Les épées médiévales étaient plutôt légères

Proposé par
le
dans

Contrairement à ce que beaucoup s'imaginent, les épées médiévales ne pesaient pas très lourd. Une épée à une main faisait à peine plus d'un kilo, et une épée longue ("bâtarde", "à 1 main 1/2"), utilisée principalement à deux mains, pesait en moyenne 1,5 kg.


Tous les commentaires (154)

De plus c'est à peine plus lourd qu'un katana .

a écrit : De plus c'est à peine plus lourd qu'un katana . Oui, absolument. D'ailleurs, dépendant quelle épée longue et quel katana on compare, c'est le katana qui sera plus lourd... alors qu'il n'a pas de pommeau! D'ailleurs, si on comparait seulement les lames et pas l'arme entière, ce serait encore plus souvent le katana qui pèserait plus lourd.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Auto correction d'une source de science avenir

Les habitant du moyen age mesure en moyenne 1,74cm soit quasi autant que le 20eme siecle.
En revanche la baisse de taille jusqua 1,68cm se fait du 12eme au 18eme siecle suite au refroidissement et autres famines.

Tout pour dire que ce n
est donc pas la taille qui compte... Afficher tout
En lisant une bio de Philippe le Bel, j'ai appris que du haut de ses 1m80 (voir plus) c'était déjà un très grand homme. Serait-ce possible que les hommes ai déjà une taille moyenne réduite de plusieurs centimètres à cette époque?

Posté le

android

(6)

Répondre

J'ai vu au musée de Dijon, la cité des ducs de Bourgogne, des épées encore plus grande que moi, je doute qu'elles faisaient un kilo..
De plus on nous apprend a l'école que pendant les croisades on notait la différence entre les grosse armes et armures européenne qu'étaient des tanks et qu'étaient très lent, opposé aux cimeterres et aux défense arabes qui étaient beaucoup plus légère et qui apportaient donc une vitesse supérieure. Si on a pris la peine d'élaborer et construire des armures "integrales" et si solide c'est pas parce que le mec d'en face se battait avec une mini dague..

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Et pour compléter tes dires, le poids de l'armure reposait entièrement sur les pieds de l'armure. Ce qui fait qu'un chevalier se tenant debout n'avait pratiquement rien à porter. Et c'est aussi pour ça que les armures vides tiennent debout. Au contraire, le poids d'une armure de plaque est reparti sur tout le corps. Les différentes parties sont soit attachées au pourpoint armant ou une ceinture, comme les bras et le haut des jambes, et le reste est fait pour reposer directement sur les courbes du corps, comme les grèves ou bien sûr le plastron.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : J'ai vu au musée de Dijon, la cité des ducs de Bourgogne, des épées encore plus grande que moi, je doute qu'elles faisaient un kilo..
De plus on nous apprend a l'école que pendant les croisades on notait la différence entre les grosse armes et armures européenne qu'étaient des tanks et qu'
;étaient très lent, opposé aux cimeterres et aux défense arabes qui étaient beaucoup plus légère et qui apportaient donc une vitesse supérieure. Si on a pris la peine d'élaborer et construire des armures "integrales" et si solide c'est pas parce que le mec d'en face se battait avec une mini dague.. Afficher tout
À moins que tu mesure moins de 1 m 30, il s'agissait probablement d'espadons, qui sont des épées de la Renaissance, pas du Moyen-Âge, et pèsent effectivement entre 3 et 5 kg.

Les croisés portaient des armures de maille, pas de plaque, donc je ne pense pas que tu parles du même genre d'armure que dans les autres commentaires.
Pour ce qui est des épées européennes et arabes pendant les Croisades, les deux camps admiraient (et achetaient, à l'occasion) les armes de l'autre...

En effet, les armures de plaque (je suppose que c'est de cela que tu veux parler en disant "integrales") n'étaient pas faites pour défendre contre les dagues, ni d'ailleurs contre les épées, mais bien contre les masses d'arme et les armes d'hast (vouge, bec de corbin, guisarme, hallebarde...). L'épée longue a donc du évoluer pour être utile contre cela: elle est devenue plus fine et rigide, de manière à pouvoir se glisser dans les points faibles de l'armure.

Posté le

android

(22)

Répondre

a écrit : C'est aussi le cas pour l'armure complète du chevalier, elle ne pesait que 20 kilos, le chevalier pouvait donc courir, se relever et monter à cheval sans problème. En effet. Les armures très lourdes sont des armures de joutes. Elles étaient impressionnantes pour le spectacle et complètes pour éviter aux morceaux de bois des lances brisées de venir perforer une artère ou un œil.

a écrit : C'est aussi le cas pour l'armure complète du chevalier, elle ne pesait que 20 kilos, le chevalier pouvait donc courir, se relever et monter à cheval sans problème. Certes l'armure en elle - même pesait aux alentours des 20 kilos (un peu plus même) mais il ne faut pas oublier que la tenue d'un chevalier du 15eme par exemple est aussi composé de jambières gambisoné, d'un gambison, d'une cale gambisoné ainsi que d'un colletin. Ce qui faisait que le tout pouvait atteindre les 30 kilos. Pour un chevalier au 13eme, rien que le haubert (cotte de maille protégeant les bras, le haut du corps et descendant jusqu'a mi - cuisse pesait déjà 15 kilos). Si on rajoute à sa les jambières de mailles, le camail ainsi que les même pièces gambisoné le poids était donc équivalent. Donc un chevalier avec tout son équipement défensif + offensif pouvait très vite avoir sur lui jusqu'à 35 / 40 kilos

Posté le

android

(16)

Répondre

Mon enfance est détruite ! Sacrebleu !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : J'ai vu au musée de Dijon, la cité des ducs de Bourgogne, des épées encore plus grande que moi, je doute qu'elles faisaient un kilo..
De plus on nous apprend a l'école que pendant les croisades on notait la différence entre les grosse armes et armures européenne qu'étaient des tanks et qu'
;étaient très lent, opposé aux cimeterres et aux défense arabes qui étaient beaucoup plus légère et qui apportaient donc une vitesse supérieure. Si on a pris la peine d'élaborer et construire des armures "integrales" et si solide c'est pas parce que le mec d'en face se battait avec une mini dague.. Afficher tout
Comme cela a été dit dans les premiers commentaires, l'armure du chevalier pèse dans les 20kg. Cela confère une bonne vitesse car cela reste inférieur à tout l'équipement des forces spéciales aujourd'hui. Ensuite, il ne me semble pas qu'il y avait des cimeterres au temps des croisades. Les arabes utilisaient encore des épées droites (je vais tout de même vérifier). Et puis les Arabes utilisaient, comme les européens, des cottes de mailles, ce qui conférait aux 2 factions une vitesse équivalente. En fait, une des principales différences était la chevalerie, cavalerie lourde sans trop d'équivalents chez les arabes.

Posté le

android

(4)

Répondre

On confond souvent (et les profs d'histoire aussi… hum) les armes et armures de guerre et de tournois.
Celles utilisées pour la guerre étaient légères et tranchantes. Le but et de tuer "sans se fatiguer" trop vite. Pour les armures, on dépassait rarement les 25kg pour les armures de plates les plus lourdes. Le poids était de plus répartie sur tout le corps et une bonne partie était supportée par le sol lui même. Donc oui, monter à cheval, descendre, courir, même sauter c'était possible.
Pour les joutes et tournois en revanche, le principal était de ne pas tuer trop de monde dans un jeu. Donc armures très lourdes, épées émoussées mais lourdes. Sinon il ne se serait rien passé pendant les tournois de mélées!

a écrit : Comme cela a été dit dans les premiers commentaires, l'armure du chevalier pèse dans les 20kg. Cela confère une bonne vitesse car cela reste inférieur à tout l'équipement des forces spéciales aujourd'hui. Ensuite, il ne me semble pas qu'il y avait des cimeterres au temps des croisades. Les arabes utilisaient encore des épées droites (je vais tout de même vérifier). Et puis les Arabes utilisaient, comme les européens, des cottes de mailles, ce qui conférait aux 2 factions une vitesse équivalente. En fait, une des principales différences était la chevalerie, cavalerie lourde sans trop d'équivalents chez les arabes. Afficher tout Concernant le poids, voir ma réponse juste au dessus (je parle en connaissance de cause faisant de la reconstitution medievale d'un chevalier de l'ordre teutonique à la fin du 13eme siecle) après le poids était bien repartie comme le stipule que ce soit la maille ou l'armure. Les cimetières on fait leur apparition au 13eme siècle au moyen - orient et sont connu pour leur effet dévastateur car relativement lourd du à l'élargissement de la pointe de la lame qui permet de donner des coups puissants. Pour des exemples de ce dobt parle ezor1 de tournoi médiéval tapez behourd sur youtube.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : C'est aussi le cas pour l'armure complète du chevalier, elle ne pesait que 20 kilos, le chevalier pouvait donc courir, se relever et monter à cheval sans problème. C'est quand même pas mal 20kg, c'est presque aussi lourd qu'un sac de classe ^^

a écrit : Concernant le poids, voir ma réponse juste au dessus (je parle en connaissance de cause faisant de la reconstitution medievale d'un chevalier de l'ordre teutonique à la fin du 13eme siecle) après le poids était bien repartie comme le stipule que ce soit la maille ou l'armure. Les cimetières on fait leur apparition au 13eme siècle au moyen - orient et sont connu pour leur effet dévastateur car relativement lourd du à l'élargissement de la pointe de la lame qui permet de donner des coups puissants. Pour des exemples de ce dobt parle ezor1 de tournoi médiéval tapez behourd sur youtube. Afficher tout Concernant l'armure, je m'incline (ça reste toujours moins lourd que les fs ^^). Pour ce qui est du cimeterre, il apparaît donc vers la chute d'Acre (en gros). Il s'est rapidement répandu ?

Posté le

android

(0)

Répondre

j'ai proposé cette annecdocte il y a au moins 3 ans ENFIN ! :) j'en avais marre de toujours entendre des conneries sur le poids des armures et des armes, pour avoir porté maille renforcée de fourure, pour pratiquer l'escrime medievale viking je le dis une bonne fois pour toute, ON PEUT SE BATTRE TOUTE UNE APREM AVEC SANS PROBLEME ( juste les courbatures le lendemain)

a écrit : C'est aussi le cas pour l'armure complète du chevalier, elle ne pesait que 20 kilos, le chevalier pouvait donc courir, se relever et monter à cheval sans problème. "Que" 20 kilos ? As-tu déjà essayé de courir avec 20 kilos de quoique ce soit sur toi ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : "Que" 20 kilos ? As-tu déjà essayé de courir avec 20 kilos de quoique ce soit sur toi ? Je sais que tu posais la question à Ralphi1999, mais personnellement, oui. Avec une armure qui n'était pas faite sur mesure pour moi comme elle devrait normalement l'être, donc c'était plus difficile, évidemment, mais le poids reste réparti sur tout le corps (par contre, soulever la même quand elle est dans un sac, c'est beaucoup plus difficile!).
Quand il s'agit d'une armure correcte, en revanche... m.youtube.com/watch?v=U3Rm94QRREI

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : L'une des sources indique que la lame des épées à une main mesurait en moyenne 70 cm.
Marrant, je les imaginais plus grandes.
On l'imagine toujours plus grande ;-)

Posté le

android

(6)

Répondre

Bien que le terme soit devenu commun pour les deux armes au cours de l'histoire, l'épée longue et l'épée bâtarde ne correspondaient pas à la même épée au départ. L'épée longue était une épée à une main, et l'épée bâtarde était bel et bien une épée à une main et demie.

a écrit : Certes l'armure en elle - même pesait aux alentours des 20 kilos (un peu plus même) mais il ne faut pas oublier que la tenue d'un chevalier du 15eme par exemple est aussi composé de jambières gambisoné, d'un gambison, d'une cale gambisoné ainsi que d'un colletin. Ce qui faisait que le tout pouvait atteindre les 30 kilos. Pour un chevalier au 13eme, rien que le haubert (cotte de maille protégeant les bras, le haut du corps et descendant jusqu'a mi - cuisse pesait déjà 15 kilos). Si on rajoute à sa les jambières de mailles, le camail ainsi que les même pièces gambisoné le poids était donc équivalent. Donc un chevalier avec tout son équipement défensif + offensif pouvait très vite avoir sur lui jusqu'à 35 / 40 kilos Afficher tout Un peu plus ou un peu moins, dépendant des cas.
Sous une armure XVème (donc après la période de transition maille-plaque), il y a certes le pourpoint armant (au lieu du gambison), la cale de tête, éventuellement un colletin gambisonné si le pourpoint est trop court, mais c'est tout. Les (bonnes) armures de plaque sont tellement ajustées que les grèves tiennent sur la courbure du mollet, donc des jambières gambisonnées seraient plus dérangeantes qu'autre chose. Après tout, ce n'est pas pour rien que les chausses sont si près du corps à l'époque.
En revanche, c'est vrai que l'armure de maille n'est pas plus légère. Personnellement, je vois surtout le problème de la répartition, qui est surtout sur les épaules et à la taille. (Pas qu'il soit du coup impossible de bouger dedans, bien au contraire!)

Posté le

android

(1)

Répondre