La curieuse recette du Mos Teutonicus

Proposé par
le

Le Mos Teutonicus est une technique d'embaumement pratiquée au Moyen Âge pour les hauts dignitaires et les rois. La chair et les os étaient bouillis puis mêlés d'aromates conservateurs. On pratiquait aussi la partition (coeur, viscères, ossements) pour accroitre le nombre de cérémonies. L'Église catholique finira par interdire la pratique, avec parfois des exceptions pour rapatrier des corps de personnes mortes loin de chez elles.


Commentaires préférés (3)

"La chair et les os étaient bouillis puis mêlés d'aromates..." Vous êtes sûr de ne pas avoir confondu le bouquin d'Histoire avec celui de Cuisine ?! ^^

Posté le

android

(87)

Répondre

Faire bouillir les chairs et les os avait comme effet collatéral de détruire les agents porteurs de la maladie qui avait tué le défunt. Louis IX (Saint-Louis) est ainsi revenu de Tunis (d'où il n'était pas mort de la peste, mais d'une bête dysenterie) dans des bocaux dont certains ont été "égarés"

Ceux qui réalisaient le mos Teutonicus étaient au début des cuisiniers, bouchers, habitués à couper des carcasses ou des apothicaires qui avaient des épices à proximités.

Il faut s'imaginer que pour rendre l'étape, "bouillir le corps dans une marmite", plus facile on découpait le corps en morceau. Donc les rois y aillant recours, ont été découpé en morceau par le boucher ou le cuistot de l'armée.

D'après les sources on pouvait aussi rapporter la tête et les avants-bras pour faire identifier le corps par la femme. Délicate attention.


Tous les commentaires (9)

"La chair et les os étaient bouillis puis mêlés d'aromates..." Vous êtes sûr de ne pas avoir confondu le bouquin d'Histoire avec celui de Cuisine ?! ^^

Posté le

android

(87)

Répondre

Faire bouillir les chairs et les os avait comme effet collatéral de détruire les agents porteurs de la maladie qui avait tué le défunt. Louis IX (Saint-Louis) est ainsi revenu de Tunis (d'où il n'était pas mort de la peste, mais d'une bête dysenterie) dans des bocaux dont certains ont été "égarés"

a écrit : "La chair et les os étaient bouillis puis mêlés d'aromates..." Vous êtes sûr de ne pas avoir confondu le bouquin d'Histoire avec celui de Cuisine ?! ^^ Quand on entrait dans l'atelier où les "croques-morts" opéraient, on se retournait vers sa femme en disant : "Chérie, je ne sais pas pourquoi, mais ce soir je mangerai bien un pot-au-feu"

Ceux qui réalisaient le mos Teutonicus étaient au début des cuisiniers, bouchers, habitués à couper des carcasses ou des apothicaires qui avaient des épices à proximités.

Il faut s'imaginer que pour rendre l'étape, "bouillir le corps dans une marmite", plus facile on découpait le corps en morceau. Donc les rois y aillant recours, ont été découpé en morceau par le boucher ou le cuistot de l'armée.

D'après les sources on pouvait aussi rapporter la tête et les avants-bras pour faire identifier le corps par la femme. Délicate attention.

Je pensais que le top était de fumer le cadavre comme le font certains peuples, mais c'est vrai que faire bouillir le corps dans du pinard a quelque-chose de magique.

a écrit : "La chair et les os étaient bouillis puis mêlés d'aromates..." Vous êtes sûr de ne pas avoir confondu le bouquin d'Histoire avec celui de Cuisine ?! ^^ Une recette avec de nombreux avis favorables sur Marmiton.fr

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : D'où un festin de roi ? -Bon, sur la table de droite, c'est le roi Loth et sur la table de gauche, c'est le dîner. Ne vous plantez pas, seigneur Perceval. La paix du royaume est en jeu!
-A droite de la porte d'entrée où à votre droite, sire?
-... Bon, demain j'instaure un genre de code dans tout le pays pour être certain de savoir d'où vient la barbaque qu'on trouvera dans les assiettes!

dsl j'ai pas pu résister! ^^

Heureusement que cette pratique a disparu.

Je n'imagine pas les scandales qui pourraient avoir lieu de nos jours dans l'industrie agro-alimentaire.

"L'affaire des lasagnes de Chirac Findus"

Posté le

android

(2)

Répondre