Un as allemand a réussi à abattre 17 avions en une journée

Proposé par
le
dans

Le pilote allemand Hans-Joachim Marseille abattit au cours de la journée du 1er septembre 1942 17 avions alliés lors de trois sorties. Il reçut pour cette performance jamais égalée la Croix de chevalier de la croix de fer avec feuille de chêne, glaives et brillants. Ce fut le dernier fait d'arme de sa carrière car il mourut en vol un mois plus tard.


Commentaires préférés (3)

Il faut savoir qu'en 42, c'est la plus haute distinction mais qu'un niveau plus élevé est créé en 1944 par Hitler et que seulement une personne l'a reçue au cours de la guerre.

Posté le

android

(83)

Répondre

Comme expliqué dans mon commentaire sur l'anecdote précédente sur les as, le nombre de victoires par les pilotes allemands atteint des records, pour plusieurs raison, notamment l'utilisation des pilotes (souvent en solo, et en continuant d'envoyer les pilotes expérimentés au front), mais aussi grâce a l'avantage technologique des allemands sur les avions russes.
Sauf que la, on parle d'un pilote n'ayant combattu que des occidentaux, d'abord dans la Bataille d'Angleterre, mais surtout dans la Guerre du désert.
Si il est le 11ème pilote allemand a dépasser les 100 victoires, c'est le premier a réussir cet exploit sur le front Ouest
Il garde un esprit chevaleresque des premiers pilotes, voulant abattre l'avion et non le pilote. Il se pose régulièrement sur le site du crash pour aider les aviateurs, voir dans les lignes ennemis pour porter les nouvelles de la mort du pilote qu'il a abattu.
Il utilise des tactiques inhabituelles afin d'avoir son propre style de combat, et son entrainement physique intense lui permet d’effectuer des virages serrés ou des plongeons effrayant, quitte a subir beaucoup de g, en échange d'une imprédictibilité inégalé.
Si il a abattu ce jour la 17 avions en une seule journée, il faut aussi souligner qu'il en a abattu 8 en une dizaine de minutes
Il a rencontré durant sa vie de grands hommes, comme Mussolini qui l'a décoré de la médaille d'argent de la valeur militaire, plus haute distinction militaire italienne, et Erwin Rommel, le renard du désert, qui lui demande d'ailleurs de l'accompagner en Allemagne pour rencontrer Hitler, quelques jour avant sa mort.
Il effectue ses dernières missions dans Bf 109G-2/trop, variante du Bf 109F auquel il été habitué, mais les 109G ont mauvaise réputation a cause de leur panne moteur.
C'est ce qu'il se passe le 30 septembre 1942. De la fumée sors de son moteur, bientôt, le cockpit est enfumé et l’état est trop critique pour se poser, il décide alors de sauter en parachute, mais lorsqu'il quitte le poste de pilotage, l'avion pique trop, trop vite.
Il heurte l’empennage de son avion, et s’écrase au sol, sans avoir ouvert son parachute. Le médecin qui l'a récupéré ne le reconnait par par son visage, explosé, mais par ses multiples décorations.
Il repose en Afrique, dans le cimetière militaire allemand de Tobrouk, avec pour épitaphe un seul mot: "Invaincu"

a écrit : Avec toutes ces anecdotes, les membres de SCMB vont vraiment devenir des experts de l'histoire de l'aviation militaire. On pourrait même changer le sous-titre du site : vous allez briller en soirées de l'armée de l'air.

Posté le

android

(60)

Répondre


Tous les commentaires (30)

Il faut savoir qu'en 42, c'est la plus haute distinction mais qu'un niveau plus élevé est créé en 1944 par Hitler et que seulement une personne l'a reçue au cours de la guerre.

Posté le

android

(83)

Répondre

Avec toutes ces anecdotes, les membres de SCMB vont vraiment devenir des experts de l'histoire de l'aviation militaire.

Comme expliqué dans mon commentaire sur l'anecdote précédente sur les as, le nombre de victoires par les pilotes allemands atteint des records, pour plusieurs raison, notamment l'utilisation des pilotes (souvent en solo, et en continuant d'envoyer les pilotes expérimentés au front), mais aussi grâce a l'avantage technologique des allemands sur les avions russes.
Sauf que la, on parle d'un pilote n'ayant combattu que des occidentaux, d'abord dans la Bataille d'Angleterre, mais surtout dans la Guerre du désert.
Si il est le 11ème pilote allemand a dépasser les 100 victoires, c'est le premier a réussir cet exploit sur le front Ouest
Il garde un esprit chevaleresque des premiers pilotes, voulant abattre l'avion et non le pilote. Il se pose régulièrement sur le site du crash pour aider les aviateurs, voir dans les lignes ennemis pour porter les nouvelles de la mort du pilote qu'il a abattu.
Il utilise des tactiques inhabituelles afin d'avoir son propre style de combat, et son entrainement physique intense lui permet d’effectuer des virages serrés ou des plongeons effrayant, quitte a subir beaucoup de g, en échange d'une imprédictibilité inégalé.
Si il a abattu ce jour la 17 avions en une seule journée, il faut aussi souligner qu'il en a abattu 8 en une dizaine de minutes
Il a rencontré durant sa vie de grands hommes, comme Mussolini qui l'a décoré de la médaille d'argent de la valeur militaire, plus haute distinction militaire italienne, et Erwin Rommel, le renard du désert, qui lui demande d'ailleurs de l'accompagner en Allemagne pour rencontrer Hitler, quelques jour avant sa mort.
Il effectue ses dernières missions dans Bf 109G-2/trop, variante du Bf 109F auquel il été habitué, mais les 109G ont mauvaise réputation a cause de leur panne moteur.
C'est ce qu'il se passe le 30 septembre 1942. De la fumée sors de son moteur, bientôt, le cockpit est enfumé et l’état est trop critique pour se poser, il décide alors de sauter en parachute, mais lorsqu'il quitte le poste de pilotage, l'avion pique trop, trop vite.
Il heurte l’empennage de son avion, et s’écrase au sol, sans avoir ouvert son parachute. Le médecin qui l'a récupéré ne le reconnait par par son visage, explosé, mais par ses multiples décorations.
Il repose en Afrique, dans le cimetière militaire allemand de Tobrouk, avec pour épitaphe un seul mot: "Invaincu"

a écrit : Avec toutes ces anecdotes, les membres de SCMB vont vraiment devenir des experts de l'histoire de l'aviation militaire. On pourrait même changer le sous-titre du site : vous allez briller en soirées de l'armée de l'air.

Posté le

android

(60)

Répondre

Il fut fait chevalier de la croix de fer avec feuille de chêne et glaives. Recevoir la Croix de la croix de fer c'est un peu bizarre.
De plus on dit un fait d'armes et non fait d'arme.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : On pourrait même changer le sous-titre du site : vous allez briller en soirées de l'armée de l'air. ou au salon du bourget que vient de débuter

a écrit : Il fut fait chevalier de la croix de fer avec feuille de chêne et glaives. Recevoir la Croix de la croix de fer c'est un peu bizarre.
De plus on dit un fait d'armes et non fait d'arme.
Non non, c'est bien Croix de chevalier de la croix de fer (Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes)
La Croix de fer est une décoration, la Croix de chevalier en est un grade, entre croix de fer 1ère classe et Grand-croix de la croix de fer.
Hitler a ensuite divisé la Croix de chevalier en cinq classes :
la croix de chevalier de la croix de fer, instituée le 1er septembre 1939 ;
la classe des feuilles de chêne, instituée le 3 juin 1940 ;
la classe des feuilles de chêne et glaives, instituée le 28 septembre 1941 ;
la classe des feuilles de chêne, glaives et brillants, instituée le 28 septembre 1941 ;
la classe des feuilles de chêne et glaives en or et brillants, instituée le 29 décembre 1944.

Mais pq on le recompence quand il tuent ces allié

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Mais pq on le recompence quand il tuent ces allié Quand on parle des alliés pendant la 2e guerre mondiale, c'est en fait l’ensemble des pays qui s’opposèrent formellement aux forces de l'axe (les allemands)
Donc cet Allemand s'est battu contre les Alliés.
Bonne journée :)

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Comme expliqué dans mon commentaire sur l'anecdote précédente sur les as, le nombre de victoires par les pilotes allemands atteint des records, pour plusieurs raison, notamment l'utilisation des pilotes (souvent en solo, et en continuant d'envoyer les pilotes expérimentés au front), mais aussi grâce a l'avantage technologique des allemands sur les avions russes.
Sauf que la, on parle d'un pilote n'ayant combattu que des occidentaux, d'abord dans la Bataille d'Angleterre, mais surtout dans la Guerre du désert.
Si il est le 11ème pilote allemand a dépasser les 100 victoires, c'est le premier a réussir cet exploit sur le front Ouest
Il garde un esprit chevaleresque des premiers pilotes, voulant abattre l'avion et non le pilote. Il se pose régulièrement sur le site du crash pour aider les aviateurs, voir dans les lignes ennemis pour porter les nouvelles de la mort du pilote qu'il a abattu.
Il utilise des tactiques inhabituelles afin d'avoir son propre style de combat, et son entrainement physique intense lui permet d’effectuer des virages serrés ou des plongeons effrayant, quitte a subir beaucoup de g, en échange d'une imprédictibilité inégalé.
Si il a abattu ce jour la 17 avions en une seule journée, il faut aussi souligner qu'il en a abattu 8 en une dizaine de minutes
Il a rencontré durant sa vie de grands hommes, comme Mussolini qui l'a décoré de la médaille d'argent de la valeur militaire, plus haute distinction militaire italienne, et Erwin Rommel, le renard du désert, qui lui demande d'ailleurs de l'accompagner en Allemagne pour rencontrer Hitler, quelques jour avant sa mort.
Il effectue ses dernières missions dans Bf 109G-2/trop, variante du Bf 109F auquel il été habitué, mais les 109G ont mauvaise réputation a cause de leur panne moteur.
C'est ce qu'il se passe le 30 septembre 1942. De la fumée sors de son moteur, bientôt, le cockpit est enfumé et l’état est trop critique pour se poser, il décide alors de sauter en parachute, mais lorsqu'il quitte le poste de pilotage, l'avion pique trop, trop vite.
Il heurte l’empennage de son avion, et s’écrase au sol, sans avoir ouvert son parachute. Le médecin qui l'a récupéré ne le reconnait par par son visage, explosé, mais par ses multiples décorations.
Il repose en Afrique, dans le cimetière militaire allemand de Tobrouk, avec pour épitaphe un seul mot: "Invaincu"
Afficher tout
Merci pour cet incroyable complément !!!

a écrit : Comme expliqué dans mon commentaire sur l'anecdote précédente sur les as, le nombre de victoires par les pilotes allemands atteint des records, pour plusieurs raison, notamment l'utilisation des pilotes (souvent en solo, et en continuant d'envoyer les pilotes expérimentés au front), mais aussi grâce a l'avantage technologique des allemands sur les avions russes.
Sauf que la, on parle d'un pilote n'ayant combattu que des occidentaux, d'abord dans la Bataille d'Angleterre, mais surtout dans la Guerre du désert.
Si il est le 11ème pilote allemand a dépasser les 100 victoires, c'est le premier a réussir cet exploit sur le front Ouest
Il garde un esprit chevaleresque des premiers pilotes, voulant abattre l'avion et non le pilote. Il se pose régulièrement sur le site du crash pour aider les aviateurs, voir dans les lignes ennemis pour porter les nouvelles de la mort du pilote qu'il a abattu.
Il utilise des tactiques inhabituelles afin d'avoir son propre style de combat, et son entrainement physique intense lui permet d’effectuer des virages serrés ou des plongeons effrayant, quitte a subir beaucoup de g, en échange d'une imprédictibilité inégalé.
Si il a abattu ce jour la 17 avions en une seule journée, il faut aussi souligner qu'il en a abattu 8 en une dizaine de minutes
Il a rencontré durant sa vie de grands hommes, comme Mussolini qui l'a décoré de la médaille d'argent de la valeur militaire, plus haute distinction militaire italienne, et Erwin Rommel, le renard du désert, qui lui demande d'ailleurs de l'accompagner en Allemagne pour rencontrer Hitler, quelques jour avant sa mort.
Il effectue ses dernières missions dans Bf 109G-2/trop, variante du Bf 109F auquel il été habitué, mais les 109G ont mauvaise réputation a cause de leur panne moteur.
C'est ce qu'il se passe le 30 septembre 1942. De la fumée sors de son moteur, bientôt, le cockpit est enfumé et l’état est trop critique pour se poser, il décide alors de sauter en parachute, mais lorsqu'il quitte le poste de pilotage, l'avion pique trop, trop vite.
Il heurte l’empennage de son avion, et s’écrase au sol, sans avoir ouvert son parachute. Le médecin qui l'a récupéré ne le reconnait par par son visage, explosé, mais par ses multiples décorations.
Il repose en Afrique, dans le cimetière militaire allemand de Tobrouk, avec pour épitaphe un seul mot: "Invaincu"
Afficher tout
Pendant la seconde guerre mondiale les avions britanniques étaient pour certains équipé de camera qui filmé pendant le tire.
Pour homologuer les avions abattus.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Avec toutes ces anecdotes, les membres de SCMB vont vraiment devenir des experts de l'histoire de l'aviation militaire. Effectivement. J'ai remarqué aussi le nombre d'anecdotes sur les seconde guerre mondiale plus généralement. En regardant les anecdotes par thème, on voit qu'il est très largement supérieur à celui de toutes les autres périodes. 12 pages pour cette période de 6 ans contre 4 pour la grande guerre, 2 pour le Moyen-Âge ou encore 1 seule pour la guerre froide. C'est assez disproportionné même si j'entends que le conflit est plus que majeur et extrêmement riche en informations diverses.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Effectivement. J'ai remarqué aussi le nombre d'anecdotes sur les seconde guerre mondiale plus généralement. En regardant les anecdotes par thème, on voit qu'il est très largement supérieur à celui de toutes les autres périodes. 12 pages pour cette période de 6 ans contre 4 pour la grande guerre, 2 pour le Moyen-Âge ou encore 1 seule pour la guerre froide. C'est assez disproportionné même si j'entends que le conflit est plus que majeur et extrêmement riche en informations diverses. Afficher tout C'est compréhensible dans le sens ou plus on avance dans le temps, plus les conflits sont documentés et laisses des traces. Et aussi que les Guerres (surtout mondiale) ont été le terreaux fertile à de multiples aventures et innovation de par le nombre ahurissant d'acteurs et de moyen impliqué

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : C'est compréhensible dans le sens ou plus on avance dans le temps, plus les conflits sont documentés et laisses des traces. Et aussi que les Guerres (surtout mondiale) ont été le terreaux fertile à de multiples aventures et innovation de par le nombre ahurissant d'acteurs et de moyen impliqué Oui je te rejoins partiellement sur ce point. Partiellement parce que selon moi une période comme la guerre froide recense énormément d'événements, d'innovations, d'acteurs (puisque mondial également), est plus récente que la 2de guerre mondiale, donc tout aussi documentée et a duré plus de 40 ans soit 7 fois plus longtemps.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Oui je te rejoins partiellement sur ce point. Partiellement parce que selon moi une période comme la guerre froide recense énormément d'événements, d'innovations, d'acteurs (puisque mondial également), est plus récente que la 2de guerre mondiale, donc tout aussi documentée et a duré plus de 40 ans soit 7 fois plus longtemps. Afficher tout Bien sûr. Je parlais évidemment des conflits antérieur aux guerres mondiales. Concernant la guerre froide, c'est plus vastes, moins "concentré" et cela intéresse moins les gens (je trouve) car c'est assez récent et que ce n'est pas un conflit direct

Posté le

android

(1)

Répondre

Après il s'appelle Marseille.... Faut-il prendre le nombre de 17 comme fiable... ;)

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Comme expliqué dans mon commentaire sur l'anecdote précédente sur les as, le nombre de victoires par les pilotes allemands atteint des records, pour plusieurs raison, notamment l'utilisation des pilotes (souvent en solo, et en continuant d'envoyer les pilotes expérimentés au front), mais aussi grâce a l'avantage technologique des allemands sur les avions russes.
Sauf que la, on parle d'un pilote n'ayant combattu que des occidentaux, d'abord dans la Bataille d'Angleterre, mais surtout dans la Guerre du désert.
Si il est le 11ème pilote allemand a dépasser les 100 victoires, c'est le premier a réussir cet exploit sur le front Ouest
Il garde un esprit chevaleresque des premiers pilotes, voulant abattre l'avion et non le pilote. Il se pose régulièrement sur le site du crash pour aider les aviateurs, voir dans les lignes ennemis pour porter les nouvelles de la mort du pilote qu'il a abattu.
Il utilise des tactiques inhabituelles afin d'avoir son propre style de combat, et son entrainement physique intense lui permet d’effectuer des virages serrés ou des plongeons effrayant, quitte a subir beaucoup de g, en échange d'une imprédictibilité inégalé.
Si il a abattu ce jour la 17 avions en une seule journée, il faut aussi souligner qu'il en a abattu 8 en une dizaine de minutes
Il a rencontré durant sa vie de grands hommes, comme Mussolini qui l'a décoré de la médaille d'argent de la valeur militaire, plus haute distinction militaire italienne, et Erwin Rommel, le renard du désert, qui lui demande d'ailleurs de l'accompagner en Allemagne pour rencontrer Hitler, quelques jour avant sa mort.
Il effectue ses dernières missions dans Bf 109G-2/trop, variante du Bf 109F auquel il été habitué, mais les 109G ont mauvaise réputation a cause de leur panne moteur.
C'est ce qu'il se passe le 30 septembre 1942. De la fumée sors de son moteur, bientôt, le cockpit est enfumé et l’état est trop critique pour se poser, il décide alors de sauter en parachute, mais lorsqu'il quitte le poste de pilotage, l'avion pique trop, trop vite.
Il heurte l’empennage de son avion, et s’écrase au sol, sans avoir ouvert son parachute. Le médecin qui l'a récupéré ne le reconnait par par son visage, explosé, mais par ses multiples décorations.
Il repose en Afrique, dans le cimetière militaire allemand de Tobrouk, avec pour épitaphe un seul mot: "Invaincu"
Afficher tout
Rommel et Mussolini, des grands hommes ? Vraiment ?...

a écrit : Rommel et Mussolini, des grands hommes ? Vraiment ?... Oui. Mussolini chef d'état de l'Italie pendant près de 20 ans, et Rommel un des meilleurs générale que compter l'Allemagne. Ce qu'ils ont fait, ou pu faire, ne doit pas prendre le pas sur ce leur importance à une époque donné, c'est simplement de l'histoire.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Rommel et Mussolini, des grands hommes ? Vraiment ?... Comme le dit Ragondin, grands hommes dans le sens ou ce sont des figures ayant marqué l'histoire. Mussolini et Rommel ont eu tout deux des rôles majeurs dans la seconde guerre mondiale, notamment dans la Guerre du Désert.
Il me semblait évident que les traiter de grands homme ne voulait pas dire que je partage leur idéologie.
Et pour rappel, Rommel est l'un des seul général a n'avoir commis aucun crime de guerre, ou de crime contre l'humanité. Si Rommel partageait l'idéologie Nazi, il devient de plus en plus critique envers Hitler, jusqu’à se trouver mêlé a des complots visant a l'assassiner. Bien qu'il n'y pris pas part, il fut contraint au suicide après une tentative raté.

a écrit : Oui. Mussolini chef d'état de l'Italie pendant près de 20 ans, et Rommel un des meilleurs générale que compter l'Allemagne. Ce qu'ils ont fait, ou pu faire, ne doit pas prendre le pas sur ce leur importance à une époque donné, c'est simplement de l'histoire. Justement si, ce qu’ils ont fait et/ou défendu comme idéologie prend largement le pas sur le reste pour moi, et de très loin.