Il y avait déjà des véhicules électriques durant la Seconde Guerre mondiale

Proposé par
le

Le développement de la mobilité électrique ne date pas d'hier. La France sous l'occupation de l'Allemagne nazie fut inspirée par les pénuries de carburant pour concevoir nombre de voitures électriques, tel le Peugeot VLV, par exemple, à l'autonomie suffisante pour les déplacements urbains.


Commentaires préférés (3)

D'aucuns diront que la voiture électrique, c'est très ancien, oui on sait, la première voiture à avoir atteint les 100 km/h était une électrique, la "Jamais Contente", et qu'il y a eu une tentative de développement de véhicules électriques (et autres énergies) à la fin du XIXe siècle, mais ce qui a été développé durant l'occupation fait écho au développement de la mobilité électrique d'aujourd'hui (dans une moindre mesure, j'en conviens).

On peut remonter bien plus loin, on avait déjà des voitures électriques au XIXème.
Au tournant du XXème siècle, trois modèles sont utilisés : la vapeur, l’électrique, et l'explosion.
Et l’électrique n’était pas a la ramasse, loin de la. A la veille du XXème, c'est "La Jamais contente" qui est la première à franchir la barre des 100 km/h.
Paris disposait d'une flotte de taxi en voiture électrique, avec des bornes pour recharger leurs véhicules (la plupart du temps la nuit, les problématiques étant finalement similaires aux nôtres)
En 1900, sur 4 192 véhicules fabriqués aux États-Unis, 1 575 sont électriques, 936 à essence, et 1 681 à vapeur.
Cependant, le progrès des moteurs a explosions dépassent le progrès des voiture électriques et a vapeur, et propose une bien plus longue autonomie.

L'essence était une ressource stratégique ayant eu un impact énorme lors de la seconde guerre mondiale. L'Axe n’était pas un producteur de pétrole, contrairement aux anglo-saxons ou aux soviétiques, qui disposaient de larges réserves.
Et il savaient que dans un contexte de forte tension, puis de guerre mondiale, un blocus allait leur tomber dessus, rendant l'importation de pétrole difficile.
Des le début de la guerre, il fallait donc trouver de nouveau moyen d’accéder a de nouvelles réserves, ou au moins de nouvelles routes, en utilisant le moins de carburant possible.
La Blitzkrieg avait bien sur un avantage stratégique, mais raccourcir le combat permettait aussi d’économiser du carburant.
Les conquêtes ne servent pas qu'a étendre l'espace vital, mais aussi de récupérer des ressources avant l'ennemi. On peut prendre pour exemple la Galicie, région Polonaise riche en pétrole qu'ils essayent de prendre, mais sont devancés par les soviétiques.
La conquête de la France permet aussi de récupérer un gros stock, mais aussi de maîtriser des raffineries, et ouvre une nouvelle voie par l'Atlantique.
Idem lors de l’opération Barbarossa : l'un des objectifs est l’Azerbaïdjan, riche en énergie fossile. La bataille de Stalingrad était également lié a la volonté de contrôler les réserves du Caucase. Ils récupèrent également la Galicie.
Malgré les conquêtes, le pétrole manque. Ils mettent donc au point, de manière industrielle, un procédé de gazéification du charbon, avec procédé Fischer-Tropsch.
Voyant a quel point le IIIème Reich est en manque de pétrole, les usines de transformations ou les dernières réserves deviennent un intérêt stratégique énorme.
Ainsi, en 1944-5, les rafineries deviennent la cible de bombardements, et l'URSS vise en priorité Ploiești, le gros centre de réserves et de raffineries. Bien que très bien défendu, la ville finit par tomber, ce qui accélère fortement la chute allemande.


Tous les commentaires (21)

D'aucuns diront que la voiture électrique, c'est très ancien, oui on sait, la première voiture à avoir atteint les 100 km/h était une électrique, la "Jamais Contente", et qu'il y a eu une tentative de développement de véhicules électriques (et autres énergies) à la fin du XIXe siècle, mais ce qui a été développé durant l'occupation fait écho au développement de la mobilité électrique d'aujourd'hui (dans une moindre mesure, j'en conviens).

On peut remonter bien plus loin, on avait déjà des voitures électriques au XIXème.
Au tournant du XXème siècle, trois modèles sont utilisés : la vapeur, l’électrique, et l'explosion.
Et l’électrique n’était pas a la ramasse, loin de la. A la veille du XXème, c'est "La Jamais contente" qui est la première à franchir la barre des 100 km/h.
Paris disposait d'une flotte de taxi en voiture électrique, avec des bornes pour recharger leurs véhicules (la plupart du temps la nuit, les problématiques étant finalement similaires aux nôtres)
En 1900, sur 4 192 véhicules fabriqués aux États-Unis, 1 575 sont électriques, 936 à essence, et 1 681 à vapeur.
Cependant, le progrès des moteurs a explosions dépassent le progrès des voiture électriques et a vapeur, et propose une bien plus longue autonomie.

a écrit : D'aucuns diront que la voiture électrique, c'est très ancien, oui on sait, la première voiture à avoir atteint les 100 km/h était une électrique, la "Jamais Contente", et qu'il y a eu une tentative de développement de véhicules électriques (et autres énergies) à la fin du XIXe siècle, mais ce qui a été développé durant l'occupation fait écho au développement de la mobilité électrique d'aujourd'hui (dans une moindre mesure, j'en conviens). Afficher tout Pour info, on dit "d'aucuns diront" et non "d'aucun" (sans s) www.larousse.fr/dictionnaires/francais/d_aucuns/6370

Même avant ça! Les premières années de la construction automobile, avant que cela ne deviennes industriel il y avais des véhicule électrique et à vapeur autant qu’au pétrole

a écrit : On peut remonter bien plus loin, on avait déjà des voitures électriques au XIXème.
Au tournant du XXème siècle, trois modèles sont utilisés : la vapeur, l’électrique, et l'explosion.
Et l’électrique n’était pas a la ramasse, loin de la. A la veille du XXème, c'est "La Jamais contente"
qui est la première à franchir la barre des 100 km/h.
Paris disposait d'une flotte de taxi en voiture électrique, avec des bornes pour recharger leurs véhicules (la plupart du temps la nuit, les problématiques étant finalement similaires aux nôtres)
En 1900, sur 4 192 véhicules fabriqués aux États-Unis, 1 575 sont électriques, 936 à essence, et 1 681 à vapeur.
Cependant, le progrès des moteurs a explosions dépassent le progrès des voiture électriques et a vapeur, et propose une bien plus longue autonomie.
Afficher tout
Elle ressemble d’ailleurs à un gros suppositoire. C’est aérodynamique un suppo !

On pourra toujours se poser la question du pourquoi l’essence a supplanté l’électrique et beaucoup se la posent encore. Je crois qu’il s’agit simplement de performance et notre industrie privilégie toujours le système le moins cher et le plus performant. En matière de rapport puissance/poids et de temps de rechargement, les voitures à essence ont toujours été meilleures, peu importe les records de vitesse battus à l’époque par l’électrique.

L'essence était une ressource stratégique ayant eu un impact énorme lors de la seconde guerre mondiale. L'Axe n’était pas un producteur de pétrole, contrairement aux anglo-saxons ou aux soviétiques, qui disposaient de larges réserves.
Et il savaient que dans un contexte de forte tension, puis de guerre mondiale, un blocus allait leur tomber dessus, rendant l'importation de pétrole difficile.
Des le début de la guerre, il fallait donc trouver de nouveau moyen d’accéder a de nouvelles réserves, ou au moins de nouvelles routes, en utilisant le moins de carburant possible.
La Blitzkrieg avait bien sur un avantage stratégique, mais raccourcir le combat permettait aussi d’économiser du carburant.
Les conquêtes ne servent pas qu'a étendre l'espace vital, mais aussi de récupérer des ressources avant l'ennemi. On peut prendre pour exemple la Galicie, région Polonaise riche en pétrole qu'ils essayent de prendre, mais sont devancés par les soviétiques.
La conquête de la France permet aussi de récupérer un gros stock, mais aussi de maîtriser des raffineries, et ouvre une nouvelle voie par l'Atlantique.
Idem lors de l’opération Barbarossa : l'un des objectifs est l’Azerbaïdjan, riche en énergie fossile. La bataille de Stalingrad était également lié a la volonté de contrôler les réserves du Caucase. Ils récupèrent également la Galicie.
Malgré les conquêtes, le pétrole manque. Ils mettent donc au point, de manière industrielle, un procédé de gazéification du charbon, avec procédé Fischer-Tropsch.
Voyant a quel point le IIIème Reich est en manque de pétrole, les usines de transformations ou les dernières réserves deviennent un intérêt stratégique énorme.
Ainsi, en 1944-5, les rafineries deviennent la cible de bombardements, et l'URSS vise en priorité Ploiești, le gros centre de réserves et de raffineries. Bien que très bien défendu, la ville finit par tomber, ce qui accélère fortement la chute allemande.

a écrit : Elle ressemble d’ailleurs à un gros suppositoire. C’est aérodynamique un suppo !

On pourra toujours se poser la question du pourquoi l’essence a supplanté l’électrique et beaucoup se la posent encore. Je crois qu’il s’agit simplement de performance et notre industrie privilégie toujours le système le moins
cher et le plus performant. En matière de rapport puissance/poids et de temps de rechargement, les voitures à essence ont toujours été meilleures, peu importe les records de vitesse battus à l’époque par l’électrique. Afficher tout
exact, les taxis en question avaient des batteries de plusieurs centaines de kilo, et lors de courses automobile, il n’était pas rare de changer de batterie en cours de route. Et si ils devaient se recharger la nuit, c'est bien que le processus était long.

a écrit : D'aucuns diront que la voiture électrique, c'est très ancien, oui on sait, la première voiture à avoir atteint les 100 km/h était une électrique, la "Jamais Contente", et qu'il y a eu une tentative de développement de véhicules électriques (et autres énergies) à la fin du XIXe siècle, mais ce qui a été développé durant l'occupation fait écho au développement de la mobilité électrique d'aujourd'hui (dans une moindre mesure, j'en conviens). Afficher tout "La jamais contente" En référence à sa femme.
Les véhicules ont évolué mais les femmes n'ont pas changé.
Voilà, vous pouvez y aller j'ai mis mon gilet pare et balle et mon bouclier anti agression.

Effectivement ça ne date pas d’hier, la première voiture à dépasser les 100 km/h est électrique, la « Jamais Contente », et cela en 1899.

Outre atlantique, la première compagnie des fameux taxis new-yorkais, la Electric Carriage and Wagon Company, créée en 1897, proposait des taxis électriques.

a écrit : Effectivement ça ne date pas d’hier, la première voiture à dépasser les 100 km/h est électrique, la « Jamais Contente », et cela en 1899. Là il s'agit d'un prototype qui n'était pas destiné au grand public. Il y a une différence entre le développement de la mobilité, c'est-à-dire permettre à un grand nombre d'en bénéficier (créer des bornes de recharge pour les voitures électriques, développer les pistes cyclables pour les vélos..) et créer un prototype pour promouvoir une technologie.

Si je ne me trompe pas, la première voiture conçue par Ferdinand Porsche était électrique.

a écrit : forcée à, pas inspirée par Il s'agit ici du sens de "provoquer, susciter" lorsque le sujet désigne le mobile d'un acte. L'inspiration n'a pas toujours d'origine positive.

a écrit : On peut remonter bien plus loin, on avait déjà des voitures électriques au XIXème.
Au tournant du XXème siècle, trois modèles sont utilisés : la vapeur, l’électrique, et l'explosion.
Et l’électrique n’était pas a la ramasse, loin de la. A la veille du XXème, c'est "La Jamais contente"
qui est la première à franchir la barre des 100 km/h.
Paris disposait d'une flotte de taxi en voiture électrique, avec des bornes pour recharger leurs véhicules (la plupart du temps la nuit, les problématiques étant finalement similaires aux nôtres)
En 1900, sur 4 192 véhicules fabriqués aux États-Unis, 1 575 sont électriques, 936 à essence, et 1 681 à vapeur.
Cependant, le progrès des moteurs a explosions dépassent le progrès des voiture électriques et a vapeur, et propose une bien plus longue autonomie.
Afficher tout
Si l'essence a supplanté l'électrique au début, c'est aussi parce qu'à l'époque, l'électricité était produite à partir de charbon, elle était loin d'être donnée, l'essence ne coûtait presque rien à coté, était plus facile à transporter et pouvait se stocker.
Par exemple, en Iran, pays producteur de pétrole, un plein d'essence coûte environ 1 euro... autrement dire trois fois rien. On va pas s'emmerder avec des batteries qui prennent trois plombes à recharger et qui coûtent la peau des fesses, quoi! ^^
Bon aujourd'hui la donne a changé j'en convient, tout comme pendant la 2GM où le charbon ne manquait pas trop par rapport au pétrole.

a écrit : "La jamais contente" En référence à sa femme.
Les véhicules ont évolué mais les femmes n'ont pas changé.
Voilà, vous pouvez y aller j'ai mis mon gilet pare et balle et mon bouclier anti agression.
Oh si elles ont changées, maintenant, elles cognent!^^ ... Hein? M'enfin poussin, je plais... AIE!

a écrit : Si l'essence a supplanté l'électrique au début, c'est aussi parce qu'à l'époque, l'électricité était produite à partir de charbon, elle était loin d'être donnée, l'essence ne coûtait presque rien à coté, était plus facile à transporter et pouvait se stocker.
Par exemple, en
Iran, pays producteur de pétrole, un plein d'essence coûte environ 1 euro... autrement dire trois fois rien. On va pas s'emmerder avec des batteries qui prennent trois plombes à recharger et qui coûtent la peau des fesses, quoi! ^^
Bon aujourd'hui la donne a changé j'en convient, tout comme pendant la 2GM où le charbon ne manquait pas trop par rapport au pétrole.
Afficher tout
Pour l'anecdote, l'essence de pétrole étant un produit raffiné, elle n'était vendue qu'en pharmacie, en bidon métallique de 5 à 30 litres, jusque dans les années 1910
Ces bidons se collectionnent et sont devenus quasiment introuvables en Europe, trustés par les collectionneurs US

a écrit : Pour l'anecdote, l'essence de pétrole étant un produit raffiné, elle n'était vendue qu'en pharmacie, en bidon métallique de 5 à 30 litres, jusque dans les années 1910
Ces bidons se collectionnent et sont devenus quasiment introuvables en Europe, trustés par les collectionneurs US
Peut être, mais on trouvait plus facilement de l'essence(de pétrole) qu'une prise en 110 volts au début du 20ème siècle, ne serais-ce que pour remplir les lampes à pétrole, et particulièrement aux USA.

Merci qui?
Merci Mr Rockefeller! ^^

a écrit : Peut être, mais on trouvait plus facilement de l'essence(de pétrole) qu'une prise en 110 volts au début du 20ème siècle, ne serais-ce que pour remplir les lampes à pétrole, et particulièrement aux USA.

Merci qui?
Merci Mr Rockefeller! ^^
Je suis d'accord avec toi, de plus, l'autonomie des voitures électriques était limitée par la longueur des rallonges. Et on avait beaucoup de mal à en trouver (des rallonges) qui auraient fait 400 km (250 mi)