Un président mexicain fit faire une cérémonie pour l'enterrement de sa jambe

Proposé par
le

En 1838, le président mexicain Antonio Lopez de Santa Anna se fit amputer d'une jambe à la suite du broyage de sa cheville par un tir de canon. L'homme organisa plus tard un enterrement militaire en grande pompe uniquement pour rendre hommage à sa jambe perdue : tirs de canons, discours d'hommage et prières furent au programme d'une cérémonie où la jambe fut enterrée sous un immense monument.


Commentaires préférés (3)

Quand j'ai lu "tirs de canons" pour la cérémonie d'adieu à la jambe, j'ai cru que l'anecdote allait se terminer en "cérémonie au cours de laquelle, il se fit broyer l'autre cheville par un tir de canon..."

a écrit : Quand j'ai lu "tirs de canons" pour la cérémonie d'adieu à la jambe, j'ai cru que l'anecdote allait se terminer en "cérémonie au cours de laquelle, il se fit broyer l'autre cheville par un tir de canon..." Purée moi c'est à "grande pompe" que j'me suis fait avoir...

Posté le

android

(111)

Répondre

Cette anecdote me rappelle Alexandre Sanguinetti, homme politique français, mort en 1980, figure du RPR.
Membre des commandos d'Afrique, il perd une jambe au combat en 1943.
Non dénué d'humour, il fit enterrer sa jambe au cimetière de Bastia, avec l'épitaphe suivante:
"Ci-gît une partie de moi-même, le reste suivra plus tard"


Tous les commentaires (22)

Quand j'ai lu "tirs de canons" pour la cérémonie d'adieu à la jambe, j'ai cru que l'anecdote allait se terminer en "cérémonie au cours de laquelle, il se fit broyer l'autre cheville par un tir de canon..."

a écrit : Quand j'ai lu "tirs de canons" pour la cérémonie d'adieu à la jambe, j'ai cru que l'anecdote allait se terminer en "cérémonie au cours de laquelle, il se fit broyer l'autre cheville par un tir de canon..." Purée moi c'est à "grande pompe" que j'me suis fait avoir...

Posté le

android

(111)

Répondre

Il se prend pas pour n’importe quoi lui. L’expression est parfaitement appropriée : il a les chevilles qui enflent.

a écrit : Il se prend pas pour n’importe quoi lui. L’expression est parfaitement appropriée : il a les chevilles qui enflent. La cheville, plutôt, pour le coup (de canon).

Cette anecdote me rappelle Alexandre Sanguinetti, homme politique français, mort en 1980, figure du RPR.
Membre des commandos d'Afrique, il perd une jambe au combat en 1943.
Non dénué d'humour, il fit enterrer sa jambe au cimetière de Bastia, avec l'épitaphe suivante:
"Ci-gît une partie de moi-même, le reste suivra plus tard"

De son vrai nom Antonio de Padua María Severino López de Santa Anna y Pérez de Lebrón (j'adore les noms espagnols).
Vous devriez lire sa bio sur wiki, son histoire est très intéressante.

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : De son vrai nom Antonio de Padua María Severino López de Santa Anna y Pérez de Lebrón (j'adore les noms espagnols).
Vous devriez lire sa bio sur wiki, son histoire est très intéressante.
En faisant un jeu de role avec des potes un jour, je devais interpréter un gentilhomme, la plus fine lame d'Espagne dis t'on (les puristes reconnaitront)

Mon nom, je m'en souviens plus de 20 ans après :

Don Armando Adamo Rojas Martinez Mendosa y Feliz de la Luz de Sarragoz

Je me prends parfois à le réciter encore tout haut.
Oui les noms espagnols ont du... cachet :D

a écrit : De son vrai nom Antonio de Padua María Severino López de Santa Anna y Pérez de Lebrón (j'adore les noms espagnols).
Vous devriez lire sa bio sur wiki, son histoire est très intéressante.
Les noms à rallonge sont courants avec les nobles, qu'ils soient Espagnols où pas, mais c'est vrai qu'en Espagnol, ça a un certain panache. ;)
On pourrait dire: Phillipe de La-Roche-Saint-Pierre, fils de Roger De-La-Tour-Penchée, petit fils de Godefroy de Montmirail, comte d'Apremont et de Papincourt, dit: Le Hardi...

Non, c'est pas à toi que je cause, Phil. ^^

a écrit : En faisant un jeu de role avec des potes un jour, je devais interpréter un gentilhomme, la plus fine lame d'Espagne dis t'on (les puristes reconnaitront)

Mon nom, je m'en souviens plus de 20 ans après :

Don Armando Adamo Rojas Martinez Mendosa y Feliz de la Luz de Sarragoz<
br />
Je me prends parfois à le réciter encore tout haut.
Oui les noms espagnols ont du... cachet :D
Afficher tout
Non, la plus fine lame, c'est Inigo Montoya! "Tou as toué mon père, et ye vais te touer!"

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Les noms à rallonge sont courants avec les nobles, qu'ils soient Espagnols où pas, mais c'est vrai qu'en Espagnol, ça a un certain panache. ;)
On pourrait dire: Phillipe de La-Roche-Saint-Pierre, fils de Roger De-La-Tour-Penchée, petit fils de Godefroy de Montmirail, comte d'Apremont et de Pap
incourt, dit: Le Hardi...

Non, c'est pas à toi que je cause, Phil. ^^
Afficher tout
Un peu comme Adhémar de Lamarche de L'escalier de Lacave, quoi...

Posté le

android

(2)

Répondre

Pour une jambe, normal de faire un enterrement en grande pompe...

Posté le

android

(3)

Répondre

Parai-t-il que des Ovins Français voulais se rendre au lieu ou cette jambe fut enterrée, afin de rendre hommage à l’intéressé. Mais malheureusement en arrivant sur la plage pour prendre le bateaux...

Il était une fois
Une jambe de bois
Qui cherchait un amateur
Elle se dit " Ma foi
Si personne ne veut de moi
Je me fous une balle en plein cœur "
Mais voilà qu'soudain
Elle entend au loin
Une sonnerie de clairon
Elle se dit: " Parfait
C'est le moment ou jamais
D'me trouver une situation "
Arrivée sur l'champ d'bataille
Au plus fort de la mitraille
Elle croise un boulet d'canon
Qui sifflait à pleins poumons... Serge gainsbourg

Posté le

android

(9)

Répondre

C'est un cul-de-jatte qui va chez le coiffeur :
«_Je vous coupe les pattes?
_Vous voulez mon pied au cul?
_non, je disais ça pour vous faire marcher...»

Ça se trouve sa jambe il l'a perdu après une gangrène en se tirant une balle dans le pied. Aaah l'histoire, c'est croire des criminels sur parole

a écrit : Parai-t-il que des Ovins Français voulais se rendre au lieu ou cette jambe fut enterrée, afin de rendre hommage à l’intéressé. Mais malheureusement en arrivant sur la plage pour prendre le bateaux... ... On entendit comme une détonation, pas d'un boulet de canon

a écrit : Non, la plus fine lame, c'est Inigo Montoya! "Tou as toué mon père, et ye vais te touer!" « Il est tatoué le chien? »
« Bah pardi! Qu’il est à moué!!! »
;)

A sa mort on peut dire qu’il avait déjà un pied dans la tombe.

L'histoire ne dit pas si il a fait la même chose pour son cerveau...
Car vu son niveau d'intelligence, il y a de fortes chances qu'il ait perdu son cerveau avant sa jambe.

Posté le

android

(0)

Répondre