Bourreaux de père en fils

Proposé par
le
dans

Charles-Henri Sanson fut le bourreau de Paris au XVIIIe siècle et faisait partie d'une famille de bourreaux qui exerça sur 4 générations. Cela l'amena à exécuter environ 3000 personnes dont Louis XVI, Robespierre ou Marie-Antoinette pour les plus illustres. En 1766, il rata la décapitation de Thomas Arthur de Lally-Tollendal, et c'est son père qui la termina.


Commentaires préférés (3)

Bourreaux,une vocation ou il faut garder la tête sur les épaules

Mes voisins ont le même nom... Dois-je fuir ??

A mort Louis crois v baton !

Posté le

android

(711)

Répondre


Tous les commentaires (109)

bourreau de père en fils et fière de l'être.

Bourreaux,une vocation ou il faut garder la tête sur les épaules

Mes voisins ont le même nom... Dois-je fuir ??

Dur métier. j'aimerai être dans la tête de ces gens pour voir ce qu'ils ressentent.

Posté le

windowsphone

(25)

Répondre

Être bourreau de père en fils, drôle de vocation quand même...

Et Véronique reprit le flambeau mais dans le domaine de la chanson

Posté le

android

(89)

Répondre

Quand on a ça dans le sang, ça finit par te monter a la tête ce genre de boulot !
Sérieusement, cet homme a été "forcé" d'arrêter ses études et de faire ce boulot après la paralysie de son père, afin de subvenir aux besoins de sa famille. Il était d'ailleurs partisan de la guillotine

Les sujets de discutions des repas de famille devaient être sympa !

Je vois bien la scène: '' loupé mec t'es éliminé... Suivant !''

Posté le

android

(11)

Répondre

Un autre bourreau célèbre fut Guillaume Tine! ( j'ai pas trouvé mieux! )

Plus sérieusement, le nom guillotine vient de Joseph Ignace Guillotin. En 1789, il proposa "que tout condamné à mort aura la tête tranchée".

"Bon sang Charles-Henri! Je te l'ai déjà dit, un bon coup sec sur la nuque et ne pas éternuer en même temps !"

Bourreau un metier en pleine expansion aujourd'hui, l'EI recherche activement des candidats..

Posté le

android

(10)

Répondre

A mort Louis crois v baton !

Posté le

android

(711)

Répondre

a écrit : Mes voisins ont le même nom... Dois-je fuir ?? Non, c'est un métier comme un autre à cet époque.
Ce n'est pas un hobby...

Je me trompe peut-être, mais il me semble que le nombre de génération de la famille Sanson est au nombre de 7 !
(Cf: "Sept générations d'exécuteurs".
Une série de livres très intéressante, qui relate la vie et le "travail" des Sanson).

J'ai pas compris "il rata la décapitation".

Il a tranché le cou du condamné qu'à moitié et c'est son père qui a fini le "travail" ?

Posté le

android

(17)

Répondre

C'est très courant qu'un bourreau fasse parti d'une famille de bourreau car le titre de bourreau se transmet bien souvent de père en fils même si ce dernier ne veux pas être un bourreau, j'avais encore jamais dit autant de fois le mot bourreau dans une phrase; bourreau

Posté le

android

(88)

Répondre

a écrit : Un autre bourreau célèbre fut Guillaume Tine! ( j'ai pas trouvé mieux! )

Plus sérieusement, le nom guillotine vient de Joseph Ignace Guillotin. En 1789, il proposa "que tout condamné à mort aura la tête tranchée".
Qui était médecin et a créé la guillotine pour que tous soient égaux lors de la condamnation à mort et qu'elle soit rapide et disons "propre" (faute d'un meilleur terme!)

Posté le

android

(25)

Répondre

Par contre il n'a jamais exécuté Marie-Antoinette, il était à l'époque assistant de son père.

Posté le

android

(9)

Répondre

Beau travail d'équipe et en famille de surcroît.
"Merci Papa !"

Posté le

android

(7)

Répondre