Le fusillé qui motive les troupes

Proposé par
le
dans

Après un assaut durant la Première Guerre mondiale, Henri Herduin, l'un des lieutenants rescapés, fut condamné à être fusillé sans aucune forme de jugement. Face à l’émoi du peloton, il dirigea lui-même sa propre exécution après un discours d'encouragement aux troupes.


Commentaires préférés (3)

L'anecdote porte à confusion. J'ai du lire la 1er source pour comprendre.
Il n'a pas été fusillé après un assaut, son régiment a subit un bombardement puis un assaut allemand, n'ayant plus que 40 hommes il décida de se retirer pour rejoindre un bataillon proche de là. L'officier commandant de ce bataillon refusera de les intégrer et ordonnera de reprendre leur position, conscient que c'était impossible avec seulement 40 hommes le sous-lieutenant n'exécutera pas l'ordre pour se retirer dans une caserne.
C'est là son erreur et la raison de sa condamnation.

En gros il est fusillé pour abandon de poste et non après un assaut.

Posté le

android

(254)

Répondre

La justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique.
Georges Clemenceau

a écrit : L'anecdote porte à confusion. J'ai du lire la 1er source pour comprendre.
Il n'a pas été fusillé après un assaut, son régiment a subit un bombardement puis un assaut allemand, n'ayant plus que 40 hommes il décida de se retirer pour rejoindre un bataillon proche de là. L'officier commandan
t de ce bataillon refusera de les intégrer et ordonnera de reprendre leur position, conscient que c'était impossible avec seulement 40 hommes le sous-lieutenant n'exécutera pas l'ordre pour se retirer dans une caserne.
C'est là son erreur et la raison de sa condamnation.

En gros il est fusillé pour abandon de poste et non après un assaut.
Afficher tout
Je rajouterai pour compléter ce que tu dis que sa condamnation sans jugement a été prononcée. Il envoya une lettre expliquant les raisons de sa décision, son supérieur adjoignit une missive attestant de sa bonne foi. Sa lettre fut renvoyée toujours cachetée avec un papier indiquant "pas d'observation - exécution immédiate".
Il avait le soutient de ses hommes, de son peloton, des "cadres" présents sur place (médecin, prêtre, supérieur hiérarchique etc.).
Le nom de l'homme (décoré) ayant prononcé sa condamnation : colonel Bernard


Tous les commentaires (26)

L'anecdote porte à confusion. J'ai du lire la 1er source pour comprendre.
Il n'a pas été fusillé après un assaut, son régiment a subit un bombardement puis un assaut allemand, n'ayant plus que 40 hommes il décida de se retirer pour rejoindre un bataillon proche de là. L'officier commandant de ce bataillon refusera de les intégrer et ordonnera de reprendre leur position, conscient que c'était impossible avec seulement 40 hommes le sous-lieutenant n'exécutera pas l'ordre pour se retirer dans une caserne.
C'est là son erreur et la raison de sa condamnation.

En gros il est fusillé pour abandon de poste et non après un assaut.

Posté le

android

(254)

Répondre

La justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique.
Georges Clemenceau

a écrit : L'anecdote porte à confusion. J'ai du lire la 1er source pour comprendre.
Il n'a pas été fusillé après un assaut, son régiment a subit un bombardement puis un assaut allemand, n'ayant plus que 40 hommes il décida de se retirer pour rejoindre un bataillon proche de là. L'officier commandan
t de ce bataillon refusera de les intégrer et ordonnera de reprendre leur position, conscient que c'était impossible avec seulement 40 hommes le sous-lieutenant n'exécutera pas l'ordre pour se retirer dans une caserne.
C'est là son erreur et la raison de sa condamnation.

En gros il est fusillé pour abandon de poste et non après un assaut.
Afficher tout
Bon commentaire. J'ai hésité avant d'écrire mais on dit : l'anecdote prête à confusion. Sans vouloir te vexer evidemment, je sais que l'erreur devient de plus en commune mais ça me choque à chaque fois.

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : L'anecdote porte à confusion. J'ai du lire la 1er source pour comprendre.
Il n'a pas été fusillé après un assaut, son régiment a subit un bombardement puis un assaut allemand, n'ayant plus que 40 hommes il décida de se retirer pour rejoindre un bataillon proche de là. L'officier commandan
t de ce bataillon refusera de les intégrer et ordonnera de reprendre leur position, conscient que c'était impossible avec seulement 40 hommes le sous-lieutenant n'exécutera pas l'ordre pour se retirer dans une caserne.
C'est là son erreur et la raison de sa condamnation.

En gros il est fusillé pour abandon de poste et non après un assaut.
Afficher tout
Je rajouterai pour compléter ce que tu dis que sa condamnation sans jugement a été prononcée. Il envoya une lettre expliquant les raisons de sa décision, son supérieur adjoignit une missive attestant de sa bonne foi. Sa lettre fut renvoyée toujours cachetée avec un papier indiquant "pas d'observation - exécution immédiate".
Il avait le soutient de ses hommes, de son peloton, des "cadres" présents sur place (médecin, prêtre, supérieur hiérarchique etc.).
Le nom de l'homme (décoré) ayant prononcé sa condamnation : colonel Bernard

a écrit : Bon commentaire. J'ai hésité avant d'écrire mais on dit : l'anecdote prête à confusion. Sans vouloir te vexer evidemment, je sais que l'erreur devient de plus en commune mais ça me choque à chaque fois. Après la correction d'une faute de français, Shampoo est un internaute de SCMB qui fût condamné à être fusillé sans aucune forme de jugement. Face à l’émoi du peloton d'internautes, il dirigea lui-même sa propre exécution après un discours d'encouragement aux troupes.

Plus sérieusement ils y a eu deux victimes de cette tragédie et des ordres idiots du gradé : les sous lieutenants Millant et Herduin.

Tous deux étaient ensemble depuis le début de cette affaire, se sont concertés sur la décision de se replier pour ne pas mourir inutilement.
Mais le général tenait absolument à perdre des hommes pour rien.

a écrit : L'anecdote porte à confusion. J'ai du lire la 1er source pour comprendre.
Il n'a pas été fusillé après un assaut, son régiment a subit un bombardement puis un assaut allemand, n'ayant plus que 40 hommes il décida de se retirer pour rejoindre un bataillon proche de là. L'officier commandan
t de ce bataillon refusera de les intégrer et ordonnera de reprendre leur position, conscient que c'était impossible avec seulement 40 hommes le sous-lieutenant n'exécutera pas l'ordre pour se retirer dans une caserne.
C'est là son erreur et la raison de sa condamnation.

En gros il est fusillé pour abandon de poste et non après un assaut.
Afficher tout
Merci pour ces précisions.

Sans vouloir t'offenser, puis-je émettre un avis sur la forme de ton commentaire ? Sans ponctuations, il a été difficile à lire. Il m'a fallu quelques fois revenir en arrière et relire en imaginant moi-même la ponctuation... ;-)

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Merci pour ces précisions.

Sans vouloir t'offenser, puis-je émettre un avis sur la forme de ton commentaire ? Sans ponctuations, il a été difficile à lire. Il m'a fallu quelques fois revenir en arrière et relire en imaginant moi-même la ponctuation... ;-)
Tu as raison, j'ai écrit mon commentaire sans me relire avant ou après l'avoir posté et j'aurais dû.
Je vois les erreurs maintenant.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Plus sérieusement ils y a eu deux victimes de cette tragédie et des ordres idiots du gradé : les sous lieutenants Millant et Herduin.

Tous deux étaient ensemble depuis le début de cette affaire, se sont concertés sur la décision de se replier pour ne pas mourir inutilement.
Mais le général tenait
absolument à perdre des hommes pour rien. Afficher tout
Un des principes de l'armée (Gibbs dirait règle n°.....) est "réfléchir c'est commencer à désobéir"

a écrit : Merci pour ces précisions.

Sans vouloir t'offenser, puis-je émettre un avis sur la forme de ton commentaire ? Sans ponctuations, il a été difficile à lire. Il m'a fallu quelques fois revenir en arrière et relire en imaginant moi-même la ponctuation... ;-)
Mon cerveau doit avoir un correcteur automatique, car pour ma part, j'ai dû relire plusieurs fois son commentaire pour voir les "erreurs" dont tu parles...

a écrit : Un des principes de l'armée (Gibbs dirait règle n°.....) est "réfléchir c'est commencer à désobéir" Si tu y étais tu saurais que c'est faux, mais pour ça il faudrait que tu saches de quoi tu parles ;)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Si tu y étais tu saurais que c'est faux, mais pour ça il faudrait que tu saches de quoi tu parles ;) J'y suis allé pendant mon service militaire et, quoique t'en dises, c'est ce qu'il se disait dans les rangs des appelés... ;-)

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : L'anecdote porte à confusion. J'ai du lire la 1er source pour comprendre.
Il n'a pas été fusillé après un assaut, son régiment a subit un bombardement puis un assaut allemand, n'ayant plus que 40 hommes il décida de se retirer pour rejoindre un bataillon proche de là. L'officier commandan
t de ce bataillon refusera de les intégrer et ordonnera de reprendre leur position, conscient que c'était impossible avec seulement 40 hommes le sous-lieutenant n'exécutera pas l'ordre pour se retirer dans une caserne.
C'est là son erreur et la raison de sa condamnation.

En gros il est fusillé pour abandon de poste et non après un assaut.
Afficher tout
Merci je n’avais rien compris en effet car il manquait bcp d’éléments.

Ce lieutenant eut le tord de revenir vivant. Il s’était replié stratégiquement (je crois qu'il avait plus de munition). On l’exécuta illégalement pour l'exemple. Il eu le temps d’écrire à sa mie et mourut canardé par le peloton sous ses propres ordres, après un discours enflammé de soutien a ses camarades pour la suite de la guerre. Faut trouver la force morale !

a écrit : Si tu y étais tu saurais que c'est faux, mais pour ça il faudrait que tu saches de quoi tu parles ;) 12 mois de service, ça m'a suffit. Et j'étais à Saumur, bien planqué. La phrase que j'ai citée était prononcée deux fois par jour par un sous off dès que quelqu'un posait une question lors des "cours théoriques"

a écrit : 12 mois de service, ça m'a suffit. Et j'étais à Saumur, bien planqué. La phrase que j'ai citée était prononcée deux fois par jour par un sous off dès que quelqu'un posait une question lors des "cours théoriques" Je pense que Hugo est militaire de carrière, il ne peut pas comprendre le point de vue d'un appelé/conscrit.(ce n'est pas une critique, mais un constat. Mon oncle était militaire de carrière, il m'a demandé, quand j'avais 20 ans, ce que je ferais si la France entrait en guerre, je lui ai répondu: Ca dépend qui a commencé et pourquoi. Il a pas su quoi me répondre à part que je suis pas un bon patriote. ^^)

La logique militaire de l'époque, faites par des planqués justement, parrait absurde, mais elle ne s'est pas contentée de la première guerre mondiale, le "PAS UN PAS EN ARRIERE" se retrouve aussi dans la seconde...

La notion de retraite stratégique est admise aujourd'hui, mais le pire, c'est qu'elle était aussi admise jusqu'au 19ème siècle, les connards l'ont juste oubliée pendant 50 ans en confondant les humains avec des robots bien obéissants que l'on peut remplacer/fabriquer/réparer.
On peut être patriote jusqu'au bout des tifs sans pour autant se faire tuer pour rien, l'anecdote le montre bien :(

Ton grand pere m'aurait hurlé dessus. Pour ma part en cas de guerre, hors de question que je reste dans les parages !

Posté le

android

(0)

Répondre

Cette annecdote se fait le spectre de 2 réalités lors de la première guerre mondiale.
Il importe de faire la distinction entre "fusillés" (actes individuels) et "mutins" (actes collectifs). La plupart des fusillés l’ont été en 1914 et 1915 (des soldats sont fusillés pour des raisons diverses, parfois bien éloignées de toute idée de mutinerie), tandis que les grandes mutineries ont eu lieu en mai-juin 1917.
Le traitement des mutineries par la hiérarchie (soldats dégradés, fusillés, envoyés à une mort certaine dans des assauts impossibles…) a contribué aux séquelles psychologiques de cette guerre.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Après la correction d'une faute de français, Shampoo est un internaute de SCMB qui fût condamné à être fusillé sans aucune forme de jugement. Face à l’émoi du peloton d'internautes, il dirigea lui-même sa propre exécution après un discours d'encouragement aux troupes. Sur le net, inutile d'exhorter les gens à vous tirer dessus, il le font à la moindre occasion.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je pense que Hugo est militaire de carrière, il ne peut pas comprendre le point de vue d'un appelé/conscrit.(ce n'est pas une critique, mais un constat. Mon oncle était militaire de carrière, il m'a demandé, quand j'avais 20 ans, ce que je ferais si la France entrait en guerre, je lui ai répondu: Ca dépend qui a commencé et pourquoi. Il a pas su quoi me répondre à part que je suis pas un bon patriote. ^^)

La logique militaire de l'époque, faites par des planqués justement, parrait absurde, mais elle ne s'est pas contentée de la première guerre mondiale, le "PAS UN PAS EN ARRIERE" se retrouve aussi dans la seconde...

La notion de retraite stratégique est admise aujourd'hui, mais le pire, c'est qu'elle était aussi admise jusqu'au 19ème siècle, les connards l'ont juste oubliée pendant 50 ans en confondant les humains avec des robots bien obéissants que l'on peut remplacer/fabriquer/réparer.
On peut être patriote jusqu'au bout des tifs sans pour autant se faire tuer pour rien, l'anecdote le montre bien :(
Afficher tout
Ce n'est pas qu'une histoire d'être militaire de carrière ou non, c'est surtout une histoire de contexte.
Le service militaire obligatoire remonte quasiment au siècle dernier désormais. La mentalité était différente. Par ailleurs, à cette époque, on attendait du simple appelé ou même bidasse qu'il obéisse aux ordres car la moindre hésitation remet en péril la sécurité de tout le groupe voir plus. Les schémas d'armée étaient plus massif.
Ex : demain, vous devez aller au restaurant en famille 2 parents et 2 enfants. Si 1 parent choisi ca va vite, si les 2 il faut se décider si on inclus les enfants, il faut prévoir la sortie une semaine avant. D'ou l'intérêt de limiter les donneurs d'ordre et les questions à poser si elles ne sont pas stratégiques ou vitales.

Aujourd'hui le schéma d'armée prévoit des unités moins importantes avec des militaires plus multitaches et mieux équipés. Ils ont plus d'autonomie dans la manière d'accomplir leur mission. Cependant seul le chef de groupe pose une question au chef de section, qui la pose au chef de bataillon et ainsi de suite.
"réfléchir c'est désobéir" est une manière simple de rappeler qu'un militaire obéit à ses chefs qui réfléchissent à la mission et à la manière de la mener et que bien souvent plus on descend dans la chaine de commandement et plus la vision est "étriquée" car on n'a pas toutes les cartes en main (au sens figuré comme au sens propre).