Des soudeurs se sacrifièrent pour éviter la catastrophe nucléaire

Proposé par
le
dans

Le K-19 était un sous-marin nucléaire soviétique qui connut un incident nucléaire en plein océan. Une équipe de soudeurs se sacrifia pour empêcher l'explosion du cœur du réacteur, sans aucune protection. 8 marins décédèrent dans les semaines qui suivirent, gravement irradiés.

L'incident fut passé sous silence et fut révélé à la fin de la guerre froide. Cependant malgré l'héroïsme des sacrifiés, la radioactivité se répandit dans le sous-marin et l'ensemble de l'équipage fut contaminé. Un film américain avec Harrison Ford et Liam Neeson est directement inspiré de cette affaire : K-19 : le piège des profondeurs.


Commentaires préférés (3)

"Dix ouvriers et marins meurent dans des accidents et incendies pendant sa construction. Après son entrée en service, il connaîtra un grand nombre d'accidents et dysfonctionnements, dont plusieurs menaceront de le faire couler"... Puis 8 héros (qui ne devaient pas vraiment avoir le choix, même si ça n'enlève absolument rien à leur courage) meurent pour rien, en essayant de rattraper le bazar. On en voudra pas trop aux familles des victimes de garder une légère dent contre l'administration de l'armée soviétique...

Je suis heureux de voir cette anecdote publiée.
Je l'avais proposé il y'a longtemps déjà mais elle n'avait pas passé la modération.
Elle doit être mieux formulé par Ragondin13.
Typique des anecdotes historiques que j'apprécie, passionnante, terrifiante et en quelque sorte émouvante à la fois.

a écrit : L’ensemble de l’équipage, la totalité du sous-marin et certains missiles balistiques à bord sont irradiés en 1961 par cet incident.
Pourtant, le sous-marin continue de fonctionner jusqu’à être retiré du service le 19 avril 1990. Ne restait-il pas des éléments irradiés à bord durant les années qui ont suivi ?
L'irradiation, c'est à dire l'exposition à des rayonnements ionisants, n'altère pas nécessairement les matériaux qui y sont exposés. Dans le cas évoqué par l'anecdote, il s'agit d'une exposition relativement courte.
Lors d'une exposition longue à des rayonnements intenses, comme c'est le cas par exemple pour une partie des éléments constituant les centrales nucléaires, certains composants peuvent devenir à leur tour radioactifs et émettrons ensuite eux mêmes des rayonnements ionisants. On dit dans ce cas qu'ils ont été "activés". C'est notamment le cas des matériaux qui contiennent du cobalt, comme la plupart des aciers.
Note : C'est mon premier commentaire sur cette magnifique application, j'en profite pour en saluer toute la communauté :D

Posté le

android

(186)

Répondre


Tous les commentaires (19)

"Dix ouvriers et marins meurent dans des accidents et incendies pendant sa construction. Après son entrée en service, il connaîtra un grand nombre d'accidents et dysfonctionnements, dont plusieurs menaceront de le faire couler"... Puis 8 héros (qui ne devaient pas vraiment avoir le choix, même si ça n'enlève absolument rien à leur courage) meurent pour rien, en essayant de rattraper le bazar. On en voudra pas trop aux familles des victimes de garder une légère dent contre l'administration de l'armée soviétique...

Je suis heureux de voir cette anecdote publiée.
Je l'avais proposé il y'a longtemps déjà mais elle n'avait pas passé la modération.
Elle doit être mieux formulé par Ragondin13.
Typique des anecdotes historiques que j'apprécie, passionnante, terrifiante et en quelque sorte émouvante à la fois.

L’ensemble de l’équipage, la totalité du sous-marin et certains missiles balistiques à bord sont irradiés en 1961 par cet incident.
Pourtant, le sous-marin continue de fonctionner jusqu’à être retiré du service le 19 avril 1990. Ne restait-il pas des éléments irradiés à bord durant les années qui ont suivi ?

a écrit : L’ensemble de l’équipage, la totalité du sous-marin et certains missiles balistiques à bord sont irradiés en 1961 par cet incident.
Pourtant, le sous-marin continue de fonctionner jusqu’à être retiré du service le 19 avril 1990. Ne restait-il pas des éléments irradiés à bord durant les années qui ont suivi ?
L'irradiation, c'est à dire l'exposition à des rayonnements ionisants, n'altère pas nécessairement les matériaux qui y sont exposés. Dans le cas évoqué par l'anecdote, il s'agit d'une exposition relativement courte.
Lors d'une exposition longue à des rayonnements intenses, comme c'est le cas par exemple pour une partie des éléments constituant les centrales nucléaires, certains composants peuvent devenir à leur tour radioactifs et émettrons ensuite eux mêmes des rayonnements ionisants. On dit dans ce cas qu'ils ont été "activés". C'est notamment le cas des matériaux qui contiennent du cobalt, comme la plupart des aciers.
Note : C'est mon premier commentaire sur cette magnifique application, j'en profite pour en saluer toute la communauté :D

Posté le

android

(186)

Répondre

Anecdote très intéressante.
Pour rester dans le même thème je vous conseille la mini série "chernobyl" qui est en grande partie la véritable histoire de l'explosion de la centrale nucléaire !

Requiescat in pace, et merci malgré tout.

a écrit : L’ensemble de l’équipage, la totalité du sous-marin et certains missiles balistiques à bord sont irradiés en 1961 par cet incident.
Pourtant, le sous-marin continue de fonctionner jusqu’à être retiré du service le 19 avril 1990. Ne restait-il pas des éléments irradiés à bord durant les années qui ont suivi ?
Pour compléter la réponse de Theli :
Il ne faut effectivement pas confondre l’activation des matériaux (bombardement par des neutrons) de la contamination des matériaux par des substances radioactives.
Nota : Certains matériaux sont quand même sensibles aux rayonnements (électroniques, matières plastiques donc les câbles par exemple,...).
L’incident relaté n’a donc pas forcément rendu le sous-marin impropre à l’exploitation s’il a été convenablement décontaminé (retrait des substances radioactives) et si les éventuels matériaux endommagés par les rayonnements et/ou trop difficile à décontaminer ont été remplacés.

Nota bis : il ne faut pas confondre accident de criticité (ou dans le cas d’un réacteur de la maîtrise de la réactivité) avec une perte de source froide. Dans le cas de ce sous-marin, il n’y a pas eu d’emballement donc pas d’activation anormal des matériaux (i.e potentiellement dans des endroits non prévu pour)

a écrit : Pour compléter la réponse de Theli :
Il ne faut effectivement pas confondre l’activation des matériaux (bombardement par des neutrons) de la contamination des matériaux par des substances radioactives.
Nota : Certains matériaux sont quand même sensibles aux rayonnements (électroniques, matières plastiques d
onc les câbles par exemple,...).
L’incident relaté n’a donc pas forcément rendu le sous-marin impropre à l’exploitation s’il a été convenablement décontaminé (retrait des substances radioactives) et si les éventuels matériaux endommagés par les rayonnements et/ou trop difficile à décontaminer ont été remplacés.

Nota bis : il ne faut pas confondre accident de criticité (ou dans le cas d’un réacteur de la maîtrise de la réactivité) avec une perte de source froide. Dans le cas de ce sous-marin, il n’y a pas eu d’emballement donc pas d’activation anormal des matériaux (i.e potentiellement dans des endroits non prévu pour)
Afficher tout
Il semblerait que la contamination soit surtout causée par des particules radioactives volatiles ayant voyagé dans le système de ventilation.
J’imagine qu’ils ont remplacé toute la partie réacteur.

Merci à vous deux pour les précisions.

Une ironie que cette anecdote soit publiée en plein affaire de l'incendie dans le sous-marin nucléaire russe ? :/

Une petite question, est ce que celà a une incidence sur l'environnement ? Ou le fait de retirer/ remplacer comme mentionner plus haut évite toute contamination ?
Il existe une pillule(iodé je crois), que les gens qui habitent prêt de millieu «nucleaire» ont, en cas de fuites etc, cette pillule n'existait pas a l'époque ? Ou est elle inefficace a partir d'un certain seuil de radioactivité ?

Merci en tout cas pour les précisions en commentaire =)

a écrit : Une petite question, est ce que celà a une incidence sur l'environnement ? Ou le fait de retirer/ remplacer comme mentionner plus haut évite toute contamination ?
Il existe une pillule(iodé je crois), que les gens qui habitent prêt de millieu «nucleaire» ont, en cas de fuites etc, cette pillule n'exist
ait pas a l'époque ? Ou est elle inefficace a partir d'un certain seuil de radioactivité ?

Merci en tout cas pour les précisions en commentaire =)
Afficher tout
Avaler un comprimé d'iode avant un éventuelle contamination permet de saturer la thyroïde et éviter que l'iode radioactif libéré par un accident nucléaire ne puisse se fixer dans la thyroïde le moment venu, risquant de causer un cancer de la thyroïde à long terme. Et c'est tout. C'est déjà pas mal car le principal isotope radioactif libéré par un accident nucléaire et pouvant se fixer dans l'organisme, c'est l'iode dans la thyroïde. Mais ça ne protège pas de tout et notamment pas des effets sur l'organisme d'une exposition directe à des radiations ionisantes qui vont endommager toutes sortes de cellules tout simplement en traversant notre corps et pouvant causer par exemple une leucémie ou d'autres formes de cancer consécutifs à une irradiation, dans différentes parties du corps.

L'un des membres d'équipage s'est par ailleurs illustré par la suite en sauvant probablement le monde d'une guerre nucléaire. Vassily Arkhipov qui était commandant en second s'est à nouveau trouvé sur un sous-marin armé d'ogives nucléaires lors de la crise des missiles à Cuba.

Pour donner un peu de contexte, la situation était extrêmement tendue et beaucoup estiment que le monde n'a jamais été aussi proche de l'anéantissement par une guerre nucléaire que lors de cette crise. Arkhipov et son équipage étaient sur place mais n'avaient pas pu établir de contact avec Moscou depuis trois semaines et ignoraient si une guerre avait éclaté. Lorsque les forces américaines présentes sur place les repérèrent et commencèrent à larguer des charges sous marines pour les forcer à faire surface, le commandant du sous marin considérant la possibilité que la guerre ait éclaté décida de faire usage de ses armes nucléaires. Si la frappe avait eu lieu, il est possible que la situation extrêmement tendue sur place aurait dégénéré et abouti sur une guerre nucléaire totale.

Vassily Arkhipov était commandant en second sur ce sous marin mais était également le commandant de la flottille de 4 sous marins dont il faisait partie, et par conséquent son autorisation était nécessaire avant de procéder à la frappe. Sur la plupart des sous marins soviétiques équipés d'armes nucléaires, le capitaine devait simplement obtenir l'approbation du commissaire politique pour utiliser celles-ci. Le fait qu'Arkhipov ait son mot à dire était un cas exceptionnel dû à son rang et à son statut de commandant de flottille. Cependant cette particularité se révéla particulièrement fortuite car selon la version la plus répandue, le capitaine et le commissaire politique étaient tous deux d'accord pour procéder à une frappe.

Arkhipov avait acquis une solide réputation pour s'être conduit avec bravoure sur le K-19, ce qui l'a sans doute aidé à prévaloir dans le débat entre les officiers. Il obtint finalement que le sous-marin face surface, et le navire parvint par la suite à regagner son pays.

Une version des faits moins dramatique à été présentée en 2002 par un marin présent au moment des faits, selon lui seul le capitaine aurait perdu son sang-froid et les autres officiers dont Arkhipov seraient rapidement parvenus à le calmer. Que l'on adhère à une version où l'autre, ce marin quasiment inconnu dans son pays aurait empêché une guerre nucléaire soit à lui seul soit collectivement.

a écrit : "Dix ouvriers et marins meurent dans des accidents et incendies pendant sa construction. Après son entrée en service, il connaîtra un grand nombre d'accidents et dysfonctionnements, dont plusieurs menaceront de le faire couler"... Puis 8 héros (qui ne devaient pas vraiment avoir le choix, même si ça n�39;enlève absolument rien à leur courage) meurent pour rien, en essayant de rattraper le bazar. On en voudra pas trop aux familles des victimes de garder une légère dent contre l'administration de l'armée soviétique... Afficher tout J'allais dire pareil sur le choix des 8 marins...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : L'irradiation, c'est à dire l'exposition à des rayonnements ionisants, n'altère pas nécessairement les matériaux qui y sont exposés. Dans le cas évoqué par l'anecdote, il s'agit d'une exposition relativement courte.
Lors d'une exposition longue à des rayonnements intenses,
comme c'est le cas par exemple pour une partie des éléments constituant les centrales nucléaires, certains composants peuvent devenir à leur tour radioactifs et émettrons ensuite eux mêmes des rayonnements ionisants. On dit dans ce cas qu'ils ont été "activés". C'est notamment le cas des matériaux qui contiennent du cobalt, comme la plupart des aciers.
Note : C'est mon premier commentaire sur cette magnifique application, j'en profite pour en saluer toute la communauté :D
Afficher tout
On te salue aussi ! Installe toi dans le canapé SCMB :D

Posté le

android

(9)

Répondre

Premier commentaire également. D'abord un bonjour à tous.

J'ai particulièrement apprécié cette anecdote et les commentaires associés. Passionnée par les accidents nucléaires depuis des années, allez savoir pourquoi !

Belle soirée à tous