Une reine des abeilles réintroduite doit être protégée en cage

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (35)

a écrit : Et comment on voit que la reine est morte ? On fait l'appel tous les matins ? Elle arrête de faire bzzz

a écrit : ben regarde nos animaux d'élevage et tu va comprendre. Colle un troupeau de moutons domestique en pleine cambrousse en le laissant se démerder tout seul pendant un an et tu retrouvera que des os parce qu'ils seront morts de faim et de froid. T'as pas l'air de sortir souvent de la ville toi, hein? Je te signale quand même que dans la nature, la lute pour la vie, c'est la lutte pour la bouffe, y'a pas de containers de poubelles à fouiller dans la cambrousse. Et dans la nature, ben y'a pas grand chose à bouffer, alors ta ruche domestique qui est habituée a avoir de vastes prairies fleuries au printemps bien irriguées et enrichies à la bouse de vaches et à être boostée au sucre juste avant l'hiver, ben, ca, ca n'existe pas dans la nature. Ta ruche domestique qui y est habituée, elle sera condamnée à mort dans l'hiver dans 90% des cas, voir plus.

Sinon tu peux aussi taper: "Abeilles sauvages solitaires" sur internet, et après on en parle. C'est assez sympa comme animal, c'est les trucs qui cherchent des trous pour pondre au Printemps et que tout le monde bombe au Baygon parce qu'ils ne savent pas que ce sont des abeilles solitaires sauvages. Elles sont un peu agressives, mais bon, elles sont sauvages, quoi! ;)
Afficher tout
Houla, tu nous fais un concert d'idées reçues sur les animaux domestiques.

Un mouton ne meurt pas en hiver à cause du froid, loin de la. Des moutons "fugueurs" ont été retrouvé des années après. Et aucun soucis sur la santé. Par contre leur laine devenaient trop encombrante et donc handicapante à la fin, mais au bout de plusieurs années. Mais cela dépends encore de l'espèce de mouton. Pour certains, il n'y a pas de problème.
Et c'est pareil pour les chèvres, comme au Maroc ou en Grèce où certaines vivent dans les zones montagneuses.
Les chevaux qui peuvent totalement survivre sans l'homme (Mustang aux USA par exemple).

La liste est longue mais tous peuvent survivre dans la nature et ne pas mourir dès le 1 hiver. Cela s'appel le marronage, comme le pigeon biset dans les villes ou les canards domestique (tout blanc) que l'on retrouve aux cotés de Colvert. Le taureau de camargue qui vit en semi liberté et le dingo Australien qui est une autre preuve vivante etc.
La liste est longue pour démontrer que si, une espèce domestique survit très bien si elle se retrouve dans la nature. Certains individus meurent au début, le temps de s'adapter (migration en hiver, comportement à adopter face à un prédateur), mais après ces espèces se débrouillent très bien.

Revenons aux moutons que tu cites, ils ne mourront pas de faim car ils vont se nourrir naturellement d'herbes et "gouter" de nouvelles plantes, d'abord en petite quantité pour voir si elles sont comestibles. Et un mouton ça a une alimentation très large. Ca mange de tout ! Et pour le froid... La laine ça fait l'affaire.

L'exemple de l'abeille est tout aussi faux :) Les abeilles domestiques, depuis le temps qu'elles ont été créées, sont présentes dans la nature aussi (et il en existe plusieurs espèces...). Des essaims se sont installés dans des arbres creux, des rochers avec un creux, de vieilles maisons abandonnées, un poteau électrique avec un trou ...
Elles survivent très bien ! Les apiculteurs viennent les prendre quand elles se mettent trop près des maisons.
D'ailleurs des prairies fleuries, il y en a dans la nature ! Certaines espèces sauvages en dépendent !

Bref, dans la nature il y a plein de nourriture. C'est plutot un cliché de citadins de dire "la nature est froide et impitoyable avec 0 nourriture". Au contraire... Sinon, nous n'aurions pas des écosystèmes aussi riches et diversifiés. Ou alors tu vis dans le pole Sud, la en effet il n'y a pas grand chose.

a écrit : Houla, tu nous fais un concert d'idées reçues sur les animaux domestiques.

Un mouton ne meurt pas en hiver à cause du froid, loin de la. Des moutons "fugueurs" ont été retrouvé des années après. Et aucun soucis sur la santé. Par contre leur laine devenaient trop encombrante et donc handicapa
nte à la fin, mais au bout de plusieurs années. Mais cela dépends encore de l'espèce de mouton. Pour certains, il n'y a pas de problème.
Et c'est pareil pour les chèvres, comme au Maroc ou en Grèce où certaines vivent dans les zones montagneuses.
Les chevaux qui peuvent totalement survivre sans l'homme (Mustang aux USA par exemple).

La liste est longue mais tous peuvent survivre dans la nature et ne pas mourir dès le 1 hiver. Cela s'appel le marronage, comme le pigeon biset dans les villes ou les canards domestique (tout blanc) que l'on retrouve aux cotés de Colvert. Le taureau de camargue qui vit en semi liberté et le dingo Australien qui est une autre preuve vivante etc.
La liste est longue pour démontrer que si, une espèce domestique survit très bien si elle se retrouve dans la nature. Certains individus meurent au début, le temps de s'adapter (migration en hiver, comportement à adopter face à un prédateur), mais après ces espèces se débrouillent très bien.

Revenons aux moutons que tu cites, ils ne mourront pas de faim car ils vont se nourrir naturellement d'herbes et "gouter" de nouvelles plantes, d'abord en petite quantité pour voir si elles sont comestibles. Et un mouton ça a une alimentation très large. Ca mange de tout ! Et pour le froid... La laine ça fait l'affaire.

L'exemple de l'abeille est tout aussi faux :) Les abeilles domestiques, depuis le temps qu'elles ont été créées, sont présentes dans la nature aussi (et il en existe plusieurs espèces...). Des essaims se sont installés dans des arbres creux, des rochers avec un creux, de vieilles maisons abandonnées, un poteau électrique avec un trou ...
Elles survivent très bien ! Les apiculteurs viennent les prendre quand elles se mettent trop près des maisons.
D'ailleurs des prairies fleuries, il y en a dans la nature ! Certaines espèces sauvages en dépendent !

Bref, dans la nature il y a plein de nourriture. C'est plutot un cliché de citadins de dire "la nature est froide et impitoyable avec 0 nourriture". Au contraire... Sinon, nous n'aurions pas des écosystèmes aussi riches et diversifiés. Ou alors tu vis dans le pole Sud, la en effet il n'y a pas grand chose.
Afficher tout
Même les chats et les chiens peuvent survivre très bien sans l’Homme. Pas tous certes mais la plupart.
Je connais quelqu’un qui « possède » un chat qu’il ne nourrit pas du tout. C’est plus de la colocation à ce niveau. Le chat va et vient dans la maison, dort sur le canapé et se nourrit tout seul sans problème en chassant.

a écrit : Même les chats et les chiens peuvent survivre très bien sans l’Homme. Pas tous certes mais la plupart.
Je connais quelqu’un qui « possède » un chat qu’il ne nourrit pas du tout. C’est plus de la colocation à ce niveau. Le chat va et vient dans la maison, dort sur le canapé et se nourrit tout seul sans problème e
n chassant. Afficher tout
Entièrement d'accord :)

Chien paria, chien chanteur, dingo, chien sauvage d'Asie, lycaon ... La liste des chiens retournés à l'état sauvage est longue. Par contre le chihuahua (pour ne citer que lui), oui il ne fera pas long feu.

Et les chats n'en parlons pas

a écrit : Oh meme pas trop aggressives si tu les emmerdes pas...
Je les trouve très marrantes et calmes en fait.
Mais malheureusement, on en voit moins ces derniers temps.

Par contre j'ai une question :
Autant les abeilles, on sait qu'elles sont importantes pour l'ecosystème et que d
u moment qu'on les embete pas, elles font de même.
Mais à quoi servent ces p***** de guêpes et frelons ? (Qui par ailleurs s'attaquent aux abeilles)
Afficher tout
la question a quoi ca sert une espèce ... n'a pas de sens
la nature n'a ni but ni de sens moral

ce qui fait fonctionner tout ca c'est la selection naturel, la survie du plus apte
si ca fonctionne ça va perdurer sinon ça meure, c'est tout

meme si c'est moralement pas gentil pour l’individu,

pensez au saumon qui remonte à leur lac d'origine se reproduir puis tous mourrir ...

En fait c'est plus souvent utilisé quand on veut faire des colonies filles, lors d'une partition ....

a écrit : Il me semblait que la reine produisait une substance spéciale, et qu'en l'absence de celle-ci, certaines ouvrières pouvaient "se transformer" en reine (le développement de leurs ovaires étant désinhibé).
Ci-joint, un lien vers un article qui en parle (www.apiculture-haut-bugey.com/?p=3
098). En le relisant, j'apprends en fait que les ouvrières se mettent à pondre, mais les oeufs non fécondés ne donneront que des mâles, et donc la ruche est condamnée... Afficher tout
Mouai.... mon beau-père est apiculteur, ce que j'ai pu apprendre avec lui c'est que seule la reine peut pondre. Que l'alimentation des larve en gelée royale font des reines. Je ne vois pas comment les ouvrières, si elles peuvent pondre, ne pourraient pas être fécondées... à lui demander !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : et comment la nouvelle rein est-elle "choisie"? Alors la nouvelle reine n'est pas choisie. Si l'ancienne reine a pondue, c'est la première qui "née" qui vas détruire les autres oeufs qui ont de la gelée royale.
Si l'apiculteur introduit une reine, elle est mise, à l'écart grâce à je ne sais plus quoi (prenons comme exemple de l'essuie tout), ce qui permet au phéromones de pénétrer dans la ruche et dès que les abeilles et la reine se retrouvent à force de grignoter l'essuie tout, la reine est accepter par les ouvrières. J'espère avoir été assez clair.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : "Destinée banale", pondre toute la journée, je ne suis pas sur que ce soit plus excitant que d'aller butiner toute la journée du pollen :) Heu non pas toute la journée, toute sa vie! La reine se fait "claqué", alors c'est fécondées mais les faux-bourdons sont tellement virulents que on peut entendre un clac si la reine est a proximité, une seule fois et par plusieurs faux-bourdons. Et après on nous fait la leçon de la fidélité....

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Heu non pas toute la journée, toute sa vie! La reine se fait "claqué", alors c'est fécondées mais les faux-bourdons sont tellement virulents que on peut entendre un clac si la reine est a proximité, une seule fois et par plusieurs faux-bourdons. Et après on nous fait la leçon de la fidélité.... Par toute la journée, j'entendais toutes les journées de sa vie :)

a écrit : Et comment on voit que la reine est morte ? On fait l'appel tous les matins ? On reconnaît une colonie d'abeilles sans reine par la surpopulation de faux bourdons (mâles) car les ouvrières sont capables de donner naissances qu'à des mâles. Le nombre de mâles devient majoritaire par rapport au nombre de femelles. On dit que la colonie est bourdonneuse.

Posté le

android

(0)

Répondre

Bon j'arrive un peu apres la guerre (je suis à la bourre de mes anecdotes à lire^^)
Mais l'anecdote est mal formulée, désolé tybs en faite les abeilles ont pas attendues l'arrivée de l'homme pour apprendre à remérer
Oui quand il n'y a plus de reine dans une ruche on peut en introduire une autre
Fécondée ou pas
Mais naturellement si la reine d'une ruche vient à mourir, les abeilles se serviront des œufs de la reine pour en créer une nouvelle.
En donnant à l'œuf beaucoup de gelée royale (que fabriquent les jeunes abeilles = nourrisses) la larve deviendra plus grande en se développant dans ce qu'on appelle la cellule royale et donnera naissance à la reine
Donc il n'est pas nécessaire, mais possible d'introduire une reine.
Qui peut être vierge (pas encore fécondé) que l'apiculteur aura fait naître grâce au greffage, fécondé (provenant souvent d'une petite ruches appelé aussi nucleï) ou même une cellule royale en l'introduisant avant sa naissance

a écrit : Et comment on voit que la reine est morte ? On fait l'appel tous les matins ? Alors c'est très simple, plusieurs options:
- le plus rapide on vérifie la ponte si ça pond c'est qu'il y a une reine (sauf cas particulier qui a déjà été cité ou les ouvrières peuvent pondre des œufs non fécondé qui donneront que des mâles, ce qu'on appelle une bourdonneuse)
- Soit on la cherche à l'oeil :)

a écrit : Avant ( et c'est plus rock'n roll ), il y a la fécondation par des centaines de mâles en plein vol, le "vol nuptiale ", première et dernière sortie de sa vie ( sauf exception ) de la reine....
Après elle sera trop grosse et restera dans la ruche à pondre !
L'exception étant si la ru
che devient trop petite, il y a essaimage et division de l'essain en deux avec fabrication d'une nouvelle reine ( larve nourrie par les ouvrières à la gelée royale ) et la "vieille" reine maigrit et part avec la moitié des ouvrières.
C'est au printemps, on en voit parfois voler, se poser dans des arbres, des cheminée etc....
Afficher tout
Alors pour la fécondation ce n'est pas des centaines de mâles mais entre 5 et 40-50 pour une fécondation de reine

Et pour l'essaimage c'est plutôt quand la colonie est forte et qu'elle commence à être à l'étroit dans sa ruche que la colonie va essaimer. Ce qui est toute la difficulté de l'apiculteur, avoir des ruches fortes pour faire le "maximum" de Miel et éviter que la colonie essaime sinon elle ne produira rien le reste de la saison (ou très peu)...
L'essaimage pour les petites colonies existe mais c'est plutôt quand la colonie n'arrive plus à trouver de quoi se nourrir (ou de quoi se développer) et elle se barre, on appelle chez nous un essaimage de misère (je sais pas si le terme est "officiel" ^^)

Chez les insectes il y a plusieurs cas d'espèces, où les femelles sont capables de pondre des œufs sans être fécondées, on parle de parthénogenèse. Mais il manquera la moitié du patrimoine génétique aux nouveaux individus.

Posté le

android

(0)

Répondre