Une île inhabitée est la plus polluée en plastique

Proposé par
le

Avec près de 671 débris par mètre carré, l'île inhabitée d'Henderson, située au milieu du Pacifique à 5000 km de la première ville, détient le triste record de la pollution plastique la plus dense enregistrée sur une île. Les chercheurs estiment que 37,7 millions de pièces de plastique, pour un poids d’environ 17 tonnes, jonchent les plages de l'île.


Tous les commentaires (37)

a écrit : Ah bin là quelques sources seraient bienvenues, et ça pourrait même faire une anecdote. Je me pose des questions en terme de coût: serait ce envisageable pour certains pays du tiers-monde? Ça pourrait même faire un bouquin ! ;) "anecdote", oui, mais le sujet est tellement vaste : on parlerait de quoi ? L'incinération ? Le tri ? La valorisation ? Les déchetteries ? Les végèteries ? Les filières de recyclages ? L'harmonisation ? Les taux de pollution ? Les normes ?.. Ce sont 12 anecdotes qu'il faudrait ! ;) Je pourrais, c'est sûr, mais ça finirait par lasser ;)
Mes sources ? Voilà 10 ans que tout ce dont je viens de parler est mon "lot"de tous les jours.
Pour ce qui concerne juste les rejets des incinérateurs, ils doivent publier chaque année un pavé de leur activité avec tous les résultats des contrôles inopinés de la DRIRE, par exemple... Ils sont bien sûr publics, communiqués aux villes, et visibles de tout le monde.
Pour ta 2ème question, bien sûr que pour certains pays où les ordures sont balancées partout un incinérateur serait le bienvenu... Exemple d'une île des Maldives qui sert de dépotoir ! Encore une fois, malheureusement, le coût d'installation !

a écrit : un tesson de bouteille en verre de 3 à 50 millions d'années, les épaves de navire en fer perdent 1 mm d’épaisseur tous les 2 ans, certaines coques vont jusqu'à 30 cm = 600 ans pour les portes avions coulés dans le Pacifique
attention, les aciers produits à partir des années 80 sont bien plus résistants
Yep, mais le verre ça fait de jolis galets !

a écrit : En 1820, L'essex, un baleinier, se fait attaquer par un cachalot. Le bateau prend l'eau, mais assez lentement, ce qui a permis a l’équipage de se préparer et de se sauver avec trois baleinières, remplis de vivres. Ils dérivent pendant plusieurs jours et finissent par arriver dans l’île d'Henderson. Ayant peu de resources, il n'y restent qu'une semaine. sur les 20 naufragés, 17 décident de quitter l'ile pour essayer de trouver du secours, tandis que trois personne préfèrent rester sur l'ile.
Les conditions de voyages sont assez terribles (la page wikipedia est assez complète pour ce que ça intéresse), et si les premiers morts sont jetés a l'eau, ils seront par la suite mangés par les survivants.
Sur les 17 personnes, seuls 5 personnes ont survécu, qui ont ensuite sauvé les trois personnes resté sur l'ile.
Cette histoire inspirera par la suite le roman Moby Dick
Afficher tout
Merci! J'adore lire ce genre d'histoire dans les commentaires :-)

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Ça pourrait même faire un bouquin ! ;) "anecdote", oui, mais le sujet est tellement vaste : on parlerait de quoi ? L'incinération ? Le tri ? La valorisation ? Les déchetteries ? Les végèteries ? Les filières de recyclages ? L'harmonisation ? Les taux de pollution ? Les normes ?.. Ce sont 12 anecdotes qu'il faudrait ! ;) Je pourrais, c'est sûr, mais ça finirait par lasser ;)
Mes sources ? Voilà 10 ans que tout ce dont je viens de parler est mon "lot"de tous les jours.
Pour ce qui concerne juste les rejets des incinérateurs, ils doivent publier chaque année un pavé de leur activité avec tous les résultats des contrôles inopinés de la DRIRE, par exemple... Ils sont bien sûr publics, communiqués aux villes, et visibles de tout le monde.
Pour ta 2ème question, bien sûr que pour certains pays où les ordures sont balancées partout un incinérateur serait le bienvenu... Exemple d'une île des Maldives qui sert de dépotoir ! Encore une fois, malheureusement, le coût d'installation !
Afficher tout
Mais est-ce que t'aurais des sources consultables depuis mon ordi? Je trouve que les éléments que tu apportes sont super intêressant, surtout quand tu dis: "ce qui sort de ces usines aujourd'hui n'est pratiquement plus que de la vapeur d'eau." C'est surtout ce point-là sur lequel j'ai besoin de plus d'informations, pour pouvoir rebalancer mes idées comme citoyen, sur une question plus qu'importante.

a écrit : Ça pourrait même faire un bouquin ! ;) "anecdote", oui, mais le sujet est tellement vaste : on parlerait de quoi ? L'incinération ? Le tri ? La valorisation ? Les déchetteries ? Les végèteries ? Les filières de recyclages ? L'harmonisation ? Les taux de pollution ? Les normes ?.. Ce sont 12 anecdotes qu'il faudrait ! ;) Je pourrais, c'est sûr, mais ça finirait par lasser ;)
Mes sources ? Voilà 10 ans que tout ce dont je viens de parler est mon "lot"de tous les jours.
Pour ce qui concerne juste les rejets des incinérateurs, ils doivent publier chaque année un pavé de leur activité avec tous les résultats des contrôles inopinés de la DRIRE, par exemple... Ils sont bien sûr publics, communiqués aux villes, et visibles de tout le monde.
Pour ta 2ème question, bien sûr que pour certains pays où les ordures sont balancées partout un incinérateur serait le bienvenu... Exemple d'une île des Maldives qui sert de dépotoir ! Encore une fois, malheureusement, le coût d'installation !
Afficher tout
Je serais bien preneur de sources également car je ne vois pas comment c'est possible.
Ce serait comme dire qu'en faisant bouillir de l'eau tu arrives à obtenir autre chose que de la vapeur d'eau...
En physique, on le sait, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.
Donc je suis vraiment très curieux de savoir comment on obtient de la vapeur d'eau en brûlant du plastique, car là ça relève quasiment de l'alchimie.
Donc j'aimerais bien savoir comment on récupère les émanations toxiques, comment on les recycle.

a écrit : un tesson de bouteille en verre de 3 à 50 millions d'années, les épaves de navire en fer perdent 1 mm d’épaisseur tous les 2 ans, certaines coques vont jusqu'à 30 cm = 600 ans pour les portes avions coulés dans le Pacifique
attention, les aciers produits à partir des années 80 sont bien plus résistants
Les bouteilles en verre se casse et finisse en sable, les épaves offre un habitat pour une multitude d'espèces, le plastique lui n'offre rien

a écrit : Mais est-ce que t'aurais des sources consultables depuis mon ordi? Je trouve que les éléments que tu apportes sont super intêressant, surtout quand tu dis: "ce qui sort de ces usines aujourd'hui n'est pratiquement plus que de la vapeur d'eau." C'est surtout ce point-là sur lequel j�39;ai besoin de plus d'informations, pour pouvoir rebalancer mes idées comme citoyen, sur une question plus qu'importante. Afficher tout Et @Marius.P... Je suis en ce moment assez loin de la France. Je pourrais vous donner des "billes" consultables mais pas d'où je suis. Essayez de consulter les sites des "syndicats intercommunaux" qui gèrent ces usines d'incinération en France ; avec un exploitant en délégation de service public, mais les syndicats gèrent. Ce sont presque toujours des "SIDOMPE", "SIVOM", etc... Ce sont eux qui rédigent les bilans annuels et ils doivent être en ligne.
Concernant la "vapeur d'eau" qui sort des cheminées, elle est due au refroidissement des fours avec de l'eau ; ce n'est pas la fumée de ce qui brûle. C'est pour ça que c'est de la vapeur seulement. Une usine moderne gère et filtre en interne tous ses déchets, tous ses rejets, et recycle et valorise tout ce qu'elle peut ; parfois dans d'autres pays quand la filière n'existe pas en France. Ce sont surtout des cendres (REFIOM) et des mâchefers.
Pour info : de nouveaux process existent depuis peu qui refroidissent autrement ; même le panache blanc des cheminées disparaîtra aussi. Une usine dans les Yvelines est en train de s'en équiper ; coût, 70 millions d'€, deux ans de travaux.
J'espère vous avoir donné quelques renseignements utiles.

a écrit : Une bouteille plastique met entre 100 et 1000 ans à de décomposer, le polystyrène 1000... Le plastique c'est fantastique... Le problème n'est pas le plastique mais son utilisation ! C'est un matériau très résistant ... Pourquoi en faire (pour une certaine partie) des produits jetables ? Le plastique n'est pas plus polluant que n'importe quelle autre matière utiliser par l'homme ... Et il est aujourd'hui sûrement le matériau dont nous pourrions le moins nous passer ! Regarde autour de toi , tout est en plastique ! Les matériaux composites à partir de résine et fibre sont aussi du plastique . Réduire le plastique à "des verres et des bouteilles en plastique" c'est être idiot et hypocrite ...

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Je n'ai jamais dit le contraire. Le septième continent n'est pas un endroit unique : c'est cinq plaques de déchets plastiques qui tournent sur les différents espaces marins et océaniques de la Terre. C'est pour cela que j'ai dit que cette île était une partie du "septième continent", ceci mis entre guillemets... pour signifier implicitement que ces déchets font partie de la plus grande pollution sur les eaux ! Afficher tout On voit le plastique car il flotte , mais il y a bien plus de pollution sous marine, bateaux coulé, déchets lourd, ... Et de pollution de liquide qui sont le pire , le plus répandu , mais le moins visible, donc ce qui ne préoccupe le moins les pseudo défenseur de la planète ...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Et @Marius.P... Je suis en ce moment assez loin de la France. Je pourrais vous donner des "billes" consultables mais pas d'où je suis. Essayez de consulter les sites des "syndicats intercommunaux" qui gèrent ces usines d'incinération en France ; avec un exploitant en délégation de service public, mais les syndicats gèrent. Ce sont presque toujours des "SIDOMPE", "SIVOM", etc... Ce sont eux qui rédigent les bilans annuels et ils doivent être en ligne.
Concernant la "vapeur d'eau" qui sort des cheminées, elle est due au refroidissement des fours avec de l'eau ; ce n'est pas la fumée de ce qui brûle. C'est pour ça que c'est de la vapeur seulement. Une usine moderne gère et filtre en interne tous ses déchets, tous ses rejets, et recycle et valorise tout ce qu'elle peut ; parfois dans d'autres pays quand la filière n'existe pas en France. Ce sont surtout des cendres (REFIOM) et des mâchefers.
Pour info : de nouveaux process existent depuis peu qui refroidissent autrement ; même le panache blanc des cheminées disparaîtra aussi. Une usine dans les Yvelines est en train de s'en équiper ; coût, 70 millions d'€, deux ans de travaux.
J'espère vous avoir donné quelques renseignements utiles.
Afficher tout
Mais du coup c'est pas super convainquant, t'as plus l'air de quelqu'un qui mange à l'auge de l'incinération de déchet et du coup forcemment, pas objectif. Mais bon qui est objectif? On a tous des estomacs à remplir!

a écrit : Mais du coup c'est pas super convainquant, t'as plus l'air de quelqu'un qui mange à l'auge de l'incinération de déchet et du coup forcemment, pas objectif. Mais bon qui est objectif? On a tous des estomacs à remplir! Non, non, je t'assure que ne suis pas un "mort de faim" de l'incinération :) c'est une de mes activités seulement dans cet océan de dossiers que sont "l'environnement et les déchets"...
C'est juste que malgré les efforts permanents dans certains pays (comme la France), de tri, de valorisation, compost et autres, on produit encore des masses de déchets... et il faut bien s'en débarrasser. Sans être la panacée, l'incinération reste la meilleure solution tant qu'on aura pas autre chose, et pourvu bien sûr que les usines soient performantes. Et si je suis intervenu aujourd'hui c'est juste pour expliquer que l'incinération n'est plus ce qu'elle était.
Quoi alors ? Les décharges à ciel ouvert ? Comme j'en parlais, d'une île des Maldives sacrifiée en poubelle géante pour les autres ? Ou comme on en a eu une à Marseille pendant des années ? Merci bien, mais non... En tous cas pas pour moi.
Ou alors comme dans les pays peu développés dont tu parlais ? On balance tout au bord des routes ? dans les rivières ?
Moi je veux bien entendre des solutions, et les travailler... j'entends des critiques, mais pas de solutions.

On sait qu'il y a des déchets à cet endroit et on peut précisément en donner le nombre mais... On ne va pas les enlever ?!?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ce n'est pas le tout de recycler ces déchets. Encore faut-il mettre en place un système durable : même si demain vous recyclez l'ensemble de ces déchets, d'autres arriveront et d'ici 10 ans ça sera toujours le même problème. Ça ne fait que le repousser.

Une île à Kep (sud du Cambodge)
("l'île aux serpents") est dans la même situation que celle décrite dans l'anecdote. Un projet de recyclage est prévu depuis... 10 ans et rien n'est encore fait et, comme dit précédemment, ce n'est pas qqch de pérenne.

Pour finir, et concernant le 7ème continent, faisant référence à la terre de plastique (dans je ne sais plus quel océan), un étudiant en ingénierie de 21 ans, Boylan Slat, à eu l'idée d'un projet baptisé "The Ocean Cleanup", consistant à récupérer les déchets grâce à des barrières constituées de flotteurs allongés et de filets, en utilisant les courants marins (évitant ainsi une pollution via des "bateaux décharge")

Le projet est d'ailleurs mis en étude pendant un an en Mer du Nord.
Afficher tout
Epilogue: Les essaies ont échoués car le système de flottabilité n'était pas assez solide (rien de grave) du coup, il s'y remettent d'ici 1à 2ans ;)

a écrit : Non, non, je t'assure que ne suis pas un "mort de faim" de l'incinération :) c'est une de mes activités seulement dans cet océan de dossiers que sont "l'environnement et les déchets"...
C'est juste que malgré les efforts permanents dans certains pays (comme la France),
de tri, de valorisation, compost et autres, on produit encore des masses de déchets... et il faut bien s'en débarrasser. Sans être la panacée, l'incinération reste la meilleure solution tant qu'on aura pas autre chose, et pourvu bien sûr que les usines soient performantes. Et si je suis intervenu aujourd'hui c'est juste pour expliquer que l'incinération n'est plus ce qu'elle était.
Quoi alors ? Les décharges à ciel ouvert ? Comme j'en parlais, d'une île des Maldives sacrifiée en poubelle géante pour les autres ? Ou comme on en a eu une à Marseille pendant des années ? Merci bien, mais non... En tous cas pas pour moi.
Ou alors comme dans les pays peu développés dont tu parlais ? On balance tout au bord des routes ? dans les rivières ?
Moi je veux bien entendre des solutions, et les travailler... j'entends des critiques, mais pas de solutions.
Afficher tout
Okay, au temps pour moi alors.. Quand t'auras l'occase de m'indiquier des sources: j'essaierai de faire un tour ici de temps en temps, sûr un sujet très important. Ce serait sympa et utile pour appuyer ton témoignage. Evidemment faut bien se débarrasser des déchets, soit arrêter de les produire, mais là, il s'agirait d'une société oú la chose la plus importante ne serait pas l'argent.

Certaines villes argentines ont interdit les sacs plastiques. Ça va dans le bon sens mais c'est une goutte d'eau. Pour les incinérateurs j'imagine que tout dépend du filtre (dont il faudra bien faire quelque chose), mais ce doit être cher et dans le cadre des services publiques privatisés , cas assez typique du tiers-monde, une entreprise peut avoir tendance à le "rentabiliser" au maximum (quitte à balancer une paire de biftons de ci de là pour être plus tranquille). Ça pour les régions assez modernes, pour les plus pauvres evidemment on jette et parfois brûle à ciel ouvert (d'oú ma demande de sources sur la vapeur d'eau).

Maintenant si tu préfères des solutions, elles n'arriveront pas de sitôt: arrêter de produire des merdes en plastoc, et des merdes dans des coquilles en plastoc, ne faire que du solide fait pour durer. Faire des normes de standardisations pour pouvoir recycler les coques des divers appareil (là ça ferait carrement pays communiste). Interdire les emballages de plein de produits (même en papier), obligés à fonctionner selon un système de consigne. Enfin tu dois avoir plus d'idées que moi, allez..

a écrit : Okay, au temps pour moi alors.. Quand t'auras l'occase de m'indiquier des sources: j'essaierai de faire un tour ici de temps en temps, sûr un sujet très important. Ce serait sympa et utile pour appuyer ton témoignage. Evidemment faut bien se débarrasser des déchets, soit arrêter de les produire, mais là, il s'agirait d'une société oú la chose la plus importante ne serait pas l'argent.

Certaines villes argentines ont interdit les sacs plastiques. Ça va dans le bon sens mais c'est une goutte d'eau. Pour les incinérateurs j'imagine que tout dépend du filtre (dont il faudra bien faire quelque chose), mais ce doit être cher et dans le cadre des services publiques privatisés , cas assez typique du tiers-monde, une entreprise peut avoir tendance à le "rentabiliser" au maximum (quitte à balancer une paire de biftons de ci de là pour être plus tranquille). Ça pour les régions assez modernes, pour les plus pauvres evidemment on jette et parfois brûle à ciel ouvert (d'oú ma demande de sources sur la vapeur d'eau).

Maintenant si tu préfères des solutions, elles n'arriveront pas de sitôt: arrêter de produire des merdes en plastoc, et des merdes dans des coquilles en plastoc, ne faire que du solide fait pour durer. Faire des normes de standardisations pour pouvoir recycler les coques des divers appareil (là ça ferait carrement pays communiste). Interdire les emballages de plein de produits (même en papier), obligés à fonctionner selon un système de consigne. Enfin tu dois avoir plus d'idées que moi, allez..
Afficher tout
Il n'y a pas sur ce site une possibilité de continuer un "duo" pour cesser d'emmerder le monde avec nos débats ? ;) Il me semble que oui, mais je ne sais plus..
Sinon... oui des efforts sont faits en France (et ailleurs) sur les emballages, le tri, qui réduisent considérablement nos déchets. Pour te donner un exemple, une usine conditionnée pour 500 000 habitants brûlait en moyenne il y a 10 ans 240 000 tonnes de déchets/an (énorme hein ?)... aujourd'hui, la même usine brûle à peu près 180 000 tonnes. Ç'est un gros effort, mais c'est toujours énorme, et on est loin du compte ; on peut faire sûrement encore mieux, mais ne rêvons pas ; il en restera toujours... Et pour en arriver là il a fallu des centres de tri au coûts d'installations importants aussi, et mettre en place des filières de recyclage ! Sinon, le centre de tri ne sert à rien... alors on en est encore plus loin dans les pays pauvres ou en voie de développement...
Et puis tout cela coûte cher aux contribuables : brûler coûte environ 5€/tonne, quand trier les bouteilles plastique coûte 12€/tonne... Tu l'as compris, l'argent est le nerf de cette guerre.

a écrit : En 1820, L'essex, un baleinier, se fait attaquer par un cachalot. Le bateau prend l'eau, mais assez lentement, ce qui a permis a l’équipage de se préparer et de se sauver avec trois baleinières, remplis de vivres. Ils dérivent pendant plusieurs jours et finissent par arriver dans l’île d'Henderson. Ayant peu de resources, il n'y restent qu'une semaine. sur les 20 naufragés, 17 décident de quitter l'ile pour essayer de trouver du secours, tandis que trois personne préfèrent rester sur l'ile.
Les conditions de voyages sont assez terribles (la page wikipedia est assez complète pour ce que ça intéresse), et si les premiers morts sont jetés a l'eau, ils seront par la suite mangés par les survivants.
Sur les 17 personnes, seuls 5 personnes ont survécu, qui ont ensuite sauvé les trois personnes resté sur l'ile.
Cette histoire inspirera par la suite le roman Moby Dick
Afficher tout
Un film retrace cette histoire :

"Au coeur de l'océan"

Posté le

android

(0)

Répondre

Arrêtons de rêver à un monde meilleur... Rendons meilleur le monde dans lequel nous vivons. Boicote des produits sur emballé de plastique d'origine pétrolier. Privilégier les plastiques d'origine végétale (et oui ils existent déjà....même certain grand distributeur s'y mettent). Soyons eco-responsable bordel ! Nous nous indignons tous de cette pollution mais croisons tous les jours dans la nature des emballages de biscuits ou autres nourriture industrielle. Les ramassez vous ? Quand vous achetez un pack de bouteilles dans vos superbe hyper market... Ne prenez que les 6 bouteilles laissez sur place le sur emballage plastique vous en avez parfaitement le droit (idem pour les yaourt ou autre "pack"). Le pouvoir du changement c'est la force du citoyen consommateur pas celle du lobie politico-industriel. Rien ne sera efficace sans un changement de comportement des ultra consommateur que vous êtes. Je finirais par cette citation d'un humaniste humoriste partie beaucoup trop tôt :"Quand on pense qu'il suffirait que les gens n'achète plus ces produits pour que ça ne se vende pas..."

Posté le

android

(0)

Répondre