Attention au gasp lors d'un arrêt cardiaque

Proposé par
le
dans

Le GASP est une suite de mouvements respiratoires inefficaces survenant dans les premières minutes suivant un arrêt cardiaque. Il peut faire croire à une personne non formée que la victime respire toujours et donc la dissuader de procéder à des gestes de réanimation. Ce phénomène aurait lieu dans 40% des cas d'arrêts cardio-respiratoires.

En effet le GASP peut faire penser à une respiration lente, bruyante et anarchique avec parfois même des signes pouvant faire croire à un état de conscience (spasmes, mouvements de la langue, des paupières...) .


Tous les commentaires (61)

a écrit : La tournure de l'anecdote laisse entendre que c'est une cause de non-sauvetage de certaines personnes, c'est un peu faux : en réalité les gasps sont clairement une respiration inefficace, il suffit d'en voir une fois pour comprendre que ca ne sert à rien, pas besoin d'être médecin ou formé. Difficile de croire que la victime n'est pas en danger ! Afficher tout Des gens ne connaissant pas ce phénomène n'oseront pas agir car c'est impressionnant comme phénomène. Personnellement la première fois que j'ai vu ça j'ai cru que la personne s'ettoufait. Et en cas d'etouffement ou de détresse respiratoire on ne pense pas à faire un massage cardiaque. Pour preuve, lors de ma formation le formateur nous a mis une vidéo de GASP sans nous dire ce que c'était et a ensuite demander aux gens ce qu'on devait faire, pas un n'a pensé à débuter une RCP.

Je pratique les gestes de secours depuis une dizaine d'années dans des contextes différents (secouriste a la croix -rouge , pompier et enfin ambulancier, là où j'ai le plus appris) et il est vrai que pour une personne inconsciente on apprenait aupparavant à rechercher une ventilation puis un pouls et aujourd'hui on recherche directement le pouls. En effet la recherche d'une ventilation n'est pas évidente selon le contexte et fait perdre du temps. Alors que rechercher directement un pouls fait gagner du temps, ce qui est très important en cas d'arrêt, plus reconnaissable pour un non initié et qu'en cas d'erreur ou de doute il faut effectivement mieux masser un cœur qui bat que ne pas masser un cœur qui ne bat pas. Enfin effectivement on peut être en présence d'un arrêt ventilatoire sans forcément en arrêt cardiaque et donc se retrouver a masser a priori pour rien mais de toute façon si l'arrêt respiratoire survient l'arrêt cardiaque n'est pas loin. Enfin au niveau secouriste on apprend de toute façon a réaliser 5 insufflations Starter en cas de suspicion d'arrêt respiratoire (enfant, étouffement, prise de toxiques...)

Les recommandations evoluent non seulement a cause des progrès sur la compréhension de la physiologie mais aussi avec le recul qu'on a sur les comportements des secouristes et les statistiques de survie et surtout un principe des recommandations est que parfois la solution la meilleure physiologiquement parlant n'est pas toujours la plus facile à comprendre et a mettre en œuvre. Il vaut mieux un geste moins avancé et moins complexe qui est compris et realisé de façon opportune et efficace qu'un geste complexe que peu de monde arrive a maîtriser. Bref le recul que prend l'observatoire du secourisme conduit à sans cesse adapter les recommandations d'où vos divergences de formation.

Les lettres majuscules implique que GASP est une acronyme. Quelqu'un peux me dire de quoi ? Où est ce que il est emprunté de anglais via norse. Gasp = bouffée, ou mourir de envie.. ie ; I'm gasping for a cigarette !! Lol.

a écrit : Les lettres majuscules implique que GASP est une acronyme. Quelqu'un peux me dire de quoi ? Où est ce que il est emprunté de anglais via norse. Gasp = bouffée, ou mourir de envie.. ie ; I'm gasping for a cigarette !! Lol. C'est vrai je ne sais pourquoi ils l'ont mis en majuscules, ca n'est pas un acronyme, c'est un verbe anglais qui veut dire haleter

a écrit : Tu viens de quel endroit ? Avant de dire des choses comme '' je n'aimerais pas que tu t'occupe de moi si ça m'arrivait '' apprend t'es leçons ou alors met toi à jour . Je confirme ce que je dit on ne cherche pas de pouls et on n'effectue pas une ventilation avant de masser ... Si la personne est inconsciente et que la personne ne respire pas on va tout d'abord chercher un corp étranger en basculant légèrement la tête en arrière et en même temps sur 10 secondes prendre une ventile en posant son oreille sur la bouche tout en regardant le thorax si il y a des mouvements .bien sûr ne pas se faire avoir par les gaspes qui se trouve en moyenne toute les 6 secondes. Ensuite on n'attaque immédiatement le massage (il vaut mieux masser un coeur qui bat que de ne rien faire ). Afficher tout 1) On se calme... 2) On regarde s'il y a des smileys pour comprendre le ton de celui qui écrit... 3) On évite d'être insultant... et 4) Quand une personne ne respire pas on ventile, et comme je le disais si le coeur bat, et tant qu'il bat, il n'y a pas lieu de pratiquer un massage cardiaque.
;) tu vois c'est ça un smiley ; un petit truc pour montrer qu'on plaisante. Un petit clin d'oeil ;)

Au téléphone ( le 18 pour info) les pompiers vous demanderont si la personne à l'air de respirer comme un poisson sorti de l'eau

a écrit : J'ai eu récemment la formation des premiers secours, je ne dis pas que j'étais 100% attentif pendant les 2 jours mais sur pendant le massage cardiaque on m'a pas parler de ça... Quand on dispense des formations aux civils on va à l'essentiel. Mais à priori ils auraient dû en toucher un mot

a écrit : Je ne comprends pas ce que tu veux dire. On n'apprend pas les mêmes choses selon les endroits visiblement.
Si une personne ne respire pas, il faut la ventiler (bouche à bouche) ; ce n'est pas un massage cardiaque qui va la ventiler. Parallèlement tu vérifies le pouls et s'il n'y a rien tu pra
tiques alors aussi le massage cardiaque, en alternance.
Là il y a plusieurs versions : 15 massages, 1 insuflation, je crois que ce sont les dernières normes (pas sûr). Ça dépend aussi si on est seul ou deux à ranimer.
Mais faire, comme tu le dis, un massage cardiaque à une personne qui ne respire pas, sans même savoir si le coeur bat et surtout sans ventiler... je n'aimerais pas que tu t'occupes de moi si ça m'arrivait ;)
Afficher tout
Pourtant les pratiques ont évolués, le massage cardiaque est suffisant pour ventiler...c'est ce que j'ai appris il y a 3 ans, formation afgsu

J’en ai vu une fois durant mes études en service de cardio, la « respiration » ne semblait pas en être une..on avait eu des cours théoriques en cardio/pneumo et on connaissaient le gasp sans jamais en avoir vu..affolés on a appelé le médecin qui nous a dit qu’il était trop tard et qu’il s’agissait d’un fameux gasp..

Morbides ces 2 nouvelles anecdotes sur SCMB.
Peut-être annonciatrices d'Halloween !

Alors, non, surtout on ne cherche pas le pouls, sauf si on sait faire (médecin, infirmier, ambulancier...). Une victime inconsciente qui ne respire pas ou respire bizarrement = compressions thoraciques et c'est tout. Et on appelle au secours avant de débuter les compressions, parce que le but c'est de ne jamais arrêter.
Je vous renvoie vers les recommandations de l'ERC qui stipulent '' Le contrôle du pouls carotidien
(ou d’autres pouls) s’est avéré une méthode imprécise pour confirmer la présence
ou l’absence de circulation.... Les témoins devraient penser à un arrêt cardiaque et débuter
la RCP si la victime ne réagit pas et ne respire pas normalement. Les témoins
devraient suspecter un arrêt cardiaque chez les victimes de convulsions''
C'est ce qui est enseigné actuellement dans les CESU.

J'ai passé le SST il y a 1 an et demi et on nous a formellement interdit de prendre le pouls car nous ne sommes pas médecin ni infirmier ou autres. La priorité est de vérifier la respiration par les voies respiratoires.

Ah ! Tiens je me rappelle avoir eu cette discussion sur le gasp dans les commentaires d'une autre anecdote il y a quelques années.

Je suis formatrice croix rouge et pour info le gasp est au référentiel du psc1 donc il doit vous en être parlé obligatoirement. et si ce n est pas le cas c'est un oubli du formateur.

En ce qui concerne le débat sur la prise de pouls effectivement certains corps de métier l apprennent mais en psc1 il n'y a jamais de prise de pouls C est une vérification de la respiration qui est apprise.

a écrit : Normal que vous n'en ayez pas entendu parler lors du PSC1, le GASP n'est pas au programme. Le Psc1 a été volontairement simplifié pour etre facile a retenir et a reproduir (le programme est deja dense en une journée!). Aucun intérêt «d'embrouiller» des gens a qui on demande de realiser des gestes simples et efficaces Si c est au programme ! Je suis formatrice premiers secours et le gasps est dans le programme, même du psc1. C est vrai que beaucoup de choses sont simplifiées au max. Mais pas le gasps (et tant mieux pck c'est une phrase à dire, ça prend 2 secondes, et ça arrive dans 40% des cas c'est énorme)

a écrit : En présence d'une personne inconsciente, le premier réflexe à avoir, et rapidement, c'est surtout d'essayer d'avoir un pouls, pas de mettre sa main devant ses voies aériennes pour capter une ventilation, surtout pas. Ca serait une perte de temps, et dans ce moment là, chaque seconde compte. On considère qu'après plus de 3 min d'hypoxie (manque d'oxygène à cause de l'arrêt cardiaque), le cerveau subit des lésions qui commencent à devenir irréversibles...
Donc: on pose deux doigts au niveau de la carotide (partie plus facile à attendre que le pouls au niveau du fémur), et pas au niveau des poignets comme j'ai déjà vu faire, les extrémités sont les premières à être touchées en cas de bas débit cardiaque, donc peu de chance d'avoir un pouls même si le coeur marche encore (le corps vascularisera de préférence les organes nobles: cerveau, coeur, foie etc. Les premiers organes touchés par une mauvaise circulation sont en général les reins d'ailleurs, que le corps sacrifie).

Voilà, j'espère que ça aura été utile, en tout cas je trouve ça super que des gens qui ne sont pas du milieu médical, paramédical etc se forment aux premiers secours, c'est fantastique et tellement utile ! Je plussoie à fond la démarche et j'invite tout le monde à faire de même. :)

Et pour répondre à Lionight, de rien pour ces infos, et concernant ce travail... Il y a certes des situations ou des patients / proches de patients, qui nous marquent beaucoup, mais heureusement: nous ne sommes pas rongés par la culpabilité en cas d'échec.
Je visualise mon travail de cette façon: quand un patient arrive en arrêt cardiaque par ex, tout ce qu'on fait pour l'aider et le réanimer est du plus pour lui, on tente tout, si malheureusement cela échoue, on l'accompagne dignement vers la mort et on encadre la famille. C'est triste, mais c'est la vie. Quand je discute avec mes proches, ils ont souvent du mal à comprendre ce recul qu'on a, mais c'est ainsi qu'on se protège de situations douloureuses.
Mais sinon oui, voir un patient se réveiller après des semaines en réanimation, dû à un accident ou autre, ça n'a pas de prix. Dans ces moments là, on se rappelle pourquoi on fait tout ça. :)
Afficher tout
Merci de cette explication venant d'un vrai pro... Je crois que le débat qui a eu lieu vient d'un petit malentendu que l'anecdote ne précise pas vraiment : il me semble que certains parlent du "que faire si ça arrive en milieu hospitalier, avec des personnes compétentes" ; la vraie attitude à avoir quoi. Et d'autres du "que faire si ça arrive au coin de la rue", pour tenter de sauver une personne en attendant les secours.

a écrit : Le gasp est un anglicisme en fait... Mais il est normal qu’on en parle pas ou peu pendant les formations de secourisme, puisque de toute façon le premier réflexe a avoir quand on voit une personne inconsciente, ce n’est pas de savoir si elle respire ou non, mais de savoir si elle a un pouls (d’ailleurs prenez le au cou ou en fémoral de préférence), et là vous savez si vous devez masser ou non.
On voit régulièrement des gens « gasper », en réanimation, quand on pratique l’extubation terminale (quand on ne peut plus rien faire pour le patient, et avec l’accord de la famille), on observe souvent ce phénomène qui est d’ailleurs assez désagréable à voir pour les proches, mais c’est bien une sorte de réflexe neurologique, probablement provoqué par l’hypercapnie (CO2 trop élevé).
Pour ceux que ça intéresse, l’explication est un peu complexe mais en gros: il y a plusieurs centres respiratoires, le gasp survient quand le dernier centre respiratoire fonctionne, appelé le centre apneustique. Celui-ci déclenche une sorte de ventilation mais les autres centres respiratoires (pneumothoracique, inspiratoires et expiratoires) ne font de rétro-contrôle... Ça donne le gasp.
Pour imager, on a l’impression que le patient respire comme un poisson hors de l’eau, c’est assez terrible à voir et au fond, difficile de confondre ça avec une respiration.
Sources: mon travail en réanimation. :)
Afficher tout
Au contraire ! Les dernières recommandations en matière de secourisme sont de vérifier uniquement la respiration, car c'est facile à repérer même pour une personne peu ou pas formée, alors que trouver un pouls est plus compliqué et plus technique à interpréter.
À savoir aussi que le bouche à bouche ne fait plus partie des recommandations (pas top niveau hygiène , et mal fait la plupart du temps donc inefficace), sauf chez les enfants. Les malaises sont souvent d'origine respiratoire chez les enfants, et il faut donc commencer par 5 insufflations avant de masser.

Bonjour à toutes et à tous.
Fidèle lecteur depuis des années du site/appli je profite de cette anecdote pour franchir le pas du commentaire et apporter mon ''experience''
Etant pompier, les formations qui nous sont données depuis au moins 2 ans exclues totalement la prise de pouls dans la décision de débuter une RCP.
On controle la conscience de la victime, puis on controle la ventilation. C'est sur ce seul fait que la RCP débutera ou non (et si la ventilation est inférieure à 6/minutes).
Je me permets égalment de rappeler qu'actuellement les cycles préconisés sont : 30 compressions / 2 ventilations chez l'adulte avec un rythme de 100 compression/minutes et 15 compressions / 2 ventilation chez enfant, bébé et nouveau né
Le secourisme étant toujours en évolution il est nécessaire de faire son recyclage pour toujours être à la page des nouvelles techniques :-)

a écrit : 1) On se calme... 2) On regarde s'il y a des smileys pour comprendre le ton de celui qui écrit... 3) On évite d'être insultant... et 4) Quand une personne ne respire pas on ventile, et comme je le disais si le coeur bat, et tant qu'il bat, il n'y a pas lieu de pratiquer un massage cardiaque.
;
) tu vois c'est ça un smiley ; un petit truc pour montrer qu'on plaisante. Un petit clin d'oeil ;) Afficher tout
Bon pour mettre les choses au claire je suis formateur au sein des pompiers .Je reçois toujours les dernières mise à jours sur le secourisme et regarde les autres commentaires et apprend au lieu de faire la mule . On masse et c'est tout pas de ventile !!

Pour info maintenant nous utilisons la B-card (boussignac- cardiac arrest ressucitation device) c'est un tout nouveau système qui remplace le BAVU lors d'un massage cardiaque la Bcard va donné en continuité de l'oxygène a la victime et le massage ce fais en continu tant que le dsa ne fais pas son analyse. Pour le moment il n'y a que certain département qu'il l'utilise et pour info je l'utilise assez souvent et les résultat son bons !

Je n'ai rien contre toi mais il faut savoir se mettre a jours surtout dans le secourisme . Je comprend ton point de vu mais les choses changent et surtout dans ce domaine ça va très vite .

a écrit : Bonjour à toutes et à tous.
Fidèle lecteur depuis des années du site/appli je profite de cette anecdote pour franchir le pas du commentaire et apporter mon ''experience''
Etant pompier, les formations qui nous sont données depuis au moins 2 ans exclues totalement la prise de pouls dans l
a décision de débuter une RCP.
On controle la conscience de la victime, puis on controle la ventilation. C'est sur ce seul fait que la RCP débutera ou non (et si la ventilation est inférieure à 6/minutes).
Je me permets égalment de rappeler qu'actuellement les cycles préconisés sont : 30 compressions / 2 ventilations chez l'adulte avec un rythme de 100 compression/minutes et 15 compressions / 2 ventilation chez enfant, bébé et nouveau né
Le secourisme étant toujours en évolution il est nécessaire de faire son recyclage pour toujours être à la page des nouvelles techniques :-)
Afficher tout
Merci c'est exactement ça!! Mais ça ne étonnerais pas que d'ici deux ans nous allons avoir de nouvelles recommandations .

Vu pendant ma formation SST (Sauveteur Secouriste au Travail) avec une vidéo pour montrer à quoi ça ressemble (simulé par un acteur).