On fit un exemple d'une truie assassine devant ses congénères

Proposé par
le
dans

En 1386, une truie fut jugée à Falaise, en Normandie, pour avoir tué et dévoré un nourrisson. Elle fut condamnée à mort, emprisonnée pendant neuf jours et eut droit à un avocat. Le jour de l'exécution, on l'habilla en homme et on convia d'autres porcs à regarder son supplice, pour montrer l'exemple.


Tous les commentaires (55)

a écrit : Je pense que tous les animaux n'ont pas eu cette chance, car généralement la victime va faire justice sois même... Beaucoup d'humains non plus n'ont pas eu cette chance, c'est pour ça qu'on essaie de faire des lois, pour savoir qui a raison où tord..
Si mes parents n'avaient pas été là pour défendre leur chien... couic! Le problème dans mon histoire, c'est que tout le monde avait raison quelquepart (même le chien) et c'est là que ça devient compliqué avec les lois.

Pour l'anecdote, faudrait savoir pourquoi le cochon a mangé le bébé, pour le plaisir? Parce qu'il crevait de faim? parce qu'il voulait se venger?
Compliqué. Bon dans le doute on le dézingue, c'est plus prudent. ^^

Je connaissais déjà cette anecdote ; il existe une illustration de cette histoire, je me souviens l'avoir vue dans un livre sur la justice de l'époque. On est toujours étonnés de tout ce qui a pu se faire au Moyen-âge en matière de jugements.

a écrit : Beaucoup d'humains non plus n'ont pas eu cette chance, c'est pour ça qu'on essaie de faire des lois, pour savoir qui a raison où tord..
Si mes parents n'avaient pas été là pour défendre leur chien... couic! Le problème dans mon histoire, c'est que tout le monde avait raison quelquepa
rt (même le chien) et c'est là que ça devient compliqué avec les lois.

Pour l'anecdote, faudrait savoir pourquoi le cochon a mangé le bébé, pour le plaisir? Parce qu'il crevait de faim? parce qu'il voulait se venger?
Compliqué. Bon dans le doute on le dézingue, c'est plus prudent. ^^
Afficher tout
De souvenir :
Dans le cas de Falaise l'enfant fut laisse sans surveillance. La truie l'a trouvé et croqué son bras et le visage.

Elle errait comme ça dans la rue. Le propriétaire n'était donc pas fautif (ce n'était qu'un porc parmi tant d'autres dans la rue).

Je précise : quoiqu'il arrive pour les villageois et particulièrement le propriétaire, la viande du cochon ne sera pas mangé s'il est déclaré coupable.
Ça évite ainsi les accusations du genre "oui le cochons m'a mal regardé, buttons le pour le manger" venant du premier affamé du coin

a écrit : L'anecdote peut faire penser à un acte stupide fait par des idiots.
Alors qu'en fait c'est l'inverse.

Au moyen âge se pose la question du droit des animaux (déjà).
Pour faire simple et résumer le tout, animaux et humains se côtoient tout les jours durant cette période.
On vit avec les animaux qui sont dans les rues, jardins ou même abrités dans une autre pièce de la maison.
Or la question que se sont posés les gens est la suivante : si nous, humains, suivons des règles et sommes responsables devant nos fautes, qu'en est il des animaux ? Sont ils responsables ?

De grands débats ont eu lieu et on s'est accordé pour dire que les animaux avaient une âme et étaient responsables de leurs actes.
Ils avaient le droit à un avocat, à une enquête et à leur propre livre de droit.

C'était balaise, ils avaient même des jurisprudences et tout le tralala.
En bref, c'est bien plus qu'une croyance stupide mais une vraie réflexion sur la place des animaux dans notre société.
Donc selon cette logique si un animal tue une personne, une enquête s'enclenche comme pour un humain.
Ainsi on peut aboutir à sa culpabilité, non lieu ou innocence.

Mais la logique est la même si un humain tue un animal ou bien que l'humain manipule l'animal pour tuer un humain ! Dans ce cas l'animal sera acquitté mais l'humain devra répondre de manipulation.
C'est un peu comme si aujourd'hui abandonné un chien sur la route, attaché à un arbre, était jugé comme une tentative de meurtre et maltraitance.

Ce n'est en rien stupide quand on sait qu'aujourd'hui les animaux sont considérés comme des objets (dépourvu d'âme et de conscience d'après notre justice en gros).

Le sujet est hyper riche et profond, hélas peu de document ont survécu au temps. Mais je vous conseille fortement d'aller lire plus sur le sujet. C'est très recherché et poussé contrairement à ce qu'on pourrait penser.
Afficher tout
C’est pour ça qu’on a composé plus tard un « carnaval des animaux »?
Ok je sors...

a écrit : On aurait peut-être aussi dû se demander comment les parents avaient assuré la surveillance de ce pauvre nourrisson, avant d'accuser la truie. Une truie? Ahhh le cochon! Pardon j’ai cru que vous parliez de sa mère ;)

a écrit : Ca ne te dérangerait donc pas que je mange ton chien ? Désolé mais je ne comprends pas (!?) En quoi le fait que j'aime mon chien et que je ne suis pas végétarien laisserait entendre que j'accepte qu'on le mange ? Dialogue de sourd là :)

Cette publication m'a fait pouffer de rire, c'est nouveau sur SCMB!

J’ai lu “truite” à la 1ère lecture et l’anecdote en était encore plus étrange

a écrit : L'anecdote peut faire penser à un acte stupide fait par des idiots.
Alors qu'en fait c'est l'inverse.

Au moyen âge se pose la question du droit des animaux (déjà).
Pour faire simple et résumer le tout, animaux et humains se côtoient tout les jours durant cette période.
On vit avec les animaux qui sont dans les rues, jardins ou même abrités dans une autre pièce de la maison.
Or la question que se sont posés les gens est la suivante : si nous, humains, suivons des règles et sommes responsables devant nos fautes, qu'en est il des animaux ? Sont ils responsables ?

De grands débats ont eu lieu et on s'est accordé pour dire que les animaux avaient une âme et étaient responsables de leurs actes.
Ils avaient le droit à un avocat, à une enquête et à leur propre livre de droit.

C'était balaise, ils avaient même des jurisprudences et tout le tralala.
En bref, c'est bien plus qu'une croyance stupide mais une vraie réflexion sur la place des animaux dans notre société.
Donc selon cette logique si un animal tue une personne, une enquête s'enclenche comme pour un humain.
Ainsi on peut aboutir à sa culpabilité, non lieu ou innocence.

Mais la logique est la même si un humain tue un animal ou bien que l'humain manipule l'animal pour tuer un humain ! Dans ce cas l'animal sera acquitté mais l'humain devra répondre de manipulation.
C'est un peu comme si aujourd'hui abandonné un chien sur la route, attaché à un arbre, était jugé comme une tentative de meurtre et maltraitance.

Ce n'est en rien stupide quand on sait qu'aujourd'hui les animaux sont considérés comme des objets (dépourvu d'âme et de conscience d'après notre justice en gros).

Le sujet est hyper riche et profond, hélas peu de document ont survécu au temps. Mais je vous conseille fortement d'aller lire plus sur le sujet. C'est très recherché et poussé contrairement à ce qu'on pourrait penser.
Afficher tout
J'avais ajouté un complément à l'anecdote pour en effet expliquer que c'était loin d'être un acte stupide. C'est même extrêmement logique si on prend en considération les croyances et les coutumes de l'époque. Ça peut prêter à rire et sourire aujourd'hui mais c'était tellement sensé et réflechi que c'en est dérangeant.

C est drôle, je vient de lire sur France Info que 6000 poules ont tuées un renard à coup de bec.
Y aura t il un procès pour assassina

a écrit : Perso, si manger du chien ou du chat faisait partie de notre culture occidentale, j'en mangerais sans problème.
On peut même aimer ces lapins ou même ces poules et pourtant les manger à la fin.
Je t'assure que l'éleveur adore ces bêtes même si à la fin elles finissent en viande.
Le vr
ai problème, c'est comment les bêtes sont traitées durant leur vie et comment elles sont tuées. On peut aimer la viande et être contre la torture animale. Afficher tout
Je suis 100% d’accord avec toi.
Bcp trop de gens ne le comprennent malheureusement pas.
Faut bien faire la distinction entre l’éleveur qui fait ce métier car il aime justement les animaux, il ne se casserait pas le dos et se lever à 5h du mat toute sa vie, jamais pouvoir partir en vacances loin de sa ferme pr gagner si peu sinon. Mais c’est l’industrialisation et la pression des lobbies qui font que certains en sont venus à la torture des animaux dans les abattoirs. Et je condamne ces tortures mais surement pas le fait de manger de la viande.

a écrit : Ca ne te dérangerait donc pas que je mange ton chien ? Cochons, veaux, vaches, poulets... sont élevés en vue d’être mangés. Si ce n’etait pas le cas, de nombreuses espéces seraient certainement éteintes ou bien dévorées pas les animaux en haut de la chaine alimentaire (qui se posent pas de questions et s’en portent pas plus mal...)
Alors que chiens et chats, dans notre société sont élevés pour être nos compagnons.
Je comprends que des gens refusent de manger du cheval car ils les considèrent comme compagnons (pas mon cas) mais je ne comprends pas qu’un vegan accuse tout le monde d’un tas de conneries basées sur du vent

a écrit : Ce que j’adore avec un SCMB, c’est que même en étant membre depuis 2012 j’arrive encore à être surpris :-D Idem !!

a écrit : Je suis 100% d’accord avec toi.
Bcp trop de gens ne le comprennent malheureusement pas.
Faut bien faire la distinction entre l’éleveur qui fait ce métier car il aime justement les animaux, il ne se casserait pas le dos et se lever à 5h du mat toute sa vie, jamais pouvoir partir en vacances loin de sa ferm
e pr gagner si peu sinon. Mais c’est l’industrialisation et la pression des lobbies qui font que certains en sont venus à la torture des animaux dans les abattoirs. Et je condamne ces tortures mais surement pas le fait de manger de la viande. Afficher tout
C'est une parole qu'on entend pas assez souvent dans les médias. Oui, on peut aimer les bêtes et la nature et élever des bêtes pour se nourrir. Et on peut même prendre un soin particulier à les élever du mieux qu'on peut tout en sachant qu'ils sont destineés à la consommation humaine.
Regardez le film (tirée d'une histoire vraie) "Temple Grandin" si vous en avez l'occasion. Cette femme, autiste de haut niveau, est une amoureuse des bêtes et de la nature. Elle a vécu à la campagne, au milieu des éleveurs. Devenue ingénieure agronome, elle a passé une bonne partie de sa vie à imaginer des enclos, de lieux d'élevage, et même des abattoirs où le bien-être des animaux était au cœur de ses préoccupations.

a écrit : C'est une parole qu'on entend pas assez souvent dans les médias. Oui, on peut aimer les bêtes et la nature et élever des bêtes pour se nourrir. Et on peut même prendre un soin particulier à les élever du mieux qu'on peut tout en sachant qu'ils sont destineés à la consommation humaine.
Regardez
le film (tirée d'une histoire vraie) "Temple Grandin" si vous en avez l'occasion. Cette femme, autiste de haut niveau, est une amoureuse des bêtes et de la nature. Elle a vécu à la campagne, au milieu des éleveurs. Devenue ingénieure agronome, elle a passé une bonne partie de sa vie à imaginer des enclos, de lieux d'élevage, et même des abattoirs où le bien-être des animaux était au cœur de ses préoccupations. Afficher tout
Dans le même genre, je n’ai jamais trop compris le fait de manger du veau par exemple.

a écrit : J'avais ajouté un complément à l'anecdote pour en effet expliquer que c'était loin d'être un acte stupide. C'est même extrêmement logique si on prend en considération les croyances et les coutumes de l'époque. Ça peut prêter à rire et sourire aujourd'hui mais c'était tellement sensé et réflechi que c'en est dérangeant. J'espère que tu n'as pas mal pris mon commentaire qui n'avait pas pour but de dénigrer ton anecdote.
Je voulais juste éviter au maximum les réactions en mode "moyen âge stupide blablabla " alors que comme tu le dis il y a une profonde réflexion qui n'a toujours pas trouvé de réponse de nos jours.

Mais bon que veux tu c'est parti en débat vegan vs je mange de la viande. Ça je ne l'avais pas prévu...

a écrit : Certe mieux "considerer" mais l'animal dans sa globalité n'a jamais été l'egal de l'Homme...
De part le fait que l'animal en question, n'aurait pas eu le Droit de se faire défendre si sa vie était en danger (ex: refusant d'aller à l'abattoir).

Regarde
r de nos jours un chien qui attaque son maitre qui le bat pour défendre sa vie sera euthanasier sans sommation dans la plupart des cas, ou un(e) gamin(e) qui se fait mutiler parce qu'il (et c'est inportant de le savoir) lui a fait mal ou bien l'a cherché pour x raisons sera dans ses cas euthanasier, et encore quand il n'est pas battu à Mort, Electrocuter, trainer attacher a une voiture, ou jeter du toit d'un immeuble, (oui ça existe même en France de nos Jours) Pourtant il aurait Droit à ce fameux procès)
La legitime defense ne s'applique pas au animaux malheureusement même pour un Co**ard qui maltraite son animal.
Dans le cas d'un chien il n'est pas égal de l'Homme car considerer comme une arme.
Mais bon c'est bien beau de defendre nos Amis les toutoux quand à coter ont mange de la viande.
Afficher tout
Après il y a des animaux domestiques qui nous tuent sans raison comme à l'état sauvage et je pense qu'on devrait être content d'être en haut de la chaine alimentaire sinon on serait même pas la xD

a écrit : J'espère que tu n'as pas mal pris mon commentaire qui n'avait pas pour but de dénigrer ton anecdote.
Je voulais juste éviter au maximum les réactions en mode "moyen âge stupide blablabla " alors que comme tu le dis il y a une profonde réflexion qui n'a toujours pas trouvé de répons
e de nos jours.

Mais bon que veux tu c'est parti en débat vegan vs je mange de la viande. Ça je ne l'avais pas prévu...
Afficher tout
Du tout :)
Ton commentaire était très pertinant et complémentaire ! Je suis une grande fan de Pastoureau et j'imagine que tu as aussi lu certaines de ses œuvres !

a écrit : Cochons, veaux, vaches, poulets... sont élevés en vue d’être mangés. Si ce n’etait pas le cas, de nombreuses espéces seraient certainement éteintes ou bien dévorées pas les animaux en haut de la chaine alimentaire (qui se posent pas de questions et s’en portent pas plus mal...)
Alors que chiens et chats, dans not
re société sont élevés pour être nos compagnons.
Je comprends que des gens refusent de manger du cheval car ils les considèrent comme compagnons (pas mon cas) mais je ne comprends pas qu’un vegan accuse tout le monde d’un tas de conneries basées sur du vent
Afficher tout
Vegan? Tu parles des vegans en général ou bien tu vise quelqu'un en particulier?

a écrit : Il suffit pourtant d'un bon ris de veau aux morilles, d'une belle tête de veau sance gribiche ou, pour faire plaisir à Hubert Bonisseur de la Bath, d'une savoureuse blanquette pour le comprendre... On me dit le plus grand bien des harengs pommes à l’huile ?