La seule femme ayant des fonctions de haut rang chez les nazis devait promouvoir leur action auprès des femmes

Proposé par
le

À l'exception de Gertrud Scholtz-Klink, aucune femme ne fut amenée à occuper des fonctions de haut rang durant le nazisme. Elle fut la seule femme à participer à des réunions d'état et à pouvoir rencontrer les dirigeants du Reich. Elle était en charge de diffuser la propagande de l'idéal féminin nazi.


Commentaires préférés (3)

Complément : elle avait une réelle influence sur les femmes qui représentaient environ 40% des effectifs. Elle a écrit plus de 50 livres et brochures entre 1933 et 1944.
Les leaders du partie ne la prenait pas réellement au sérieux pour autant.

a écrit : Après la guerre et une petite peine, elle vécue heureuse ayant eu une boulangerie un temps, puis écrits des bouquins elle s'éteindra dans son village de Bebenhausen. C'est dégueulasse! Elle aurait du être pendue!

Wiki: "Elle défend son action en faveur de l'idéologie nationale-social
iste, agrémentant ses textes de nombreux anciens discours : « Jusqu'à ce qu'un jour le nom du Führer pénétrât notre conscience, le nom d'un soldat du front qui secoua notre peuple de sa léthargie, nous montra la lumière là où nous ne voyions que l'obscurité, qui ne nous lâcha plus" Afficher tout
Je me n'y connais pas trop, mais il me semble que les seules personnes pendues aient été les personnes qui dirigeaient les camps de concentration/qui avaient des responsabilités dans la Shoah. Si quelqu'un s'y connait, qu'il m'apporte sa lumière !
Son rôle était plus de la propagande auprès des femmes.
Je ne la défends pas du tout, mais elle n'a pas eu la même implication que des monstres qui ont tué des millions de Juifs.

Posté le

android

(75)

Répondre

Pour ce qui est des femmes sous le régime nazi, on peut également citer l'épouse de Joseph Goebbels, le ministre de la propagande. Magda Goebbels, qui eut six enfants avec son mari, était tellement imprégnée de l'endoctrinement nazi qu'elle nomma ses six enfants avec des prénoms dont l'initiale était H, en l'honneur d'Hitler : Helga, Hildegard, Helmut, Holdine, Hedwige et Heidrun. Surnommée la "Plus grande mère du Reich" par la propagande nazie, elle incarnait le rôle absolu de la femme dans ce régime : la maternité (de beaux et blonds enfants aryens...).

Elle les a tous assassinés de sa main, en les anesthésiant avec de la morphine et en leur cassant des capsules de cyanure dans la bouche, le premier mai 1945, lendemain de la mort d'Hitler, avant qu'elle et son mari ne se suicident. Elle ne voulait pas qu'ils vivent dans un monde sans nazisme, alors que son führer venait de se suicider et que les Russes prenaient le contrôle de Berlin et que la Wermacht se rendait unité après unité, la défaite du Reich étant inéluctable.

Cet épisode apparaît notamment dans le film allemand La Chute, qui retrace les derniers jours d'Hitler et ses proches dans son bunker berlinois.


Tous les commentaires (39)

Une femme c'est déjà bien pour ce genre d'organisation.

Complément : elle avait une réelle influence sur les femmes qui représentaient environ 40% des effectifs. Elle a écrit plus de 50 livres et brochures entre 1933 et 1944.
Les leaders du partie ne la prenait pas réellement au sérieux pour autant.

Après la guerre et une petite peine, elle vécue heureuse ayant eu une boulangerie un temps, puis écrits des bouquins elle s'éteindra dans son village de Bebenhausen. C'est dégueulasse! Elle aurait du être pendue!

Wiki: "Elle défend son action en faveur de l'idéologie nationale-socialiste, agrémentant ses textes de nombreux anciens discours : « Jusqu'à ce qu'un jour le nom du Führer pénétrât notre conscience, le nom d'un soldat du front qui secoua notre peuple de sa léthargie, nous montra la lumière là où nous ne voyions que l'obscurité, qui ne nous lâcha plus"

Elle devait se sentir petite parmi ces tous théoriciens de la grande race.

a écrit : Après la guerre et une petite peine, elle vécue heureuse ayant eu une boulangerie un temps, puis écrits des bouquins elle s'éteindra dans son village de Bebenhausen. C'est dégueulasse! Elle aurait du être pendue!

Wiki: "Elle défend son action en faveur de l'idéologie nationale-social
iste, agrémentant ses textes de nombreux anciens discours : « Jusqu'à ce qu'un jour le nom du Führer pénétrât notre conscience, le nom d'un soldat du front qui secoua notre peuple de sa léthargie, nous montra la lumière là où nous ne voyions que l'obscurité, qui ne nous lâcha plus" Afficher tout
Je me n'y connais pas trop, mais il me semble que les seules personnes pendues aient été les personnes qui dirigeaient les camps de concentration/qui avaient des responsabilités dans la Shoah. Si quelqu'un s'y connait, qu'il m'apporte sa lumière !
Son rôle était plus de la propagande auprès des femmes.
Je ne la défends pas du tout, mais elle n'a pas eu la même implication que des monstres qui ont tué des millions de Juifs.

Posté le

android

(75)

Répondre

A cette époque, peu importe le pays, la femme avait une condition plus que limite dans la société qui se voulait patriarcale. Il a fallu attendre l'après guerre pour voir la femme s'émanciper. Mais même encore aujourd'hui, malgré de grand progrès, il reste du travail à effectuer pour faire bouger les mentalités mysogines qui gangrène notre société.

Posté le

android

(17)

Répondre

Pour ce qui est des femmes sous le régime nazi, on peut également citer l'épouse de Joseph Goebbels, le ministre de la propagande. Magda Goebbels, qui eut six enfants avec son mari, était tellement imprégnée de l'endoctrinement nazi qu'elle nomma ses six enfants avec des prénoms dont l'initiale était H, en l'honneur d'Hitler : Helga, Hildegard, Helmut, Holdine, Hedwige et Heidrun. Surnommée la "Plus grande mère du Reich" par la propagande nazie, elle incarnait le rôle absolu de la femme dans ce régime : la maternité (de beaux et blonds enfants aryens...).

Elle les a tous assassinés de sa main, en les anesthésiant avec de la morphine et en leur cassant des capsules de cyanure dans la bouche, le premier mai 1945, lendemain de la mort d'Hitler, avant qu'elle et son mari ne se suicident. Elle ne voulait pas qu'ils vivent dans un monde sans nazisme, alors que son führer venait de se suicider et que les Russes prenaient le contrôle de Berlin et que la Wermacht se rendait unité après unité, la défaite du Reich étant inéluctable.

Cet épisode apparaît notamment dans le film allemand La Chute, qui retrace les derniers jours d'Hitler et ses proches dans son bunker berlinois.

a écrit : Complément : elle avait une réelle influence sur les femmes qui représentaient environ 40% des effectifs. Elle a écrit plus de 50 livres et brochures entre 1933 et 1944.
Les leaders du partie ne la prenait pas réellement au sérieux pour autant.
Du parti

Posté le

android

(0)

Répondre

Bah de toutes façons des femmes à fonctions de haut-rang hein... à l'époque.. si c'était pas pour faire la propagande de la ponte de petits soldats blonds elle serait quasi un exemple de feminisme l'allemagne nazi!

a écrit : Je me n'y connais pas trop, mais il me semble que les seules personnes pendues aient été les personnes qui dirigeaient les camps de concentration/qui avaient des responsabilités dans la Shoah. Si quelqu'un s'y connait, qu'il m'apporte sa lumière !
Son rôle était plus de la propagande aup
rès des femmes.
Je ne la défends pas du tout, mais elle n'a pas eu la même implication que des monstres qui ont tué des millions de Juifs.
Afficher tout
Juifs, tzigane, opposants politique, homosexuel, déficients mentaux, communiste...

a écrit : Pour ce qui est des femmes sous le régime nazi, on peut également citer l'épouse de Joseph Goebbels, le ministre de la propagande. Magda Goebbels, qui eut six enfants avec son mari, était tellement imprégnée de l'endoctrinement nazi qu'elle nomma ses six enfants avec des prénoms dont l'initiale était H, en l'honneur d'Hitler : Helga, Hildegard, Helmut, Holdine, Hedwige et Heidrun. Surnommée la "Plus grande mère du Reich" par la propagande nazie, elle incarnait le rôle absolu de la femme dans ce régime : la maternité (de beaux et blonds enfants aryens...).

Elle les a tous assassinés de sa main, en les anesthésiant avec de la morphine et en leur cassant des capsules de cyanure dans la bouche, le premier mai 1945, lendemain de la mort d'Hitler, avant qu'elle et son mari ne se suicident. Elle ne voulait pas qu'ils vivent dans un monde sans nazisme, alors que son führer venait de se suicider et que les Russes prenaient le contrôle de Berlin et que la Wermacht se rendait unité après unité, la défaite du Reich étant inéluctable.

Cet épisode apparaît notamment dans le film allemand La Chute, qui retrace les derniers jours d'Hitler et ses proches dans son bunker berlinois.
Afficher tout
Hitler c'est suicidé dans son bunker , ça c'est qu'on apprend à l'école . Il va bientôt être dévoilé quelque chose de plus surprenant à ce niveau la !!

Elle a vécu très longtemps et est resté nazi jusqu'à sa mort après très peu temps de prison!!! Alors qu'elle méritait le même châtiment que les autres dignitaires....

a écrit : Juifs, tzigane, opposants politique, homosexuel, déficients mentaux, communiste... Oui, j'ai fait un gros raccourci effectivement, par contre je ne vois pas pourquoi citer les "communistes". Alors, il faut citer les "capitalistes, socialistes".

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pour ce qui est des femmes sous le régime nazi, on peut également citer l'épouse de Joseph Goebbels, le ministre de la propagande. Magda Goebbels, qui eut six enfants avec son mari, était tellement imprégnée de l'endoctrinement nazi qu'elle nomma ses six enfants avec des prénoms dont l'initiale était H, en l'honneur d'Hitler : Helga, Hildegard, Helmut, Holdine, Hedwige et Heidrun. Surnommée la "Plus grande mère du Reich" par la propagande nazie, elle incarnait le rôle absolu de la femme dans ce régime : la maternité (de beaux et blonds enfants aryens...).

Elle les a tous assassinés de sa main, en les anesthésiant avec de la morphine et en leur cassant des capsules de cyanure dans la bouche, le premier mai 1945, lendemain de la mort d'Hitler, avant qu'elle et son mari ne se suicident. Elle ne voulait pas qu'ils vivent dans un monde sans nazisme, alors que son führer venait de se suicider et que les Russes prenaient le contrôle de Berlin et que la Wermacht se rendait unité après unité, la défaite du Reich étant inéluctable.

Cet épisode apparaît notamment dans le film allemand La Chute, qui retrace les derniers jours d'Hitler et ses proches dans son bunker berlinois.
Afficher tout
Petite remarque sur ce commentaire excellent (comme tous ceux de LouisXI).
Le titre originel "der Untergang", est beaucoup plus fort que "la Chute" ou "Downfall", dont on peut se relever, comme cela a été "traduit". Le sens en allemand est de perdition totale, de dissolution définive et sans espoir.
En lisant les critiques de l'époque, qui se fondaient peut-être sous des sous-titres mal formulés mais que je n'ai pas vus, j'ai été surpris de voir que l'on reprochait au film de donner un visage humain à l'intéressé.
Il est au contraire bien présenté comme une loque, physiquement et mentalement, et hargneuse jusqu'à l'absurde, complètement irrécupérable. Triste à dire, mais la moins mauvaise chose qu'il ait faite en sa vie a été de se suicider.

a écrit : Petite remarque sur ce commentaire excellent (comme tous ceux de LouisXI).
Le titre originel "der Untergang", est beaucoup plus fort que "la Chute" ou "Downfall", dont on peut se relever, comme cela a été "traduit". Le sens en allemand est de perdition totale, de dissolutio
n définive et sans espoir.
En lisant les critiques de l'époque, qui se fondaient peut-être sous des sous-titres mal formulés mais que je n'ai pas vus, j'ai été surpris de voir que l'on reprochait au film de donner un visage humain à l'intéressé.
Il est au contraire bien présenté comme une loque, physiquement et mentalement, et hargneuse jusqu'à l'absurde, complètement irrécupérable. Triste à dire, mais la moins mauvaise chose qu'il ait faite en sa vie a été de se suicider.
Afficher tout
Le film a été taxé de "trop gentil" avec Adolf Hitler car il lui donnait une image "trop" humaine, ce à quoi le réalisateur (?) a répondu que qu'on le veuille ou pas, Adolf Hitler était un humain comme vous et moi, et qu'un énergumène comme ça avec des idées aussi extrêmes pouvait voir le jour à nouveau n'importe quand. Pour le coup, je trouve que c'était une belle leçon d'humanité.

a écrit : Oui, j'ai fait un gros raccourci effectivement, par contre je ne vois pas pourquoi citer les "communistes". Alors, il faut citer les "capitalistes, socialistes". Il me semble qu'il était prévu que les communistes fassent les frais du programme d'extermination systématique mis en place par les nazis, contrairement aux capitalistes et aux socialistes. D'ailleurs l'idéologie du nazisme se réclamait du socialisme.

Bref pour en revenir à l'anecdote, qu'on retrouve peu de femmes aux hautes fonctions sous l'Allemagne nazie ne m'étonne qu'à moitié. Il suffit de voir la place réservée à la femme dans la théorie nazie. Elle était considérée comme une mère de famille "aryenne" qui élevait ses enfants dans le dévouement au nazisme. C'est bien pour ça qu'Adolf Hitler a désigné Magda Goebbels comme la mère la plus "méritante" d'Allemagne.

a écrit : Il me semble qu'il était prévu que les communistes fassent les frais du programme d'extermination systématique mis en place par les nazis, contrairement aux capitalistes et aux socialistes. D'ailleurs l'idéologie du nazisme se réclamait du socialisme. J'imagine avoir une idée assez claire de ce qu'est le communisme, ayant lu le manifeste de 1848, l'essentiel de Marx, un peu de Lénine et un tout petit peu de Mao.
En revanche "socialisme" est complètement flou dans mon esprit, j'ai l'impression que ce mot est mis à toutes les sauces.
Merci d'avance à ceux/celles qui pourraient m'éclairer.

Serait elle la femme du colonel Klink qui dirige le stalag 13 ?

Posté le

android

(4)

Répondre