Face à la cacophonie, il existe l'euphonie

Proposé par
le

En linguistique, l'euphonie (opposée à la cacophonie) modifie certaines orthographes afin de rendre harmonieuse la prononciation. Lors des inversions sujet-verbe, il est ainsi courant d'ajouter un accent ("me trompé-je ?") ou d'ajouter un T ou un L pour éviter un hiatus ("A-t-il mangé ?", "si l'on").

Le S que l'on rajoute parfois à la seconde personne de l'impératif quand le verbe est suivi des adverbes "y" ou "en" sert également de consonne euphonique : "vas-y", "acceptes-en".


Commentaires préférés (3)

C'est apparu dans les commentaires, il y a quelques jours et il n'y avait pas encore d'anecdote dessus.
Un des rares cas en français où l'harmonie de la phrase prend le pas sur l'orthographe.

Bientôt, nous aurons les zhérissons et les zharicots.

a écrit : C'est apparu dans les commentaires, il y a quelques jours et il n'y avait pas encore d'anecdote dessus.
Un des rares cas en français où l'harmonie de la phrase prend le pas sur l'orthographe.

Bientôt, nous aurons les zhérissons et les zharicots.
Pour les zérissons et les zaricots, il s'agit plutôt d'une disparition progressive du h aspiré. Avec ce h, on a en effet une consonne qui vient se placer entre les deux voyelles, empêchant le hiatus (et non l'hiatus !).

a écrit : Pour les zérissons et les zaricots, il s'agit plutôt d'une disparition progressive du h aspiré. Avec ce h, on a en effet une consonne qui vient se placer entre les deux voyelles, empêchant le hiatus (et non l'hiatus !). En fait, les cas d'euphonie sont bien plus courants que les exemples de l'anecdote.

- Les adjectifs possessifs "ma", "ta", "sa" deviennent masculins devant les mots au féminin qui commencent par une voyelle ou un h muet.
ex: ton épaule, mon arrivée
- Les articles définis contractés comme "de le" qui devient "du", "de les" qui devient "des", "à le" qui devient "au", "à les" qui devient "aux"
ex: je rentre "du" magasin
- L'élision de la voyelle de l'article devant les mots commençant par une voyelle
ex: l'école, l'oxygène


Tous les commentaires (30)

C'est apparu dans les commentaires, il y a quelques jours et il n'y avait pas encore d'anecdote dessus.
Un des rares cas en français où l'harmonie de la phrase prend le pas sur l'orthographe.

Bientôt, nous aurons les zhérissons et les zharicots.

a écrit : C'est apparu dans les commentaires, il y a quelques jours et il n'y avait pas encore d'anecdote dessus.
Un des rares cas en français où l'harmonie de la phrase prend le pas sur l'orthographe.

Bientôt, nous aurons les zhérissons et les zharicots.
Pour les zérissons et les zaricots, il s'agit plutôt d'une disparition progressive du h aspiré. Avec ce h, on a en effet une consonne qui vient se placer entre les deux voyelles, empêchant le hiatus (et non l'hiatus !).

Pour information, un hiatus est le fait d'avoir deux voyelles prononcées placer lune à côté de l'autre dans un même mot (aorte, aérer).

a écrit : Pour les zérissons et les zaricots, il s'agit plutôt d'une disparition progressive du h aspiré. Avec ce h, on a en effet une consonne qui vient se placer entre les deux voyelles, empêchant le hiatus (et non l'hiatus !). En fait, les cas d'euphonie sont bien plus courants que les exemples de l'anecdote.

- Les adjectifs possessifs "ma", "ta", "sa" deviennent masculins devant les mots au féminin qui commencent par une voyelle ou un h muet.
ex: ton épaule, mon arrivée
- Les articles définis contractés comme "de le" qui devient "du", "de les" qui devient "des", "à le" qui devient "au", "à les" qui devient "aux"
ex: je rentre "du" magasin
- L'élision de la voyelle de l'article devant les mots commençant par une voyelle
ex: l'école, l'oxygène

a écrit : C'est apparu dans les commentaires, il y a quelques jours et il n'y avait pas encore d'anecdote dessus.
Un des rares cas en français où l'harmonie de la phrase prend le pas sur l'orthographe.

Bientôt, nous aurons les zhérissons et les zharicots.
Je me souviens t'avoir remercié pour "me trompé-je"... ;-)

Cette règle, qui ne s’applique qu’aux verbes du 1er Groupe, s’appelle communément la règle des ânes car elle concerne l’ajout d’un S que pour les verbes à la deuxième personne de l’impératif subis de « y - en / Hi -Han », soit le cri de l’âne !
Elle ne s’applique donc pas pour le « vas-y » car « tu y vas ».

a écrit : Cette règle, qui ne s’applique qu’aux verbes du 1er Groupe, s’appelle communément la règle des ânes car elle concerne l’ajout d’un S que pour les verbes à la deuxième personne de l’impératif subis de « y - en / Hi -Han », soit le cri de l’âne !
Elle ne s’applique donc pas pour le « vas-y » car « tu y vas ».
Elle s'applique bel et bien dans le cas de "vas-y" car il s'agit d'impératif. "Va à la boulangerie" (sans -s) devient "Vas-y".

a écrit : Je me souviens t'avoir remercié pour "me trompé-je"... ;-) Ce n’est pas moi qui avait corrigé ;)

C'est pourquoi beaucoup de gens écrivent toujours les impératifs des verbes du premier groupe avec un s à la fin. J'ai même vu la faute imprimée sur des affiches ou des T-shirts ! Alors que le présent de l'impératif à la 2e personne du singulier s'écrit généralement comme la 1ere personne du présent de l'indicatif. Notamment pour les verbes du 1er groupe ("je chante" ; "chante-moi une chanson !") mais aussi la plupart des autres (sauf bien sûr avec le verbe aller : "je vais" ; "va dans ta chambre", mais on entend la différence car ça ne se prononce pas pareil de toutes façons, sinon, pour les autres verbes, vous pouvez vérifier : c'est souvent vrai et c'est un bon moyen d'éviter des fautes). Donc on doit écrire "profite bien" et on ne met un s que quand c'est nécessaire pour l'euphonie comme dans "profites-en bien !", et pas dans "amuse-toi bien !".

a écrit : En fait, les cas d'euphonie sont bien plus courants que les exemples de l'anecdote.

- Les adjectifs possessifs "ma", "ta", "sa" deviennent masculins devant les mots au féminin qui commencent par une voyelle ou un h muet.
ex: ton épaule, mon arrivée
- Les articles définis contractés comme "de le" qui devient "du", "de les" qui devient "des", "à le" qui devient "au", "à les" qui devient "aux"
ex: je rentre "du" magasin
- L'élision de la voyelle de l'article devant les mots commençant par une voyelle
ex: l'école, l'oxygène
Afficher tout
En fait TybsXckZ (j'ai pris trois h à écrire ton nom), t'es super intelligent(e)

Posté le

windowsphone

(3)

Répondre

Merci de rendre hommage à RTL et à l’émission « Un bonbon sur la langue » de Muriel Gilbert

Un hiatus est une succession de deux voyelles appartenants à deux syllabes différentes d'un même mot ou à la frontière de deux mots.

a écrit : Pour les zérissons et les zaricots, il s'agit plutôt d'une disparition progressive du h aspiré. Avec ce h, on a en effet une consonne qui vient se placer entre les deux voyelles, empêchant le hiatus (et non l'hiatus !). On est beaucoup à dire les a’ handicapés, aussi. Moi le premier, tout en sachant que ce n’est pas correct. Toutefois, qui décide que le H est aspiré ou non? C’est purement arbitraire. D’ailleurs il me semble que certains commencent à être admis (comme les z’haricots).

a écrit : On est beaucoup à dire les a’ handicapés, aussi. Moi le premier, tout en sachant que ce n’est pas correct. Toutefois, qui décide que le H est aspiré ou non? C’est purement arbitraire. D’ailleurs il me semble que certains commencent à être admis (comme les z’haricots). Pas d’arbitraire dans le « H » aspiré. Il concerne les mots d’origine germanique (et probablement anglo-saxonne, quelqu’un peut confirmer?), si je me souviens bien. Une hache, un hérisson, un havre... En revanche, les mots d’origine grecque ne sont pas concernés: une hérésie, un hérétique, un hélicoptère.
En gros, ont un « H » aspiré les mots de la vie courante du temps des invasions germaniques. N’en ont pas les mots « savants » d’origine grecque.

a écrit : Pour les zérissons et les zaricots, il s'agit plutôt d'une disparition progressive du h aspiré. Avec ce h, on a en effet une consonne qui vient se placer entre les deux voyelles, empêchant le hiatus (et non l'hiatus !). Le h empêche la liaison pas le hiatus dans "les hérissons", non ?

a écrit : Je me souviens t'avoir remercié pour "me trompé-je"... ;-) Rendons à kaka le ballon d'or qui lui appartient. ;)
Sinon, est ce grave de parler de soi à la troisième personne ?

a écrit : En fait, les cas d'euphonie sont bien plus courants que les exemples de l'anecdote.

- Les adjectifs possessifs "ma", "ta", "sa" deviennent masculins devant les mots au féminin qui commencent par une voyelle ou un h muet.
ex: ton épaule, mon arrivée
- Les articles définis contractés comme "de le" qui devient "du", "de les" qui devient "des", "à le" qui devient "au", "à les" qui devient "aux"
ex: je rentre "du" magasin
- L'élision de la voyelle de l'article devant les mots commençant par une voyelle
ex: l'école, l'oxygène
Afficher tout
C'est là qu'on se rends compte que la langue française doit être vraiment compliquée à apprendre lorsque ce n'est pas notre langue maternelle u_u

a écrit : C'est là qu'on se rends compte que la langue française doit être vraiment compliquée à apprendre lorsque ce n'est pas notre langue maternelle u_u Même quand c'est sa langue natale, le français n'est pas simple et est d'ailleurs souvent massacré... :-/

a écrit : Elle s'applique bel et bien dans le cas de "vas-y" car il s'agit d'impératif. "Va à la boulangerie" (sans -s) devient "Vas-y". Oups. Au temps pour moi !