Waterworld va-t-il se réaliser ?

Proposé par
le
dans

Face à la montée du niveau de la mer liée au réchauffement climatique, des architectes danois ont imaginé un projet de ville flottante. Oceanix City(et non Waterworld) sera modulable afin de s'agrandir au fil des besoins et du temps. La plupart des surfaces feront 2 hectares et pourront héberger jusqu'à 300 personnes.

Des îles plus grandes serviraient de quartiers centraux regroupant les activités commerciales, économiques, sociales. En revanche, aucun immeuble ne ferait plus de 7 étages afin de résister au vent.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Plutôt que d'avoir cette réaction mieux vaut voir le bon point à savoir que ça évitera le grignotage des terres arables et donc un potentiel manque de nourriture Plus de nourriture, excellente nouvelle comme ça on pourra être encore plus nombreux !

Je crois qu'il faut arrêter de raisonner comme ça.. à vouloir toujours plus , consommer plus et toujours plus nombreux , comme si notre seul objectif c'était de se développer à l'infini sur une planète qui disposent de ressources pourtant bien finies.

Quel est l'intérêt au fond d'être toujours plus nombreux ? Ne devrions nous pas commencer à privilégier la qualité à la quantité ?

C'est à dire commencer à se demander si ça ne serait pas bénéfique pour tous, pour l'humanité comme pour la planète, si nous étions moins nombreux ? Moins nombreux mais avec un confort et une qualité de vie supérieur, une santé, une éducation supérieure ?

Quel est l'intérêt au fond de vouloir toujours plus de surfaces constructibles, toujours plus de terres arables ?

Posté le

android

(85)

Répondre

a écrit : Encore un être pessimiste, sirotant son whisky dans une bibliothèque avec son marteau et sa faucille au dessus de sa tête et qui peste sur la bêtise des hommes (mais pas la sienne), voit le mal partout tout en ne faisant rien.
Plus sérieusement ce genre de projet représente énormément d'avantage :
-o
n ne colonise pas de terres arables
-il est possible de pratiquer la pisciculture sur place mais aussi des cultures hydroponiques utilisant l'humidité de la mer donc sans irrigations et consommations d'eau
-les possibilités de générations d'énergie renouvelable en exploitant la houle sont énormes
-la structure des villes flottantes représente un refuge, un ilot de biodiversité
et bien d'autres encore
Afficher tout
T'es violant quand même ... Je peux avoir un avis moi aussi ou je dois forcément partager le tient ? Puis moi contrairement à toi je n'affirme rien . Je pose des questions, où est le mal là dedans ?

Et si jamais tu souhaitais débattre et pas seulement m'insulter sans me connaître :

Est-ce que tous les avantages liés à ce projets danois ( que tu cites en partie ) ne vont pas seulement repousser à plus tard le problème qu'il essaye de résoudre ?

Pourrons nous toujours augmenter notre surface de vie et de culture ?

Posté le

android

(44)

Répondre

a écrit : Et limiter la population n'en est pas une... Quelle humanité y a-t-il à dire "toi tu peux donner naissance, toi tu peux pas"?

Privilégier la qualité à la quantité oui, ça veut pas dire qu'on est trop nombreux. La nature se régule d'elle-même et quoiqu'on en dise, on émane de l
a nature, donc tout ce qu'on fabrique vient indirectement de la nature aussi. Quand on sera "trop nombreux" on le sentira et de nous-mêmes on réglera le problème... Afficher tout
Limiter la population en choisissant qui doit vivre ou mourir n'est pas une solution très humaine on n'est d'accord.

Maintenant qu'on a éliminé cette solution et celle qui consiste à noyer les gens dans leurs maisons ,

on pourrait essayer de trouver des solutions moins simplistes mais peut être meilleures.

Déjà on pourrait accélérer voir renforcer ce que les spécialistes appellent la transition démographique, en misant sur une meilleure éducation.

Mais je suis sûr que des gens plus doués que nous finirons par en trouver des meilleures .

Parce que je crois qu'on est déjà trop nombreux et que ça se ressent déjà malheureusement, la surexploitation des ressources et déjà bien réelle et bien visible malheureusement

Posté le

android

(56)

Répondre


Tous les commentaires (97)

Yey comme ça on pourra être encore plus nombreux ! C'est génial. Allons coloniser les mers.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Yey comme ça on pourra être encore plus nombreux ! C'est génial. Allons coloniser les mers. Plutôt que d'avoir cette réaction mieux vaut voir le bon point à savoir que ça évitera le grignotage des terres arables et donc un potentiel manque de nourriture

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Plutôt que d'avoir cette réaction mieux vaut voir le bon point à savoir que ça évitera le grignotage des terres arables et donc un potentiel manque de nourriture Plus de nourriture, excellente nouvelle comme ça on pourra être encore plus nombreux !

Je crois qu'il faut arrêter de raisonner comme ça.. à vouloir toujours plus , consommer plus et toujours plus nombreux , comme si notre seul objectif c'était de se développer à l'infini sur une planète qui disposent de ressources pourtant bien finies.

Quel est l'intérêt au fond d'être toujours plus nombreux ? Ne devrions nous pas commencer à privilégier la qualité à la quantité ?

C'est à dire commencer à se demander si ça ne serait pas bénéfique pour tous, pour l'humanité comme pour la planète, si nous étions moins nombreux ? Moins nombreux mais avec un confort et une qualité de vie supérieur, une santé, une éducation supérieure ?

Quel est l'intérêt au fond de vouloir toujours plus de surfaces constructibles, toujours plus de terres arables ?

Posté le

android

(85)

Répondre

a écrit : Yey comme ça on pourra être encore plus nombreux ! C'est génial. Allons coloniser les mers. Encore un être pessimiste, sirotant son whisky dans une bibliothèque avec son marteau et sa faucille au dessus de sa tête et qui peste sur la bêtise des hommes (mais pas la sienne), voit le mal partout tout en ne faisant rien.
Plus sérieusement ce genre de projet représente énormément d'avantage :
-on ne colonise pas de terres arables
-il est possible de pratiquer la pisciculture sur place mais aussi des cultures hydroponiques utilisant l'humidité de la mer donc sans irrigations et consommations d'eau
-les possibilités de générations d'énergie renouvelable en exploitant la houle sont énormes
-la structure des villes flottantes représente un refuge, un ilot de biodiversité
et bien d'autres encore

a écrit : Encore un être pessimiste, sirotant son whisky dans une bibliothèque avec son marteau et sa faucille au dessus de sa tête et qui peste sur la bêtise des hommes (mais pas la sienne), voit le mal partout tout en ne faisant rien.
Plus sérieusement ce genre de projet représente énormément d'avantage :
-o
n ne colonise pas de terres arables
-il est possible de pratiquer la pisciculture sur place mais aussi des cultures hydroponiques utilisant l'humidité de la mer donc sans irrigations et consommations d'eau
-les possibilités de générations d'énergie renouvelable en exploitant la houle sont énormes
-la structure des villes flottantes représente un refuge, un ilot de biodiversité
et bien d'autres encore
Afficher tout
T'es violant quand même ... Je peux avoir un avis moi aussi ou je dois forcément partager le tient ? Puis moi contrairement à toi je n'affirme rien . Je pose des questions, où est le mal là dedans ?

Et si jamais tu souhaitais débattre et pas seulement m'insulter sans me connaître :

Est-ce que tous les avantages liés à ce projets danois ( que tu cites en partie ) ne vont pas seulement repousser à plus tard le problème qu'il essaye de résoudre ?

Pourrons nous toujours augmenter notre surface de vie et de culture ?

Posté le

android

(44)

Répondre

a écrit : Yey comme ça on pourra être encore plus nombreux ! C'est génial. Allons coloniser les mers. Si tu veux on peut aussi noyer les gens dont les maisons seront immergées à l'avenir, c'est une solution...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Si tu veux on peut aussi noyer les gens dont les maisons seront immergées à l'avenir, c'est une solution... Ou on pourrait essayer de réfléchir à une vraie solution.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Ou on pourrait essayer de réfléchir à une vraie solution. Et limiter la population n'en est pas une... Quelle humanité y a-t-il à dire "toi tu peux donner naissance, toi tu peux pas"?

Privilégier la qualité à la quantité oui, ça veut pas dire qu'on est trop nombreux. La nature se régule d'elle-même et quoiqu'on en dise, on émane de la nature, donc tout ce qu'on fabrique vient indirectement de la nature aussi. Quand on sera "trop nombreux" on le sentira et de nous-mêmes on réglera le problème...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Et limiter la population n'en est pas une... Quelle humanité y a-t-il à dire "toi tu peux donner naissance, toi tu peux pas"?

Privilégier la qualité à la quantité oui, ça veut pas dire qu'on est trop nombreux. La nature se régule d'elle-même et quoiqu'on en dise, on émane de l
a nature, donc tout ce qu'on fabrique vient indirectement de la nature aussi. Quand on sera "trop nombreux" on le sentira et de nous-mêmes on réglera le problème... Afficher tout
Limiter la population en choisissant qui doit vivre ou mourir n'est pas une solution très humaine on n'est d'accord.

Maintenant qu'on a éliminé cette solution et celle qui consiste à noyer les gens dans leurs maisons ,

on pourrait essayer de trouver des solutions moins simplistes mais peut être meilleures.

Déjà on pourrait accélérer voir renforcer ce que les spécialistes appellent la transition démographique, en misant sur une meilleure éducation.

Mais je suis sûr que des gens plus doués que nous finirons par en trouver des meilleures .

Parce que je crois qu'on est déjà trop nombreux et que ça se ressent déjà malheureusement, la surexploitation des ressources et déjà bien réelle et bien visible malheureusement

Posté le

android

(56)

Répondre

Le projet est intéressant mais de mémoire de Normand, quand la mer s'énerve, je préfère avoir les pieds sur Terre que sur un radeau aussi grand soit-il.

Comment gérer la houle ou les tempêtes sur ce genre de projet ?

a écrit : Et limiter la population n'en est pas une... Quelle humanité y a-t-il à dire "toi tu peux donner naissance, toi tu peux pas"?

Privilégier la qualité à la quantité oui, ça veut pas dire qu'on est trop nombreux. La nature se régule d'elle-même et quoiqu'on en dise, on émane de l
a nature, donc tout ce qu'on fabrique vient indirectement de la nature aussi. Quand on sera "trop nombreux" on le sentira et de nous-mêmes on réglera le problème... Afficher tout
Peut être pas qui doit vivre ou mourir, mais déjà gaspiller moins.
Mettre l'accent sur les gâchis de nourriture et la sur consommation serait déjà pas mal.

Au final, vous le descendez parce que son premier commentaire était peut être un peu condescendant, mais la suite de son argumentaire lui donne raison sur le débat de fond.

Posté le

android

(27)

Répondre

a écrit : T'es violant quand même ... Je peux avoir un avis moi aussi ou je dois forcément partager le tient ? Puis moi contrairement à toi je n'affirme rien . Je pose des questions, où est le mal là dedans ?

Et si jamais tu souhaitais débattre et pas seulement m'insulter sans me connaître :
r /> Est-ce que tous les avantages liés à ce projets danois ( que tu cites en partie ) ne vont pas seulement repousser à plus tard le problème qu'il essaye de résoudre ?

Pourrons nous toujours augmenter notre surface de vie et de culture ?
Afficher tout
Violant peut être un peu, je m'en excuse, mais à force je deviens peu tolérant par rapport aux assertions pessimistes et bien pensantes sans alternatives, sans questions soulevées ou quoi que ce soit.
C'est pour ça que j'apprécie que tu poses finalement des questions.

Et donc par rapport aux questions que tu poses :
-Je suis d'accord avec toi il ne faut pas traiter juste les symptômes mais la cause du mal. Seulement arriver à soigner seulement la cause ne sert à rien si les symptômes nous tuent.
-Quand on aura moins de place on ne va pas laisser se noyer des populations entière
-Nous ne pourrons pas toujours augmenter notre surface de vie et de culture mais va imposer à tout le monde la politique de l'enfant unique. Le seul moyen connue de ralentir la démographie est d'avoir une population au niveau de vie élevé.

Et là je vais citer une opinion personnelle : notre société doit avancer, pas démographiquement, mais progresser en tant que civilisation. Régresser ou imposer une stagnation serait horriblement triste. Il faut rendre notre planète habitable comme elle l'était, il faut établir un mode de vie sain et juste pour tous, il faut aller vers les étoiles, il faut découvrir l'univers percer ses secrets.
Le pessimisme n'accomplira rien de tout ça.

Personnellement en lisant les commentaires y'a du vrai un peu partout.
C'est un projet intéressant, mais quand on connait la quantité de déchet produit pas l'être humain sur un an, on se pose la question de la pollution des fonds marins, puis 300 personnes c'est bruyant, est ce que les animaux marins (exemple baleine etc) seront désorientés ?
Le fait d'avoir plusieurs mini iles sur la mer, ça va empêcher aussi la photosynthèse, de plus on sait que les herbiers etc enfin tout ce qui permet la vie ce situe souvent au bord des terres.

Donc pour moi le projet est intéressant car la population ne cesse d'augmenter.
Mais d'un point de vue écologique je ne sais pas, je me pose des questions.


Et pour le commentaire sur l'augmentation de la population, la qualité de vie etc je comprends tout a fait le raisonnement et je trouve que l'attaquer etc c'est complètement débile, le jugé dire qu'il a son petit verre de sky etc... En plus je préfère qu'un mec pense comme lui plutôt que quelqu'un qu'en a rien a faire de ces problématiques.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Et limiter la population n'en est pas une... Quelle humanité y a-t-il à dire "toi tu peux donner naissance, toi tu peux pas"?

Privilégier la qualité à la quantité oui, ça veut pas dire qu'on est trop nombreux. La nature se régule d'elle-même et quoiqu'on en dise, on émane de l
a nature, donc tout ce qu'on fabrique vient indirectement de la nature aussi. Quand on sera "trop nombreux" on le sentira et de nous-mêmes on réglera le problème... Afficher tout
Il ne s'agit pas non plus de décider "qui doit donner la vie ou pas", je pense que c'est mal dit.
Aujourd'hui, l'explosion démographique est un problème : c'est un fait, inutile de se voiler la face. Mais attention : je ne prétend pas un problème pour moi, petit européen qui ne sait pas ce qu'est la pénurie.
C'est un problème... Pour ceux qui sont l'une des origines du problème ! Les pays faiblement développés ont un taux de naissance par femme élevé ; or c'est également dans ces pays que l'on constate insalubrité, malnutrition, manque d'eau...
La question que nous voulons soulever c'est : est-il, justement, moralement acceptable de balancer des millions pour sauver notre cul d'occidentaux, tout en envoyant nos déchets en Indonésie et en faisant faire nos frusques à des gamins chinois ?
Pourquoi ne pas utiliser ce pognon pour aider ces pays à reduire leur impact démographique, améliorer leurs conditions de vie ?
Ce projet, encore une fois, est un projet étiqueté "ecolo", pensé par des européens, pour les européens.
Parce que les autres, eux, la terre se réchauffe moins ? Ils vont avoir moins de problèmes de logement que nous ?
La démographie galopante est l'une des origines du changement climatique.
Pourquoi traiter l'effet, sans traiter la cause ?
D'où viendront les matières premières pour construire tout ça ?

Qui est le pessimiste, celui qui cherche une solution à un problème potentiel de demain, ou celui qui dit qu'il est encore temps d'agir pour l'éviter ?

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Violant peut être un peu, je m'en excuse, mais à force je deviens peu tolérant par rapport aux assertions pessimistes et bien pensantes sans alternatives, sans questions soulevées ou quoi que ce soit.
C'est pour ça que j'apprécie que tu poses finalement des questions.

Et donc par ra
pport aux questions que tu poses :
-Je suis d'accord avec toi il ne faut pas traiter juste les symptômes mais la cause du mal. Seulement arriver à soigner seulement la cause ne sert à rien si les symptômes nous tuent.
-Quand on aura moins de place on ne va pas laisser se noyer des populations entière
-Nous ne pourrons pas toujours augmenter notre surface de vie et de culture mais va imposer à tout le monde la politique de l'enfant unique. Le seul moyen connue de ralentir la démographie est d'avoir une population au niveau de vie élevé.

Et là je vais citer une opinion personnelle : notre société doit avancer, pas démographiquement, mais progresser en tant que civilisation. Régresser ou imposer une stagnation serait horriblement triste. Il faut rendre notre planète habitable comme elle l'était, il faut établir un mode de vie sain et juste pour tous, il faut aller vers les étoiles, il faut découvrir l'univers percer ses secrets.
Le pessimisme n'accomplira rien de tout ça.
Afficher tout
C'est drôle parce qu'en fait on à l'air d'être d'accord sur tout, tu m'as tout de suite collé une étiquette de celui qui déteste le genre humain, se sent supérieur à l'humanité, prône la décroissance et que sais-je encore , alors que pas du tout, c'est drôle au final comme on peut se tromper sur les gens :)

Et non je ne suis pas pessimiste au contraire j'aimerais moi aussi qu'on continue de progresser, un progrès qualitatif , et effectivement un jour peut être que le problème de limitation de nos ressources ne se posera plus du tout. Si nous arrivons à explorer l'univers, ça serait beau, quand on pense à tout ce qu'il nous reste à apprendre ça serait beau, mais bon aujourd'hui ça reste encore de la science fiction :)

Posté le

android

(2)

Répondre

L'anecdote ne parle pas d'envahir les océans avec ces îles mais juste de sauver ceux qui seront submergés par la montée des eaux.
Ou alors j'ai mal lu l'anecdote...

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Yey comme ça on pourra être encore plus nombreux ! C'est génial. Allons coloniser les mers. Le but n'étant pas d'acceuillir plus de monde mais de remplacer les terres qui seront immergées d'ici là. Une bonne partie de l'humanité vit près de l'eau et des villes comme Amsterdam et Venise risquent de disparaître.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : C'est drôle parce qu'en fait on à l'air d'être d'accord sur tout, tu m'as tout de suite collé une étiquette de celui qui déteste le genre humain, se sent supérieur à l'humanité, prône la décroissance et que sais-je encore , alors que pas du tout, c'est drôle au final comme on peut se tromper sur les gens :)

Et non je ne suis pas pessimiste au contraire j'aimerais moi aussi qu'on continue de progresser, un progrès qualitatif , et effectivement un jour peut être que le problème de limitation de nos ressources ne se posera plus du tout. Si nous arrivons à explorer l'univers, ça serait beau, quand on pense à tout ce qu'il nous reste à apprendre ça serait beau, mais bon aujourd'hui ça reste encore de la science fiction :)
Afficher tout
Ouais je suis pas persuadé qu'on va coloniser comme ça une autre planète, même Mars. On n'est capable de vivre "correctement" (eau, air, nourriture, température, pression, gravité...) que sur notre planète et encore pas partout (on n'arrive déjà pas à vivre en Antarctique). J'espère qu'on va arriver à aller sur d'autres planètes pour y faire des découvertes mais pas pour y déplacer l'humanité parce qu'on aura bousillé la nôtre et que plutôt que de changer on préfère déménager. C'est ça qui serait horriblement triste.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Limiter la population en choisissant qui doit vivre ou mourir n'est pas une solution très humaine on n'est d'accord.

Maintenant qu'on a éliminé cette solution et celle qui consiste à noyer les gens dans leurs maisons ,

on pourrait essayer de trouver des solutions moins si
mplistes mais peut être meilleures.

Déjà on pourrait accélérer voir renforcer ce que les spécialistes appellent la transition démographique, en misant sur une meilleure éducation.

Mais je suis sûr que des gens plus doués que nous finirons par en trouver des meilleures .

Parce que je crois qu'on est déjà trop nombreux et que ça se ressent déjà malheureusement, la surexploitation des ressources et déjà bien réelle et bien visible malheureusement
Afficher tout
En fait ce que t'as juste pas compris c'est que la grande majorité de la population mondiale vit sur les cotes qui seront submergées si le niveau de l'eau augmente de seulement quelques mètres. Ce qui va se produire même si on stoppe la production de GES (ce qui ne risque pas d'arriver de sitôt). Donc avoir une solution sous le coude pour éviter des millions de déplacés et tous les problèmes qui vont avec (conflits, maladies, famine, etc) n'est pas une idiotie. Éviter la hausse des océans serait idéal mais soyons réalistes : cela n'arrivera pas.

a écrit : Et limiter la population n'en est pas une... Quelle humanité y a-t-il à dire "toi tu peux donner naissance, toi tu peux pas"?

Privilégier la qualité à la quantité oui, ça veut pas dire qu'on est trop nombreux. La nature se régule d'elle-même et quoiqu'on en dise, on émane de l
a nature, donc tout ce qu'on fabrique vient indirectement de la nature aussi. Quand on sera "trop nombreux" on le sentira et de nous-mêmes on réglera le problème... Afficher tout
Je voudrais revenir sur un concept qui me semble important car faux et potentiellement dangereux : la nature se régule d'elle-même.

Cela fait croire à une force intrinsèque de régulation que possèderait la "nature", comme on pourrait simplifier en pensant à une force intrinsèque d'adaptation pour l'évolution. Mais dans les deux cas, c'est juste une conséquence mécanique. Si un groupe d'herbivore consomme des plantes plus vite qu'elles ne se reproduisent, les plantes disparaissent du territoire et les animaux doivent bouger ou mourir. Avant ca, quand il en reste au moins, la pression de sélection sera juste renforcé pour avoir d'avantage accès aux ressources, mais il n'y aura jamais de régulation pour en consommer moins venant des individus. Plus tard, d'autres plantes pourront éventuellement coloniser cet espace (une niche écologique vide) et des herbivores pourront revenir. Il n’empêche qu'ils auront bien épuisé toutes les ressources locales avant de bouger, il n'y a pas d'instinct de s’arrêter ou de limiter des naissances, juste des conséquences après avoir franchi des limites.

Le soucis est double. 1) Si le groupe ne peut pas bouger, il meurt. Une des possibilité est donc une immense famine avec des milliards de mort, ce qui n'est pas vraiment souhaitable. 2) Ca ne marche que sur de l’exploitation local. Le problème, c'est qu'on a tout colonisé (ou beaucoup en tout cas), du coup il ne nous est pas vraiment possible de bouger ailleurs pour avoir à nouveau des ressources, et un chemin vers "on consomme tout jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien", et donc plus rien qui ne puisse recoloniser les espaces ensuite, est bien possible.

Du coup, faut faire attention avec ce genre de penser, parce que la nature n'aura pas de pouvoir magique de régulation, et les individus n'auront pas de 6eme sens instinctif pour s’arrêter ou consommer moins.
L'inaction est un danger, et le danger est bien réel.