Les objets rentrant dans l'atmosphère ne chauffent pas principalement à cause du frottement de l'air

Proposé par
le
dans

L'échauffement "à rouge" que subissent les objets qui rentrent dans l'atmosphère terrestre n'est pas dû à la friction de l'air. C'est principalement dû à la compression de l'air à l'avant de l'objet : la vitesse étant très importante, les gaz se compressent, et cette compression crée une forte chaleur.


Commentaires préférés (3)

P.V = n.R.T (si la pression augmente, la température augmente)

Parfois la réalité dépasse la friction.

a écrit : P.V = n.R.T (si la pression augmente, la température augmente) Sauf si le volume diminue proportionnellement a laugmentation de la pression, alord la temperature sera constante ...
PACES In My Blood ...

Posté le

windowsphone

(153)

Répondre


Tous les commentaires (53)

Et la compression n'est pas due à la friction ?

a écrit : Et la compression n'est pas due à la friction ? Je dirais plutôt que la compression engendre la friction. Enfin j'vois ça comme ça.

Posté le

android

(6)

Répondre

P.V = n.R.T (si la pression augmente, la température augmente)

a écrit : Et la compression n'est pas due à la friction ? Voila ce que dit Wikipedia:
"en physique, une compression est une diminution du volume d'un gaz par abaissement de température et/ou augmentation de pression, tandis"
Donc la friction n'a pas de lien direct je pense :)

Parfois la réalité dépasse la friction.

a écrit : P.V = n.R.T (si la pression augmente, la température augmente) Sauf si le volume diminue proportionnellement a laugmentation de la pression, alord la temperature sera constante ...
PACES In My Blood ...

Posté le

windowsphone

(153)

Répondre

Mon prof de CM1 m'aurait mentit. Ma vie est brisé T_T. Jmcmb

a écrit : Et la compression n'est pas due à la friction ? Compression : comprimer un corps, friction : le fait de frotter deux surfaces entre elles. Je me suis toujours dit qu'en voyant les boucliers thermiques des navettes avec des traces en forme de 'griffures' que c'étaient dû à la friction lors de la rentrée dans l'atmosphère. Je vais me renseigner.
Édit : source wikipedia. Les 2 phénomènes entrent en jeu lors de cette phase (compression + friction(si l'objet projeté à une vitesse supersonique)).

Posté le

android

(9)

Répondre

D'accord très bien, donc si c'est la compression qui provoque les dégâts, j'utiliserai à présent l'expression "qui s'y compresse s'y pique"...

les "traces" sont bien dues à la friction mais aussi à la compression pour faire simple :
l'air à partir d'une certaine vitesse est compressible, mais aussi visqueux d'où les frottements. Si l'on veut résumer grandement, lorsque l'on va vite l'air ne peut pas juste "s'écouler" car trop dense par rapport à la vitesse de l'objet ou de l'écoulement et se compresse donc (comme un bouchon sur les autoroutes). Afin de dissiper cette énergie autrement que par une augmentation de vitesse, la compression engendre une augmentation de chaleur, qui se diffuse légèrement par l'écoulement d'où les traces ;)

j'espère ne pas avoir été trop confus !

Posté le

android

(21)

Répondre

Quelle est la vitesse minimale pour provoquer une compression engendrant une hausse de température significative? C'est juste la gravité qui provoque ça ou elle est pas suffisante et c'est "l'inertie" acquise dans l'espace qui le permet ? :/

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : P.V = n.R.T (si la pression augmente, la température augmente) C'est l'idée mais bon t'es optimiste là avec la loi des gaz parfaits

Posté le

android

(10)

Répondre

Je remarque qu il y a beaucoup moins de posts que sur les autres anecdotes! A mon avis c'est parce que personne ne comprends les mots qui sont employés!

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : P.V = n.R.T (si la pression augmente, la température augmente) La loi des gaz parfaits n'est plus valable à ces températures et pressions là. La température calculée est la température d'arrêt

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Sauf si le volume diminue proportionnellement a laugmentation de la pression, alord la temperature sera constante ...
PACES In My Blood ...
Melnyk en force

a écrit : Sauf si le volume diminue proportionnellement a laugmentation de la pression, alord la temperature sera constante ...
PACES In My Blood ...
En fait il faut preciser que la pression augmente plus vite que le volume diminue. Cest ce quon appelle la compression adiabatique.

Posté le

windowsphone

(2)

Répondre

a écrit : Et la compression n'est pas due à la friction ? En fait, pression et frottements sont tout les deux lié à la surface.
Mais ne sont pas liées entre elles directement.

Un peu comme la violence d'une population et la consommation de glace. C'est tous les deux liés à la chaleur de la saison, mais même si les deux courbes se suivent parfaitement, la consommation de glace ne rend pas plus violent.

On dit que les deux sont corrélées.

a écrit : P.V = n.R.T (si la pression augmente, la température augmente) Cette relation est pour les gaz nobles dont l'air ne fait pas parti.

C'est le principe d'une cocotte minute où on augmente la pression pour cuir plus rapidement

a écrit : les "traces" sont bien dues à la friction mais aussi à la compression pour faire simple :
l'air à partir d'une certaine vitesse est compressible, mais aussi visqueux d'où les frottements. Si l'on veut résumer grandement, lorsque l'on va vite l'air ne peut pas juste "s&
#039;écouler" car trop dense par rapport à la vitesse de l'objet ou de l'écoulement et se compresse donc (comme un bouchon sur les autoroutes). Afin de dissiper cette énergie autrement que par une augmentation de vitesse, la compression engendre une augmentation de chaleur, qui se diffuse légèrement par l'écoulement d'où les traces ;)

j'espère ne pas avoir été trop confus !
Afficher tout
Vrai, ça me fait penser à la bugatti veyron grand sport, un modèle qui surpasse le modèle normale de 200 chevaux (environ 1200 chevaux au total de mémoire) pour seulement une dizaine de km/h de vitesse de pointe en plus (436km/h de mémoire encore une fois). La raison étant l'air qui à de telles vitesses (plus de 400 km/h) a plus la texture d'une mélasse que d'un gaz. Il faut donc augmenter énormément la puissance pour peu de vitesse en plus.