Scream ou Pulp Fiction : des films Disney

Proposé par
Invité
le

Miramax est une société qui édite et produit des films et qui est aujourd'hui détenue par BeIn Media Group. De 1994 à 2010, la société appartenait à Disney, ce qui signifie que les films produits étaient indirectement des films Disney. Parmi ceux-ci : Pulp Fiction, Scream, Halloween 6 ou Kill Bill.


Commentaires préférés (3)

Ça fait un peu tache de rassembler pulp fiction,kill bill et scream avec Halloween 6!!...reservoir dog aurait été plus valorisant...

Posté le

android

(72)

Répondre

Miramax était destiné à produire des films considérés comme non rentables pour Hollywood,
Fondée par deux frères, la compagnie tient son nom de leurs parents Myriam et Max.

En même temps, il était prévu dans le contrat que Disney n'interviendrait jamais dans le processus de création.

Harvey Weinstein, le cofondateur de Miramax, était surnommé Scissorhands car il coupait sans vergogne dans les films pour les rendre plus commerciaux et surtout, il fallait un happy ending. Dans son livre Sexe, mensonges et Hollywood, Peter Biskind raconte des centaines d'anecdotes sur le cinéma indépendant des années 1990, et l'on apprend que Harvey était un véritable tyran qui terrorisait des mecs comme Guillermo del Toro ou Gus van Stant. Les seuls qui ont su lui tenir effrontement tête, ce sont Matt Damon et Ben Affleck pour la réalisation de Good Will Hunting. Quant à Tarantino, Weinstein s'était débrouillé pour vendre les droits de Pulp Fiction à l'étranger à 11 millions de dollars, pour un budget alloué au film inférieur, avant même que le tournage débute, et ce grâce à la présence de Bruce Willis à l'affiche. Il laissa donc faire Tarantino sans trop se préoccuper du film vu qu'il l'avait déjà rentabilisé. Après le succès phénoménal de Pulp Fiction, Tarantino est devenu la coqueluche de Miramax, et le seul réalisateur de l'écurie Weinstein qui avait le droit de faire ce qu'il voulait en envoyant Harvey et Bob se faire foutre. Et ils y allaient, parce qu'après il y avait quand même des millions à se ramasser.

Mais le plus grave est que Harvey a mis en place un système de corruption et d'intidimidation qui lui a permis, pendant 15 ans, de faire pencher la balance en sa faveur lors des Oscars. Invitations, pots-de-vin, menaces, chantage. Harvey Weinstein est un génie commercial, et un salaud. Si vous aimez le cinéma, Tarantino, les années 1990 ou les coulisses de Hollywood, ruez-vous sur le bouquin de Biskind, je le relis une fois par an.


Tous les commentaires (17)

Ils auraient du s'arrêter après le 1er halloween, histoire de s'arrêter sur une bonne note ^^

Posté le

android

(2)

Répondre

Ça fait un peu tache de rassembler pulp fiction,kill bill et scream avec Halloween 6!!...reservoir dog aurait été plus valorisant...

Posté le

android

(72)

Répondre

Miramax était destiné à produire des films considérés comme non rentables pour Hollywood,
Fondée par deux frères, la compagnie tient son nom de leurs parents Myriam et Max.

Miramax c est aussi no country for a old men et gang of new York...

Halloween 6 sérieux qui l'a vu?

Bien aussi identifier que le bein qui s'écrit beIN c est la même famille qui détient beIN sport:-p...donc dirigé par notre ami Nasser du PSG...

Jmcmb;-)

Posté le

android

(3)

Répondre

C'est drôle de voir que d'après l'anecdote, les films de Tarantino soit considérés comme des Disney, quand on sait que pour son film les 8 salopards, sorti en même temps que le Star Wars le réveil de la force, Tarantino en voulait grave à Disney de vouloir monopoliser l'actu cinéma.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : C'est drôle de voir que d'après l'anecdote, les films de Tarantino soit considérés comme des Disney, quand on sait que pour son film les 8 salopards, sorti en même temps que le Star Wars le réveil de la force, Tarantino en voulait grave à Disney de vouloir monopoliser l'actu cinéma. Il n'est écrit nulle part que tout les films de Tarantino sont considérés comme des Disney, seulement que certains ont été indirectement produit par Disney. Tarantino n'a pas que 2 films à son actif ;)
D'ailleurs les deux films dont tu parles sont sortis en 2015, Miramax ne leur appartenait plus (et ça n'aurait rien changé puisque "les 8 salopards" n'a pas été produit par cette société)

Posté le

android

(9)

Répondre

A partir de 2015, le niveau a quand même nettement baissé. Dans quelques années, ça pourrait s'appeller "Nanarmax"...

Posté le

android

(1)

Répondre

Ah dommage que ce ne soit plus le cas, on aurait pu avoir Michaël Myers, Marcellus Wallace ou le mec de Scream comme super vilain contre les Avengers.

Posté le

android

(4)

Répondre

Allez les enfants,noël prochain vous regarderez scream de Disney,promis.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Ça fait un peu tache de rassembler pulp fiction,kill bill et scream avec Halloween 6!!...reservoir dog aurait été plus valorisant... Impossible car Reservoir Dogs est sorti en 92 moi j'aurais plutôt mis jackie brown qui est sorti en 97

Posté le

android

(2)

Répondre

En même temps, il était prévu dans le contrat que Disney n'interviendrait jamais dans le processus de création.

Harvey Weinstein, le cofondateur de Miramax, était surnommé Scissorhands car il coupait sans vergogne dans les films pour les rendre plus commerciaux et surtout, il fallait un happy ending. Dans son livre Sexe, mensonges et Hollywood, Peter Biskind raconte des centaines d'anecdotes sur le cinéma indépendant des années 1990, et l'on apprend que Harvey était un véritable tyran qui terrorisait des mecs comme Guillermo del Toro ou Gus van Stant. Les seuls qui ont su lui tenir effrontement tête, ce sont Matt Damon et Ben Affleck pour la réalisation de Good Will Hunting. Quant à Tarantino, Weinstein s'était débrouillé pour vendre les droits de Pulp Fiction à l'étranger à 11 millions de dollars, pour un budget alloué au film inférieur, avant même que le tournage débute, et ce grâce à la présence de Bruce Willis à l'affiche. Il laissa donc faire Tarantino sans trop se préoccuper du film vu qu'il l'avait déjà rentabilisé. Après le succès phénoménal de Pulp Fiction, Tarantino est devenu la coqueluche de Miramax, et le seul réalisateur de l'écurie Weinstein qui avait le droit de faire ce qu'il voulait en envoyant Harvey et Bob se faire foutre. Et ils y allaient, parce qu'après il y avait quand même des millions à se ramasser.

Mais le plus grave est que Harvey a mis en place un système de corruption et d'intidimidation qui lui a permis, pendant 15 ans, de faire pencher la balance en sa faveur lors des Oscars. Invitations, pots-de-vin, menaces, chantage. Harvey Weinstein est un génie commercial, et un salaud. Si vous aimez le cinéma, Tarantino, les années 1990 ou les coulisses de Hollywood, ruez-vous sur le bouquin de Biskind, je le relis une fois par an.

a écrit : En même temps, il était prévu dans le contrat que Disney n'interviendrait jamais dans le processus de création.

Harvey Weinstein, le cofondateur de Miramax, était surnommé Scissorhands car il coupait sans vergogne dans les films pour les rendre plus commerciaux et surtout, il fallait un happy ending.
Dans son livre Sexe, mensonges et Hollywood, Peter Biskind raconte des centaines d'anecdotes sur le cinéma indépendant des années 1990, et l'on apprend que Harvey était un véritable tyran qui terrorisait des mecs comme Guillermo del Toro ou Gus van Stant. Les seuls qui ont su lui tenir effrontement tête, ce sont Matt Damon et Ben Affleck pour la réalisation de Good Will Hunting. Quant à Tarantino, Weinstein s'était débrouillé pour vendre les droits de Pulp Fiction à l'étranger à 11 millions de dollars, pour un budget alloué au film inférieur, avant même que le tournage débute, et ce grâce à la présence de Bruce Willis à l'affiche. Il laissa donc faire Tarantino sans trop se préoccuper du film vu qu'il l'avait déjà rentabilisé. Après le succès phénoménal de Pulp Fiction, Tarantino est devenu la coqueluche de Miramax, et le seul réalisateur de l'écurie Weinstein qui avait le droit de faire ce qu'il voulait en envoyant Harvey et Bob se faire foutre. Et ils y allaient, parce qu'après il y avait quand même des millions à se ramasser.

Mais le plus grave est que Harvey a mis en place un système de corruption et d'intidimidation qui lui a permis, pendant 15 ans, de faire pencher la balance en sa faveur lors des Oscars. Invitations, pots-de-vin, menaces, chantage. Harvey Weinstein est un génie commercial, et un salaud. Si vous aimez le cinéma, Tarantino, les années 1990 ou les coulisses de Hollywood, ruez-vous sur le bouquin de Biskind, je le relis une fois par an.
Afficher tout
D'ailleurs le personnage de Harvey Weingard dans la série Entourage est inspiré par Harvey Weinstein et donne une bonne idée du tyran !

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : En même temps, il était prévu dans le contrat que Disney n'interviendrait jamais dans le processus de création.

Harvey Weinstein, le cofondateur de Miramax, était surnommé Scissorhands car il coupait sans vergogne dans les films pour les rendre plus commerciaux et surtout, il fallait un happy ending.
Dans son livre Sexe, mensonges et Hollywood, Peter Biskind raconte des centaines d'anecdotes sur le cinéma indépendant des années 1990, et l'on apprend que Harvey était un véritable tyran qui terrorisait des mecs comme Guillermo del Toro ou Gus van Stant. Les seuls qui ont su lui tenir effrontement tête, ce sont Matt Damon et Ben Affleck pour la réalisation de Good Will Hunting. Quant à Tarantino, Weinstein s'était débrouillé pour vendre les droits de Pulp Fiction à l'étranger à 11 millions de dollars, pour un budget alloué au film inférieur, avant même que le tournage débute, et ce grâce à la présence de Bruce Willis à l'affiche. Il laissa donc faire Tarantino sans trop se préoccuper du film vu qu'il l'avait déjà rentabilisé. Après le succès phénoménal de Pulp Fiction, Tarantino est devenu la coqueluche de Miramax, et le seul réalisateur de l'écurie Weinstein qui avait le droit de faire ce qu'il voulait en envoyant Harvey et Bob se faire foutre. Et ils y allaient, parce qu'après il y avait quand même des millions à se ramasser.

Mais le plus grave est que Harvey a mis en place un système de corruption et d'intidimidation qui lui a permis, pendant 15 ans, de faire pencher la balance en sa faveur lors des Oscars. Invitations, pots-de-vin, menaces, chantage. Harvey Weinstein est un génie commercial, et un salaud. Si vous aimez le cinéma, Tarantino, les années 1990 ou les coulisses de Hollywood, ruez-vous sur le bouquin de Biskind, je le relis une fois par an.
Afficher tout
Ça a l'air bien .
Le Nouvel Hollywood, quel satané bouquin ! Je me disais, non, je ne veux pas savoir tout ça à propos de ces gens-là, mes héros, j'ai commis l'erreur de laisser le livre sur ma table de nuit ? c'était comme si j'avais un sac d'herbe à portée de main et que je me disais, non, je ne veux pas fumer ! Mais rien à faire, une fois le livre ouvert, impossible de s'en détacher ! "

Quentin Tarantino

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : En même temps, il était prévu dans le contrat que Disney n'interviendrait jamais dans le processus de création.

Harvey Weinstein, le cofondateur de Miramax, était surnommé Scissorhands car il coupait sans vergogne dans les films pour les rendre plus commerciaux et surtout, il fallait un happy ending.
Dans son livre Sexe, mensonges et Hollywood, Peter Biskind raconte des centaines d'anecdotes sur le cinéma indépendant des années 1990, et l'on apprend que Harvey était un véritable tyran qui terrorisait des mecs comme Guillermo del Toro ou Gus van Stant. Les seuls qui ont su lui tenir effrontement tête, ce sont Matt Damon et Ben Affleck pour la réalisation de Good Will Hunting. Quant à Tarantino, Weinstein s'était débrouillé pour vendre les droits de Pulp Fiction à l'étranger à 11 millions de dollars, pour un budget alloué au film inférieur, avant même que le tournage débute, et ce grâce à la présence de Bruce Willis à l'affiche. Il laissa donc faire Tarantino sans trop se préoccuper du film vu qu'il l'avait déjà rentabilisé. Après le succès phénoménal de Pulp Fiction, Tarantino est devenu la coqueluche de Miramax, et le seul réalisateur de l'écurie Weinstein qui avait le droit de faire ce qu'il voulait en envoyant Harvey et Bob se faire foutre. Et ils y allaient, parce qu'après il y avait quand même des millions à se ramasser.

Mais le plus grave est que Harvey a mis en place un système de corruption et d'intidimidation qui lui a permis, pendant 15 ans, de faire pencher la balance en sa faveur lors des Oscars. Invitations, pots-de-vin, menaces, chantage. Harvey Weinstein est un génie commercial, et un salaud. Si vous aimez le cinéma, Tarantino, les années 1990 ou les coulisses de Hollywood, ruez-vous sur le bouquin de Biskind, je le relis une fois par an.
Afficher tout
J'ajouterai ( au delà des qualités artistiques indiscutables du film) que c'est en grande partie grace (!) à son entregent (hum, hum ...) que 'The Artist' à été poussé aux Oscars et a permis à notre Jean Dujardin national de gagner sa statuette ... ;-)

a écrit : Ça fait un peu tache de rassembler pulp fiction,kill bill et scream avec Halloween 6!!...reservoir dog aurait été plus valorisant... Oui, mais l'acquisition par Disney date de 94, et reservoir dogs de 92, donc ce n'est pas un "Disney"

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ça fait un peu tache de rassembler pulp fiction,kill bill et scream avec Halloween 6!!...reservoir dog aurait été plus valorisant... Scream fait tout autant tâche pour ma part. Les rares fois où j'ai eu l'occasion de voir ce film, je n'ai jamais compris pourquoi il avait eu autant de succès...

Posté le

android

(0)

Répondre