Les pelotons d'exécution ne sont pas toujours efficaces

Proposé par
le
dans

L'exécution d'un condamné à mort peut se révéler laborieuse, même pour un peloton d'exécution. À titre d'exemple, Roger Degueldre, lieutenant français membre de l'OAS, fut atteint par une seule balle sur celles des onze tireurs. Six balles furent ensuite nécessaires pour lui donner le coup de grâce.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Il est mort au septieme

Six balles apres le peloton ... Un second revolver ... Et une dizaine de militaires qui ont refuse de l'executer.
Un hero de guerre (9 citations )qui n'a pas plus a de Gaulle .
Ses citations et décorations ont été annulées des suites de sa condamnation, en faire état est une usurpation. C'était quand même un type qui était descendu au même niveau que les nazis qu'il avait pourtant combattu au début de sa carrière. Fusiller sans procès des civils est encore aujourd'hui considéré comme étant un crime de guerre.
Pour la dizaine de militaires qui tirent "à côté", je dirai neuf, il y a toujours un fusil chargé à blanc, afin que chacun des tireurs puisse penser que ce n'est pas lui qui a tué le condamné. Ce qui empêche aussi la hiérarchie d'accuser les "mauvais" tireurs individuellement, comme dans cet exemple, personne ne sait qui avait la balle à blanc

a écrit : Ses citations et décorations ont été annulées des suites de sa condamnation, en faire état est une usurpation. C'était quand même un type qui était descendu au même niveau que les nazis qu'il avait pourtant combattu au début de sa carrière. Fusiller sans procès des civils est encore aujourd'hui considéré comme étant un crime de guerre.
Pour la dizaine de militaires qui tirent "à côté", je dirai neuf, il y a toujours un fusil chargé à blanc, afin que chacun des tireurs puisse penser que ce n'est pas lui qui a tué le condamné. Ce qui empêche aussi la hiérarchie d'accuser les "mauvais" tireurs individuellement, comme dans cet exemple, personne ne sait qui avait la balle à blanc
Afficher tout
Crime de guerres ou assassinats je ne sais pas. Mais en tous cas placer des bombes au milieu des quartiers résidentiels ou des cafés c'est du terrorisme. Dire qu'il a été exécuté pour ne pas avoir plu à de Gaulle c'est de la malhonnêteté.

a écrit : ce qui est drôle sur ce site, c'est que tout est presque toujours analysé d'un point de vue strictement technique : un homme se fait fusiller et on demande quel était le calibre des balles, leur alliage, quelle figure géométrique formaient les tireurs, quelle était la pluviométrie ce jour-là, etc. C'est tout simplement grotesque. Afficher tout Ben en fait, quand je lis cette anecdote, je me demande comment 9 personnes sur 10 (car 1 sur les 11 a tiré a blanc) ont pu rater leur cible...alors en effet je me pose tout un tas de questions comme les circonstances exactes de l'exécution.

De plus, s'agissant des questions sur le calibre, la distance etc, elles ont très certainement un caractère humoristique car selon moi c'est un petit clin d'oeil à l'anecdote récente concernant le tir à l'arc.

Bref, ma conclusion est que si les commentaires ne vous intéressent pas ou semblent selon vous grotesques, et bien arrêtez tout simplement de les lire, au lieu de critiquer.

Posté le

android

(83)

Répondre


Tous les commentaires (42)

Je n'imagine pas la galère dans les deux camps, j'espère que la sixième balle à été donner au second tour et non au sixième...

Posté le

android

(1)

Répondre

Maintenant les tireurs des pelotons d’exécution se mettent en groupe et tirent tous dans le même sens. Autrefois, les militaires se mettaient en cercle autour du condamné. Cette pratique a été abandonnée quand l'État-Major s'est inquiété du nombre de victimes dénombrées à chaque exécution

L'impact était-il plus petit qu'une pièce d'un euro ?

Pourtant une balle de gros calibre à bout portant est sure , propre et efficace

a écrit : Maintenant les tireurs des pelotons d’exécution se mettent en groupe et tirent tous dans le même sens. Autrefois, les militaires se mettaient en cercle autour du condamné. Cette pratique a été abandonnée quand l'État-Major s'est inquiété du nombre de victimes dénombrées à chaque exécution Ben... Tu m'étonnes ?! C'est pas très très malin quand même...

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : Je n'imagine pas la galère dans les deux camps, j'espère que la sixième balle à été donner au second tour et non au sixième... Il est mort au septieme

Six balles apres le peloton ... Un second revolver ... Et une dizaine de militaires qui ont refuse de l'executer.
Un hero de guerre (9 citations )qui n'a pas plus a de Gaulle .

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il est mort au septieme

Six balles apres le peloton ... Un second revolver ... Et une dizaine de militaires qui ont refuse de l'executer.
Un hero de guerre (9 citations )qui n'a pas plus a de Gaulle .
Ses citations et décorations ont été annulées des suites de sa condamnation, en faire état est une usurpation. C'était quand même un type qui était descendu au même niveau que les nazis qu'il avait pourtant combattu au début de sa carrière. Fusiller sans procès des civils est encore aujourd'hui considéré comme étant un crime de guerre.
Pour la dizaine de militaires qui tirent "à côté", je dirai neuf, il y a toujours un fusil chargé à blanc, afin que chacun des tireurs puisse penser que ce n'est pas lui qui a tué le condamné. Ce qui empêche aussi la hiérarchie d'accuser les "mauvais" tireurs individuellement, comme dans cet exemple, personne ne sait qui avait la balle à blanc

a écrit : Ses citations et décorations ont été annulées des suites de sa condamnation, en faire état est une usurpation. C'était quand même un type qui était descendu au même niveau que les nazis qu'il avait pourtant combattu au début de sa carrière. Fusiller sans procès des civils est encore aujourd'hui considéré comme étant un crime de guerre.
Pour la dizaine de militaires qui tirent "à côté", je dirai neuf, il y a toujours un fusil chargé à blanc, afin que chacun des tireurs puisse penser que ce n'est pas lui qui a tué le condamné. Ce qui empêche aussi la hiérarchie d'accuser les "mauvais" tireurs individuellement, comme dans cet exemple, personne ne sait qui avait la balle à blanc
Afficher tout
Crime de guerres ou assassinats je ne sais pas. Mais en tous cas placer des bombes au milieu des quartiers résidentiels ou des cafés c'est du terrorisme. Dire qu'il a été exécuté pour ne pas avoir plu à de Gaulle c'est de la malhonnêteté.

a écrit : Ses citations et décorations ont été annulées des suites de sa condamnation, en faire état est une usurpation. C'était quand même un type qui était descendu au même niveau que les nazis qu'il avait pourtant combattu au début de sa carrière. Fusiller sans procès des civils est encore aujourd'hui considéré comme étant un crime de guerre.
Pour la dizaine de militaires qui tirent "à côté", je dirai neuf, il y a toujours un fusil chargé à blanc, afin que chacun des tireurs puisse penser que ce n'est pas lui qui a tué le condamné. Ce qui empêche aussi la hiérarchie d'accuser les "mauvais" tireurs individuellement, comme dans cet exemple, personne ne sait qui avait la balle à blanc
Afficher tout
"C'était quand même un type qui était descendu au même niveau que les nazis".
Vous pouvez développer, s'il vous plaît ?

ce qui est drôle sur ce site, c'est que tout est presque toujours analysé d'un point de vue strictement technique : un homme se fait fusiller et on demande quel était le calibre des balles, leur alliage, quelle figure géométrique formaient les tireurs, quelle était la pluviométrie ce jour-là, etc. C'est tout simplement grotesque.

a écrit : ce qui est drôle sur ce site, c'est que tout est presque toujours analysé d'un point de vue strictement technique : un homme se fait fusiller et on demande quel était le calibre des balles, leur alliage, quelle figure géométrique formaient les tireurs, quelle était la pluviométrie ce jour-là, etc. C'est tout simplement grotesque. Afficher tout Si tu as des questions ne te gêne pas, et le calibre des fusils de guerre, c'est du 5.56mm, / 220millième de pouce, c'est tout petit, et on s'en fout. ^^

a écrit : ce qui est drôle sur ce site, c'est que tout est presque toujours analysé d'un point de vue strictement technique : un homme se fait fusiller et on demande quel était le calibre des balles, leur alliage, quelle figure géométrique formaient les tireurs, quelle était la pluviométrie ce jour-là, etc. C'est tout simplement grotesque. Afficher tout Ben en fait, quand je lis cette anecdote, je me demande comment 9 personnes sur 10 (car 1 sur les 11 a tiré a blanc) ont pu rater leur cible...alors en effet je me pose tout un tas de questions comme les circonstances exactes de l'exécution.

De plus, s'agissant des questions sur le calibre, la distance etc, elles ont très certainement un caractère humoristique car selon moi c'est un petit clin d'oeil à l'anecdote récente concernant le tir à l'arc.

Bref, ma conclusion est que si les commentaires ne vous intéressent pas ou semblent selon vous grotesques, et bien arrêtez tout simplement de les lire, au lieu de critiquer.

Posté le

android

(83)

Répondre

"Médaille militaire" quand il était sous-off, "Croix de guerre", Croix de la valeur militaire", "Chevalier de la Légion d'honneur", "Commandeur de la Légion of merit" (distinction américaine décernée pour bravoure au combat auprès des armées américaines)... Voilà un gars qui avait servi son pays comme rarement.
Comment un homme comme ça aurait-il pu soutenir la traitrise et le mensonge de De Gaulle sur le balcon à Alger : "Je vous ai compris..." ? Pour quelques semaines après ne négocier qu'avec le FLN, quelques mois après faire voter "l'Autodétermination", puis donner l'indépendance à l'Algérie en laissant sur le carreau près d'un million de personnes (français et harkis) se faire massacrer par le FLN... Qui, sur place à ce moment là, peut prétendre ne pas vouloir prendre les armes pour se défendre ? En 1966 lors d'une interview, De Gaulle lui même a avoué avoir menti ce jour là à Alger, et que tout était prémédité...
Je ne mélange pas ici les bienfaits ou méfaits d'une colonisation (l'indépendance était sans doute inéluctable) ; je dis qu'un Président chef de guerre, militaire de surcroît, a trahi son pays et menti à ses officiers et à toute une population en négociant en cachette avec "l'ennemi" ; pour quelques accords de gaz semble t-il...
Qui était le traitre ? Les militaires n'ont pas été dupes d'ailleurs : si une seule balle sur onze a touché Degueldre c'est parce que 10 ont tiré à côté... Plusieurs officiers ont refusé de commander le peloton d'exécution et ont été emprisonnés et dégradés... Un général en charge s'est suicidé pour ne pas avoir à exécuter l'ordre... Voilà une bien triste période de l'histoire de la france qui entâche sacrément le curricumum d'un pourtant "grand homme" par ailleurs.

a écrit : "Médaille militaire" quand il était sous-off, "Croix de guerre", Croix de la valeur militaire", "Chevalier de la Légion d'honneur", "Commandeur de la Légion of merit" (distinction américaine décernée pour bravoure au combat auprès des armées américaines)... Voilà un gars qui avait servi son pays comme rarement.
Comment un homme comme ça aurait-il pu soutenir la traitrise et le mensonge de De Gaulle sur le balcon à Alger : "Je vous ai compris..." ? Pour quelques semaines après ne négocier qu'avec le FLN, quelques mois après faire voter "l'Autodétermination", puis donner l'indépendance à l'Algérie en laissant sur le carreau près d'un million de personnes (français et harkis) se faire massacrer par le FLN... Qui, sur place à ce moment là, peut prétendre ne pas vouloir prendre les armes pour se défendre ? En 1966 lors d'une interview, De Gaulle lui même a avoué avoir menti ce jour là à Alger, et que tout était prémédité...
Je ne mélange pas ici les bienfaits ou méfaits d'une colonisation (l'indépendance était sans doute inéluctable) ; je dis qu'un Président chef de guerre, militaire de surcroît, a trahi son pays et menti à ses officiers et à toute une population en négociant en cachette avec "l'ennemi" ; pour quelques accords de gaz semble t-il...
Qui était le traitre ? Les militaires n'ont pas été dupes d'ailleurs : si une seule balle sur onze a touché Degueldre c'est parce que 10 ont tiré à côté... Plusieurs officiers ont refusé de commander le peloton d'exécution et ont été emprisonnés et dégradés... Un général en charge s'est suicidé pour ne pas avoir à exécuter l'ordre... Voilà une bien triste période de l'histoire de la france qui entâche sacrément le curricumum d'un pourtant "grand homme" par ailleurs.
Afficher tout
merci beaucoup. Pour une fois, je me coucherai vraiment moins bête

a écrit : "Médaille militaire" quand il était sous-off, "Croix de guerre", Croix de la valeur militaire", "Chevalier de la Légion d'honneur", "Commandeur de la Légion of merit" (distinction américaine décernée pour bravoure au combat auprès des armées américaines)... Voilà un gars qui avait servi son pays comme rarement.
Comment un homme comme ça aurait-il pu soutenir la traitrise et le mensonge de De Gaulle sur le balcon à Alger : "Je vous ai compris..." ? Pour quelques semaines après ne négocier qu'avec le FLN, quelques mois après faire voter "l'Autodétermination", puis donner l'indépendance à l'Algérie en laissant sur le carreau près d'un million de personnes (français et harkis) se faire massacrer par le FLN... Qui, sur place à ce moment là, peut prétendre ne pas vouloir prendre les armes pour se défendre ? En 1966 lors d'une interview, De Gaulle lui même a avoué avoir menti ce jour là à Alger, et que tout était prémédité...
Je ne mélange pas ici les bienfaits ou méfaits d'une colonisation (l'indépendance était sans doute inéluctable) ; je dis qu'un Président chef de guerre, militaire de surcroît, a trahi son pays et menti à ses officiers et à toute une population en négociant en cachette avec "l'ennemi" ; pour quelques accords de gaz semble t-il...
Qui était le traitre ? Les militaires n'ont pas été dupes d'ailleurs : si une seule balle sur onze a touché Degueldre c'est parce que 10 ont tiré à côté... Plusieurs officiers ont refusé de commander le peloton d'exécution et ont été emprisonnés et dégradés... Un général en charge s'est suicidé pour ne pas avoir à exécuter l'ordre... Voilà une bien triste période de l'histoire de la france qui entâche sacrément le curricumum d'un pourtant "grand homme" par ailleurs.
Afficher tout
est-ce que le fait d'être un "grand homme" implique d'avoir exécuté froidement des civils? poser des bombes dans des restaurants?
de gaulle avait des défauts, mais il voulait arrèter la guerre coute que coute, là ou ce soit disant héro ne voulait que la continuer, continuer l'esclavage.
car oui, tu ne veut pas en parler, mais la colonisation, ça n'a été qu'une forme d'esclavage. et quand on voit toutes les horreurs faites par les militaires français, on ne peut à aucun moment parler de héros.

a écrit : "Médaille militaire" quand il était sous-off, "Croix de guerre", Croix de la valeur militaire", "Chevalier de la Légion d'honneur", "Commandeur de la Légion of merit" (distinction américaine décernée pour bravoure au combat auprès des armées américaines)... Voilà un gars qui avait servi son pays comme rarement.
Comment un homme comme ça aurait-il pu soutenir la traitrise et le mensonge de De Gaulle sur le balcon à Alger : "Je vous ai compris..." ? Pour quelques semaines après ne négocier qu'avec le FLN, quelques mois après faire voter "l'Autodétermination", puis donner l'indépendance à l'Algérie en laissant sur le carreau près d'un million de personnes (français et harkis) se faire massacrer par le FLN... Qui, sur place à ce moment là, peut prétendre ne pas vouloir prendre les armes pour se défendre ? En 1966 lors d'une interview, De Gaulle lui même a avoué avoir menti ce jour là à Alger, et que tout était prémédité...
Je ne mélange pas ici les bienfaits ou méfaits d'une colonisation (l'indépendance était sans doute inéluctable) ; je dis qu'un Président chef de guerre, militaire de surcroît, a trahi son pays et menti à ses officiers et à toute une population en négociant en cachette avec "l'ennemi" ; pour quelques accords de gaz semble t-il...
Qui était le traitre ? Les militaires n'ont pas été dupes d'ailleurs : si une seule balle sur onze a touché Degueldre c'est parce que 10 ont tiré à côté... Plusieurs officiers ont refusé de commander le peloton d'exécution et ont été emprisonnés et dégradés... Un général en charge s'est suicidé pour ne pas avoir à exécuter l'ordre... Voilà une bien triste période de l'histoire de la france qui entâche sacrément le curricumum d'un pourtant "grand homme" par ailleurs.
Afficher tout
On peut être reconnu comme un héros de la nation lors d'un conflit et totalement se fourvoyer dans un autre. Pétain en est l'exemple le plus emblématique. L'OAS était un mouvement terroriste qui a tué des civils et s'est insurgé contre l'armée française, et Degueldre, bien que distingué précédement pour sa bravoure, a été condamné à mort pour ça. A l'opposé, on peut citer Pâris de Bollardière, un grand résistant, qui a lui aussi été poursuivi pour avoir eu une attitude inverse à celle de Degueldre. Malgré leur torts à tous deux, je préfère quand même Bollardière...

Posté le

android

(14)

Répondre

Roger Degueldre avait su jouer de ce sentiment qu'il partageait : "On nous a trompés, disait il, on nous a fait tromper des gens. On leur a dit : on restera, et l'on veut aujourd'hui dégager ? Pas question. Nous on reste. Par tous les moyens. C'est la voie de l'honneur...et de la réussite. Puisque le FLN est devenu un interlocuteur valable par le terrorisme nous le deviendrons par le même moyen, en éliminant nos ennemis !"
(...)
C'est au PC du boulevard Marcel-Duclos que Degueldre, véritable aiguilleur de la mort, vérifiait les fiches opérationelles et y apposait ses deux lignes terrifiantes :
"ABAO/ORO/Z.A1
Pour OPS ponctuelle"
Deux lignes qui condamnaient à mort. OPS ponctuelle C'avait un côté sérieux mais ça voulait dire deux balles dans la tête.
Sur ces fiches, l'avis d'un informateur classé A1., c'est à dire de toute confiance, suffisait à Degueldre. Sur quelques lignes tapées à la machine il décidait de la vie d'un homme.
Voici la fiche d'un "condamné" trouvée dans les archives OAS :
"Bulletin de renseignement:
Origine : Eve / Paulette (cad le Dr Pérez) Valeur A1
Cornu Georges 3 chemin des Glycines Alger.
Se déplace toujours sur moto de marque Ariel A immatriculée 659 BC 9A. Communiste notoire et propagandiste acharné. Cet individu a été mis à la porte plusieurs fois à la suite de sa propagande en faveur de PCA (parti communiste Algérien). Se targue d'avoir énormément voyagé et de tout connaître, mais en fait, n'a aucun métier dans les mains...Par contre possède une langue qui dans nos intérêts, aurait sacrément besoin d'être raccourcie !"
Au bas de la fiche, de la main de Dgueldre, le verdict :
ABAO/ORO/Z A1
Pour OPS ponctuelle." La mort !

Yves Courrière - Les feux du desespoir

a écrit : Ben en fait, quand je lis cette anecdote, je me demande comment 9 personnes sur 10 (car 1 sur les 11 a tiré a blanc) ont pu rater leur cible...alors en effet je me pose tout un tas de questions comme les circonstances exactes de l'exécution.

De plus, s'agissant des questions sur le calibre, la d
istance etc, elles ont très certainement un caractère humoristique car selon moi c'est un petit clin d'oeil à l'anecdote récente concernant le tir à l'arc.

Bref, ma conclusion est que si les commentaires ne vous intéressent pas ou semblent selon vous grotesques, et bien arrêtez tout simplement de les lire, au lieu de critiquer.
Afficher tout
Peut être que, même s'ils en ont reçu l'ordre, ils n'avaient pas envie de tuer ce type...

Rien à voir mais j’en profite car c’est un mot qui revient régulièrement. HÉROS est un mot invariable qui prend un S au singulier ET au pluriel.
Hero est en anglais.

Sinon, comme les autres je me demande comment 9 tireurs sur 10 ont pu manquer leur cible c’est curieux quand même. Et au final ça peut représenter plus de souffrance pr le condamné s’il ne meurt pas lors du seul tir qui le touche. Plus qu’à recommencer.