L'échelle de Kinsey fit grand bruit à sa sortie

Proposé par
le

Depuis les années 50, l'échelle de Kinsey permet de classifier l'orientation sexuelle sur une échelle de 0 a 6. Elle fit sensation lors de sa sortie, mais les différentes enquêtes réalisées depuis ont confirmé ses résultats et démontré que 20 à 40% des adultes ne pouvaient être classés dans la catégorie 0 (exclusivement hétérosexuel).


Tous les commentaires (85)

a écrit : Pour moi, cette échelle (et donc cette étude) est incomplète.
Il manque une catégorie, qui trouverait difficilement sa place sur ce système de notes.
Je parle de la pansexualité.
La pansexualité, ou omnisexualité,, est une orientation sexuelle caractérisant les individus qui peuvent être attirés, sen
timentalement ou sexuellement, par un individu de n’importe quel sexe ou genre.

A ne pas confondre avec la bisexualité.

Plus d'infos :
Pansexualité
fr.wikipedia.org/wiki/Pansexualit%C3%A9?wprov=sfla1
Afficher tout
Ce que tu dis n'a rien à voir avec l'échelle de Kinsey. Tu as regardé cette echelle avant de faire cette déclaration ? La catégorie 3 correspond tout à fait à la pansexualité et Kinsey ne risquait pas de confondre avec la bisexualité car il n'employait pas ce mot dans son échelle justement. Ce qu'on pourrait reprocher, à la rigueur, à cette échelle c'est de supposer que les personnes ont toutes un genre masculin ou féminin : les personnes de genre non binaire ou "gender fluid" ne sont pas prises en compte, ni comme objet de l'attirance des personnes étudiées, ni comme personnes étudiées. Mais cette étude était la première du genre et était révolutionnaire à l'époque, alors c'est déjà pas mal !, on ne reproche pas à la Ford model T de ne pas être équipée de l'ABS...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Exactement. Il faut souvent expliquer plusieurs fois et surtout à certaines personnes. Excuse moi mais c'est de moi que tu parles ? Peut-être prêtes tu à mon commentaire des intention que je n'ai pas : "Et, comme toujours, je ne pense pas qu'un lecteur de ce site puisse avoir en quelques secondes une idée plus géniale sur un sujet qu'il ne connaît pas, que des scientifiques qui ont passé des années à étudier ce sujet et ont fait leurs choix après mûre réflexion.". Je ne prétend nullement avoir une idée génial, je disais simplement "j'aurais préféré commencé à 1 pour des raisons esthétiques". C'est purement personnel et correspond donc à ma vision esthétique de la chose, vision que tu es naturellement complétement en droit de discuter (c'est d'ailleurs une question qui revient souvent dans les questionnaires d'auto-évaluation, car l'influence du nombre associé à une catégorie semble être réelle). Mais comme indiqué un peu plus haut dans mon commentaire, ça n'a de toute façon ici que peu d'importance, puisque les symboles associés à chaque catégorie, tant qu'ils se suivent, peuvent bien être tout et n'importe quoi dans la mesure où les gens s'y retrouvent.

a écrit : un malade mental, c'est quelqu'un qui n'a pas les mêmes goûts que celui que les gens dits "normaux" se font croire qu'ils ont pour avoir l'air normal ? Pourquoi se font croire???
On est pas tous refoulés...

a écrit : Salut, d'accord mais la il s'agit de son échelle et non du personnage... peace. :-) crée par erreur désolé

a écrit : Salut, d'accord mais la il s'agit de son échelle et non du personnage... peace. Son échelle basée sur ses expériences détraquées ;-)

a écrit : "Sur les 18.000 personnes interviewées, l'équipe de Kinsey a réalisé une présélection, laissant 75% de l'échantillonnage sur la touche. Cette sélection implique des raisons précises qui ne sont pas justifiées dans les deux volumes du rapport. Est-ce que ces 75% correspondent à des profils sexuels conventionnels et par incidence non exploitables dans l'optique kinseyiste ? Le chiffre annoncé par le docteur Kinsey concernant le pourcentage d'homosexuel présent dans la population américaine est de 10%contre 1% selon Judith Reisman.
 Cela peut s'expliquer par deux raisons, le choix de l'échantillonnage et la manière dont a été interprété la notion d'homosexualité.."
Je vous invite à lire l'article de Mediapart club sur le sujet bien que celui ci ne soit pas écrit par la rédaction et ne l'engageant pas ipso facto.

blogs.mediapart.fr/lueur/blog/310519/kinsey-alias-docteur-sexe-revolution-sexuelle-pedophilie-et-theorie-du-genre-0
Afficher tout
Merci de ta précision

a écrit : Exact et surtout quel est l'objectif de recenser les expériences sexuelles des gens ? Influencer.

a écrit : Son échelle basée sur ses expériences détraquées ;-) Apparemment il fallait avoir un esprit ouvert pour faire une publication aussi révolutionnaire qui est toujours une référence 70 ans plus tard. Il y a forcément des biens-pensants qui se sont permis et se permettent toujours de le juger. Sans doute parce qu'ils n'ont que ça à faire tellement ils s'ennuient dans leur propre vie. Ou peut-être parce qu'ils sont jaloux de ceux qui n'ont pas d'oeillères et ils voudraient que tout le monde ait les mêmes ? Mais heureusement qu'il y a des gens qui ont l'esprit un peu ouvert sinon la seule théorie disponible serait toujours que le monde a été crée en 6 jours...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Apparemment il fallait avoir un esprit ouvert pour faire une publication aussi révolutionnaire qui est toujours une référence 70 ans plus tard. Il y a forcément des biens-pensants qui se sont permis et se permettent toujours de le juger. Sans doute parce qu'ils n'ont que ça à faire tellement ils s'ennuient dans leur propre vie. Ou peut-être parce qu'ils sont jaloux de ceux qui n'ont pas d'oeillères et ils voudraient que tout le monde ait les mêmes ? Mais heureusement qu'il y a des gens qui ont l'esprit un peu ouvert sinon la seule théorie disponible serait toujours que le monde a été crée en 6 jours... Afficher tout Le viol de bébé n'est pas une avancée révolutionnaire- ok- ça n'a rien à voir avec cette échelle mais elle est crée par le même homme. Un homme autant détraqué ne peut pas être une référence. Impossible.

a écrit : Le viol de bébé n'est pas une avancée révolutionnaire- ok- ça n'a rien à voir avec cette échelle mais elle est crée par le même homme. Un homme autant détraqué ne peut pas être une référence. Impossible. Ça sort d'où cette histoire de viol de bébé ? Une invention de ses détracteurs pour le discréditer ? Kinsey était ouvertement bisexuel et ça ne posait pas de problème dans son couple alors ça a forcément fait des jaloux et des aigris. Mais, ne t'en déplaise, les "Kinsey reports" ont été une révolution dans l'approche de la sexualité et sont toujours une référence.

a écrit : Ça sort d'où cette histoire de viol de bébé ? Une invention de ses détracteurs pour le discréditer ? Kinsey était ouvertement bisexuel et ça ne posait pas de problème dans son couple alors ça a forcément fait des jaloux et des aigris. Mais, ne t'en déplaise, les "Kinsey reports" ont été une révolution dans l'approche de la sexualité et sont toujours une référence. Afficher tout Tu as lu son livre? Moi oui.

a écrit : Excuse moi mais c'est de moi que tu parles ? Peut-être prêtes tu à mon commentaire des intention que je n'ai pas : "Et, comme toujours, je ne pense pas qu'un lecteur de ce site puisse avoir en quelques secondes une idée plus géniale sur un sujet qu'il ne connaît pas, que des scientifiques qui ont passé des années à étudier ce sujet et ont fait leurs choix après mûre réflexion.". Je ne prétend nullement avoir une idée génial, je disais simplement "j'aurais préféré commencé à 1 pour des raisons esthétiques". C'est purement personnel et correspond donc à ma vision esthétique de la chose, vision que tu es naturellement complétement en droit de discuter (c'est d'ailleurs une question qui revient souvent dans les questionnaires d'auto-évaluation, car l'influence du nombre associé à une catégorie semble être réelle). Mais comme indiqué un peu plus haut dans mon commentaire, ça n'a de toute façon ici que peu d'importance, puisque les symboles associés à chaque catégorie, tant qu'ils se suivent, peuvent bien être tout et n'importe quoi dans la mesure où les gens s'y retrouvent. Afficher tout En effet, chacun ses goûts. De même on trouver que les tableaux de la période période bleue de Picasso auraient été plus jolis avec une dominante orangé et que ceux de la période rose manquent singulièrement de formes géométriques et de paillettes dorées.

a écrit : Tu as lu son livre? Moi oui. Ah ? De quel livre parles-tu ? Il n'en a pas écrit qu'un seul... Si tu n'as pas retenu qu'il a fait plusieurs publications et si tu n'as pas retenu, de celle que tu aurais lu, suffisamment de matière pour faire un peu plus que quelques anathèmes d'une ou deux lignes, je n'ai pas l'impression que ton jugement soit très éclairé.

a écrit : En effet, chacun ses goûts. De même on trouver que les tableaux de la période période bleue de Picasso auraient été plus jolis avec une dominante orangé et que ceux de la période rose manquent singulièrement de formes géométriques et de paillettes dorées. Tu n'as pas répondu à ma question, quels intentions me prêtais tu exactement ?
D'abord, la numérotation n'a aucune importance que quand il s'agit de la représentation finale de l'échelle. C'était d'ailleurs mon point, encore une fois, dans le premier commentaire. As tu quelque chose à redire sur ce point ?
Ensuite, elle est en revanche très importante dans des questionnaires d'auto-évaluation. Si l'on demande à des sujets de s'évaluer sur cette échelle, il y aura sans doute des biais, car c'est le cas dans plusieurs études (comme la pour des ados et des items négatifs psycnet.apa.org/record/1986-11523-001, ou la pour le bonheur et des tailles plus ou moins grande d'échelle : link.springer.com/article/10.1007/s11205-007-9171-x).

a écrit : Tu n'as pas répondu à ma question, quels intentions me prêtais tu exactement ?
D'abord, la numérotation n'a aucune importance que quand il s'agit de la représentation finale de l'échelle. C'était d'ailleurs mon point, encore une fois, dans le premier commentaire. As tu quelque
chose à redire sur ce point ?
Ensuite, elle est en revanche très importante dans des questionnaires d'auto-évaluation. Si l'on demande à des sujets de s'évaluer sur cette échelle, il y aura sans doute des biais, car c'est le cas dans plusieurs études (comme la pour des ados et des items négatifs psycnet.apa.org/record/1986-11523-001, ou la pour le bonheur et des tailles plus ou moins grande d'échelle : link.springer.com/article/10.1007/s11205-007-9171-x).
Afficher tout
Je te prêtais l'intention de dire "Ça aurait été mieux comme si ou comme ça" alors que ce scientifique avait déjà mûrement réfléchi à ce sujet et raffiné plusieurs fois son échelle pour aboutir à cette version de 0 à 6 (+ le "X") et elle était révolutionnaire à l'époque. Donc je ne vois pas l'intérêt de refaire l'histoire. Si on devait attendre de trouver une solution qui satisfasse tout le monde, on ne ferait jamais rien. Alors c'est normal que, pour chaque solution, il y ait des gens qui pensent que ça aurait été mieux différemment et heureusement qu'il y a des décisions prises à un moment donné parce que si Kinsey avait dû faire une première étude auprès de la population pour savoir si les gens préféraient utiliser des chiffres ou d'autres symboles, commencer à 0 ou à 1, numéroter jusqu'à combien et dans quel ordre, et essayé de mettre tout le monde d'accord, il n'aurait jamais publié l'étude qui l'a rendu célèbre et a révolutionné la sexologie. Donc le fait qu'il y a des gens qui trouvent que ça aurait été mieux différemment c'est prévisible et argumenter à posteriori sur les différentes possibilités et leur intérêt respectifs n'a pas d'intérêt, à mon avis. Sauf bien sûr si tu es actuellement dans une réflexion sur un système de classification pour faire toi même une étude sociologique, auquel cas ton avis sur les avantages et des inconvénient de l'échelle de Kinsey et comment tu proposes de l'améliorer aura tout à fait sa place dans l'introduction de ta publication et ça sera quelquechose de constructif. Ça pourrait aussi être intéressant si tu rédiges une fiction d'uchronie sur la révolution sexuelle dans les années 60. Sinon refaire l'histoire et imaginer que ça aurait été mieux différemment c'est juste décourageant pour les autres et contre-productif.

a écrit : Je te prêtais l'intention de dire "Ça aurait été mieux comme si ou comme ça" alors que ce scientifique avait déjà mûrement réfléchi à ce sujet et raffiné plusieurs fois son échelle pour aboutir à cette version de 0 à 6 (+ le "X") et elle était révolutionnaire à l'époque. Donc je ne vois pas l'intérêt de refaire l'histoire. Si on devait attendre de trouver une solution qui satisfasse tout le monde, on ne ferait jamais rien. Alors c'est normal que, pour chaque solution, il y ait des gens qui pensent que ça aurait été mieux différemment et heureusement qu'il y a des décisions prises à un moment donné parce que si Kinsey avait dû faire une première étude auprès de la population pour savoir si les gens préféraient utiliser des chiffres ou d'autres symboles, commencer à 0 ou à 1, numéroter jusqu'à combien et dans quel ordre, et essayé de mettre tout le monde d'accord, il n'aurait jamais publié l'étude qui l'a rendu célèbre et a révolutionné la sexologie. Donc le fait qu'il y a des gens qui trouvent que ça aurait été mieux différemment c'est prévisible et argumenter à posteriori sur les différentes possibilités et leur intérêt respectifs n'a pas d'intérêt, à mon avis. Sauf bien sûr si tu es actuellement dans une réflexion sur un système de classification pour faire toi même une étude sociologique, auquel cas ton avis sur les avantages et des inconvénient de l'échelle de Kinsey et comment tu proposes de l'améliorer aura tout à fait sa place dans l'introduction de ta publication et ça sera quelquechose de constructif. Ça pourrait aussi être intéressant si tu rédiges une fiction d'uchronie sur la révolution sexuelle dans les années 60. Sinon refaire l'histoire et imaginer que ça aurait été mieux différemment c'est juste décourageant pour les autres et contre-productif. Afficher tout Sauf que justement, ce qui me chiffonne, c'est qu'on est plutôt d'accord au final. Mon commentaire à la base répondait à quelqu'un qui faisait un procès d'intention dans le 0 pour hétérosexuel, ce qui me semblait un peu ridicule. Ensuite, je précisais que pour des raisons personnelle (et probablement l'habite de voir ce genre d'échelle), j'aurais préféré commencer à 1. C'est tout.
Ça n’enlève rien au propos de Kinsey, et j''ai déjà utilisé son échelle à quelque reprise, très pratique notamment pour les gens qui ont une vision assez binaire de la sexualité.
Je ne travaille pas sur le sujet, mais j'ai fait des études en sciences cognitives, et j'ai vu passer pas mal d'échelle du genre, et on m'a toujours mis en garde sur le problème qu'elles peuvent apportées lors d'une auto-évaluation. Du coup, ne connaissant pas les travaux de Kinsey et dans la mesure où tu semble les avoir lu, j'aimerai bien savoir quelque chose : le but est-il de s'auto-classer dans ces catégories, ou de répondre à une série de questions qui permettront, à la fin, d'être dans une catégorie ou une autre ? Puisqu'on est entré dans cette question d'échelle, j'aimerai avoir le fin mot de l'histoire !

a écrit : Ah ? De quel livre parles-tu ? Il n'en a pas écrit qu'un seul... Si tu n'as pas retenu qu'il a fait plusieurs publications et si tu n'as pas retenu, de celle que tu aurais lu, suffisamment de matière pour faire un peu plus que quelques anathèmes d'une ou deux lignes, je n'ai pas l9;impression que ton jugement soit très éclairé. Afficher tout Désolé j'ai pas trop le temps pour un roman, j'ai commenté parce que c'était une précision qui me tenait à cœur, j'ai des enfants, je connais Kinsey et ses délires, mon travail en temps que parent c'est de protéger mes enfants, et de ne pas laisser ce genre d'individu (Kinsey) influencer la société.

a écrit : Désolé j'ai pas trop le temps pour un roman, j'ai commenté parce que c'était une précision qui me tenait à cœur, j'ai des enfants, je connais Kinsey et ses délires, mon travail en temps que parent c'est de protéger mes enfants, et de ne pas laisser ce genre d'individu (Kinsey) influencer la société. C'est bien ce que je disais quand je parlais d'oeillères : si tu les écartais un peu, tu comprendrais que ce n'est pas lui qui a influencé la société, elle était déjà comme ça avant. Il a juste observé et décrit la réalité de la société. C'est vrai que ça peut être choquant, et je compatis, quand on découvre que tous les hommes ne sont pas des cadres blancs chrétiens hétérosexuels et que toutes les femmes ne sont pas des mères au foyer qui consacrent leur vie à mettre au monde et élever des enfants, mais c'est la réalité du monde. C'est choquant aussi pour les enfants le jour où ils découvrent que les bébés ne naissent pas dans les roses et les choux, mais on ne peut pas pour autant déplorer qu'il existe des ouvrages qui décrivent la réalité de la reproduction sexuée.

a écrit : Désolé j'ai pas trop le temps pour un roman, j'ai commenté parce que c'était une précision qui me tenait à cœur, j'ai des enfants, je connais Kinsey et ses délires, mon travail en temps que parent c'est de protéger mes enfants, et de ne pas laisser ce genre d'individu (Kinsey) influencer la société. Tu devrais aussi te méfier des infos qu'on trouve sur internet, ne pas laisser l'émotion passer avant la réflexion et vérifier ce genre d'info.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Tu devrais aussi te méfier des infos qu'on trouve sur internet, ne pas laisser l'émotion passer avant la réflexion et vérifier ce genre d'info. C'est vérifié, mais merci du conseil ;-)