Les montres de plongée sont faites pour ne pas induire en erreur

Proposé par
le

Les montres de plongée ont une lunette graduée et rotative. Dans la plupart des cas, elle est bloquée d’un côté afin de ne pouvoir tourner que dans le sens anti-horaire. Ainsi, en cas de manipulation inopinée, le plongeur ne peut qu’augmenter son propre temps d’immersion, ce qui ne le mettra pas en danger.


Tous les commentaires (73)

a écrit : Je suis sûrement ignare, mais j'ai du mal à comprendre les commentaires sur la formulation puisque j'ignore le principe de cette lunette. J'imaginais que le repère dessus permettait de marquer la fin de la plongée, mais au vu de ces formulations, ce repère semble plutôt marquer le début la plongée. Est-ce cela ? Au debut de la plongée, on fait pivoter la lunette tournante jusqu'à ce que le repère se trouve en face de l'aiguille des minutes.
Le repère ne bougeant plus, l'aiguille s'éloigne de celui-ci durant la plongée, permettant ainsi de connaître son temps d'immersion.
En cas de mauvais manipulation ou choc, ce repère tournant dans le sens inverse des aiguilles, ne peut que s'eloigner de celle des minutes et ne peut donc pas faire craindre au plongeur de rester trop longtemps sous l'eau.

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : Les règles de plongée de mon point de vue sont fascinante. Elle « se base » (;p) sur les réactions de l’aire dans le corps.
Ainsi: pour quelques minutes d’observation à une certaine profondeur (maxi 120m pour les grands public il le semble) il faudra respecter un certain temps de palier de décompression pour la r
emontée.
A retenir que en plongée le plus grand risque n’est pas la descente mais la remontée.

Pour finir les plongeurs de nos jours utilisent un dispositif électronique au poignet, qui calcul en direct votre temps de plongé afin de prévoir d’avoir assez d’oxygène pour la remonter.
Afficher tout
Tu devrais te renseigner un peu si ça t'intéresse vraiment, ça t'évitera d'écrire des grosses erreurs. Citer une prétendue limite à 120 m pour le "grand public" c'est fantaisiste : 50 m c'est déjà beaucoup et ce n'est pas à la portée de la plupart des plongeurs et 80 m ne peut être atteint que par les plongeurs les plus qualifiés et avec un mélange de gaz spécifique. On ne respire pas de l'oxygène mais de l'air (qui contient à peine 20% d'oxygène) ou un mélange encore moins riche en oxygène (car avec 20% du volume, l'oxygène devient toxique vers 40 ou 50 m de profondeur). Et ce qu'on porte au poignet s'appelle un ordinateur de plongée et il ne fait pas des calculs en fonction de l'air restant dans la bouteille mais il calcule les palliers de décompression à respecter avant de sortir de l'eau en fonction du temps passé et des différentes profondeurs de la plongée. L'idéal, s'il y a plusieurs choses à voir au cours de la plongée, étant de commencer par la plus grande profondeur et de remonter ensuite progressivement pour ne pas avoir à faire de palliers de décompression à la fin de la plongée et c'est à ça que sert l'ordinateur : non seulement calculer les palliers à la remontée si on plonge sur une épave par exemple, mais surtout indiquer quand il faut remonter au cours de la plongée si on veut suivre un profil qui remonte progressivement pour éviter d'avoir à faire des palliers.

Posté le

android

(20)

Répondre

a écrit : Plutôt diminuer son propre temps d'immersion, non ? Non !

Posté le

android

(1)

Répondre

J'ai tiqué aussi en lisant l'anecdote, le temps de plongée, c'est comme le temps de route, 2h pour faire tant de km, j’aurai plutôt écrit: "le temps passé en plongée" (via ce qu'il reste dans la bouteille pour avoir le temps d'effectuer les paliers de décompression en toute sécurité), mais je ne suis pas plongeur pro. ^^ J'en ai fait un peu mais jamais a moins de 15 mètres donc la pas de montre, si on a plus d'air on remonte et picétout.

a écrit : Ainsi si on remonte trop vite, la différence de pression entre l'oreille interne et l'extérieur peut percer les tympans, et il paraît que c'est très douloureux. C'est très douloureux si l'air qui est coincé derrière le tympan ne se vide pas, oui, il peut se crever, mais en général ça se fait tout seul. Par contre en descente, il faut le faire artificiellement, les plongeurs en apnée rapide ont une pince sur le nez pour pouvoir souffler de l'air dans leurs oreilles sans avoir besoin de se pincer le nez.

a écrit : Je pense que ce que l'auteur a voulu dire par "augmenter le temps d'immersion" c'est augmenter le temps déjà passé en plongée.
Si le plongeur se fixe une durée de plongée de 20mn, (cette durée est indiquée sur la lunette) et que celle ci tourne dans le sens antihoraire, alors l'aig
uille des minutes atteindra plus vite la limite qu'il s'est fixé.
Si je n'ai pas été clair il y a un gif animé très clair dans la première source. ;-)
Afficher tout
C'est ce que dit l'anecdote.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Tu devrais te renseigner un peu si ça t'intéresse vraiment, ça t'évitera d'écrire des grosses erreurs. Citer une prétendue limite à 120 m pour le "grand public" c'est fantaisiste : 50 m c'est déjà beaucoup et ce n'est pas à la portée de la plupart des plongeurs et 80 m ne peut être atteint que par les plongeurs les plus qualifiés et avec un mélange de gaz spécifique. On ne respire pas de l'oxygène mais de l'air (qui contient à peine 20% d'oxygène) ou un mélange encore moins riche en oxygène (car avec 20% du volume, l'oxygène devient toxique vers 40 ou 50 m de profondeur). Et ce qu'on porte au poignet s'appelle un ordinateur de plongée et il ne fait pas des calculs en fonction de l'air restant dans la bouteille mais il calcule les palliers de décompression à respecter avant de sortir de l'eau en fonction du temps passé et des différentes profondeurs de la plongée. L'idéal, s'il y a plusieurs choses à voir au cours de la plongée, étant de commencer par la plus grande profondeur et de remonter ensuite progressivement pour ne pas avoir à faire de palliers de décompression à la fin de la plongée et c'est à ça que sert l'ordinateur : non seulement calculer les palliers à la remontée si on plonge sur une épave par exemple, mais surtout indiquer quand il faut remonter au cours de la plongée si on veut suivre un profil qui remonte progressivement pour éviter d'avoir à faire des palliers. Afficher tout Je ne sais pas trop pourquoi mais je commence à aimer le ton de tes commentaires. Ils sentent la fougue du jeune lion chassant la gazelle terrorisée. Bref je m’égare et en plus je préfère le ciel aux fonds marins que je n’apprécie guère. C’est froid, c’est sombre et en plus c’est tout mouillé.

a écrit : Je ne sais pas trop pourquoi mais je commence à aimer le ton de tes commentaires. Ils sentent la fougue du jeune lion chassant la gazelle terrorisée. Bref je m’égare et en plus je préfère le ciel aux fonds marins que je n’apprécie guère. C’est froid, c’est sombre et en plus c’est tout mouillé. Essaie un baptême de plongée dans une mer chaude : dans une faible profondeur c'est chaud et lumineux et il y a plein de choses à voir, comme si tu étais plongé dans un aquarium. En revanche ça sera toujours mouillé...

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Plutôt diminuer son propre temps d'immersion, non ? la notion du temps en plongee est altérée...1 heure semble être 10 minutes...sans marqueur objectif, le plongeur n a aucune idée de son temps en immersion

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Les règles de plongée de mon point de vue sont fascinante. Elle « se base » (;p) sur les réactions de l’aire dans le corps.
Ainsi: pour quelques minutes d’observation à une certaine profondeur (maxi 120m pour les grands public il le semble) il faudra respecter un certain temps de palier de décompression pour la r
emontée.
A retenir que en plongée le plus grand risque n’est pas la descente mais la remontée.

Pour finir les plongeurs de nos jours utilisent un dispositif électronique au poignet, qui calcul en direct votre temps de plongé afin de prévoir d’avoir assez d’oxygène pour la remonter.
Afficher tout
Le jour où tu plonges à 120m fais-moi signe, je veux voir ça ! :) Même AAPLR qui te réponds plus haut se gourre sur les profondeurs autorisées.
Je ne sais pas ce que tu appelles le "grand public", mais quand tu fais une initiation le moniteur t'emmène à 5 ou 6 m maxi... Si tu veux passer des niveaux (bouteilles à air) : le niveau 1 te permettra de descendre avec un moniteur à 20m... Niveau 2 : tu es autonome avec un plongeur de même niveau jusqu'à 20m et tu peux descendre à 40m avec un moniteur... Niveau 3 : tu es autonome "toutes profondeurs" avec un plongeur de même niveau... Niveau 4 tu peux monitorer.
Après, il y a quelques nuances selon les organismes ; le "Paddy" (américain) avec "l'open water" n'a pas tout à fait les mêmes niveaux de plongées. Mais ça reste aussi du domaine du raisonnable ; on ne descend pas comme ça ! :)

a écrit : Ainsi si on remonte trop vite, la différence de pression entre l'oreille interne et l'extérieur peut percer les tympans, et il paraît que c'est très douloureux. Ne pas respecter les palliers est un risque bien plus important que le tympan qui pète : ça joue sur l'azote dans le sang. Il te faudra passer un moment dans un caisson de décompression, et rapidement sinon tu peux y rester.
Toutes les plongées "grand public", jusqu'à -20m maxi, ne durent qu'environ 45mn car il n'y a alors pas besoin de palliers (quelques minutes à -5m quand même). Dès que tu descends davantage tu devras réduire le temps de plongée si tu ne veux pas faire de pallier. Pour idée : ne pas rester plus d'une dizaine de minutes à -40m sinon tu vas être bon pour environ 45mn de pallier, avec "fil de vie" et changement de bouteille.

a écrit : Les paliers servent à relâcher l'azote dissous dans le sang lors de la baisse de pression (donc remontée). A la descente les paliers sont inutiles. Petite question, tu précise qu'il n'y a pas de palier en descendant, plus précisément que c'est inutile d'en avoir, pourtant il faut s'arrêter pour retirer la pression qui s'exerce sur les tympans non ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Le jour où tu plonges à 120m fais-moi signe, je veux voir ça ! :) Même AAPLR qui te réponds plus haut se gourre sur les profondeurs autorisées.
Je ne sais pas ce que tu appelles le "grand public", mais quand tu fais une initiation le moniteur t'emmène à 5 ou 6 m maxi... Si tu veux passer des niveau
x (bouteilles à air) : le niveau 1 te permettra de descendre avec un moniteur à 20m... Niveau 2 : tu es autonome avec un plongeur de même niveau jusqu'à 20m et tu peux descendre à 40m avec un moniteur... Niveau 3 : tu es autonome "toutes profondeurs" avec un plongeur de même niveau... Niveau 4 tu peux monitorer.
Après, il y a quelques nuances selon les organismes ; le "Paddy" (américain) avec "l'open water" n'a pas tout à fait les mêmes niveaux de plongées. Mais ça reste aussi du domaine du raisonnable ; on ne descend pas comme ça ! :)
Afficher tout
Ben non, je ne me gourre pas, c'est toi qui as mal lu : je cite des exemples de profondeur et pas les limites autorisées pour chaque niveau. Quand je dis "50 m n'est pas à la portée de la plupart des plongeurs", c'est vrai. Pour ton info, on peut y aller avec le niveau 2 (comme moi), la prérogative du niveau 2 c'est 40 m mais ça ne veut pas dire "40 m maximum" mais "zone des 40 m", donc en pratique on peut descendre jusqu'à 45 m ou même 50 m s'il y a quelque chose d'intéressant à voir (ou même 56 m comme moi sur une épave).

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Plutôt diminuer son propre temps d'immersion, non ? En fait le bon terme aurait été majorer plutôt qu'augmenter

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Ben non, je ne me gourre pas, c'est toi qui as mal lu : je cite des exemples de profondeur et pas les limites autorisées pour chaque niveau. Quand je dis "50 m n'est pas à la portée de la plupart des plongeurs", c'est vrai. Pour ton info, on peut y aller avec le niveau 2 (comme moi), la prérogative du niveau 2 c'est 40 m mais ça ne veut pas dire "40 m maximum" mais "zone des 40 m", donc en pratique on peut descendre jusqu'à 45 m ou même 50 m s'il y a quelque chose d'intéressant à voir (ou même 56 m comme moi sur une épave). Afficher tout Fais gaffe quand même :) comme je le disais, niveau 2 c'est -20m en autonome avec un autre plongeur de même niveau, et -40m mais avec un moniteur seulement. Après une ou deux plongée avec lui, bien sûr, si un moniteur pense que tu peux le faire, il va t'emmener sur une épave un peu plus profonde. Ton record à -56, c'était avec un moniteur j'imagine... Sinon t'es un fou :)
C'est déjà impressionnant -56, hein ? Descente rapide, on souffle, on se demande quand ça va s'arrêter, des décompressions tous les deux mètres, le masque colle au visage jusqu'à faire mal et il faut le décoller et le vider... Et puis en bas, la bouteille qui se vide deux fois plus vite qu'à -20...

a écrit : Petite question, tu précise qu'il n'y a pas de palier en descendant, plus précisément que c'est inutile d'en avoir, pourtant il faut s'arrêter pour retirer la pression qui s'exerce sur les tympans non ? Il faut juste équilibre les pressions par une manœuvre de Vasalva: souffler fort en retenant l'air expiré pour créer une hyperpression pharyngée.
Avec une bonne technique, il est possible de le faire sans stopper la descente.

a écrit : Petite question, tu précise qu'il n'y a pas de palier en descendant, plus précisément que c'est inutile d'en avoir, pourtant il faut s'arrêter pour retirer la pression qui s'exerce sur les tympans non ? Non tu le fais en continuant la descente (tu peux te pincer le nez et souffler sans relâcher l'air afin d'équilibrer les pressions)
Par contre si cela ne passe pas (Cad si on arrive pas à équilibrer les pressions au niveau du tympan) alors la c'est arrêt obligatoire jusqu'à ce que cela passe et si début de douleur alors légère remontée (puis on réessaie de descendre doucement)

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Ben non, je ne me gourre pas, c'est toi qui as mal lu : je cite des exemples de profondeur et pas les limites autorisées pour chaque niveau. Quand je dis "50 m n'est pas à la portée de la plupart des plongeurs", c'est vrai. Pour ton info, on peut y aller avec le niveau 2 (comme moi), la prérogative du niveau 2 c'est 40 m mais ça ne veut pas dire "40 m maximum" mais "zone des 40 m", donc en pratique on peut descendre jusqu'à 45 m ou même 50 m s'il y a quelque chose d'intéressant à voir (ou même 56 m comme moi sur une épave). Afficher tout Wahou ! -56 m. Ça doit être impressionnant.
Ça fait longtemps que je n'ai pas plongé et mon max est -35m sur une épave aussi.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Deux réponses pour une question c'est encore mieux C'est exact ... Surtout quand elles ne se contredisent pas !!!

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Les paliers servent à relâcher l'azote dissous dans le sang lors de la baisse de pression (donc remontée). A la descente les paliers sont inutiles. Mais la perte de pression n'a pas de risque (plaquement des lunettes...) ?

Posté le

android

(0)

Répondre