Un avion se transforma en décapotable en plein vol

Proposé par
le

Le 28 avril 1988, un Boeing 737 décolla de Hawaï avec 95 personnes à bord. 23 minutes après le décollage, et à 7300 m d’altitude, 35 mètres carrés de fuselage se détachèrent, transformant littéralement l’avion en décapotable. L’atterrissage en urgence réussi qui s’ensuivit reste à ce jour unique.

Tout le monde survécut excepté une hôtesse de l’air aspirée par la décompression, celle-ci ayant déjà détaché sa ceinture. L’enquête révéla que l’avion construit par Boeing pour faire 75000 vols en était presque à 89000, en plus d’avoir eu un entretien défaillant par la compagnie Alhoa Airlines.


Tous les commentaires (70)

Quelqu'un peut m'expliquer ce qu'est clairement une décompression ? Merci

a écrit : Morbide c'est ce qui est relatif à la maladie. Pour la mort il faut dire macabre. Je me coucherai moins bête :)

a écrit : Quelqu'un peut m'expliquer ce qu'est clairement une décompression ? Merci Une décompression se produit quand la pression interne d'un objet, comme l'avion de l'anecdote, est brusquement évacuée vers l'extérieur de pression plus faible, aspirant tout ou partie non fixée de ce qu'il y a à l'intérieur de l'objet, comme l'air et la pauvre hôtesse de l'air.

a écrit : Avec les jets qu'elle a du prendre elle devait certainement être en coma à l'atterrissage. .. Les G ???

a écrit : Si elle n'avait pas de problème cardiaque, pourquoi le coeur aurait-il lâché ? Les parachutistes qui font de la chute libre ne sont pas sujets à ce genre de défaillance lors de leurs sauts. Mais ils ont un parachute et ne vont pas mourir dans quelques minutes

a écrit : Le coeur ne "lache" pas quand on est confronté à une grande peur (sauf pathologie cardiaque), c'est une légende urbaine. Il reste quand même le tako tsubo qui peut correspondre au cœur qui lache

"En conséquence, les principales compagnies aériennes américaines décidèrent de vendre leurs plus vieux appareils pour éviter une répétition de cet accident" (dixit les sources) : merci les mecs ! Il n'y a pas de petites économies...

a écrit : Étymologiquement, "morbide" signifie "anormale". Quand on parle d'obésité morbide par exemple, il faut comprendre "obésité anormale", et non mortelle comme on le pense souvent. Donc morbide ne se rapporte pas uniquement à la maladie.
En revanche, même si on peut trouver la quest
ion morbide, le terme macabre aurait effectivement été plus approprié. Afficher tout
Ben non. Étymologiquement morbide vient d'un mot latin qui veut dire malade. C'est donc valable pour tout ce qui est relatif à la maladie, au propre comme au figuré. Quant â obésité morbide, ça n'a rien à voir avec le fait d'être normale ou non mais avec le fait qu'à partir de ce stade d'obésité on constate des effets négatifs sur la santé et c'est donc une maladie. Je me demande d'ailleurs comment on pourrait imaginer que ça puisse vouloir dire anormale: le médecin n'est pas là pour définir des normes et juger ce qui est normal ou non mais pour veiller à la santé de son patient.

Beaucoup de confusions sur les cycles et heures de vol, permettez moi d'ajouter mon grain de sel (d'ingénieur chez Snecma :) ). Déjà l'anecdote est juste : l'avion avait fait 89.000 CYCLES au lieu des 75.000 prévus par Boeing.
Pour rappel : décollage + montée + croisière + descente + atterrissage = 1 cycle.
Ici, l'avion faisait des vols très courts, le plus souvent moins d'une heure, et plus d'une dizaine par jour, ce qui explique le nombre de cycles très élevé (probablement même plus élevé que le nombre d'heures de vol)
En aéronautique, les entretiens et la durée de vie des pièces sont exprimés en cycles et non en heures de vol car l'usure et le vieillissement ne sont pas (ou très peu) liés à la durée d'utilisation. Pour le fuselage par exemple, un Paris-Toulouse ou un Paris-Los Angeles reviennent au même car c'est l'alternance entre pressurisé (en vol) et non pressurisé (au sol ou proche) qui l'use. Si on mettait côte à côte un fuselage constamment pressurisé et un autre qui alterne entre les 2 états, c'est le second qui vieillirait le plus.

a écrit : Si elle n'avait pas de problème cardiaque, pourquoi le coeur aurait-il lâché ? Les parachutistes qui font de la chute libre ne sont pas sujets à ce genre de défaillance lors de leurs sauts. Oui mais ils ont pas la terreur de savoir qu ils vont mourir. Meme un coeur en bonne santé, ou à peine faible peut lâcher si la frayeur est trop forte