Des tunnels furent construits sous le mur de Berlin

Proposé par
le
dans

Parmi les 19 tentatives réussies d'évasions souterraines entre Berlin Ouest et Est, l'une d'elles permit de sauver 57 personnes en seulement deux nuits. Appelé le "tunnel 57", il fut creusé en 5 mois par des étudiants et n'est resté fonctionnel qu'entre le 3 et le 4 octobre 1964 avant d'être repéré.

Dans la nuit du 4 octobre 1964, un garde-frontière de Berlin Ouest, Egon Schultz, fut informé de l'existence d'un tel passage et arriva armé sur les lieux alors que l'évasion était encore en cours. Il fut finalement abattu par erreur par l'un de ses collègues après un échange de coups de feu entre les garde-frontières et Christian Zobel, l'un des passeurs. La mort d'un membre de la Stasi a ensuite été repris politiquement pour renforcer les mesures de sécurité pour empêcher que de telles évasions se reproduisent


Tous les commentaires (27)

Il y a quelques années déjà, quand j'étais à Berlin en vacance, un guide français nous avait raconté cette anecdote de manière très similaire. C'est aussi surprenant qu'avec autant de sécurité (clôture, barbelés), gardes armées, il y a eu très peu de mort. Si mes souvenirs sont bon, le peu de mort qu'il y a eu c'était suite à l'effondrement de tunnel(s).

a écrit : Il n'y a donc que moi que ça chagrine que l'anecdote parle de garde de Berlin Ouest de la Stasi et que celle-ci laisse sous-entendre par sa rédaction que le tunnel a permis aux gens de s'échapper de Berlin Ouest ? Tu as raison :
Le ministère de la Sécurité d’État, dit la Stasi, était le service de police politique, de renseignements, d'espionnage et de contre-espionnage de la République démocratique allemande (Allemagne de l'Est) et qui avait son siège à Berlin-EST.

a écrit : À Lille, dans les rues piétonnes, une galerie marchande s'appelle le passage 57. Quelqu'un saurait confirmer que ça vienne de là? Le nom de cette galerie marchande fait référence à son adresse, 57 rue de Béthune ;)

a écrit : Faut arrêter ces conneries de nord et de sud ! Une fois pour toutes, le nord, suivant comment on est tourné, ça change tout ! Mooooorduuuu ! Morduuuu, mordu mordu, mordu mordu mooooooooordu !!!!!,

a écrit : On s'évade d'un pays ? Ou on le fuit ? En parcourant l'Allemagne il y'a beaucoup de nostalgiques de l'Allemagne de l'est. C'est seulement quand tu perds ce que tu avais que tu te rends compte comment c'était "bien" . J'aimerais répondre à ce commentaire avec une citation de Poutine : « La chute de l’URSS a été la plus grande catastrophe géopolitique du siècle. Celui qui ne regrette pas la chute de l’Union soviétique n’a pas de cœur. Et celui qui veut la reconstituer n’a pas de cerveau. »

a écrit : En fait, aucune des deux formulations n'est parfaitement correcte. Si "tentative réussie" est contradictoire, "évasion réussie" est redondant, car si l'évasion n'était pas réussie, ce n'en serait pas une! Je suis entièrement d'accord, c'est ce que je me suis dit lorsque je me suis relu, mais il était trop tard pour que je modifie mon commentaire... Merci :)

a écrit : Je vous invite réellement à écouter les émissions mises en source où est interviewé notamment Joachim Neumann, l'une des 20 personnes qui a construit le tunnel.

"Au cours de la première nuit d’ouverture du tunnel 57, les fugitifs sont arrivés les uns après les autres. Soudain un des nôtres est ar
rivé, soutenant une jeune femme. Il me l’a mise dans les bras en me murmurant : "Fais attention, elle est très nerveuse". Quand je l’ai eue dans les bras, je me suis aperçu que c’était ma copine. "

Réellement intéressant et émouvant.

Pour la petite histoire (de mémoire), dans la nuit du 4 octobre, deux personnes inconnues sont arrivées pour passer de l'autre côté. Elles ont dit aux passeurs "on revient d'ici 2-3 heures chercher un ami pour passer". Ça ne plaît pas aux passeurs, qui, comme le dit Joachim dans l'interview, "on n'aime pas les surprises dans ce genre d'opération". Les passeurs acceptent et restent sur leur garde.

Finalement, les deux hommes reviennent accompagnés d'un troisième. Zobel remarque un fusil mitrailleur sous son imperméable. Il alerte Joachim resté près du tunnel ,qui peut s'enfuir, et Christian le rejoint en tirant des coups de feu aléatoires. Dans la confusion, ils ne sauront la vérité que le lendemain dans la presse ...

Pour finir, Christian Zobel a eu des remords toute sa vie en pensant avoir tué quelqu'un, même de la Stasi (= la police chargée de la surveillance à Berlin Ouest). Qui plus est, le garde frontière décédé n'avait qu'une vingtaine d'années. Zobel est mort dans savoir qu'il n'y était pour rien.
Afficher tout
Merci pour ce complément d’anecdote. Comme toujours tes commentaires sont un plaisir à lire et permettent d’en apprendre encore plus.
Merci à toi.