reste un des rares animaux à s’attaquer au frelon sans problème grâce à son plumage épais.

Un autre prédateur du frelon asiatique est une petite mouche parasite appelé mouche conopidae. Elle pond son œuf dans le corps du frelon en ciblant généralement les
reines de surcroît, l’œuf éclos et donne naissance à une larve qui tue le frelon en lui mangeant les organes internes.

Une solution est envisagée pour protéger les apiculteurs en introduisant ces mouches là où on trouve des frelons mais c’est jouer avec le feu car on ne sait pas encore quel est son comportement avec d’autres insectes. L’humain est toujours très doué pour modifier l’écosystème même en cherchant des solutions à ses propres bêtises.
Afficher tout
Introduire une espèce pour combattre une autre n'a souvent pas les effets escomptés. Dans certaines iles d'Australie, le gouvernement a introduit mangouste et chats pour contrôler la population de lapins, serpents, rongeurs divers, etc. Mais ces prédateurs ont parfois préféré se tourner vers les proies endémiques, et n'ont pas du tout régulé la population de lapins ou serpents. Sinon on peut aussi introduire divers parasites, la myxomatose fut introduite en Australie pour réduire la population de lapin, et cela a bien marché. Mais tout comme les prédateurs, les pathogènes peuvent infecter les populations endémiques.

a écrit : Astuce pour repérer cet oiseau commun dans toute la France : quand vous voyez un rapace au-dessus de vous de couleur marron/sombre (sombre si à contre soleil), regardez la forme de la queue.

Si la queue est de forme rectangulaire : c'est une bondrée apivore
Si la queue est arrondie : c'e
st une buse variable
Si la queue est fourchue : c'est un milan noir
Si la queue est très fourchue : c'est un milan royal

A noter que la buse variable et la bondrée apivore ont un plumage qui varie en fonction des individus. Donc certains individus ont le ventre avec du blanc par exemple. Le plumage le plus courant est avec une prédominance du marron.
Afficher tout
Je crois savoir aussi qu'un indice d'arrivée de la pluie, c'est quand les hirondelles volent le bec en avant. Ah ces informations tirées du bon sens populaire...

a écrit : Et comment différencie t’on le grand corbeau de la corneille noire ?
Je crois d’ailleurs que ce que nous appelons corbeau dans nos villes sont surtout des Corneilles noires avec le plumage brillant. Il me semble que la corneille a le bec noir alors que le grand corbeau le bec gris foncé mais c’est pas évident à
voir.

Je n’y arrive pas beaucoup à les différencier ;)
Afficher tout
Honnêtement, il n'y en pas vraiment de moyen si ce n'est que le grand corbeau est TRÈS grand. C'est la corneille noire version XXL : la corneille noire a une envergue de 84 - 100 cm, le grand corbeau de 115 - 160 cm.
Enfin le grand corbeau ne vit que dans le nord de la Bretagne/Normandie, le centre, l'est, le sud de la France (Pyrénées compris) et la Corse. Donc si vous vivez ailleurs, ce que vous avez appelé "corbeau" était sans doute une corneille noire.

En effet, dans les villes se sont surtout des corneilles noires que l'on voit, mais on voit aussi des corbeaux : le corbeau freux ! La encore, ils sont très ressemblants, la seule différence est que sous son bec le corbeau freux n'a pas de plume.
On voit aussi des corneilles des clochers - ou choucas des tours - mais la c'est plus facile pour les distinguer : il est noir/gris et sa tête à des reflets métallique.

a écrit : Je crois savoir aussi qu'un indice d'arrivée de la pluie, c'est quand les hirondelles volent le bec en avant. Ah ces informations tirées du bon sens populaire... Sauf que la ce n'est pas du bon sens populaire mais lié à leur morphologie, donc pas de risque d'erreur :)

Sinon dans le bon sens populaire, on disait aussi qu'entendre le chant du coucou avec de l'argent en poche était le présage que la richesse allait arriver.

a écrit : Malheureusement, il mange aussi les abeilles ;) Il reste un des rares animaux à s’attaquer au frelon sans problème grâce à son plumage épais.

Un autre prédateur du frelon asiatique est une petite mouche parasite appelé mouche conopidae. Elle pond son œuf dans le corps du frelon en ciblant généralement les
reines de surcroît, l’œuf éclos et donne naissance à une larve qui tue le frelon en lui mangeant les organes internes.

Une solution est envisagée pour protéger les apiculteurs en introduisant ces mouches là où on trouve des frelons mais c’est jouer avec le feu car on ne sait pas encore quel est son comportement avec d’autres insectes. L’humain est toujours très doué pour modifier l’écosystème même en cherchant des solutions à ses propres bêtises.
Afficher tout
C'est clair qu'il faut être prudent quand on veut introduire une nouvelle espèce. Sans rentrer dans les détails, il y a une plante très envahissante à La Réunion (il me semble), une expérience a été lancée dans un petit bout de milieu naturel complètement fermé et isolé, ça fait des années que ça dure, ca a l'air de marcher mais les biologistes hésitent vraiment à ouvrir l'expérience...

Quand on voit les conneries qu'on a fait en pensant bien faire...

Le frelon asiatique est vraiment une plaie par contre, faudrait aussi tenter l'expérience en volière avec ces oiseaux et tout un tas d'insectes pendant pas mal d'années avant de se risquer à prendre une décision. Au bout d'un moment, faut arrêter de faire joujou avec la nature sinon on va vraiment tous morfler.

La bondrée apivore possède d'autres oiseaux alliés, pour lutter contre le frelon Asiatique: le guêpier européen, la pie-grieche écorcheur, la pie, le geai, le pivert, la mésange bleue et la mésange charbonnière, ainsi que la poule, ont été observés s'attaquant à cet insecte envahisseur.
Il est supposé que tout cet éventail d'oiseaux est le principal responsable du frein de l'expansion du frelon asiatique vers le sud, dans la Péninsule Iberique.

Un autre comportement de la bondrée apivore a été observé, et semble être réfléchi, digne des animaux dits "supérieurs", tel et comme chez certains corvidés.
La bondrée apivore ( ainsi que certains autres oiseaux) font usage de l'acide formique (produit par les fourmis), pour se deparasiter. Habituellement, ces oiseaux se placent auprès ou au-dessus d'une fourmilière, laissant les insectes entrer dans son plumage, afin de l'arroser d'acide formique comme moyen de défense. C'est cet acide qui fera office d'antiparasite.
Cependant, la bondrée apivore va encore plus loin, car avant de se rendre auprès d'une fourmilière, elle récoltera de tendres pousses vertes et sucrées d'érable. Les fourmis, attirées par l'odeur douce des pousses placées en tapis sous l'oiseau, l'arroseront aussi d'acide formique.
Mais de plus ! La bondrée apivore va même jusqu'à retourner chercher des nouvelles pousses fraiches d'érable, au bout de 35 minutes, afin de l'appât soit encore attractif.
www.halconerosdecastilla.com/blog/el-halcon-abejero-utiliza-herramientas-para-desparasitarse/

Quant au frelon Asiatique, malheureusement sa progression mondiale continue. Plusieurs nids ont récemment été répertoriés aux États-Unis. Peut-être que certains oiseaux Nord-Americains y trouveront une nouvelle source d'alimentation.

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Et comment différencie t’on le grand corbeau de la corneille noire ?
Je crois d’ailleurs que ce que nous appelons corbeau dans nos villes sont surtout des Corneilles noires avec le plumage brillant. Il me semble que la corneille a le bec noir alors que le grand corbeau le bec gris foncé mais c’est pas évident à
voir.

Je n’y arrive pas beaucoup à les différencier ;)
Afficher tout
La taille d'abord, mais pas évident si les deux ne sont pas a côté, le bec du grand corbeau est beaucoup plus massif mais la aussi ça reste aléatoire a appricier de loin, il est noir comme celui de la corneille. Le plus évident pourrait être la queue comme pour les rapaces cités plus haut, sachant que celle du grand corbeau est cunéiforme, mais pas plus évident a distinguer que celles de la buse et de la bondrée.
L'habitat reste une source fiable, sachant qu'il y a peu de chance de voir des grands corbeaux en ville.

a écrit : C'est clair qu'il faut être prudent quand on veut introduire une nouvelle espèce. Sans rentrer dans les détails, il y a une plante très envahissante à La Réunion (il me semble), une expérience a été lancée dans un petit bout de milieu naturel complètement fermé et isolé, ça fait des années que ça dure, ca a l'air de marcher mais les biologistes hésitent vraiment à ouvrir l'expérience...

Quand on voit les conneries qu'on a fait en pensant bien faire...

Le frelon asiatique est vraiment une plaie par contre, faudrait aussi tenter l'expérience en volière avec ces oiseaux et tout un tas d'insectes pendant pas mal d'années avant de se risquer à prendre une décision. Au bout d'un moment, faut arrêter de faire joujou avec la nature sinon on va vraiment tous morfler.
Afficher tout
C'est vrai qu'on en fait des conneries sur ce sujet :) Pour le frelon asiatique ce serait involontaire : par des poteries chinoises importées (encore eux ! :). Ca reste donc encore de "l'activité humaine".
Mais que faire quand ce n'est pas dû à l'homme ou son activité ? J'ai vu récemment un reportage sur les fourmis espagnoles (toutes minuscules) qui colonisent l'Europe en détruisant toutes les autres races de fourmis locales. Le reporter s'indignait : il fallait éradiquer cette fourmi qui tuait toutes les autres et avançait irrémédiablement... Mais n'est-ce pas là aussi "jouer à l'apprenti sorcier", car cette fourmi avance "naturellement", comme le lui ordonne sa génétique ; comme l'Homme a un jour quitté l'Afrique pour voir ailleurs si l'herbe n'était pas plus verte :)

a écrit : C'est vrai qu'on en fait des conneries sur ce sujet :) Pour le frelon asiatique ce serait involontaire : par des poteries chinoises importées (encore eux ! :). Ca reste donc encore de "l'activité humaine".
Mais que faire quand ce n'est pas dû à l'homme ou son activité ? J'a
i vu récemment un reportage sur les fourmis espagnoles (toutes minuscules) qui colonisent l'Europe en détruisant toutes les autres races de fourmis locales. Le reporter s'indignait : il fallait éradiquer cette fourmi qui tuait toutes les autres et avançait irrémédiablement... Mais n'est-ce pas là aussi "jouer à l'apprenti sorcier", car cette fourmi avance "naturellement", comme le lui ordonne sa génétique ; comme l'Homme a un jour quitté l'Afrique pour voir ailleurs si l'herbe n'était pas plus verte :) Afficher tout
C'est des fourmis d'Argentine, arrivées accidentellement dans des caisses de bois contenant des plantes ornementales, on l'a pas fait exprès aussi, et c'est trop tard pour agir, comme pour le frelon asiatique, on ne peut que tenter de limiter la casse.
La nature se rééquilibre, finalement ces petites fourmis n'ont pas exterminé les autres (c'est une idée reçue ça), elles ont pris de la place c'est vrai, mais ce n'est pas catastrophique.
Le problème, c'est l'accumulation de ces erreurs, il commence a y en avoir beaucoup.
, des frelons, des fourmis, des tortues, des écrevisses, des grenouilles... La faune européenne arrive relativement bien à se défendre, mais si on continue à faire n'importequoi, au bout d'un moment, le déséquilibre sera trop fort et on se retrouvera avec les mêmes problèmes qu'en Australie (où la faune est beaucoup plus sensible) et de presque toutes les îles où les autorités sont obligées d'employer des moyens radicaux et fort onéreux, et pas vraiment efficaces en plus.
Les lois se durcissent de plus en plus a ce sujet, ca peut coûter très cher de ramener une bestiole de l'autre bout du monde maintenant, mais pas encore assez cher, je trouve...

a écrit : Astuce pour repérer cet oiseau commun dans toute la France : quand vous voyez un rapace au-dessus de vous de couleur marron/sombre (sombre si à contre soleil), regardez la forme de la queue.

Si la queue est de forme rectangulaire : c'est une bondrée apivore
Si la queue est arrondie : c'e
st une buse variable
Si la queue est fourchue : c'est un milan noir
Si la queue est très fourchue : c'est un milan royal

A noter que la buse variable et la bondrée apivore ont un plumage qui varie en fonction des individus. Donc certains individus ont le ventre avec du blanc par exemple. Le plumage le plus courant est avec une prédominance du marron.
Afficher tout
comment peut o' 'voir sou une queue est fourchue en état en dessous de l'oiseau ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Sauf que la ce n'est pas du bon sens populaire mais lié à leur morphologie, donc pas de risque d'erreur :)

Sinon dans le bon sens populaire, on disait aussi qu'entendre le chant du coucou avec de l'argent en poche était le présage que la richesse allait arriver.
Pour l'histoire du bec en avant, je crois que c'était de l'ironie hein...

Sinon mr Raspa, ornithologue, métier en rapport ou juste super passionné ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : comment peut o' 'voir sou une queue est fourchue en état en dessous de l'oiseau ? Regarde les hirondelles/martinets et tu verras que tu réussi à voir la forme de la queue.

Donc un rapace c'est encore plus facile (tu peux aussi regarder des photos sur internet pour te faire une idée).

Si tu as des bons yeux tu peux même voir les nuances du plumage.

a écrit : Et comment différencie t’on le grand corbeau de la corneille noire ?
Je crois d’ailleurs que ce que nous appelons corbeau dans nos villes sont surtout des Corneilles noires avec le plumage brillant. Il me semble que la corneille a le bec noir alors que le grand corbeau le bec gris foncé mais c’est pas évident à
voir.

Je n’y arrive pas beaucoup à les différencier ;)
Afficher tout
Il aurait fallu écrire « différentie-t-on » et non « différentie t’on ».
Je sais on va encore dire que je fais partie des pinailleurs orthographiques, mais cette faute étant (très) fréquente, I’m une petite piqûre de rappel de temps en temps devrait faire du bien, non ?

a écrit : Il aurait fallu écrire « différentie-t-on » et non « différentie t’on ».
Je sais on va encore dire que je fais partie des pinailleurs orthographiques, mais cette faute étant (très) fréquente, I’m une petite piqûre de rappel de temps en temps devrait faire du bien, non ?
Oui c’est vrai. Merci pour la précision. Je fais malheureusement moins attention quand je suis sur l’application et non sur mon ordinateur mais cela n’excuse rien. ;)

a écrit : Malheureusement, il mange aussi les abeilles ;) Il reste un des rares animaux à s’attaquer au frelon sans problème grâce à son plumage épais.

Un autre prédateur du frelon asiatique est une petite mouche parasite appelé mouche conopidae. Elle pond son œuf dans le corps du frelon en ciblant généralement les
reines de surcroît, l’œuf éclos et donne naissance à une larve qui tue le frelon en lui mangeant les organes internes.

Une solution est envisagée pour protéger les apiculteurs en introduisant ces mouches là où on trouve des frelons mais c’est jouer avec le feu car on ne sait pas encore quel est son comportement avec d’autres insectes. L’humain est toujours très doué pour modifier l’écosystème même en cherchant des solutions à ses propres bêtises.
Afficher tout
Un autre prédateur du frelon asiatique est la poule !!!

Elles ont repéré le vol sur place des frelons à l’entrée de la ruche. Elle n’ont qu’à se servir.

Bizarre que cette info ne soit pas plus largement relayée !!!

Aucun danger pour les abeilles qui volent trop vite.