Quand vous travaillez dans le ciel, vous travaillez dans le nucléaire

Proposé par
le
dans

Les pilotes de ligne et personnels navigants sont considérés comme des travailleurs du nucléaire. En altitude, les rayons solaires ionisants sont moins filtrés par le champ magnétique terrestre : travailler en altitude provoque donc une plus forte exposition aux ondes radioactives. La dose de rayonnement qu'ils reçoivent est donc surveillée, et c'est en France l'IRSN (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) qui se charge de coordonner cette surveillance.


Commentaires préférés (3)

Ma meuf aussi est suivie par l'IRSN car je la fais monter trop souvent au 7eme ciel..

a écrit : Ma meuf aussi est suivie par l'IRSN car je la fais monter trop souvent au 7eme ciel.. Fais cette blague de beauf devant elle et tu peux être sûr qu'elle se foutra de ta gueule au meilleur des cas.

Oui, mais un pilote de ligne ayant vécu à Fukushima et travaillant dans une centrale nucléaire avec une radiographie par an ne recevra, au cours de sa vie, qu’une fraction mineure des radiations nocives que reçoit un fumeur moyen.
Just saying. Et ça n’est *que* la nocivité radioactive du tabac, pas la nocivité chimique.

Les sources de radiations sont multiples :
– environnement naturel (77%) : sol (granite), air ;
– médical (20%)
– nourriture naturelle (16%) ;
– source cosmique (13%) ;
– restes d’essais nucléaire (3%) ;
– centrales nucléaires (0,3%).

couleur-science.eu/?d=2014/12/26/11/25/23-becquerel-gray-sievert-les-unites-de-la-radioactivite


Ah, et le corps est parfaitement prévu pour contrer la radioactivité naturelle. Si les niveaux "normaux" de radioactivité détruise, parci-parlà quelques brins d’ADN, le corps arrive à les réparer.
Sauf que, le corps est capable de contrer que les niveaux de radiations naturels. Si on est trop exposé, c’est comme tout, le corps ne peut plus faire face et on tombe malade puis on meurt.
La source naturelle représentant la grande majorité des radiations reçues, il n’y a absolument pas de problèmes. Mais il ne faut pas que le niveau de radiation totale augmente de plus.


Tous les commentaires (41)

Crème solaire Nivea indice +150 !

Ma meuf aussi est suivie par l'IRSN car je la fais monter trop souvent au 7eme ciel..

Manifestation demain du collectif radicalement anti nucléaire devant l’aéroport Charle De Gaule !

Une anecdote similaire sur l'exposition des pilotes de ligne au nucléaire n'existe-t-elle pas deja ? la premiere partie me semble inédite :)

Posté le

windowsphone

(1)

Répondre

a écrit : Ma meuf aussi est suivie par l'IRSN car je la fais monter trop souvent au 7eme ciel.. Fais cette blague de beauf devant elle et tu peux être sûr qu'elle se foutra de ta gueule au meilleur des cas.

Oui, mais un pilote de ligne ayant vécu à Fukushima et travaillant dans une centrale nucléaire avec une radiographie par an ne recevra, au cours de sa vie, qu’une fraction mineure des radiations nocives que reçoit un fumeur moyen.
Just saying. Et ça n’est *que* la nocivité radioactive du tabac, pas la nocivité chimique.

Les sources de radiations sont multiples :
– environnement naturel (77%) : sol (granite), air ;
– médical (20%)
– nourriture naturelle (16%) ;
– source cosmique (13%) ;
– restes d’essais nucléaire (3%) ;
– centrales nucléaires (0,3%).

couleur-science.eu/?d=2014/12/26/11/25/23-becquerel-gray-sievert-les-unites-de-la-radioactivite


Ah, et le corps est parfaitement prévu pour contrer la radioactivité naturelle. Si les niveaux "normaux" de radioactivité détruise, parci-parlà quelques brins d’ADN, le corps arrive à les réparer.
Sauf que, le corps est capable de contrer que les niveaux de radiations naturels. Si on est trop exposé, c’est comme tout, le corps ne peut plus faire face et on tombe malade puis on meurt.
La source naturelle représentant la grande majorité des radiations reçues, il n’y a absolument pas de problèmes. Mais il ne faut pas que le niveau de radiation totale augmente de plus.

a écrit : Fais cette blague de beauf devant elle et tu peux être sûr qu'elle se foutra de ta gueule au meilleur des cas. Non elle l'a lu, elle a rit a la blague, enfin je crois que c'était pour la blague...

En quoi consiste la surveillance ? Des examens ? Et si le taux de radioactivité est élevé, on fait comment pour arranger ça ? Le personnel reste au sol ?

"Sont considérés comme des travailleurs du nucléaire"... Lit-on... Une question me brûle les lèvres : "par qui" ?... Les sources ne parlent pas de ça, la médecine du travail ne le reconnaît pas pour les navigants, la pénibilité ou dangerosité particulière n'est pas reconnu pour eux sur ce sujet... Les syndicats se battent depuis longtemps pour cette "reconnaissance" et n'ont jamais rien obtenu. L'anecdote s'emballe donc un peu dans son libellé.
Mais il est vrai que les navigants, surtout les pilotes et beaucoup moins les PNC et passagers, en prennent un peu dans la gueule.
Mais, encore une fois et à ma connaissance, rien n'est "officiel".

a écrit : Oui, mais un pilote de ligne ayant vécu à Fukushima et travaillant dans une centrale nucléaire avec une radiographie par an ne recevra, au cours de sa vie, qu’une fraction mineure des radiations nocives que reçoit un fumeur moyen.
Just saying. Et ça n’est *que* la nocivité radioactive du tabac, pas la nocivité ch
imique.

Les sources de radiations sont multiples :
– environnement naturel (77%) : sol (granite), air ;
– médical (20%)
– nourriture naturelle (16%) ;
– source cosmique (13%) ;
– restes d’essais nucléaire (3%) ;
– centrales nucléaires (0,3%).

couleur-science.eu/?d=2014/12/26/11/25/23-becquerel-gray-sievert-les-unites-de-la-radioactivite


Ah, et le corps est parfaitement prévu pour contrer la radioactivité naturelle. Si les niveaux "normaux" de radioactivité détruise, parci-parlà quelques brins d’ADN, le corps arrive à les réparer.
Sauf que, le corps est capable de contrer que les niveaux de radiations naturels. Si on est trop exposé, c’est comme tout, le corps ne peut plus faire face et on tombe malade puis on meurt.
La source naturelle représentant la grande majorité des radiations reçues, il n’y a absolument pas de problèmes. Mais il ne faut pas que le niveau de radiation totale augmente de plus.
Afficher tout
Mais par exemple les nuages dûs aux explosions sont-ils considérés comme naturels ou rapportés aux centrales et autres ? Ce que je veux dire c'est que dans ton commentaire, la radioactivité humaine semble prendre une faible proportion, mais n'est ce pas elle qui contribut à l'augmentation de la radioactivité naturelle ?

a écrit : Ma meuf aussi est suivie par l'IRSN car je la fais monter trop souvent au 7eme ciel.. J'allais mettre un pouce rouge mais en fait ça correspond bien au personnage de Serge Karamsov.

a écrit : Crème solaire Nivea indice +150 ! Ou crème nucléaire areva indice 150mbq

L'IRSN avait dit en 1986 qu'on ne risquait rien du nuage radioactif de Tchernobyl. Qu'il s'arrêterait à la frontière

a écrit : Fais cette blague de beauf devant elle et tu peux être sûr qu'elle se foutra de ta gueule au meilleur des cas. Semblait il dire avec l'avatar de Rocco ! Telement contradictoire.

a écrit : En quoi consiste la surveillance ? Des examens ? Et si le taux de radioactivité est élevé, on fait comment pour arranger ça ? Le personnel reste au sol ? En fait, ils sont censés porter ce qu'on appel un film dosimètrique (passif obligatoire et peut être un opérationnel, je ne sais pas) qui mesure les doses reçus par le corps au niveau de la poitrine.
La législation impose des doses maximums à ne pas dépasser sur une année. Toutes ces personnes sont donc normalement suivi par une Personne Compétente en Radiologie qui peut leur interdire l'exposition au rayon en cas de dépassement.

a écrit : "Sont considérés comme des travailleurs du nucléaire"... Lit-on... Une question me brûle les lèvres : "par qui" ?... Les sources ne parlent pas de ça, la médecine du travail ne le reconnaît pas pour les navigants, la pénibilité ou dangerosité particulière n'est pas reconnu pour eux sur ce sujet... Les syndicats se battent depuis longtemps pour cette "reconnaissance" et n'ont jamais rien obtenu. L'anecdote s'emballe donc un peu dans son libellé.
Mais il est vrai que les navigants, surtout les pilotes et beaucoup moins les PNC et passagers, en prennent un peu dans la gueule.
Mais, encore une fois et à ma connaissance, rien n'est "officiel".
Afficher tout
"Les travailleurs du nucléaire" : j'ai eu d'emblée idée à une expression du style "les éboueurs de l'espace", "les chevaliers de l'impossible", "les punaises de sacristie"...

a écrit : "Sont considérés comme des travailleurs du nucléaire"... Lit-on... Une question me brûle les lèvres : "par qui" ?... Les sources ne parlent pas de ça, la médecine du travail ne le reconnaît pas pour les navigants, la pénibilité ou dangerosité particulière n'est pas reconnu pour eux sur ce sujet... Les syndicats se battent depuis longtemps pour cette "reconnaissance" et n'ont jamais rien obtenu. L'anecdote s'emballe donc un peu dans son libellé.
Mais il est vrai que les navigants, surtout les pilotes et beaucoup moins les PNC et passagers, en prennent un peu dans la gueule.
Mais, encore une fois et à ma connaissance, rien n'est "officiel".
Afficher tout
IRSN on t'as dit ^^

a écrit : Oui, mais un pilote de ligne ayant vécu à Fukushima et travaillant dans une centrale nucléaire avec une radiographie par an ne recevra, au cours de sa vie, qu’une fraction mineure des radiations nocives que reçoit un fumeur moyen.
Just saying. Et ça n’est *que* la nocivité radioactive du tabac, pas la nocivité ch
imique.

Les sources de radiations sont multiples :
– environnement naturel (77%) : sol (granite), air ;
– médical (20%)
– nourriture naturelle (16%) ;
– source cosmique (13%) ;
– restes d’essais nucléaire (3%) ;
– centrales nucléaires (0,3%).

couleur-science.eu/?d=2014/12/26/11/25/23-becquerel-gray-sievert-les-unites-de-la-radioactivite


Ah, et le corps est parfaitement prévu pour contrer la radioactivité naturelle. Si les niveaux "normaux" de radioactivité détruise, parci-parlà quelques brins d’ADN, le corps arrive à les réparer.
Sauf que, le corps est capable de contrer que les niveaux de radiations naturels. Si on est trop exposé, c’est comme tout, le corps ne peut plus faire face et on tombe malade puis on meurt.
La source naturelle représentant la grande majorité des radiations reçues, il n’y a absolument pas de problèmes. Mais il ne faut pas que le niveau de radiation totale augmente de plus.
Afficher tout
Ça fait plaisir de vous re-lire car les esprits intéressants se dissolvent de plus en plus dans des commentaires humoristiques plus ou moins bons, et des positions sur des sujets parfois difficiles à comprendre... Sont-ce les meilleurs qui vont voir ailleurs (sur d'autres applis) avant de revenir de temps en temps sur cette vieille bonne appli?( car les meilleurs partent toujours les premiers à ce qu'il paraît...)

a écrit : L'IRSN avait dit en 1986 qu'on ne risquait rien du nuage radioactif de Tchernobyl. Qu'il s'arrêterait à la frontière Phrase qui n'a jamais été prononcé par les experts de l'autorité compétente à l'époque (l'ancêtre de l'irsn, le SCPRI) qui a seulement dit que les retombés étaient faible et sans danger, ne nécessitant pas la prise d'Iode. Bien au contraire, ils ont clairement dit avoir détecté une légère hausse. Le responsable a systématiquement attaqué pour diffamation tout ceux l'ayant accusé d'avoir prononcé cette phrase et a toujours eu gain de cause.
C'est une journaliste météo qui a dit que l'anticyclone allait protéger la France des nuages.
Conclusion: il aurait peut-être fallu plus écouter les vrais spécialistes du nucléaire plutôt que la journaliste télé qui n'y connaît rien