Un avion de ligne s'est déjà posé dans un aéroport sans gouvernes

Proposé par
le
dans

Le 22 novembre 2003, un vol DHL parti de Bagdad fut touché par un missile sol-air endommageant tout le circuit hydraulique, rendant inutilisables les gouvernes. Les pilotes arrivèrent toutefois à poser l'appareil à l'aéroport en agissant uniquement sur le régime des moteurs. Ils contrôlèrent la montée ou descente de l'appareil en agissant sur la puissance des moteurs et la direction en augmentant la puissance du moteur droit pour tourner à gauche et inversement.

C'était un exercice auquel les pilotes n'étaient pas entraînés car il n'était pas considéré possible jusqu'alors.


Tous les commentaires (63)

a écrit : Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait ! c'est du Cocteau, si je ne m'abuse...

Posté le

windowsphone

(1)

Répondre

a écrit : Ca parrait logique en fait : comme dans une barque ou un kayak, pour tourner à droite on ne rame que à gauche , et pour tourner à gauche on ne rame que à droite !

Bon là, à la place de la rame, on a un système de propulsion qui transforme l'énergie potentielle contenue dans un carburant, associé à un
comburant qu'est l'air ambiant, en énergie cinétique permettant de générer une force de réaction en milieu élastique dans le sens opposé à l'éjection. Mais c'est du détail... Afficher tout
Et l'inertie des moteurs on en parle...

a écrit : Et je me la raconte bien avec des trucs que tout le monde apprend au lycée... Je pense que le but de son commentaire était de faire rire, ça a marché pour moi, c'est juste de l'ironie son commentaire ça sert à rien de vouloir le contredire ou de dire qu'il se la pète..

Info supplémentaire (Mon père travaille depuis 25 ans pour DHL) : À l'atterrissage, les pilotes ont reçu l'ordre de ne pas sortir de l'appareil, et ont dû attendre 3 heures avant d'être extraits.
En effet, ils venaient de se poser dans un banc de sable rempli de... mines antipersonnel !

a écrit : Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait ! Mark Twain

Là ok, il est socialement acceptable en tant que passager d'applaudir l'atterrissage sans passer pour un blaireau, on a le droit. :)

a écrit : Les mecs sont quand même d'une grande intelligence et d'un grand sang-froid pour pouvoir penser à cette technique ! Penser à cette technique est en théorie assez logique, c'est la mettre en œuvre qui est exceptionnelle.

a écrit : Ca parrait logique en fait : comme dans une barque ou un kayak, pour tourner à droite on ne rame que à gauche , et pour tourner à gauche on ne rame que à droite !

Bon là, à la place de la rame, on a un système de propulsion qui transforme l'énergie potentielle contenue dans un carburant, associé à un
comburant qu'est l'air ambiant, en énergie cinétique permettant de générer une force de réaction en milieu élastique dans le sens opposé à l'éjection. Mais c'est du détail... Afficher tout
On doit passer de super soirée avec toi ...

L'anecdote est en partie fausse en effet la perte du circuit hydrolique à déjà eu lieu avec le vol UA232 en 1989 du à l'explosion du 3ème réacteur.
Les pilotes ont essayer par le même moyen que celui du DHL de poser l'appareil, malgré l'intervention il y a eu 112 morts et 182 survivants... Mais cela était un vol commercial à la différence du DHL.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : En 60 ans, on est passés pour les avions de lignes de 5 personnes au cockpit, à 2... Grâce aux progrès techniques... Ne restent que les 2 pilotes aujourd'hui : "exit" radios, navigateurs, mécanos nav... Beaucoup pensent que l'on pourrait tout à fait se passer aussi des pilotes désormais. Reste le débat du pouvoir de décision humain face aux machines, etc... Dans ce cas de l'anecdote : une "machine", ou un pilotage du sol, aurait-ils fait aussi bien que ces pilotes ? Attention : de notre réponse dépend l'avenir d'un métier et de l'aéronautique :) Afficher tout Question très pertinente. Cela dit vu que 90% des crash sont imputés à des erreurs humaines (pas forcément des pilotes, la conception et l'entretien des appareils joue une part importante) et que les machines sont malheureusement faillibles et incapables de prendre des initiatives, je répondrai:
Les deux mon capitaine. C'est pas tout de suite que l'on pourra se passer de pilotes, bien que l'informatique améliorera forcément la sûreté des vols et de la conduite sur route dans l'avenir et prendra une part de plus en plus importante dans nos vies.

Pour expliquer mon point de vue, je citerai la fameuse réplique de John Spartan dans Demolition man: -FREIIIINE, PUTAIN DE CAISSE DE MEEEEERDE! où un bouton d'arrêt d'urgence comme l'on en trouve sur toutes les machines industrielles et de transport de masse est disponible et aurai évité quelques bosses à Sylvestre ^^

Un jour, les ordinateurs deviendront peut être intelligents et suffisament conscients pour avoir au moins autant d'initiative et de libre pouvoir de décision que les humains, mais quant cela sera le cas, la question des pilotages automatiques ne sera pas le problème numéro 1 à mon avis ;)

a écrit : Si ils décident de se passer de pilotes, je pense qu'ils devront également se passer d'un bon nombre de voyageurs (moi y compris biensur :-) On se laisse déjà piloter par des machines. La preuve?
"DRIIIIIIING!"
-All/Bonjour. Vous venez de commander un abri de jardin vert...

Combien d'entre nous arrivent à résister à l'appel du téléphone de nos jours? On sait jamais, c'est peut être important.
Perso si c'est important ça a qu'à laisser un message! ^^

a écrit : pas la peine, puisque les pilotes savent le faire ;) Andouille!
Désolé mais j'adore l'humour noir, j'ai bien ri, merci ^^

a écrit : Pour tourner on plonge la rame du côté où on veut tourner, le canoë tourne autour Non, ça c'est pour tourner dans le but de faire demi tour. Pour tourner légèrement en kayak on rame plus fort du coté inverse du sens de rotation souhaité car il faut dans tout les cas pour pouvoir continuer à manœuvrer aller plus vite que le courant.
Désolé, mais il faut être précis. Si tu va en même temps que le courant en kayak, il devient impossible de manœuvrer, et en avion, tu décroche et tu te crashe, il faut donc garder une certaine vitesse que ce soit en kayak où en Airbus.

a écrit : Là ok, il est socialement acceptable en tant que passager d'applaudir l'atterrissage sans passer pour un blaireau, on a le droit. :) Sans déconner, la première fois que j'ai pris l'avion tout le monde a applaudi, atterrissage d'une douceur extrême, on a rien senti soit dit. J'ai appris plus tard que c'était une tradition mais sur le coup j'ai été surpris.
-Quoi? On est en vie et on applaudis pour ça? Hé bé je pensais pas qu'un autobus aérien c'était aussi dangereux! ^^

Il me semble qu'il y a un des pilotes qui a décidé de prendre sa retraite après cette événement.

Posté le

android

(0)

Répondre

Après avoir contrôler l'appareil sans commande et avoir passé proche d'un deuxième missile ils ont atterri en dehors de la piste. (À Bagdad) les trois hommes à bord (pilote, copilote, mécanicien naviguant) sains et saufs sont sorti en plein milieu d'un champs de mines et ils ont été évacués en prenant le chemin qui avait été créé par un camion de pompier. (Suivre les traces de roues) Belle fin d'histoire. Et le tout a été filmer par une journaliste française et son photographe qui se sont retrouvés piégés à regarder cette scène atroce.

C'est à ce genre de personne qu'il faut donner la legion d'honneur et pas à des debouze ou joueurs de foot ...

a écrit : C'est à ce genre de personne qu'il faut donner la legion d'honneur et pas à des debouze ou joueurs de foot ... Un vol DHL, y'avait pas de passagers, que des colis.
Ils ont juste sauvé leur peau et du matériel.
Et puis la légion d'honneur c'est français, DHL c'est américain et ils venaient de Bagdad!
Même en cherchant bien un rapport, là je ne vois vraiment pas... ;-)

a écrit : Ca parrait logique en fait : comme dans une barque ou un kayak, pour tourner à droite on ne rame que à gauche , et pour tourner à gauche on ne rame que à droite !

Bon là, à la place de la rame, on a un système de propulsion qui transforme l'énergie potentielle contenue dans un carburant, associé à un
comburant qu'est l'air ambiant, en énergie cinétique permettant de générer une force de réaction en milieu élastique dans le sens opposé à l'éjection. Mais c'est du détail... Afficher tout
Tu peux répèter j'ai pas bien compris...