Alice au Pays des Merveilles a une suite

Proposé par
le

Il existe une suite au livre "Alice au Pays des Merveilles" qui n'est autre que "De l'autre côté du miroir". Toujours écrit par Lewis Caroll, le livre a tendance à être oublié, car l'adaptation de l'oeuvre de Caroll par Walt Disney en dessin animé mélange l'histoire des deux romans.


Tous les commentaires (52)

a écrit : Justement, Tim Burton l'a filmée (avec le même casting que pour le 1er film) et ça sort le 1er juin. Je te renvoie à mes deux commentaires :)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Déjà à l'époque, les suites étaient moins populaires que les premières œuvres.

Vous saviez vous que "Les Trois Mousquetaires" avaient eu deux suites? Perso, je savais pour une : "Vingt Ans après", mais j'ai découvert très récemment qu'il y avait un troisième tome (dont j'ai oublié le titre d'ailleurs ^^ )
Le Viconte de Brajelone adapté en film sous le nom de L'homme au masque de fer.

a écrit : Déjà à l'époque, les suites étaient moins populaires que les premières œuvres.

Vous saviez vous que "Les Trois Mousquetaires" avaient eu deux suites? Perso, je savais pour une : "Vingt Ans après", mais j'ai découvert très récemment qu'il y avait un troisième tome (dont j'ai oublié le titre d'ailleurs ^^ )
Ah bah non je ne le savais pas je me coucherait doublement moins bête :).

a écrit : La culture c'est comme la confiture... Moins on en a, plus on l'étale :D Et quand on n'a aucune ... on se contente de servir une plaisanterie rechauffée.

a écrit : L'ouvrage de Lewis Caroll est bien plus qu'une fantaisie pour enfants, mais l'œuvre d'un mathématicien assez critique pour les nouvelles conceptions de l'époque - adoptées unanimement maintenant.
Je ne cite pas de sources, car elles sont assez difficiles à décoder pour un non-spécialiste.
Il suffit de savoir que ce n'est pas un délire, mais une œuvre très sérieuse ... que l'on peut apprécier néanmoins comme pure fantaisie. Afficher tout
Et les sources ?

a écrit : C'est plutôt bête de ne pas avoir indiqué tes sources, cela rend ton commentaire presque inutile... Je ne prétend pas être capable de comprendre lesdites sources, mais peut être devrais tu laisser les gens se faire une idée par eux même. Il me semble que les préfaces d'aujourd'hui font part de ce côté mathématicien dissimulé derrière chaque chapitre. Cependant vous pouvez aussi trouvez une vidéo sur Youtube en tapant "les aventures d'Alice au pays des merveilles alchimie d'un roman". Maintenant le commentaire n'est plus inutile. Si vous voulez un exemple tout de suite parmi d'autres, il y a le passage où le chapelier fou demande "Pourquoi un corbeau ressemble-t-il a un bureau ?". Cette question n'a vraiment de sens, mais on peut tirer l'aspect éducatif : apprendre la logique par l'erreur. Tout au long du roman des énigmes logiques sont posées à Alice, comme avec la Similitortue.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Il me semble que les préfaces d'aujourd'hui font part de ce côté mathématicien dissimulé derrière chaque chapitre. Cependant vous pouvez aussi trouvez une vidéo sur Youtube en tapant "les aventures d'Alice au pays des merveilles alchimie d'un roman". Maintenant le commentaire n'est plus inutile. Si vous voulez un exemple tout de suite parmi d'autres, il y a le passage où le chapelier fou demande "Pourquoi un corbeau ressemble-t-il a un bureau ?". Cette question n'a vraiment de sens, mais on peut tirer l'aspect éducatif : apprendre la logique par l'erreur. Tout au long du roman des énigmes logiques sont posées à Alice, comme avec la Similitortue. Afficher tout 1- J'ai fait l'interrogation suggérée sur YouTube, je ne vois rien d'explicatif, d'après les titres.
2- L'explication de l'énigme citée n'est justement pas mathématique, mais il faut connaître la littérature anglo-saxonne et savoir la langue.
a) "mad as a hatter" (= chapelier) est une expression très courante; elle vient de ce que les chapeliers de l'époque utilisaient des produits toxiques, et sans que l'on sache pourquoi alors, pour un certain nombre, ils devenaient réellement fous;
b) Poe a écrit sur son bureau la nouvelle "The Raven" (= corbeau) [1845, Alice est de 1865]. -> "he wrote on the raven on his desk" (= il a écrit à propos du corbeau sur son bureau).
Quelle tartine cela aurait été d'expliciter quelques exemples non mathématiques, alors les autres! Cela demande des notions pas évidente de logique, de théorie des ensembles, de théorie des nombres ... Et devant le nombre de commentaires disant qu'ils n'y comprennent rien lorsqu'une anecdote de physique fait appel a des calculs, ou pire crient savoir et disent n'importe quoi ... (je connais un polytechnicien de Paris qui s'était aventuré sur ce site, c'est d'ailleurs lui qui m'en a appris l'existence, et qui a abandonné assez écœuré, car non seulement il n'était pas approuvé, mais en plus des commentaires stupides disant qu'il se trompait l'étaient abondamment). Déjà qu'un spirituel et original commentaire m'accuse "d'étaler mon peu de culture comme de la confiture...".
J'ai préféré signaler simplement que le livre est bien plus qu'un "nonsense" (très difficile à traduire, ce mot, je ne vois pas d'équivalent français; "absurdité intentionnelle"?)
De plus, un autre commentaire signalait peu après un point d'entrée, j'ai vérifié, pas mal en effet, mais il ne semble pas avoir suscité d'enthousiasme.

a écrit : L'ouvrage de Lewis Caroll est bien plus qu'une fantaisie pour enfants, mais l'œuvre d'un mathématicien assez critique pour les nouvelles conceptions de l'époque - adoptées unanimement maintenant.
Je ne cite pas de sources, car elles sont assez difficiles à décoder pour un non-spécialiste.
Il suffit de savoir que ce n'est pas un délire, mais une œuvre très sérieuse ... que l'on peut apprécier néanmoins comme pure fantaisie. Afficher tout
Je trouve dommage que tu ne cite pas tes sources car même si elles sont compliquées, peut être que quelques personnes de la communauté auraient été intéressées. Peut être pas beaucoup mais sur le nombre de personnes que comprend la communauté scmb tu ne dois quand même pas être le seul et unique à les comprendre. Ça aurait peut être servi qu'à 2 ou 3 personnes mais ça aurait fait 2 ou 3 heureux.

Maintenant pour ceux qui veulent les sources de ce commentaire j'imagine que vous avez été en premier voir sur Google ? Non mais parce que vu le sujet j'imagine que c'est pas si compliqué de trouver des informations la dessus, si ?

a écrit : 1- J'ai fait l'interrogation suggérée sur YouTube, je ne vois rien d'explicatif, d'après les titres.
2- L'explication de l'énigme citée n'est justement pas mathématique, mais il faut connaître la littérature anglo-saxonne et savoir la langue.
a) "mad as a hatter"
(= chapelier) est une expression très courante; elle vient de ce que les chapeliers de l'époque utilisaient des produits toxiques, et sans que l'on sache pourquoi alors, pour un certain nombre, ils devenaient réellement fous;
b) Poe a écrit sur son bureau la nouvelle "The Raven" (= corbeau) [1845, Alice est de 1865]. -> "he wrote on the raven on his desk" (= il a écrit à propos du corbeau sur son bureau).
Quelle tartine cela aurait été d'expliciter quelques exemples non mathématiques, alors les autres! Cela demande des notions pas évidente de logique, de théorie des ensembles, de théorie des nombres ... Et devant le nombre de commentaires disant qu'ils n'y comprennent rien lorsqu'une anecdote de physique fait appel a des calculs, ou pire crient savoir et disent n'importe quoi ... (je connais un polytechnicien de Paris qui s'était aventuré sur ce site, c'est d'ailleurs lui qui m'en a appris l'existence, et qui a abandonné assez écœuré, car non seulement il n'était pas approuvé, mais en plus des commentaires stupides disant qu'il se trompait l'étaient abondamment). Déjà qu'un spirituel et original commentaire m'accuse "d'étaler mon peu de culture comme de la confiture...".
J'ai préféré signaler simplement que le livre est bien plus qu'un "nonsense" (très difficile à traduire, ce mot, je ne vois pas d'équivalent français; "absurdité intentionnelle"?)
De plus, un autre commentaire signalait peu après un point d'entrée, j'ai vérifié, pas mal en effet, mais il ne semble pas avoir suscité d'enthousiasme.
Afficher tout
Je comprend ton énervement pour les sciences (il en effet très courant de se faire dire qu'on a tord, alors même que c'est nos domaines d'études) mais n'oublie pas que Scmb comporte des étudiants de fac de mathématiques, d'étudiants en classe prépa(coucou c'est nous..) (futures polytechniciens,normaliens, centraliens..) qui ont des connaissances sur la théorie des ensembles (même si très faible) et qui peuvent donc être interressés par ton savoir !

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : 1- J'ai fait l'interrogation suggérée sur YouTube, je ne vois rien d'explicatif, d'après les titres.
2- L'explication de l'énigme citée n'est justement pas mathématique, mais il faut connaître la littérature anglo-saxonne et savoir la langue.
a) "mad as a hatter"
(= chapelier) est une expression très courante; elle vient de ce que les chapeliers de l'époque utilisaient des produits toxiques, et sans que l'on sache pourquoi alors, pour un certain nombre, ils devenaient réellement fous;
b) Poe a écrit sur son bureau la nouvelle "The Raven" (= corbeau) [1845, Alice est de 1865]. -> "he wrote on the raven on his desk" (= il a écrit à propos du corbeau sur son bureau).
Quelle tartine cela aurait été d'expliciter quelques exemples non mathématiques, alors les autres! Cela demande des notions pas évidente de logique, de théorie des ensembles, de théorie des nombres ... Et devant le nombre de commentaires disant qu'ils n'y comprennent rien lorsqu'une anecdote de physique fait appel a des calculs, ou pire crient savoir et disent n'importe quoi ... (je connais un polytechnicien de Paris qui s'était aventuré sur ce site, c'est d'ailleurs lui qui m'en a appris l'existence, et qui a abandonné assez écœuré, car non seulement il n'était pas approuvé, mais en plus des commentaires stupides disant qu'il se trompait l'étaient abondamment). Déjà qu'un spirituel et original commentaire m'accuse "d'étaler mon peu de culture comme de la confiture...".
J'ai préféré signaler simplement que le livre est bien plus qu'un "nonsense" (très difficile à traduire, ce mot, je ne vois pas d'équivalent français; "absurdité intentionnelle"?)
De plus, un autre commentaire signalait peu après un point d'entrée, j'ai vérifié, pas mal en effet, mais il ne semble pas avoir suscité d'enthousiasme.
Afficher tout
Je vais sûrement dire une absurdité plus grosse que moi, mais ne pourrait-on pas, par exemple, comparer ça au surréalisme ? Bien que l'époque ne concordant pas.

Il me semblait que c'était une information bien plus connue que ça. Beaucoup trop pour être sur ce site...

a écrit : Il me semblait que c'était une information bien plus connue que ça. Beaucoup trop pour être sur ce site... Comme tu peux le constater, même pas 1/5 le savaient sur près de 15 000 votants. Tu sais maintenant que c'était peu connu : tu te coucheras moins bête.

a écrit : Je vais sûrement dire une absurdité plus grosse que moi, mais ne pourrait-on pas, par exemple, comparer ça au surréalisme ? Bien que l'époque ne concordant pas. Quel dommage que cette excellente remarque soit faite si tard pour l'heure de Paris!

Voici des définitions du "nonsense", que l'on pourrait appeler "humour britannique":
1. Words or signs having no intelligible meaning: a message that was nonsense until decoded.
2. Subject matter, behavior, or language that is foolish or absurd. [je dirais plutôt: "seems"]
3. Extravagant foolishness or frivolity: a clown's exuberant nonsense.
4. Matter of little or no importance or usefulness: a chatty letter full of gossip and nonsense.
5. Insolent talk or behavior; impudence: wouldn't take any nonsense from the children.

Cela s'applique très bien aux auteurs et peintres sur-réalistes, par exemple, à Magritte ("ceci n'est pas une pipe" - évidemment, c'est une peinture de pipe), aux provocations de Dali (Montre molle), à "Cadavres exquis", etc..
En passant par les contes du franco-britannique Alphonse Allais, souvent surréaliste avant la lettre.

Le sur-réalisme n'est pas apparu d'un coup, à la suite du "Manifeste" d'André Breton de 1924. Comme tout mouvement, si révolutionnaire qu'il ait pu paraître à l'époque, il a des antécédents.

Il y a d'ailleurs un film du même titre qui va bientôt sortir, et qui sera la suite du Alice au Pays des Merveilles réalisé par Tim Burton il y a quelques années. On y retrouve les mêmes acteurs (dont Johnny Deep) mais un autre réalisateur derrière la caméra, James Bobin

a écrit : Dans cette source psychanalyste-paris.com/Alice-au-pays-des-merveilles-de-l.html on donne un tout autre sens à l'histoire "Alice aux pays des merveilles" il est dit que c'est à connotation sexuelle et donc rien à voir avec les mathématiques. Il y a peut-être plusieurs versions différentes. Ici c'est selon Freud. Afficher tout Évidemment, les psychanalistes voient le sexe partout, lisez Freud, d'après lui on ne peut même pas regarder un stylo sans arrière-pensée subconsciente, alors, si on le prend en main!
Que de dégâts, dont la culpabilisation dramatique des parents d'enfants autistiques - et des cures interminables, inefficaces et très chères -, dont on sait maintenant que la cause est tout autre.
Parmi la liste de tout ce qu'ils ont inventé comme phobies:
www.rvd-psychologue.com/dictionnaire-phobies.html#H,
Freud aurait dû se faire lui-même traiter, et aussi pour sa sidérodromophobie (en clair, il ne pouvait monter dans un train).

J'ai posé la question à Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France (neurosciences): "avec tout ce que l'on sait maintenant de l'exploration du cerveau et de l'endocrinologie, reste-t-il encore quelque chose de la psychanalyse?".
Il m'a répondu: "Freud a d'abord voulu représenter le cerveau comme une combinaison de fils électriques; ça n'a rien donné, évidement; depuis, toute sa construction a dérivé vers n'importe quoi. Pour répondre à votre question: RIEN".

On ne sait pas assez que cela a donné lieu à la première machine d' "intelligence artificielle", répondant au critère de Türing, vers 1970: un ordinateur happait un mot de chaque réponse du patient et répondait au hasard par des formules standards ("pourquoi dites-vous ça?", "parlez-moi de votre père", etc.). Eh bien, très peu on vu la différence avec un psychanaliste humain, même les professionnels!

Nota: la profession de psychanaliste n'est pas reconnue, vous pouvez impunément vous affubler de ce titre sur votre carte de visite

a écrit : Déjà à l'époque, les suites étaient moins populaires que les premières œuvres.

Vous saviez vous que "Les Trois Mousquetaires" avaient eu deux suites? Perso, je savais pour une : "Vingt Ans après", mais j'ai découvert très récemment qu'il y avait un troisième tome (dont j'ai oublié le titre d'ailleurs ^^ )
Il y a "Les ferrets de la Reine", "20 ans après" et "Le Vicomte de Bragelonne" qui sont des histoires liées aux trois mousquetaires

a écrit : Évidemment, les psychanalistes voient le sexe partout, lisez Freud, d'après lui on ne peut même pas regarder un stylo sans arrière-pensée subconsciente, alors, si on le prend en main!
Que de dégâts, dont la culpabilisation dramatique des parents d'enfants autistiques - et des cures interminables, ineff
icaces et très chères -, dont on sait maintenant que la cause est tout autre.
Parmi la liste de tout ce qu'ils ont inventé comme phobies:
www.rvd-psychologue.com/dictionnaire-phobies.html#H,
Freud aurait dû se faire lui-même traiter, et aussi pour sa sidérodromophobie (en clair, il ne pouvait monter dans un train).

J'ai posé la question à Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France (neurosciences): "avec tout ce que l'on sait maintenant de l'exploration du cerveau et de l'endocrinologie, reste-t-il encore quelque chose de la psychanalyse?".
Il m'a répondu: "Freud a d'abord voulu représenter le cerveau comme une combinaison de fils électriques; ça n'a rien donné, évidement; depuis, toute sa construction a dérivé vers n'importe quoi. Pour répondre à votre question: RIEN".

On ne sait pas assez que cela a donné lieu à la première machine d' "intelligence artificielle", répondant au critère de Türing, vers 1970: un ordinateur happait un mot de chaque réponse du patient et répondait au hasard par des formules standards ("pourquoi dites-vous ça?", "parlez-moi de votre père", etc.). Eh bien, très peu on vu la différence avec un psychanaliste humain, même les professionnels!

Nota: la profession de psychanaliste n'est pas reconnue, vous pouvez impunément vous affubler de ce titre sur votre carte de visite
Afficher tout
Après certains auteurs voient Alice avec concupiscence, je veux bien sûr parler de Franky Vincent, pour qui Alice glisse au pays des merveilles :) OK je sors par là --->

a écrit : Il y a "Les ferrets de la Reine", "20 ans après" et "Le Vicomte de Bragelonne" qui sont des histoires liées aux trois mousquetaires Euh, "Les ferrets de la Reine" est simplement une partie du livre "Les trois Mousquetaires", pas une suite.

Si l'idée était de lister tous les épisodes de leurs aventures, rien que le livre original comprend "L'arrivée à Paris" (de d'Artagnan), "Les ferrets de la Reine", "Le siège de la Rochelle" et "La fin de Milady", donc je suppose que ce n'était pas votre but?