Le singe Pierre Brassau fut adulé par la critique

Proposé par
le
dans

En 1964, un artiste nommé Pierre Brassau reçut des critiques élogieuses sur ses œuvres, se faisant qualifier "d'artiste composant avec la grâce d'un ballet". Ce peintre était en fait un singe, peignant pour une expérience voulant prouver que les critiques sur l'art abstrait sont absurdes. Seule une critique alla droit au but en disant : "Seul un singe a pu faire ça".


Commentaires préférés (3)

Un singe qui peint c'est aussi de l'art abstrait

Posté le

android

(96)

Répondre

Encore une démonstration que ceux qu'il faudrait virer de l'équation sont les critiques d'art, qui ne servent à rien sinon à "créer une mode" et donner ou pas de la valeur à une oeuvre...
Au delà de ça, se pose encore une fois la question de savoir ce qu'est "l'Art". Pour moi c'est une création (quelconque) qui me crée une émotion, bonne ou mauvaise. Alors finalement, pourquoi un singe qui peint ne me créerait pas une émotion ? :)

C 'est l art qui est absurde, les choses ont la valeur qu on souhaite leur donner. Tout est question de regard, et celui ci est propre à chacun

Posté le

android

(95)

Répondre


Tous les commentaires (45)

Un singe qui peint c'est aussi de l'art abstrait

Posté le

android

(96)

Répondre

L'art n'est pas un commerce des plus absurdes.. nooon...

Posté le

android

(3)

Répondre

Encore une démonstration que ceux qu'il faudrait virer de l'équation sont les critiques d'art, qui ne servent à rien sinon à "créer une mode" et donner ou pas de la valeur à une oeuvre...
Au delà de ça, se pose encore une fois la question de savoir ce qu'est "l'Art". Pour moi c'est une création (quelconque) qui me crée une émotion, bonne ou mauvaise. Alors finalement, pourquoi un singe qui peint ne me créerait pas une émotion ? :)

C 'est l art qui est absurde, les choses ont la valeur qu on souhaite leur donner. Tout est question de regard, et celui ci est propre à chacun

Posté le

android

(95)

Répondre

a écrit : C 'est l art qui est absurde, les choses ont la valeur qu on souhaite leur donner. Tout est question de regard, et celui ci est propre à chacun Après tu rentre dans la loi de l'offre et de la demande

Plus il y a de monde qui souhaite acquerir un objet et plus cet objet est rare plus cet objet auras un prix élevé

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : C 'est l art qui est absurde, les choses ont la valeur qu on souhaite leur donner. Tout est question de regard, et celui ci est propre à chacun C'est pas l'art qui est absurde, c'est les critiques !

La version plus moderne du fameux Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique , un tableau peint par Lolo l'âne...

Posté le

android

(13)

Répondre

Ça rejoint le soucis de l'influence et de la mode, qu'une chose plébiscité par certaines personnes ou un certain nombres puisse être hué ou adulé, et au final on en perd le sens.
Ça vaut pour l'art, qui a pour but d'émouvoir, mais si un critique dis que c'est de la merde, le jugement des gens sera biaisé. Ça va créer ceux qui défendent l'art et ceux qui le rejette, alors qu'au final il est pour tous et toutes et a pour simple but (à mon sens) de nous faire découvrir, de nous émouvoir et imaginer, interpréter. Nous ne devrions pas influencer le jugement des gens sur qql choses d'aussi flou.

Posté le

android

(11)

Répondre

Ca me fait penser au tableau IKEA exposé dan une galerie d'art et estimé à plus de 2millions d'euros

Et alors ? Ça peut très bien être de l'art ! L'art est réservé à l'homme dans sa vision mais pas dans sa création :)

a écrit : Encore une démonstration que ceux qu'il faudrait virer de l'équation sont les critiques d'art, qui ne servent à rien sinon à "créer une mode" et donner ou pas de la valeur à une oeuvre...
Au delà de ça, se pose encore une fois la question de savoir ce qu'est "l'Art". P
our moi c'est une création (quelconque) qui me crée une émotion, bonne ou mauvaise. Alors finalement, pourquoi un singe qui peint ne me créerait pas une émotion ? :) Afficher tout
C'est la définition de l'art à mes yeux aussi: l'art regroupe les oeuvres humaines qui sont destinées à toucher les sens et les émotions de ceux qui les regardent.

L’abstrait est vraiment une frange à part du monde de l’art. La frontière peut être mince entre le génie et l’imposture… et les soi-disant « experts » se basent sur quels critères pour séparer le bon grain de l’ivraie ?

Tu prends une grande feuille blanche, tu fais un gros caca dessus en l'éttalant dans tous les sens et certains te diront que c'est de l'art. Chacun sa sensibilité mais s'émerveiller devant un monochrome blanc, ça c'est absurde.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Un singe qui peint c'est aussi de l'art abstrait Un animal ne fera pas de l'art, soit il répètera ce qu'on lui a appris, soit il fait cela non dans le but de créer une oeuvre d'art mais un outil qui lui ait utile. C'est l'oeil humain qui y verra une forme d'art.

Donc c'est une affaire de point de vue, on va dire haha.

a écrit : Et alors ? Ça peut très bien être de l'art ! L'art est réservé à l'homme dans sa vision mais pas dans sa création :) Dans ce cas là, une merde d’oiseau c’est de l’art??

L’art « humaine » existe quand elle est annoncée comme telle par un humain que ce soit Rembrandt ou mon fils de deux ans.
La potentialité de l’art est donc infinie dans l'ensemble des choses créées par l’homme. Son champ d’existence est défini par ceux qui créent et son champ d’action par ceux qui observent.
Pour le reste, l’art dans la nature n’est soumis qu’au jugement des observateurs. Au sens propre, un coucher de soleil, ce n’est pas de l’art, pour moi si.

Picasso disait : " Moins je comprends ce que je fais, plus c'est cher. " . Les inconnus avec Chucalescu et son grand maître, Monsieur Stupalacci…Putain de foutage de gueule !

En lisant une des sources il est dit qu'il y avait surtout un critique qui était enthousiasmé par les peintures de Peter et que la plupart de ses confrères ne partageaient pas son avis ..

Posté le

android

(0)

Répondre

Tu essayes de dégoter un singe pour ton expérience.

D'abord tu vas à Jardiland, tu es sûr d'avoir vu des poules, un bébé dalmatien et un poisson clown, mais tu te te souviens plus pour les singes.
Ils en ont peut-être des petits, tu tentes ta chance.

Arrivé là-bas, le vendeur te dit qu'il n'a pas de singes, c'est sûr, mais que si vraiment c'est un projet qui vous tient à cœur monsieur, il connaît un gars "très sérieux" dans le 13ème qui peut t'arranger.

Finalement, après 10 mn de recherches sur la toile, tu trouves une société basée au Gabon qui vend des singes et qui a l'air assez réglo. Tu les appelle, le gars te parle en anglais, tu comprends pas tout. En vérité, tu comprends rien. Mais le gars a décelé ton accent français et, coup de bol, il parle français et là tu comprends qu'il te faut une "licence d'importation" parce que "tous les singes sont inscrits à l'annexe 1 de la Convention de Washington". Non, même en français, tu comprends rien tout compte fait.

Tout bien réfléchi, tu rappelles le gars dans le 13ème, tu lui dis que c'est pour une expérience et que tu voudrais juste "louer" le singe. Le mec te dit qu'il ne veut pas savoir ce que tu comptes faire avec le singe. Mais il te prévient que si tu ne le ramènes pas sain et sauf, il encaisse la caution.

Finalement, 2 jours après tu vas chercher ton singe dans le 13ème. Tu dois maintenant traverser la moitié de Paris pour rentrer chez toi avec un chimpanzé tenu en laisse. On va éviter le métro.

Après 30 mn de marche, tu décides de t'asseoir à une terrasse pour récupérer un peu et te désaltérer. Là tu croises qui Guillaume Meurice de France Inter qui passe dans la rue. Le gars s'arrête, il a un micro, il te regarde avec ton singe et il décide de s'asseoir ici, ça vous dérange pas monsieur.
Comme tu l'avais prévu, il te demande pourquoi tu te balades avec un singe, tu lui dis que c'est pour une expérience, que tu es enseignant-chercheur.

Le lendemain soir, en écoutant la radio, tu te rends compte que Guillaume Meurice a enregistré votre discussion, qui l'a coupée à plusieurs endroits et qu'il en a fait un montage où tu passes pour un barbare sans émotion qui exploites les animaux et les utilise comme de simples outils.

En arrivant dans ton immeuble, tu croises la concierge dans la cage d'escaliers. Elle te regarde vraiment bizarrement. Environ 20 mn plus tard, tu reçois un coup de fil du syndic qui te rappelle que le règlement de la copro, que vous avez signé pas plus tard que la semaine dernière Monsieur, stipule bien que les animaux sont formellement interdits. Tu lui rappelles à ton tour qu'un règlement "dispose" et que c'est le contrat qui "stipule". La fille du syndic te dit que tu feras moins le malin en réunion de copro et elle te raccroche au nez.

Après tout ça, je comprends moi que les gars ils t'affichent des prix à 6 chiffres pour une toile peinte par un chimpanzé.

C'est très simple : un Jacques Louis David et les gribouillages d'un enfant de 3 ans c'est de l'art. (oui, les deux )
Juste que l'un est un chef d'oeuvre et l'autre est de très basse qualité, n'a pas demandé des mois d'effort et de maîtrise d'un outil...
En fait il faudrait appliquer le "test des déchets" : si ,dans un musée, une oeuvre est posée au beau milieu d'un tas de sac poubelle & que le service de nuit s'en débarrasse comme si c'était un sac PMC comme les autres, alors cette oeuvre ne valait p-e pas autant que ça...

Posté le

android

(7)

Répondre