De la bave de limace pour recoudre lors de chirurgies

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Pour avoir une meilleur idée de la puissance de leur bave, je vous invite a taper " reproduction des limaces" sur l'hébergeur vidéo de votre choix. Étonnant.

Posté le

android

(102)

Répondre

a écrit : Ils sont quand même allés jusqu'à percer le coeur d'un porc bien vivant pour pouvoir tester leur adhésif. Pas sûr qu ce soit super éthique... :/ Si tu avais lu les sources tu aurais appris que le coeur a été prélever sur un cochon mort et que le sicle des battements a été re créer artificiellement ...

a écrit : Ils sont quand même allés jusqu'à percer le coeur d'un porc bien vivant pour pouvoir tester leur adhésif. Pas sûr qu ce soit super éthique... :/ Ah, parce qu'il existe un principe éthique selon lequel on ne peut pas percer le coeur d'un cochon ? Sans doute le même qui interdit de trouer les boyaux sous peine de rater la confection de la saucisse ou du boudin...

Posté le

android

(74)

Répondre


Tous les commentaires (25)

Pour avoir une meilleur idée de la puissance de leur bave, je vous invite a taper " reproduction des limaces" sur l'hébergeur vidéo de votre choix. Étonnant.

Posté le

android

(102)

Répondre

La première source parle d'une couche "électriquement chargée", ce qui conduire à une confusion. On ne charge rien.
Il s'agit plutôt d'un liaison ionique, à l'échelle de l'atome, du type Na+ et Cl-, spontanée quand certains matériaux sont en présence.

a écrit : La première source parle d'une couche "électriquement chargée", ce qui conduire à une confusion. On ne charge rien.
Il s'agit plutôt d'un liaison ionique, à l'échelle de l'atome, du type Na+ et Cl-, spontanée quand certains matériaux sont en présence.
En réalité, il semblerait que la couche "électriquement chargée" permettent l'adhérence des deux couches de matériaux utilisés, leur permettant de se coller entre elles et de se coller à l'organe perforé tout en résistant "au sang et au mouvement, ce qui le rend compatible avec un usage in vivo."

La première couche permet au pansement de rester sur l'organe. La seconde, superposée sur la première, permet à ladite premier couche de ne pas se détacher à cause du mouvement de l'organe (battement du coeur par exemple) et des liquides s'en écoulant (du sang par exemple)

Mes connaissances scientifiques étant limitées, il se peut que je me trompe. Si un connaisseur pouvait me corriger si besoin.

Posté le

android

(31)

Répondre

Ils sont quand même allés jusqu'à percer le coeur d'un porc bien vivant pour pouvoir tester leur adhésif. Pas sûr qu ce soit super éthique... :/

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ils sont quand même allés jusqu'à percer le coeur d'un porc bien vivant pour pouvoir tester leur adhésif. Pas sûr qu ce soit super éthique... :/ Si tu avais lu les sources tu aurais appris que le coeur a été prélever sur un cochon mort et que le sicle des battements a été re créer artificiellement ...

a écrit : Ils sont quand même allés jusqu'à percer le coeur d'un porc bien vivant pour pouvoir tester leur adhésif. Pas sûr qu ce soit super éthique... :/ Ah, parce qu'il existe un principe éthique selon lequel on ne peut pas percer le coeur d'un cochon ? Sans doute le même qui interdit de trouer les boyaux sous peine de rater la confection de la saucisse ou du boudin...

Posté le

android

(74)

Répondre

a écrit : En réalité, il semblerait que la couche "électriquement chargée" permettent l'adhérence des deux couches de matériaux utilisés, leur permettant de se coller entre elles et de se coller à l'organe perforé tout en résistant "au sang et au mouvement, ce qui le rend compatible avec un usage in vivo."

La première couche permet au pansement de rester sur l'organe. La seconde, superposée sur la première, permet à ladite premier couche de ne pas se détacher à cause du mouvement de l'organe (battement du coeur par exemple) et des liquides s'en écoulant (du sang par exemple)

Mes connaissances scientifiques étant limitées, il se peut que je me trompe. Si un connaisseur pouvait me corriger si besoin.
Afficher tout
"Mes connaissances scientifiques étant limitées, il se peut que je me trompe. Si un connaisseur pouvait me corriger si besoin."

En effet, la première source est d'un journaliste qui semble croire que ce n'est qu'un phénomène d'attraction électrostatique (hypothèse insoutenable en milieu aqueux), et la seconde est correcte mais ne donne qu'un bref résumé.

Il faut raisonner en termes de nano-sciences et de chimie quantique pour comprendre la nature des différentes liaisons. Cela ne peut être expliqué en quelques mots, mais il faut retenir que les propriétés à cette échelle sont aussi fondamentales (par exemple dans la constitution des protéines) que déroutantes.

Très schématiquement, on peut penser à l'image d'atomes cédant "volontiers" un ou des électrons à d'autres "désireux" de les accepter, mais en fait la modélisation du mécanisme est fortement mathématique (comportement des fonctions d'onde).

Un point d'entrée pédagogique dans ce monde difficilement accessible aux profanes pourrait être un cours indien:
www.youtube.com/playlist?list=PLbMVogVj5nJRiUhnP3bleX5Kp3ljZaX1C

a écrit : Si tu avais lu les sources tu aurais appris que le coeur a été prélever sur un cochon mort et que le sicle des battements a été re créer artificiellement ... L'orthographe c'est pas pour les cochons :)

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : L'orthographe c'est pas pour les cochons :) *ce n'est

La grammaire non plus. Et je sais de quoi je parle ;)

a écrit : L'orthographe c'est pas pour les cochons :) Ah ou "sicle" c'est vrai que ça pique les yeux xD.
Désoler j'essaye de m'appliquer mais l'orthographe et la conjugaison sont pas mon fort.

a écrit : Ils sont quand même allés jusqu'à percer le coeur d'un porc bien vivant pour pouvoir tester leur adhésif. Pas sûr qu ce soit super éthique... :/ Hum. Encore une de ces personnes qui ne comprennent pas qu'aucun développement important ne peut se faire sans sacrifices.

Posté le

android

(0)

Répondre

Sinon, dans le même genre, certains chirurgiens utilisent du bissus de moule pour suturer les plaies. Ca ne laisse presque aucune cicatrice. Le bissus est ce qui permet aux moules de s'attacher solidement aux rochers. Ca résiste aux marées, vagues, sel marin, etc... je vous conseille de regarder les vidéos d'Idriss Aberkane sur le biomimétisme, ou comment nous nous inspirons des animaux pour développer de nouvelles technologies.

a écrit : La première source parle d'une couche "électriquement chargée", ce qui conduire à une confusion. On ne charge rien.
Il s'agit plutôt d'un liaison ionique, à l'échelle de l'atome, du type Na+ et Cl-, spontanée quand certains matériaux sont en présence.
Ah cette bonne vieille liaison ionique... Classique et efficace ! For sure

Posté le

android

(0)

Répondre

Encore une fois, et pour ne pas changer, tout est vraiment dans la nature.

a écrit : La première source parle d'une couche "électriquement chargée", ce qui conduire à une confusion. On ne charge rien.
Il s'agit plutôt d'un liaison ionique, à l'échelle de l'atome, du type Na+ et Cl-, spontanée quand certains matériaux sont en présence.
La culture, la confiture etc...

a écrit : Ah, parce qu'il existe un principe éthique selon lequel on ne peut pas percer le coeur d'un cochon ? Sans doute le même qui interdit de trouer les boyaux sous peine de rater la confection de la saucisse ou du boudin... Bonsoir,
Je ne me suis jamais exprimé sur le forum mais je trouve ton explication bien trop évasive sur un sujet qui me passionne. Apparement tu maitrises les bouts et les aboutissants, peux tu être plus clair et nous expliquer ces liaisons?

a écrit : Bonsoir,
Je ne me suis jamais exprimé sur le forum mais je trouve ton explication bien trop évasive sur un sujet qui me passionne. Apparement tu maitrises les bouts et les aboutissants, peux tu être plus clair et nous expliquer ces liaisons?
C'est ça, je maîtrise les bouts du boudin ! Et même les deux bouts. Car comme disait le regretté Raymond Devos, un boudin, c'est comme un bois, ça a deux bouts. D'où la nécessité de toujours préciser si l'on parle des deux bouts d'un bois ou des deux bouts d'un boudin...

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : La culture, la confiture etc... Réplique usée jusqu'à la corde, de la part de ceux qui n'ont rien à étaler, contre ceux qui ne voudraient que mettre en garde contre des idées fausses.

L'exclamation "Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver!" (Baldus von Shirach, 1933, devant un rassemblement nazi) est analogue mais préférable car comique.

Bravo encore une révolution pour l'humanité un grand pas pour la médecine! Ce qui est drôle je trouve c'est le côté un peu sorcier! Bave de limace ! Bientôt un sérum aux oeufs de cailles pourris !

Posté le

android

(1)

Répondre