Le syndrome de Stockholm vient bien de la ville suédoise

Proposé par
le
dans

Le syndrome de Stockholm est un comportement étonnant où des victimes de prise d'otage s'attachent à leur ravisseur, et peuvent même en tomber amoureuses. Ce syndrome tient son nom d'une affaire qui s'est déroulée dans la ville de Stockholm en 1973, où des braqueurs de banque ont pris en otage un groupe de personnes qui se sont au final interposées aux forces de l'ordre et ont refusé de témoigner contre leurs ravisseurs.


Tous les commentaires (78)

On sait de quoi est atteinte Belle dans La Belle et la Bête.

Posté le

android

(33)

Répondre

a écrit : 007 - "Le monde ne suffit pas!" Avec Pierce Brosnan. Ou Sophie Marceau tombe amoureuse de son agresseur... Bon, j'aurais pu trouver une meilleure référence mais il faut le voir quand même, c'est James Bond!;) Exact, il y a plusieurs cas au cinéma
On peut le voir aussi dans " V pour Vendetta " où Evey ( jouée par Natalie Portman) s'attache à V qui la tient enfermer chez lui

a écrit : La peur extrême fragilise l'esprit,une fois cassez le point de vue peut changer pour peu qu'on force un peu les choses.


Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal.
Tyler.
Il est fort ce Tyler Durden

En même temps si Adriana Karembeu et Claudia Schiffer te prennent en otage, normal que t'en sois atteint...

Beaucoup d'entre nous sommes atteint de ce syndrome, vis à vis de la société (au sens large du terme). Elle nous prend en otage (travaille consomme et tais-toi), mais on lui pardonne et obéit.

Posté le

android

(19)

Répondre

a écrit : Dans quels autres cas connu y a t il eu ce genre de reactions de la part des otages dans le cas du syndrome de stokholm, et de la part des ravisseurs dans le cas du syndrome de lima, pour qu'on en fasse un syndrome? Cela a toujours existé ; on lui a simplement donné un nom cette fois là en Suède... Les exemples sont partout et de tous temps : pour n'en prendre qu'un, de grande échelle : la conquête de l'ouest aux États Unis, quand les indiens enlevaient des femmes, des enfants... On l'a peu dit, mais les cas sont légion de personnes enlevées qui avaient adopté les us et coutumes des indiens, se considéraient comme des indiens et qui ont refusé d'être "libérés", quand cela leur a été possible.

J'ai ce soucis avec mon Job. On me maltraite mais j'aime mon taf... C'est peut etre une forme de masochisme :)

a écrit : Dans quels autres cas connu y a t il eu ce genre de reactions de la part des otages dans le cas du syndrome de stokholm, et de la part des ravisseurs dans le cas du syndrome de lima, pour qu'on en fasse un syndrome? C etait egalement le cas des deux jeunes filles retrouvées chez Marc Dutroux, elles en sont tombées amoureuses et demandaient même la permission à leur agresseur, lors du procès, pour se lever et quitter la salle.

Moi le syndrome de Stockholm me fait penser à une bonne chanson de Muse.

Posté le

android

(10)

Répondre

Il peut être intéressant de noter que ce phénomène n'est qu'un cas particulier d'un comportement plus général de l'être humain, chez qui les situations à fort contenu émotionnel (notamment de stress) vécues à deux ou en petit groupe génèrent un réflexe instinctif d'empathie (pouvant aller jusqu'à la sympathie, l'attachement voire même l'attirance physique) vis-à-vis du partenaire ou des autres membres du groupe. Ce réflexe, qui n'est autre qu'une manifestation de l'instinct de survie et de conservation de l'espèce, est d'ailleurs le ressort typique de la plupart des romans et films épiques et de guerre, fantasy, "buddy movies", etc., très exploité aussi dans certaines téléréalités (style Koh-Lanta). La particularité du syndrome de Stockholm est que la situation de stress y a été initiée par l'un des membres du groupe, et de surcroît contre les autres, ce qui peut sembler contradictoire, mais le paradoxe n'est qu'apparent : dès qu'une tierce partie intervient (typiquement la police), tous les membres du groupe -- les otages et leur(s) preneur(s) -- ont l'impression de se retrouver "dans le même bateau" et les conditions du réflexe instinctif d'empathie sont alors réunies.

a écrit : 3 conditions à respecter:
- L'agresseur doit avoir des raisons suffisamment juste pour commettre des crimes, ainsi la victime prend par a son acte.
- L'agresseur ne doit pas avoir de haine contre sa victime. Ethnique, physique ou psychologique...
- Enfin, la victime ne doit pas connaître le syndrome de Stockholm.
Interessant et au fond logique ce que tu dis là...

C'est un peu le principe du mariage !

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Exact, il y a plusieurs cas au cinéma
On peut le voir aussi dans " V pour Vendetta " où Evey ( jouée par Natalie Portman) s'attache à V qui la tient enfermer chez lui
Et dans "le négociateur", film a voir !

a écrit : Il y a un cas aussi celui de jeremy meeks, dont la photo avait été publié sur la page Facebook du commissariat de stockton, qui avait eu une foule de "j'aime " de toutes les femmes de la planète malgré son profil de bandit braqueur etc etc...
m.lexpress.fr/jeremy-meeks-le-gangster-au-look-d
e-mannequin-que-les-femmes-likent_1552979.html Afficher tout
Rien à voir avec le syndrome de stockholm... C'est juste une foule de femmes aux hormones agitées et adoratrices des "Bad Boys"...

a écrit : À noter qu'il existe l'effet inverse, ou le ravisseur s'attache a sa victime : c'est le syndrome de Lima, qui tient son nom d'une prise d'otage dans la même ville en 1996 où les preneurs d'otages finirent par libérer leurs captifs. Il existe un troisième cas les deux s'attachent l'un à l'autre et qu'on appel le couple.

Je pense qu'on appel aussi ça l'hybristophilie ?

a écrit : C etait egalement le cas des deux jeunes filles retrouvées chez Marc Dutroux, elles en sont tombées amoureuses et demandaient même la permission à leur agresseur, lors du procès, pour se lever et quitter la salle. Mais dans ce cas, ce qu'a écrit Sirseagles ne s'applique pas... Je ne vois pas les raisons suffisamment justes pour justifier l'agression. Ou alors j'ai mal compris

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : On sait de quoi est atteinte Belle dans La Belle et la Bête. C'est soit le syndrome de Stockholm soit la zoophilie, au choix.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Dans quels autres cas connu y a t il eu ce genre de reactions de la part des otages dans le cas du syndrome de stokholm, et de la part des ravisseurs dans le cas du syndrome de lima, pour qu'on en fasse un syndrome? Natasha Kampush avoue avoir ressenti de l'affection pour l'homme qui l'a détenue et avoir été peinée par sa mort. Sinon y'a Nicolas Brady aussi.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Messieurs, si une fille vous plaît prenez là en otage. Très très très mauvais conseil... On peut avoir le nom des fous qui approuvent svp ? SOS