Connaissez-vous le syndrome de la schtroumpfette ?

Proposé par
le

Tous les commentaires (91)

a écrit : Sauf qu'offrir un pistolet mitrailleur en jouet à un garçon, symbole de pouvoir, ce n'est pas la même chose que d'offrir un aspirateur en jouet à une fille, symbole de soumission.

C'est un vrai problème.
Symbole de soumission ? N’importe quoi.
Mon fils de deux ans a un aspirateur jouet pour faire comme papa quand il fait le ménage. C’est un symbole de rien du tout à part un objet de la vie de tous les jours.
Si les gens l’offrent à leur fille pour la soumettre, c’est de leur faute.

a écrit : On se doutait bien que le sujet allait réveiller certaines ardeurs :) On n'est pas déçu, il y en a pour tout le monde !
Il est vrai, et c'est indéniable, que la condition féminine mériterait beaucoup plus d'attention que nous en donnons. C'est vrai dans nombre d'actes de tous les jours, p
artout, tout le temps : et la mysoginie fait "partie" de notre culture, et à quelques exeptions près, de toutes les cultures ; elle est en nous. On la combat avec plus ou moins de force et de conviction, mais elle est en nous... Nier cela serait être aveugle ou de très mauvaise foi, et ne pas vouloir le combattre serait une erreur sociale fondamentale ; ne pas le considérer ferait de nous (les hommes) les rois du "fauculisme".
Mais là, sincèrement : "le syndrome de la schtroumfette"... A mourrir de rire. De qui se moque t-on ? Qu'est-ce que c'est que cette connerie, inventée par une folle qui nous ferait regretter de vouloir défendre la cause féminine. Parce que ce genre d'ânerie a pour le coup le don de gentiment m'énerver :) C'est un boomerang que "la cause" se prend dans la gueule...
Comme l'a très bien dit @Nicomputer, il ne faut pas voir dans les schtroumfs une "bande", mais une entité propre ou à chaque élément correspond un trait de caractère "humain" ; mais même pas masculin ! Ce n'est qu'une gentille histoire pour gamins, et la schtroumfette est venue de l'imagination de Peyo qui devait être bien loin de ces considérations débiles d'un féminisme ridicule. Elle est gentille et mignone, elle fait tourner la tête des schtroumfs qui sont comme des cons devant elle ; c'est elle qui a le beau rôle ! :) Pourquoi aller chercher plus loin ? Ainsi, il aurait suffit de dire "la schtroumfette gentille" et il n'y aurait plus de problème, puisqu'il n'y avait plus le "genre" seul, mais un adjectif avec ? Ridicule...
Afficher tout
Et encore ce n’est pas le pire... je cite :

Antoine Bueno, : « Le village des Schtroumpfs est un archétype d’utopie totalitaire emprunt de nazisme et de stalinisme. » (www.actuabd.com/Antoine-Bueno-Le-village-des)

a écrit : Lire votre commentaire m'a soulé sur tout les points, entre le peu de respect montré à votre interlocuteur, le sous entendu limite limite et l'exagération générale.

Du coup je suis aller faire un tour dehors, j'ai regardé une vidéo de la petite maison dans la prairie et comme le jdg ça m&
#039;a encore plus énervé.

Bref c'est beau de s'inscrire ici pour défendre la cause du féminisme (noble cause au passage) mais on se passera de votre discours passif agressif.

Pour reprendre le passage de la femme enceinte si on ne peut plus rire gentiment, je vous garanti que je n'aurais pas tenu plus d'une semaine avec ma collègue enceinte qui avait de folles envies de concombre à toute heure de la journée en mode aléatoire et me bloquant sur des sujets importants. Oui je l'ai soutenu, non je ne l'ai pas aidé à trouver de concombre.

Et tant que j'y suis les femmes savent être toxiques. C'est moi qui cuisine et pourtant ma belle mère ne cesse de dire que je ne cuisine pas et que je ne sais pas cuisiner car je suis un homme mais que je suis forcément bordélique . Pourtant à chaque fois elle finit mes assiettes et je range mes affaires (sauf les chaussettes qui aiment faire un tour).
Et 1 mois plus tard rebelotte elle remet ça. Alors oui c'est chiant aussi. Et ce n'est qu'un exemple.

Mais j'imagine que mon expérience ne compte pas car n'a pas de valeur comme vous le dites. Donc du coup on oublie et on passe si je suis un tel raisonnement. Après tout je suis un homme blanc. Je suis de par nature un malandrin.
Afficher tout
Merci d'exprimer mon (re) sentiment suite à la lecture de ce commentaire... Qui ne fleure pas l'intelligence ou, à minima, une certaine honnêteté intellectuelle dirons-nous.

a écrit : En fait, c’est un problème relatif aux femmes, aux hommes et à la représentation qu’on en fait dans les médias, dans les jouets, dans le cinéma, dans la pub, etc. Je ne comprends pas trop pourquoi on devrait faire la différence.
Quand on me dit : « Regarde les jouets pour filles, ils sont stéréotypés. Les barbi
es donnent une image totalement clichée de la femme… » Je vous répondrais d’aller donc voir les jouets pour garçons : avec un batman ultramusclé ou un action man viril qui n’a jamais mal.
On s’offusque des filles super sexy dans les pubs, mais jamais des mecs ultras musclés dans les pubs pour parfum. C’est exactement la même chose.

Bref, c’est un faux problème. Si les personnages au cinéma sont stéréotypés, c’est dans les deux sens et cela permet au public de s’identifier facilement avec des traits de caractère grossiers : je veux être sexy comme elle, je veux être musclé comme lui, je veux être intelligente comme elle, je veux être malin comme lui, etc.
Si vous voulez des personnages complexes non stéréotypés, allez donc voir des films d’auteur suédois.
Afficher tout
Merci... Le "problème" de la lutte féministe 2.0 (le fachominisme), résumé en quelques mots. #notme

Posté le

android

(0)

Répondre

Pour le cinéma, on appelle ça : L effet Trinity, femme forte au départ de la narration mais qui finit par être le faire valoir du héros. (bien que dans Matrix ce ne soit pas du tout le cas)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Non pas du tout. Dans notre société actuelle, chacun fait ce qui lui plait. Ce n'est pas la société qui dicte ta conduite. Je connais énormément de femmes courageuses et d'hommes sensibles. Cela ne leur enlève en rien leur qualité d'homme ou de femme. Je ne comprend toujours pas cette volonté de voir des problèmes partout ou justement il n'y en a pas.

Pour le reste, quand ma femme a fait sa chute d'hormones suite à sa grossesse et qu'elle pleurait très souvent à la moindre émotion, on aurait pu effectivement employer le terme "pleurer comme une femme". Ce n'est pas misogyne, c'est biologique et hormonale et cela ne dure qu'un temps.
Afficher tout
Euh c'est un peu facile que chacun fait ce qu'il lui plaît sans l'influence de la société dans sa conduite.

La sociologie montre que l'homme est un être grégaire avec une socialisation. Un processus d'acquisition de règles, de normes, de rôles, de postures, qui dure toute la vie.
Or ces processus ne sont pas les mêmes entre ouvriers et cadres ou entre petites filles et petits garçons.
Il n'est bien sûr pas question de déterminisme, qui n'a pas de sens scientifique. Mais de montrer des propensions des développer certains comportements.

a écrit : Autant je trouve tes interventions habituellement judicieuses et réfléchies, autant sur ce débat je suis consterné que tu sois si naïf sur la condition de la femme dans notre société.
Ton agressivité et ton absence de remise en question sur tes quelques commentaires, qui dénotent clairement de tes habitudes, mont
rent que ta réflexion sur le sujet n'est que partielle, et/ou de mauvaise foi.

M'enfin, c'est une évidence que la femme est cantonnée à son statut de femme dans énormément de cas dans notre société ! Et je ne parle pas du reste du monde...
Et attention, si elle cherche le dépassement de fonction, y'a une flopée de beaux penseurs, hommes et femmes d'ailleurs, qui seront là pour la lyncher en place publique, la traitant de "femen" ou autres qualificatifs stigmatisants.
Dès lors, l'effet de masse et la méconnaissance du problème par les tiers prend la relève.
Alors qu'au départ, c'est juste une femme qui veut faire un truc, comme tout le monde...
Afficher tout
Au départ elles souhaitaient l’égalité, et c’était louable, aujourd’hui elles veulent défoncer tout ce qui est phallique et la ca deviens ridicule et très dangereux...

a écrit : Et encore ce n’est pas le pire... je cite :

Antoine Bueno, : « Le village des Schtroumpfs est un archétype d’utopie totalitaire emprunt de nazisme et de stalinisme. » (www.actuabd.com/Antoine-Bueno-Le-village-des)
Je viens de lire le lien jusqu'à la dernière ligne... Que dire ? "Pfffff"... Et le mec y croit dur comme fer ! :)
Maître de conf à sciences-po. Quand je pense qu'on paye des gens à publier des "triturations d'esprits" comme ça ! Ca me désole :). Merci pour l'info.

a écrit : Euh c'est un peu facile que chacun fait ce qu'il lui plaît sans l'influence de la société dans sa conduite.

La sociologie montre que l'homme est un être grégaire avec une socialisation. Un processus d'acquisition de règles, de normes, de rôles, de postures, qui dure toute la vie.<
br /> Or ces processus ne sont pas les mêmes entre ouvriers et cadres ou entre petites filles et petits garçons.
Il n'est bien sûr pas question de déterminisme, qui n'a pas de sens scientifique. Mais de montrer des propensions des développer certains comportements.
Afficher tout
Je n'ai jamais nié que les minorités ou bien les femmes puissent avoir plus de difficultés pour atteindre une position dans notre société. Ce que je dit c'est que bien que cela puisse être de la responsabilité de certaines personnes voire de certains hommes, il m’apparaît bien dangereux pour le bien être de notre société d'affirmer que la masculinité est "toxique".

Le respect des autres (et bien entendu des femmes) commence avant tout par l'éducation des enfants. Il faut apprendre aux petits garçons qu'ils peuvent tout faire et que les filles sont tout aussi capable qu'eux. Il faut apprendre aux petites filles qu'elles peuvent tout faire et que les garçons sont tout aussi capable d'eux.
Je dénonce le féminisme d'aujourd'hui car il est complètement biaisé et unilatéral. Il reproduit exactement les mêmes erreurs qu'il tend à dénoncer.

a écrit : Je pense que beaucoup d'entre vous font beaucoup d’interprétation erroné sur le sens de anecdote. Elle ne dit pas que les personnages de femmes fortes n'existent pas où que avoir des amis homme fait que l'on rejette les femmes. Elle met l'accent sur un cliché de narration très utilisé notamment dans les fictions pour enfant : le fait que "être juste une fille" est un stéréotype que l'on associe souvent à des personnage féminin, au point qu'elle ne se définissent que par ça quelque fois.
Prenons l’exemple des Schtroumpfs, comme anecdotes.

On nous présente toute une flopée de personnages au caractère et aux personnalité variés :
- Schtroumpfs farceur : un rigolo qui aime faire des blague.
- Schtroumpfs costaud : il est fort, aime faire de la gonflette et du sport
- Schtroumpfs à lunette : prétentieux et imbu de lui même
- le Grand Schtroumpfs : le vieux sage, réfléchit, chef des Schtroumpfs
- la Schtroumpfette : la fille

Et c'est LÀ qu'on met le doigt sur le problème ; "la fille du groupe". Là où tout les autres Schtroumpfs se caractérisent par un trait de personnalité, leur hobbie, leur rèves... la Schtroumpfette ne se définie juste par le fait que c'est une fille. Elle agit comme une fille et n'a que des hobbies lié aux genre féminin, genre s'occuper des fleurs, ou de bébé Schtroumpfs. Insinuant le fait qu'une fille ne peux pas avoir d'autre trait de personnalité (je ne dit pas que les auteurs le pense réellement, c'est juste une cliché très ancré dont il est dur de s'en détacher). Et des fictions utilisant ce stéréotype, on en trouve des dizaines, je suis sure que tout le monde ici peux m'en citer au moins 5 où 6 de tête, comme ça.
Évidement, aujourd'hui on tente de casser ses cliché, de rendre les personnage féminins plus profond. L'égalité des sexes, ce n'est pas qu'une histoire de lois et de droit, c'est aussi le représentation dans les fictions et la culture populaire.
Afficher tout
Désolé mais c'est faux. Elle est dispensée d'un attribut spécifique pour la distinguer car c'est l'unique femme du groupe et sa caractéristique est justement celle là.
S'il y avait plusieurs schtroumpfettes, elles auraient eu une caractéristique supplémentaire pour les différentier... Il n'y a qu'à regarder les autres bd/dessins animés tels que Scoobidoo pour s'en assurer. D'un côté la fille blonde et jolie, de l'autre l'intello futée mais pas sexy.
Il faut vraiment arrêter de voir des syndromes bidons partout dont les pauvres schtroumpfs font souvent les frais. La dernière stupidité en date ayant été celle de les considérer comme une communauté gay.

a écrit : Sauf qu'offrir un pistolet mitrailleur en jouet à un garçon, symbole de pouvoir, ce n'est pas la même chose que d'offrir un aspirateur en jouet à une fille, symbole de soumission.

C'est un vrai problème.
J'imagine que vous n'avez pas d'enfants, si vous en faites avec ces préjugés, le choc va etre rude.
J'ai deux filles, à la maison il y a des mitraillettes (qui prennent bien la tete) et des aspirateur. La plus grande a DEMANDé un chariot de ménage pour passer la mopette en meme temps que papa. On a des petites voitures mais toute la penderie est remplie de vetements rose et à paillettes, qu'elles ont majoritairement choisies. On joue à la bagarre et à coiffer les barbies. Pour la soumission/pouvoir, on fait quoi ? un programme à l'avance ?
C'est des salades de "femme actuelle" tout ca.

J'imagine que comme c'est un exemple personnel ca ne vaut rien, mais eh j'ai un scoop, chez moi, c'est comme chez tout le monde en fait....
Ah oui et jeune je jouais aux barbies ou aux petites voitures avec ma soeur et ma virilité se porte très bien et ma soeur ne porte pas la moustache...

"C'est un vrai probleme" C'est un probleme que les gens comme vous créez vous meme plutot... A l'image de cette anerie de syndrome pondu par des pseudo cerveaux
La société change, il suffit de se promener dans un magasin de jouet ou de regarder les pubs à la TV "tu peux etre tout ce que tu veux" franchement au moins 2 ou 3 grosses entreprises de jouets ont ce slogan...
Dire que c'est un vrai probleme, c'est ne retenir que ce pseudo probleme et ignorer les solutions déja apportées ou en cours.
N'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...

a écrit : J'imagine que vous n'avez pas d'enfants, si vous en faites avec ces préjugés, le choc va etre rude.
J'ai deux filles, à la maison il y a des mitraillettes (qui prennent bien la tete) et des aspirateur. La plus grande a DEMANDé un chariot de ménage pour passer la mopette en meme temps que papa.
On a des petites voitures mais toute la penderie est remplie de vetements rose et à paillettes, qu'elles ont majoritairement choisies. On joue à la bagarre et à coiffer les barbies. Pour la soumission/pouvoir, on fait quoi ? un programme à l'avance ?
C'est des salades de "femme actuelle" tout ca.

J'imagine que comme c'est un exemple personnel ca ne vaut rien, mais eh j'ai un scoop, chez moi, c'est comme chez tout le monde en fait....
Ah oui et jeune je jouais aux barbies ou aux petites voitures avec ma soeur et ma virilité se porte très bien et ma soeur ne porte pas la moustache...

"C'est un vrai probleme" C'est un probleme que les gens comme vous créez vous meme plutot... A l'image de cette anerie de syndrome pondu par des pseudo cerveaux
La société change, il suffit de se promener dans un magasin de jouet ou de regarder les pubs à la TV "tu peux etre tout ce que tu veux" franchement au moins 2 ou 3 grosses entreprises de jouets ont ce slogan...
Dire que c'est un vrai probleme, c'est ne retenir que ce pseudo probleme et ignorer les solutions déja apportées ou en cours.
N'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...
Afficher tout
Je ne pense pas que les gens qui postent ici, et je nous inclue tous deux dedans, soient très représentatifs de la société. Je fais également le ménage chez moi. Mais je crois que ce cas de figure est encore minoritaire.

Les panoplies de policier c'est encore majoritairement aux garçons qu'on les achète, et les cuisinières, avec le petit tablier, c'est encore majoritairement aux filles qu'on les offre.

Bien sûr, on avance dans le bon sens. Mais je te rappelle qu'on vit encore dans un pays où malgré l'instauration de la parité, 84% des maires sont encore des hommes. La France c'est pas l'Arabie saoudite, je te le concède, mais c'est le pays où un parlementaire peut dire impunément à la candidate féminine qui accède au 2nd tour des présidentielles: "Mais qui garde les enfants pendant qu'elle fait campagne ?"

a écrit : Je ne pense pas que les gens qui postent ici, et je nous inclue tous deux dedans, soient très représentatifs de la société. Je fais également le ménage chez moi. Mais je crois que ce cas de figure est encore minoritaire.

Les panoplies de policier c'est encore majoritairement aux garçons qu'on l
es achète, et les cuisinières, avec le petit tablier, c'est encore majoritairement aux filles qu'on les offre.

Bien sûr, on avance dans le bon sens. Mais je te rappelle qu'on vit encore dans un pays où malgré l'instauration de la parité, 84% des maires sont encore des hommes. La France c'est pas l'Arabie saoudite, je te le concède, mais c'est le pays où un parlementaire peut dire impunément à la candidate féminine qui accède au 2nd tour des présidentielles: "Mais qui garde les enfants pendant qu'elle fait campagne ?"
Afficher tout
Il est bien compliqué ce débat, car nous ne pouvons généraliser nos expériences personnelles, mais tu généralises cette histoire de panoplies (a-t-on seulement des chiffres ?). Deuxièmement, j’aimerais bien comprendre en quoi un déguisement de cuisinier(e) est-il moins bien qu’un déguisement de policier(e) ? Existe-t-il vraiment des panoplies féminines et masculines ? Tout dépend de l’usage que l’on en fait et la responsabilité incombe directement aux parents et non à la société tout entière ou à cette fameuse masculinité toxique sous-jacente.

Concernant les mairies et à grâce à la loi sur la parité, les listes sont plutôt bien réparties avec en 2014 pour les villes de plus de 1000 habitants, 312 694 hommes et 211 546 femmes élues soit un rapport restant de 60 % à 40 %. Le choix du maire dans la liste reste soumis à candidature et malheureusement les hommes au sein des listes sont souvent plus candidats que les femmes. Cette loi sur la parité a d’ailleurs posé problème dans certaines communes, car des listes n’arrivaient pas à remplir leurs quotas. Il y a effectivement du mieux même si je désapprouve totalement l’instauration de quotas pour arriver à nos fins.

la théorie du genre dit simplement : on choisit d'être ce que l'on veut et la collectivité n'a pas à emmerder l'individu sur ce qu'il veut être, ou avec qui il veut coucher. Je n'ai rien à redire à cela.

a écrit : Il est bien compliqué ce débat, car nous ne pouvons généraliser nos expériences personnelles, mais tu généralises cette histoire de panoplies (a-t-on seulement des chiffres ?). Deuxièmement, j’aimerais bien comprendre en quoi un déguisement de cuisinier(e) est-il moins bien qu’un déguisement de policier(e) ? Existe-t-il vraiment des panoplies féminines et masculines ? Tout dépend de l’usage que l’on en fait et la responsabilité incombe directement aux parents et non à la société tout entière ou à cette fameuse masculinité toxique sous-jacente.

Concernant les mairies et à grâce à la loi sur la parité, les listes sont plutôt bien réparties avec en 2014 pour les villes de plus de 1000 habitants, 312 694 hommes et 211 546 femmes élues soit un rapport restant de 60 % à 40 %. Le choix du maire dans la liste reste soumis à candidature et malheureusement les hommes au sein des listes sont souvent plus candidats que les femmes. Cette loi sur la parité a d’ailleurs posé problème dans certaines communes, car des listes n’arrivaient pas à remplir leurs quotas. Il y a effectivement du mieux même si je désapprouve totalement l’instauration de quotas pour arriver à nos fins.
Afficher tout
Je ne parle pas des listes mais bien des maires. Et tu soulèves le souci, les femmes ne se portent pas candidates. Pourquoi ? Elles ont mieux à faire à la maison ? Les hommes sont plus aptes à exercer le pouvoir ? Je suis volontairement provocateur, mais ce discours là existe encore.

Quant aux panoplies, ce n'est pas moi qui dit que les jouets sont genrés et sont réservés à un sexe plutôt qu'à un autre. C'est comme cela qu'ils sont présentés (ce n'est le McDO qui dira le contraire, super-héros pour les garçons et princesses pour les filles...), je le déplore autant que toi.

Enfin, pour la loi, je ne suis pas de ton avis, l'égalité n'est pas une chose naturelle.
Il faut la construire, la proclamer, notamment par la loi.

a écrit : Je ne parle pas des listes mais bien des maires. Et tu soulèves le souci, les femmes ne se portent pas candidates. Pourquoi ? Elles ont mieux à faire à la maison ? Les hommes sont plus aptes à exercer le pouvoir ? Je suis volontairement provocateur, mais ce discours là existe encore.

Quant aux panoplies, c
e n'est pas moi qui dit que les jouets sont genrés et sont réservés à un sexe plutôt qu'à un autre. C'est comme cela qu'ils sont présentés (ce n'est le McDO qui dira le contraire, super-héros pour les garçons et princesses pour les filles...), je le déplore autant que toi.

Enfin, pour la loi, je ne suis pas de ton avis, l'égalité n'est pas une chose naturelle.
Il faut la construire, la proclamer, notamment par la loi.
Afficher tout
Pour le Mcdo, j'attendais l'exemple, personnellement, on fait choisir la gosse ce qu'elle veut, résultat, on a deja eu des petites voitures ou des playmobils pirates et personne n'a fait de reflexion ou n'a ciller, en fait quand on vit sa vie et qu'on fait ses choix, ben la majorité des gens, 99%, s'en foutent completement

Les 1% restants font des Ocean 8 et des theses sur le syndrome de la schtroumphette en hurlant à la mysoginie des qu'on leur dit que leur "combat" sent du cul.

Je précise que je ne remets en cause aucun de tes commentaires Nomatters ;)
je parle simplement de l'anecdote et des autres combats pseudoféministe comme les jouets genrés ou le fait de mettre dans le dico "auteur.rice.s" parce que ca fait avancer la condition de la Femme

Pour moi les combats féministes contemporains sont des batailles de Don Quichotte sans queue ni tete alors que, comme tout le monde ici on voit tres bien que le probleme est plus complexe et ne se limite pas à pleurer sur : les rayons filles c'est rose, les garcons c'est bleu bouuuuh
Ou sont passées les Simone Veill je vous le demande ? maintenant on a De Haas et autres

D'ailleurs, je vous donne la prochaine tendance féministe judiciaro-journalistique : utiliser le terme féminicide lors de la mort d'une femme.
Ben oui, toutes les femmes qui meurent sont victimes de crimes de haines.
A vos stylos vous avez 4h.

a écrit : Je ne parle pas des listes mais bien des maires. Et tu soulèves le souci, les femmes ne se portent pas candidates. Pourquoi ? Elles ont mieux à faire à la maison ? Les hommes sont plus aptes à exercer le pouvoir ? Je suis volontairement provocateur, mais ce discours là existe encore.

Quant aux panoplies, c
e n'est pas moi qui dit que les jouets sont genrés et sont réservés à un sexe plutôt qu'à un autre. C'est comme cela qu'ils sont présentés (ce n'est le McDO qui dira le contraire, super-héros pour les garçons et princesses pour les filles...), je le déplore autant que toi.

Enfin, pour la loi, je ne suis pas de ton avis, l'égalité n'est pas une chose naturelle.
Il faut la construire, la proclamer, notamment par la loi.
Afficher tout
Si l'égalité n'est pas une chose naturelle, pourquoi vouloir à tout prix l'imposer ?
Il ne serait pas plus simple d'accepter qu'on est tous différent, qu'il y a des hommes qui font le ménage et d'autre qui préfèrent regarder le foot avec une bière, qu'il y a des femmes qui font la cuisine et succopent des enfants et d'autres qui préfèrent privilégier leur carrière ?

Je vois que beaucoup de commentaires pointent du doigt que, au final, ce problème est d'abord un problème d'éducation plutôt que celui d'une société.
Je doute que notre société encourage le viol des femmes, pourtant ça arrive. Par contre, je suis sur que si les parents des violeurs avaient appris à leur enfants à respecter les femmes comme les hommes, il y en aurait déjà beaucoup moins.

Après, je suis sur qu'un imbécile peut me trouver un argument pour dire que notre société patriarcale oppressante incite au viol des femmes, mais bon...

Posté le

android

(0)

Répondre

Tiens je remonte du repas, majorité de femmes à mon travail, on a parlé de Endgame, donc pour les lecteurs, je ne vais rien spoiler mais cachez vos yeux quand meme :

Une collegue
-"Ils font la part belle aux femmes dans le combat final"

Une autre collegue (de celles qui rale toujours sur son mec "qui fait rien à la maison")
-"oui enfin, si ils pouvaient arreter de les mettre sur des licornes de petit poney"

Moi
-"euh c'est une Valkyrie, elle chevauche un cheval ailé, c'est de la mythologie nordique ... Pégase, la Chevauchée des Walkyries tout ca, non ?"

Elle
-"Non mais, ils ont pas pu s'empecher de mettre un cheval entre les cuisses d'une femme" #oppression #représentationphallique

Moi
-"ok..."

Quand je vous dis que certains aiment pinailler, pour pinailler.
C'est dans les deux camps et les deux sexes.
Bref passons.

a écrit : Si l'égalité n'est pas une chose naturelle, pourquoi vouloir à tout prix l'imposer ?
Il ne serait pas plus simple d'accepter qu'on est tous différent, qu'il y a des hommes qui font le ménage et d'autre qui préfèrent regarder le foot avec une bière, qu'il y a des femmes qui
font la cuisine et succopent des enfants et d'autres qui préfèrent privilégier leur carrière ?

Je vois que beaucoup de commentaires pointent du doigt que, au final, ce problème est d'abord un problème d'éducation plutôt que celui d'une société.
Je doute que notre société encourage le viol des femmes, pourtant ça arrive. Par contre, je suis sur que si les parents des violeurs avaient appris à leur enfants à respecter les femmes comme les hommes, il y en aurait déjà beaucoup moins.

Après, je suis sur qu'un imbécile peut me trouver un argument pour dire que notre société patriarcale oppressante incite au viol des femmes, mais bon...
Afficher tout
Je suis plutôt de ton avis. Imposer une égalité ne fera que stigmatiser les personnes ayant accès à des postes grâce à des quotas et à cette fameuse discrimination positive.
Personnellement, je me contrefiches que le maire, le président, le roi/reine du monde soit une femme ou un homme, je veux juste que cette personne y soit par envie, par ambition et qu'elle soit jugé sur ces compétences et non son genre.
C'est pour ça que, à mon humble avis, le cœur de la solution reste l'éducation et la façon dont on présente les choses aux enfants. Bien entendu, c'est de la théorie et il y aura toujours des personnes avec une enfance difficile ou des traumatismes qui les amèneront aux pires extrémités comme le viol ou le meurtre. Mais cette éducation des petits garçons et des petites filles n'est d'ailleurs pas que l'affaire des hommes. Combien de fois au magasin de jouets, j'entend des mamans refuser à leur filles d'acheter un set de légo genre : "tu préfères pas cette petite barbie ?". Ces images genrées préconçues, c'est l'affaire de tous.

a écrit : Si l'égalité n'est pas une chose naturelle, pourquoi vouloir à tout prix l'imposer ?
Il ne serait pas plus simple d'accepter qu'on est tous différent, qu'il y a des hommes qui font le ménage et d'autre qui préfèrent regarder le foot avec une bière, qu'il y a des femmes qui
font la cuisine et succopent des enfants et d'autres qui préfèrent privilégier leur carrière ?

Je vois que beaucoup de commentaires pointent du doigt que, au final, ce problème est d'abord un problème d'éducation plutôt que celui d'une société.
Je doute que notre société encourage le viol des femmes, pourtant ça arrive. Par contre, je suis sur que si les parents des violeurs avaient appris à leur enfants à respecter les femmes comme les hommes, il y en aurait déjà beaucoup moins.

Après, je suis sur qu'un imbécile peut me trouver un argument pour dire que notre société patriarcale oppressante incite au viol des femmes, mais bon...
Afficher tout
L'égalité dépasse de loin la question de l'égalité entre les hommes et les femmes. Il s'agit de l'égalité entre tous les citoyens.
Dans un monde "naturel", c'est-à-dire où l'égalité n'a pas été instaurée par un contrat social, les forts dominent, et les faibles (les femmes, les Noirs, les pauvres, les gros... c'est au choix) se font dominer.
Or cela pose au moins deux problèmes majeurs, tout d'abord le dominé n'a aucun intérêt à rester dans sa position de soumission. Et il peut être amené à chaque instant à vouloir s'attaquer au fort.
"S'agissant de la force physique, le plus faible des hommes peut tuer le plus fort" écrivait Hobbes. Une société injuste, inégale, c'est une société où l'on vit dans la peur permanente.
Le second problème qui se pose, c'est que si l'on fait partie des dominants, on a donc intérêt à ce que l'état de nature perdure au détriment d'un état d'égalité et de justice. Le dominant domine parce qu'il est plus fort que les autres. Or rien n'assure au fort qu'il le sera toute sa vie, ou que ses descendants seront forts. N'importe qui peut donner naissance à un infirme ou pire... à une fille (citation de GOT).
On a donc tous intérêt à faire des lois justes et équitables et à vivre dans un monde équitable. Et pour réussir à créer des lois justes, il faut adopter le "voile d'ignorance" dont parle Rawls. Imaginons que nous ne savons pas qui nous sommes: homme ou femme, pauvre ou riche, handicapé ou valide... et créons un monde où chacun peut accéder aux mêmes droits, et aux mêmes potentialités.
Voilà pourquoi il faut imposer l'équité à tout prix.