Le programme Artémis de la NASA fait écho à Apollo

Proposé par
le

La Nasa a lancé le programme Artémis. Il s'agit d'un nouveau programme lunaire visant à envoyer des astronautes sur la Lune à l'horizon 2024. Le nom du programme n'est pas dû au hasard, puisque dans la mythologie grecque, Artémis est la sœur d'Apollon, qui se traduit "Apollo" en anglais.

Ce programme prévoit plusieurs envois de matériels vers notre satellite et même la construction d'une station spatiale lunaire.


Commentaires préférés (3)

Le nom est même plus logique, vu qu'Artémis est une déesse de la Lune, là où Apollon est un dieu du Soleil.

J'ajouterai qu'en plus d'être la soeur d'Apollon, c'est aussi une divinité associée à la Lune (alors qu'Apollon est associé au Soleil). Doublement bien choisie du coup !

Edit : fichtre, devancé !

a écrit : Artémis est également déesse de la chasse et le vaisseau de transport s'appellera "Orion", du nom d'un chasseur géant de la mythologie.

Le lanceur prévu sera le plus gros jamais construit par les Américains. Avec 122 m de haut, il sera capable de placer sur orbite basse 130 tonnes (p
our comparer, la fusée Saturne 5, qui avait envoyé des hommes sur la Lune il y a 50 ans, mesurait 111 m de haut et pouvait satelliser 118 tonnes). Afficher tout
La Saturn V pouvait mettre 140 tonnes en oribte basse et pesait legerement plus lourd (3000 tonnes pour le Space Launch System et 3030 tonnes pour la Saturn V). Après je chipote, les lanceurs sont relativement équivalent.

Il un peu triste de voir qu'en 40 ans la technologie n'a que peu évolué pour ce qui est des fusées et de leurs méthodes de propulsion. La seule innovation majeur en cours c'est les lanceurs réutilisable qui permettront de reduire les couts ce qui est déjà bien mais je pense qu'on est arrivé au limite de la propulsion chimique.


Tous les commentaires (22)

Le nom est même plus logique, vu qu'Artémis est une déesse de la Lune, là où Apollon est un dieu du Soleil.

J'ajouterai qu'en plus d'être la soeur d'Apollon, c'est aussi une divinité associée à la Lune (alors qu'Apollon est associé au Soleil). Doublement bien choisie du coup !

Edit : fichtre, devancé !

Artémis est également déesse de la chasse et le vaisseau de transport s'appellera "Orion", du nom d'un chasseur géant de la mythologie.

Le lanceur prévu sera le plus gros jamais construit par les Américains. Avec 122 m de haut, il sera capable de placer sur orbite basse 130 tonnes (pour comparer, la fusée Saturne 5, qui avait envoyé des hommes sur la Lune il y a 50 ans, mesurait 111 m de haut et pouvait satelliser 118 tonnes).

a écrit : Artémis est également déesse de la chasse et le vaisseau de transport s'appellera "Orion", du nom d'un chasseur géant de la mythologie.

Le lanceur prévu sera le plus gros jamais construit par les Américains. Avec 122 m de haut, il sera capable de placer sur orbite basse 130 tonnes (p
our comparer, la fusée Saturne 5, qui avait envoyé des hommes sur la Lune il y a 50 ans, mesurait 111 m de haut et pouvait satelliser 118 tonnes). Afficher tout
La Saturn V pouvait mettre 140 tonnes en oribte basse et pesait legerement plus lourd (3000 tonnes pour le Space Launch System et 3030 tonnes pour la Saturn V). Après je chipote, les lanceurs sont relativement équivalent.

Il un peu triste de voir qu'en 40 ans la technologie n'a que peu évolué pour ce qui est des fusées et de leurs méthodes de propulsion. La seule innovation majeur en cours c'est les lanceurs réutilisable qui permettront de reduire les couts ce qui est déjà bien mais je pense qu'on est arrivé au limite de la propulsion chimique.

30 milliards de $ pour ce projet, nous dit une source... ça laisse réveur :) On peut bien sûr penser que cet argent pourrait être utilisé à meilleur escient que de permettre à une poignée d'hommes de vivre quelques mois sur la Lune, mais à bien y réfléchir, sans même parler du "rêve" et des connaissances que nous apporte la Nasa depuis des lustres : tout cet argent sera injecté dans l'économie américaine, à de multiples entreprises privées de pointe technologique qui travailleront sur ce projet. Donc du travail pour des milliers de personnes pendant une décennie... A bien y réfléchir, disais-je, ce n'est peut-être pas plus idiot que ce qu'on fait nous depuis dix ans : priver de ressources les collectivités territoriales (Mairies, Départements, régions...) qui représentent 80% de tous les investissements réalisés en France. Je ne suis pas un économiste distingué, mais je me pose des questions sur certaines "pertinences" :)

a écrit : La Saturn V pouvait mettre 140 tonnes en oribte basse et pesait legerement plus lourd (3000 tonnes pour le Space Launch System et 3030 tonnes pour la Saturn V). Après je chipote, les lanceurs sont relativement équivalent.

Il un peu triste de voir qu'en 40 ans la technologie n'a que peu évolué p
our ce qui est des fusées et de leurs méthodes de propulsion. La seule innovation majeur en cours c'est les lanceurs réutilisable qui permettront de reduire les couts ce qui est déjà bien mais je pense qu'on est arrivé au limite de la propulsion chimique. Afficher tout
Oui effectivement certaines sources parlent de 140 T.

Celle-ci parle de 118 T
www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/astronautique-espace-sont-fusees-plus-puissantes-11704/

La technologie n'a pas évolué pour plusieurs raisons :
- les recherches sur les lanceurs lourds ont tout simplement été arrêtées par faute d'objectifs
- il n'y a plus d'argent pour continuer les développements
- nous atteignions déjà avec Saturn V les limites de puissance des moteurs à ergols liquides. Des moteurs plus gros et donc plus lourd ne permettaient pas forcément d'augmenter la charge utile.
- un effet pogo proche quasiment de la limite de résistance des lanceurs
- 130 T de charge utile semble à priori largement suffisant pour les prochaines missions Artemis

a écrit : 30 milliards de $ pour ce projet, nous dit une source... ça laisse réveur :) On peut bien sûr penser que cet argent pourrait être utilisé à meilleur escient que de permettre à une poignée d'hommes de vivre quelques mois sur la Lune, mais à bien y réfléchir, sans même parler du "rêve" et des connaissances que nous apporte la Nasa depuis des lustres : tout cet argent sera injecté dans l'économie américaine, à de multiples entreprises privées de pointe technologique qui travailleront sur ce projet. Donc du travail pour des milliers de personnes pendant une décennie... A bien y réfléchir, disais-je, ce n'est peut-être pas plus idiot que ce qu'on fait nous depuis dix ans : priver de ressources les collectivités territoriales (Mairies, Départements, régions...) qui représentent 80% de tous les investissements réalisés en France. Je ne suis pas un économiste distingué, mais je me pose des questions sur certaines "pertinences" :) Afficher tout Sinon il faut comparer au 1780 milliards de dollars de budget défense dans le monde (2018) pour se dire que 30 milliards pour retourner sur la Lune ce n'est pas tant que ça.

a écrit : La Saturn V pouvait mettre 140 tonnes en oribte basse et pesait legerement plus lourd (3000 tonnes pour le Space Launch System et 3030 tonnes pour la Saturn V). Après je chipote, les lanceurs sont relativement équivalent.

Il un peu triste de voir qu'en 40 ans la technologie n'a que peu évolué p
our ce qui est des fusées et de leurs méthodes de propulsion. La seule innovation majeur en cours c'est les lanceurs réutilisable qui permettront de reduire les couts ce qui est déjà bien mais je pense qu'on est arrivé au limite de la propulsion chimique. Afficher tout
En matière de motorisation on est encore très loin de pouvoir dépasser les moteurs fusées et je ne suis pas sûr qu'on puisse trouver plus performant en terme de poussé et de rapport poids/puissance sans avoir recours au nucléaire. La science a ses limites malheureusement.
Après, même si le principe reste le même, d'énormes progrès ont été réalisés sur les carburants utilisés et la consommation pour une mise en orbite. Le procédé reste plus ou moins le même, mais les outils changent et se perfectionnent.

C'est aussi que ce système de propulsion par moteur fusée était carrément en avance sur son temps ! Sans la recherche intensive des nazis sur les V2 pendant la 2ème guerre mondiale. On en serait encore à Apollo 12 aujourd'hui (je fais exprès d'exagérer). Personne n'imaginait en 45 pouvoir se rendre réellement dans l'espace avant que les allemands n'invente ce type de propulsion. Les scientifiques avaient calculer la puissance et le travail nécessaire à quitter l'atmosphère et ça semblait impossible avec les technologie et connaissance de l'époque (aérodynamisme, résistance des matériaux, etc. ) Mais quand les plan du V2 ont été récupérer par les alliés, les scientifiques ont pu voir le rêve de toucher un jour la lune devenir réalité. D'où la course à l'espace (et au missile balistique stratégique). Sans ces recherchent nazis puis le contexte de guerre froide, cette technologie aurait prit bien plus longtemps à ce développer.

Arf, personne ne leur a dit que cela a déjà été fait ?^^

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Arf, personne ne leur a dit que cela a déjà été fait ?^^ La construction d'une station spatiale lunaire ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : La construction d'une station spatiale lunaire ? L'envoi d'hommes sur la lune... c'était une boutade, mais j'aurais dû préciser...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : L'envoi d'hommes sur la lune... c'était une boutade, mais j'aurais dû préciser... Ah, bah j'aurais dû préciser aussi alors.

Posté le

android

(0)

Répondre

Je croyais qu'envoyer des humains sur la lune c'était super cher et que ça avançait pas tellement la science. Ils ont changé d'avis ?

Incisif le trump après la force de l'espace et le Groenland. Il veut la lune !

a écrit : Sinon il faut comparer au 1780 milliards de dollars de budget défense dans le monde (2018) pour se dire que 30 milliards pour retourner sur la Lune ce n'est pas tant que ça. Tout à fait d'accord. Un commentaire dans une anecdote précédente (sur des nano-vaisseaux, Stephen Hawking, tout ça) avait fourni des estimations (faute de sources) de coût totaux pour l'ISS et le programme Appolo, pour un total aux alentours de 300 milliards de $ en gros (en ramenant en valeur actuelle, hein).

Ce qui représente environ 5 mois du budget de la Défense des US-of-A pour 2019.

J'avais trouvé le parallèle criant...

Plus directement en rapport avec l'anecdote, ça me fait rêver, de me dire que des personnes sont capables de monter techniquement une telle entreprise.

Posté le

android

(4)

Répondre

Et si ce projet, jumeau féminin d'Apollo, est mené à terme, il est prévu que se soit une femme qui pose à nouveau le pied sur la Lune.

Posté le

android

(0)

Répondre

Bientôt le premier homme (ou femme) sur la lune.... et bah c’est pas trop tôt

a écrit : La Saturn V pouvait mettre 140 tonnes en oribte basse et pesait legerement plus lourd (3000 tonnes pour le Space Launch System et 3030 tonnes pour la Saturn V). Après je chipote, les lanceurs sont relativement équivalent.

Il un peu triste de voir qu'en 40 ans la technologie n'a que peu évolué p
our ce qui est des fusées et de leurs méthodes de propulsion. La seule innovation majeur en cours c'est les lanceurs réutilisable qui permettront de reduire les couts ce qui est déjà bien mais je pense qu'on est arrivé au limite de la propulsion chimique. Afficher tout
[un peu triste qu'en 40 ans lez technologies n'aient pas évolué...]
Et le VASIMR alors? (pour propulsion magnéto-plasmique à impulsion spécifique variable).
Ce sera l'une des innovations majeures (selon moi) de ce siècle, qui va nous permettre de nous affranchir des distances de notre système solaire ; ses capacités (300km/s) mettraient Mars à un tout petit mois de la Terre.
Saluons au passage son créateur/concepteur dont on devra retenir le nom pour les livres d'Histoire : Franklin Chang-Diaz, ingénieur et astronaute émérite, fondateur de la société Ad-Astra Rocket qui sera le fer de lance commercial de ce moteur (ad-astra... comme le prochain film des tribulations d'hominidés sur la Lune ; coïncidence?).

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : La Saturn V pouvait mettre 140 tonnes en oribte basse et pesait legerement plus lourd (3000 tonnes pour le Space Launch System et 3030 tonnes pour la Saturn V). Après je chipote, les lanceurs sont relativement équivalent.

Il un peu triste de voir qu'en 40 ans la technologie n'a que peu évolué p
our ce qui est des fusées et de leurs méthodes de propulsion. La seule innovation majeur en cours c'est les lanceurs réutilisable qui permettront de reduire les couts ce qui est déjà bien mais je pense qu'on est arrivé au limite de la propulsion chimique. Afficher tout
Assez tristement je serais prêt à parier qu'une "bonne grosse guerre" éclate pour que les progrès aéronautiques et notamment fusées s'accroissent grandement. c'est ce qu'il s'est passé a la 2nd GM, les fusées étaient avant toute chose des missiles à envoyer sur la g.... de l'ennemi, et fin de guerre nous avions fait des progrès inimaginables dans ce domaine.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : [un peu triste qu'en 40 ans lez technologies n'aient pas évolué...]
Et le VASIMR alors? (pour propulsion magnéto-plasmique à impulsion spécifique variable).
Ce sera l'une des innovations majeures (selon moi) de ce siècle, qui va nous permettre de nous affranchir des distances de notre système
solaire ; ses capacités (300km/s) mettraient Mars à un tout petit mois de la Terre.
Saluons au passage son créateur/concepteur dont on devra retenir le nom pour les livres d'Histoire : Franklin Chang-Diaz, ingénieur et astronaute émérite, fondateur de la société Ad-Astra Rocket qui sera le fer de lance commercial de ce moteur (ad-astra... comme le prochain film des tribulations d'hominidés sur la Lune ; coïncidence?).
Afficher tout
Mieux ! Il y à la téléportation et les trous de ver. ;-)

Plus serieusement. Oui, le très récent moteur Casimir à de l'avenir dans les (très) longues distances, mais même avec ses 96 mN maximum, il ne saurait lancer plusieurs milliers de tonnes en orbite basse. Et c'est cette phase, celle du lancement, qui n'a que peut évoluée...

Posté le

android

(3)

Répondre