On réservait aux unités disciplinaires les missions les plus dangereuses

Proposé par
le
dans

Les unités disciplinaires sont des formations militaires composées de soldats condamnés à y purger leur peine par un tribunal militaire. Réputées pour la dureté de leurs règles, le taux de survie dans ces unités est généralement inférieur aux autres formations, car elles se voient attribuer les missions les plus risquées, telles que des reconnaissances en territoires ennemis.


Commentaires préférés (3)

Quel pays ? Quelle armée ? Quelle époque ? Moi même militaire je n'en ai jamais entendu parlé.

Bon d'après les sources ça n'a pas duré bien longtemps et c'était surtout il y a un paquet d'années, contrairement à ce que l'anecdote laisse à penser .

Intéressant quand même !

Posté le

android

(194)

Répondre

a écrit : Quel pays ? Quelle armée ? Quelle époque ? Moi même militaire je n'en ai jamais entendu parlé.

Bon d'après les sources ça n'a pas duré bien longtemps et c'était surtout il y a un paquet d'années, contrairement à ce que l'anecdote laisse à penser .

Intéressant quand même !
Jai déjà entendu parler d'unités disciplinaires chez les allemands pendant la deuxième guerre mondiale… Mais j'avoue manquer de sources...
paras.forumsactifs.net/t12198-les-unites-disciplinaires-allemandes-pendant-la-wwii

J'ai un peu du mal à comprendre comment on peut donner les missions les plus risquées aux soldats les plus défaillants. Le bon sens ne voudrait il pas que l'on donne ce genre de mission à des hommes "de confiance"?

Anecdote où il manque pas mal d'information (comme le dit déjà LRT).
Sans ces informations on pourrait penser que cela existe encore en France...
L'anecdote pourrait tout simplement débuter par : "Les unités disciplinaires étaient"


Tous les commentaires (31)

Quel pays ? Quelle armée ? Quelle époque ? Moi même militaire je n'en ai jamais entendu parlé.

Bon d'après les sources ça n'a pas duré bien longtemps et c'était surtout il y a un paquet d'années, contrairement à ce que l'anecdote laisse à penser .

Intéressant quand même !

Posté le

android

(194)

Répondre

a écrit : Quel pays ? Quelle armée ? Quelle époque ? Moi même militaire je n'en ai jamais entendu parlé.

Bon d'après les sources ça n'a pas duré bien longtemps et c'était surtout il y a un paquet d'années, contrairement à ce que l'anecdote laisse à penser .

Intéressant quand même !
Apparemment 19ieme, début 20ieme. On est pas loin de spartacus et des gladiateurs ...

a écrit : Quel pays ? Quelle armée ? Quelle époque ? Moi même militaire je n'en ai jamais entendu parlé.

Bon d'après les sources ça n'a pas duré bien longtemps et c'était surtout il y a un paquet d'années, contrairement à ce que l'anecdote laisse à penser .

Intéressant quand même !
Jai déjà entendu parler d'unités disciplinaires chez les allemands pendant la deuxième guerre mondiale… Mais j'avoue manquer de sources...
paras.forumsactifs.net/t12198-les-unites-disciplinaires-allemandes-pendant-la-wwii

J'ai un peu du mal à comprendre comment on peut donner les missions les plus risquées aux soldats les plus défaillants. Le bon sens ne voudrait il pas que l'on donne ce genre de mission à des hommes "de confiance"?

a écrit : Quel pays ? Quelle armée ? Quelle époque ? Moi même militaire je n'en ai jamais entendu parlé.

Bon d'après les sources ça n'a pas duré bien longtemps et c'était surtout il y a un paquet d'années, contrairement à ce que l'anecdote laisse à penser .

Intéressant quand même !
Oui ça serait bien de mettre des dates dans les anecdotes.

Posté le

android

(8)

Répondre

Anecdote où il manque pas mal d'information (comme le dit déjà LRT).
Sans ces informations on pourrait penser que cela existe encore en France...
L'anecdote pourrait tout simplement débuter par : "Les unités disciplinaires étaient"

a écrit : Apparemment 19ieme, début 20ieme. On est pas loin de spartacus et des gladiateurs ... Je ne comprend pas trop le rapport avec Spartacus ... On parle du meneur de la 3ème rébeillion servile.
Il n'a jamais été dans un bataillon disciplinaire.

Et les gladiateurs n'étaient pas envoyé à la boucherie contrairement aux idées reçues. Pour la simple raison que former un gladiateur prenait 2 ans, ce qui est long. On retrouve même des traces d'hommes libre s'engageant comme gladiateur (avec un contrat) car moins risqué que soldat, revenu assuré et s'ils devenaient célébère alors à eux les filles et l'argent.

a écrit : Jai déjà entendu parler d'unités disciplinaires chez les allemands pendant la deuxième guerre mondiale… Mais j'avoue manquer de sources...
paras.forumsactifs.net/t12198-les-unites-disciplinaires-allemandes-pendant-la-wwii

J'ai un peu du mal à comprendre comment on peut donner l
es missions les plus risquées aux soldats les plus défaillants. Le bon sens ne voudrait il pas que l'on donne ce genre de mission à des hommes "de confiance"? Afficher tout
Avec l'espoir de redevenir libre. C'était parfois des hommes condamnés à mort ou à la prison à vie. On commuait leur peine dans ce bataillon et s'ils survivaient, ils redevenaient libre. C'était l'opportunité de redevenir libre en tant que vétéran et non pas ex-taulard.
Avec une discipline de fer, on fait aussi des miracles.

Enfin quand la promesse de redevenir libre n'était pas suffisante, on pouvait menacer la famille comme les Nazis ou l'URSS.

Donc au final, avec la discipline de ces unités, l'espoir insufflé à ces hommes et les menaces, ils faisaient tout ce qur'on leur demandait : déminer, reconnaissance avec sabotage, pose d'explosif sur un bunker avec mitrailleuses, assaut sur une position très fortifiée.

On ne donne pas ce genre de mission aux meilleurs troupes. Déjà ce serait du "gachi", car les meilleurs sont employés dans les moments décisifs ou bien à profiter d'une faiblesse créée par l'artillerie ou ... des unités ayant peu de valeur.

Ces hommes n'allaient pas forcément au front, il y a quand même eu des moment où la France n'était pas en guerre, on les envoyait dans des régiments situés dans des zones à climat extrême, où il fallait procéder à des travaux pénibles
fr.wikipedia.org/wiki/Bagne_de_Tataouine

a écrit : Apparemment 19ieme, début 20ieme. On est pas loin de spartacus et des gladiateurs ... Mets un smiley si tu fais une boutade :) Spartacus : entre 71 et 73 AVANT JC. Soit presque 2 000 ans après la période que tu cites ! Si c'est pas une boutade, tu devrais revoir un peu la chronologie de l'histoire :)

a écrit : Un genre de Suicide Squad en fait... Je pensais plutôt à Les 12 salopards... ;-)

Posté le

android

(2)

Répondre

Salut à tous rien à voir avec l'anectode. Jusqu'à maintenant je pensais être très peu pertinent lors de mes commentaires, car je n'avais jamais de notif de réponse à ceux-ci etc. Puis j'ai découvert aujourd'hui qu'il y avait des onglets sur la gauche de l'application. Hihihi, j'ai donc découvert que je n'étais pas si impertinent que cela et suis désolé à ceux qui j'ai par la suite pas répondu alors que l'on m'invitait à la discussion. ^^ voilà voilà.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Quel pays ? Quelle armée ? Quelle époque ? Moi même militaire je n'en ai jamais entendu parlé.

Bon d'après les sources ça n'a pas duré bien longtemps et c'était surtout il y a un paquet d'années, contrairement à ce que l'anecdote laisse à penser .

Intéressant quand même !
Les chasseurs alpain faisaient parti (du temps des appelés) des bataillons semi disciplinaires. Et il me semble qu'un régiment d'infanterie de la Légion avait ce titre.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je ne comprend pas trop le rapport avec Spartacus ... On parle du meneur de la 3ème rébeillion servile.
Il n'a jamais été dans un bataillon disciplinaire.

Et les gladiateurs n'étaient pas envoyé à la boucherie contrairement aux idées reçues. Pour la simple raison que former un gladiate
ur prenait 2 ans, ce qui est long. On retrouve même des traces d'hommes libre s'engageant comme gladiateur (avec un contrat) car moins risqué que soldat, revenu assuré et s'ils devenaient célébère alors à eux les filles et l'argent. Afficher tout
Dans le film de Kubrick, spartacus se fait bien discipliner quand même. Les gladiateurs étaient des esclaves

a écrit : Mets un smiley si tu fais une boutade :) Spartacus : entre 71 et 73 AVANT JC. Soit presque 2 000 ans après la période que tu cites ! Si c'est pas une boutade, tu devrais revoir un peu la chronologie de l'histoire :) J'ai été ambigu. Je parle pas de l'époque. Qd mm pas aussi decalé

a écrit : Quel pays ? Quelle armée ? Quelle époque ? Moi même militaire je n'en ai jamais entendu parlé.

Bon d'après les sources ça n'a pas duré bien longtemps et c'était surtout il y a un paquet d'années, contrairement à ce que l'anecdote laisse à penser .

Intéressant quand même !
Dans la wehrmarcht même chez les SS, et dans l’afrika korps. L’Italie fasciste et URSS principalement. Dans la très bonne série allemande « Unsere Mütter, unsere Väter » ATTENTION SPOIL le Lt Winter fini dans un bataillon disciplinaire pour désertion.

a écrit : Jai déjà entendu parler d'unités disciplinaires chez les allemands pendant la deuxième guerre mondiale… Mais j'avoue manquer de sources...
paras.forumsactifs.net/t12198-les-unites-disciplinaires-allemandes-pendant-la-wwii

J'ai un peu du mal à comprendre comment on peut donner l
es missions les plus risquées aux soldats les plus défaillants. Le bon sens ne voudrait il pas que l'on donne ce genre de mission à des hommes "de confiance"? Afficher tout
Pourquoi puisqu’ils sont envoyés dans des missions suicide avec des armes théoriquement alliées braquées dans leurs direction pour partir en mission et ont leurs vendent aussi une sorte de salut à travers ces unités. Pour exemple pour déterminé la réactivité de l’artillerie ennemie, savoir si la zone est quadrillée ect, les unités disciplinaires sont envoyées.

Les unités de discipline existaient notamment dans presque toutes les armées lors de la Première Guerre Mondiale, au moins dans les armées soviétiques et allemandes lors de la Deuxième, et même si ça demande confirmation, il me semble que l'armée française en utilisait encore lors de la guerre d'Algérie, qui est pourtant relativement récente

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Dans le film de Kubrick, spartacus se fait bien discipliner quand même. Les gladiateurs étaient des esclaves Ah mais si Kubrick le dit... Les historiens qui planchent la dessus n'ont rien à dire.
D'ailleurs le film de Kubrick n'est pas du tout connu pour ses nombreux anachronismes ou approximations.

Les gladiateurs n'était pas tous des esclaves. Ils signaient un contrat appelé "auctoratio". On estime qu'un gladiateur sur 3 était un volontaire. Dans ce contrat figurait la durée et le nombre maximum de combat. Enfin, on évitait de les faire mourir. Ils étaient formés 2 ans, le but de leur combat... était de faire un beau combat. Mais pas un combat avec un mort à la fin. Ça arrivait, bien sur, mais pas si souvent que ça. Ils coûtaient chère les gladiateurs et pour chaque blessure et/ou mort il fallait indemniser le laniste, or plus le gladiateur avait de l'expérience, plus le coût était élevé. Il ne faut pas les confondre avec les condamnés à mort qui étaient jetés en pâture aux lions/ours, aux naumachies etc.
C'est pour ça que les pauvres étaient volontaires. Car ils étaient nourris, logis et blanchis. Avec revenus et peut être gloire, filles et richesses au bout. Ils avaient beaucoup moins de chance de mourir que dans l'armée.

Attention, ça ne veut pas dire que si les idées reçues sont fausses que leur vie était un vrai paradis. Mais ce n'était pas un enfer, loin de la.

Je te conseil enfin l'excellente vidéo de Max Bird sur YouTube et les idées reçues sur les gladiateurs.

a écrit : Les unités de discipline existaient notamment dans presque toutes les armées lors de la Première Guerre Mondiale, au moins dans les armées soviétiques et allemandes lors de la Deuxième, et même si ça demande confirmation, il me semble que l'armée française en utilisait encore lors de la guerre d'Algérie, qui est pourtant relativement récente Afficher tout J'ai connu un homme qui, après avoir été condamné à la libération, s'est retrouvé devant un choix : comme ancien membre des miliciens de Darnand, il allait être fusillé, ou alors il s'engageait dans les bataillons français qui partaient en Indochine (Viet-Nam, Laos, Cambodge)