Hitchcock tournait le moins possible

Proposé par
Invité
le

Commentaires préférés (3)

Car le problème aux USA est que c'est le producteur qui a le dernier mot sur le montage,etc.. au détriment du réalisateur ça dénature le film dans le plus souvent des cas en l'aseptisant par exemple pour pouvoir le classer dans une classe d'âge tout public.

Posté le

windowsphone

(170)

Répondre

a écrit : Car le problème aux USA est que c'est le producteur qui a le dernier mot sur le montage,etc.. au détriment du réalisateur ça dénature le film dans le plus souvent des cas en l'aseptisant par exemple pour pouvoir le classer dans une classe d'âge tout public. Problématique plus d'actualité que jamais avec certains block busters dont les cut finaux sont décidés par les actionnaires. Cela pose problème dant la mesure oú ces actionnaires n'ont aucune compétence en réalisation et ont uniquement en tête l'idée de profits. L'exemple récent le plus décrié étant Suicide Squad qui a suscité des critiques comme j'en avais rarement vues, et dont on voit ces cuts jusque dans la bande annonce qui présente des images qui n'apparaissent pas dans la version diffusée au cinéma.

Posté le

android

(189)

Répondre

a écrit : Car le problème aux USA est que c'est le producteur qui a le dernier mot sur le montage,etc.. au détriment du réalisateur ça dénature le film dans le plus souvent des cas en l'aseptisant par exemple pour pouvoir le classer dans une classe d'âge tout public. j'ai bien envie de modifier le montage de ta phrase.


Tous les commentaires (13)

Car le problème aux USA est que c'est le producteur qui a le dernier mot sur le montage,etc.. au détriment du réalisateur ça dénature le film dans le plus souvent des cas en l'aseptisant par exemple pour pouvoir le classer dans une classe d'âge tout public.

Posté le

windowsphone

(170)

Répondre

a écrit : Car le problème aux USA est que c'est le producteur qui a le dernier mot sur le montage,etc.. au détriment du réalisateur ça dénature le film dans le plus souvent des cas en l'aseptisant par exemple pour pouvoir le classer dans une classe d'âge tout public. Problématique plus d'actualité que jamais avec certains block busters dont les cut finaux sont décidés par les actionnaires. Cela pose problème dant la mesure oú ces actionnaires n'ont aucune compétence en réalisation et ont uniquement en tête l'idée de profits. L'exemple récent le plus décrié étant Suicide Squad qui a suscité des critiques comme j'en avais rarement vues, et dont on voit ces cuts jusque dans la bande annonce qui présente des images qui n'apparaissent pas dans la version diffusée au cinéma.

Posté le

android

(189)

Répondre

a écrit : Car le problème aux USA est que c'est le producteur qui a le dernier mot sur le montage,etc.. au détriment du réalisateur ça dénature le film dans le plus souvent des cas en l'aseptisant par exemple pour pouvoir le classer dans une classe d'âge tout public. j'ai bien envie de modifier le montage de ta phrase.

Il avait aussi un truc pour filmer à peu près ce qu'il voulait malgré la censure : il rajoutait des scènes osées dans le scénario de façon à pouvoir négocier avec la censure : "OK cette scène est trop osée, je l'enlève, mais vous me laissez celle là qui est quand même moins osée" et finir par aboutir à un scénario validé qui correspondait à peu près à ce qu'il voulait au départ... Pour la fameuse scène de la douche dans psychose, l'actrice a quand même dû revêtir une combinaison couleur chair car il ne fallait pas montrer une femme nue... L'actrice racontait qu'il n'y avait jamais autant eu d'éclairagistes et autres techniciens affairés dans les échafaudages autour du plateau que pour le tournage de cette scène, qui espéraient pouvoir apercevoir quelquechose... Alors bien sûr elle portait cette combinaison faite d'une sorte de caoutchouc donc il n'y avait rien à voir... Mais à force de la retirer et réenfiler à chaque prise de vue, et avec l'eau chaude, la combinaison a fini par lâcher, juste à temps : la dernière scène était tournée mais les techniciens dans les échafaudages se sont bien rincé l'œil !

Posté le

android

(45)

Répondre

Les versions Director's Cut permettent de découvrir, la plupart du temps lors de la sortie Dvd/Blu-ray, le montage du réalisateur. Parfois même, une exploitation salle de ces versions peut avoir lieu.

a écrit : Il avait aussi un truc pour filmer à peu près ce qu'il voulait malgré la censure : il rajoutait des scènes osées dans le scénario de façon à pouvoir négocier avec la censure : "OK cette scène est trop osée, je l'enlève, mais vous me laissez celle là qui est quand même moins osée" et finir par aboutir à un scénario validé qui correspondait à peu près à ce qu'il voulait au départ... Pour la fameuse scène de la douche dans psychose, l'actrice a quand même dû revêtir une combinaison couleur chair car il ne fallait pas montrer une femme nue... L'actrice racontait qu'il n'y avait jamais autant eu d'éclairagistes et autres techniciens affairés dans les échafaudages autour du plateau que pour le tournage de cette scène, qui espéraient pouvoir apercevoir quelquechose... Alors bien sûr elle portait cette combinaison faite d'une sorte de caoutchouc donc il n'y avait rien à voir... Mais à force de la retirer et réenfiler à chaque prise de vue, et avec l'eau chaude, la combinaison a fini par lâcher, juste à temps : la dernière scène était tournée mais les techniciens dans les échafaudages se sont bien rincé l'œil ! Afficher tout Peux tu nous donner tes sources ? Car je n'ai absolument jamais entendu parlé de cela et ça m'intéresse d'en savoir plus.

Hitchcock travaille essenciellement sa mise en scene a partir de storyboards, c est un des realisateurs pionnier de cette methode de production en dehors du cinema d'animation, cela explique également que les prises de vues soient peu nombreuses au moment du montage.

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Il avait aussi un truc pour filmer à peu près ce qu'il voulait malgré la censure : il rajoutait des scènes osées dans le scénario de façon à pouvoir négocier avec la censure : "OK cette scène est trop osée, je l'enlève, mais vous me laissez celle là qui est quand même moins osée" et finir par aboutir à un scénario validé qui correspondait à peu près à ce qu'il voulait au départ... Pour la fameuse scène de la douche dans psychose, l'actrice a quand même dû revêtir une combinaison couleur chair car il ne fallait pas montrer une femme nue... L'actrice racontait qu'il n'y avait jamais autant eu d'éclairagistes et autres techniciens affairés dans les échafaudages autour du plateau que pour le tournage de cette scène, qui espéraient pouvoir apercevoir quelquechose... Alors bien sûr elle portait cette combinaison faite d'une sorte de caoutchouc donc il n'y avait rien à voir... Mais à force de la retirer et réenfiler à chaque prise de vue, et avec l'eau chaude, la combinaison a fini par lâcher, juste à temps : la dernière scène était tournée mais les techniciens dans les échafaudages se sont bien rincé l'œil ! Afficher tout Mon premier com était évidement ironique ... car en réalité seul la tête et les mains étaient de la comédienne, le reste c'est une doublure qui était réellement nue. Et les plans de la douche on pris 7 jours à être tournées. Donc je ne sais vraiment pas où tu es allé chercher cette histoire. www.liberation.fr/cahier-special/2007/07/30/psychose-meurtre-fantasmatique_99078

Je ne suis pas allé la chercher cette histoire, elle est venue à moi par la magie des ondes (càd dans une émission de radio). C'était il y a longtemps mais je ne pense pas que ma mémoire me joue des tours. Le fait que ce soit le dos nu d'une doublure qui apparaît à l'écran n'exclut pas le fait que la comédienne tournait ses scènes sous la douche vêtue d'une combinaison en plastique souple (qu'on ne voyait pas ou très peu à l'écran) pour préserver sa pudeur sur le plateau de tournage et qu'elle a fini par lâcher...

Posté le

android

(9)

Répondre

C'est la vague du Nouvel Hollywood, dans les années 1970, qui a profondément modifié le statut du réalisateur aux Etats-Unis. Alors qu'il n'était qu'un simple exécutant, il devient le véritable chef et auteur de son film avec Coppola, Scorcese, Bogdanovich, Altman etc. Par la suite, Spielberg et Lucas exploiteront les plein pouvoirs pour "inventer" le blockbuster, avec Jaws et Star Wars. C'est aussi au début des années 1980 que les séries américaines connaissent leur deuxième âge d'or en créant le statut de showrunner avec Hill Street Blues, première série prémonitoire des grandes séries HBO du troisième et actuel âge d'or des séries. Le showrunner a le mot final sur tout, le casting, le scénario, la direction etc.
En gros, au cinéma comme à la télé, les producteurs laissent les créateurs faire ce qu'ils veulent depuis 40 ans, du moment que ça rapporte du fric. C'est grâce à ce système que nous avons des pépites comme Sopranos ou The Wire, alors que les Français subissaient Hélène et les garçons. C'est depuis que nous avons compris que la créativité et l'audace sont aussi des attentes du public qui n'est pas forcément con que nous avons enfin des bijoux comme Le Bureau des Légendes.
Si vous voulez en savoir plus, lisez Le nouvel Hollywood de Biskind, et Des hommes tourmentés pour les séries.

a écrit : Il avait aussi un truc pour filmer à peu près ce qu'il voulait malgré la censure : il rajoutait des scènes osées dans le scénario de façon à pouvoir négocier avec la censure : "OK cette scène est trop osée, je l'enlève, mais vous me laissez celle là qui est quand même moins osée" et finir par aboutir à un scénario validé qui correspondait à peu près à ce qu'il voulait au départ... Pour la fameuse scène de la douche dans psychose, l'actrice a quand même dû revêtir une combinaison couleur chair car il ne fallait pas montrer une femme nue... L'actrice racontait qu'il n'y avait jamais autant eu d'éclairagistes et autres techniciens affairés dans les échafaudages autour du plateau que pour le tournage de cette scène, qui espéraient pouvoir apercevoir quelquechose... Alors bien sûr elle portait cette combinaison faite d'une sorte de caoutchouc donc il n'y avait rien à voir... Mais à force de la retirer et réenfiler à chaque prise de vue, et avec l'eau chaude, la combinaison a fini par lâcher, juste à temps : la dernière scène était tournée mais les techniciens dans les échafaudages se sont bien rincé l'œil ! Afficher tout Ca mériterait une anecdote cette histoire! ^^

a écrit : Car le problème aux USA est que c'est le producteur qui a le dernier mot sur le montage,etc.. au détriment du réalisateur ça dénature le film dans le plus souvent des cas en l'aseptisant par exemple pour pouvoir le classer dans une classe d'âge tout public. L'exemple typique du film modifié contre le gré du réalisateur est "Touch of Evil" (1958) d'Orson Welles. Mécontent des modifications apportées à son montage, celui-ci envoya au studio une note de 58 pages comprenant les changements qu'il envisageait d'apporter au film qui devait finalement sortir. Et, c'est sur la base de cette note qu'en 1998, une nouvelle version a été remontée afin de rétablir la vision du réalisateur.

a écrit : j'ai bien envie de modifier le montage de ta phrase. Il dit que ceux qui modifient le montage n ont pas de competences pour le faire. Te voila catalogue desormais.