Le Concorde, l'avion qui s'allongeait en vol

Proposé par
le
dans

Le mythique avion supersonique Concorde avait une particularité structurelle unique pour un avion de ligne : en vol, le fuselage s'allongeait en général d'une vingtaine de centimètres. Cet allongement était en particulier visible du cockpit : il y avait un endroit où durant le vol on pouvait passer la main, chose impossible à l'arrêt.

Sous l'effet du frottement de l'air contre la carlingue de l'appareil a des vitesses supersoniques, la température du métal pouvait atteindre jusqu'à 125 degrés Celsius, la température extérieure étant seulement de -56 degrés Celsius aux altitudes utilisées. Ce réchauffement entrainait donc une expansion thermique du métal.


Commentaires préférés (3)

Pas de source directe pour l'histoire de la main que j'ai rajouté, mais je me souviens l'avoir vu dans un reportage à la télévision sur l'appareil : le pilote passait la main à un endroit et expliquait qu'une fois à terre c'était impossible.

Posté le

unknown

(176)

Répondre

Oui biensur!!!! Ça leurs permet de pisser aussi!!! Non mais sérieux. Il sagit d'une dilatation, pas du métal qui se déchire ou se desoude. Par exemple les joints que l'on vois sur la chausse des ponts metalique. Si on peut sortir la main, la cabine n'est plus presurisée alors ça vas pas être possible je crois.

Posté le

unknown

(64)

Répondre

Travaillant dans l'aérien, un commandant de bord m'avait expliqué que l'endroit où la main passait durant le vol était entre l'arrière de son siège et la paroi du cockpit. Et une fois a l'arrêt, elle ne passait plus, le siège était presque collé à cette paroi! Après ça reste a vérifier.

Posté le

unknown

(142)

Répondre


Tous les commentaires (65)

Pas de source directe pour l'histoire de la main que j'ai rajouté, mais je me souviens l'avoir vu dans un reportage à la télévision sur l'appareil : le pilote passait la main à un endroit et expliquait qu'une fois à terre c'était impossible.

Posté le

unknown

(176)

Répondre

Oui exactement, nous avons sûrement vu le même reportage

Posté le

unknown

(9)

Répondre

Rien compris à l'histoire de la main. Les pilotes pouvaient mettre leurs mains à l'exterieur de l'appareil en plein vol?

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Oui biensur!!!! Ça leurs permet de pisser aussi!!! Non mais sérieux. Il sagit d'une dilatation, pas du métal qui se déchire ou se desoude. Par exemple les joints que l'on vois sur la chausse des ponts metalique. Si on peut sortir la main, la cabine n'est plus presurisée alors ça vas pas être possible je crois.

Posté le

unknown

(64)

Répondre

En fait, en plein vol les conditions font s'élargir ou s'allonger l'avion si j'ai bien compris, de 20 cm. Ça doit être bizarre a voir ^^

Posté le

unknown

(4)

Répondre

Vous parlez d'avion de ligne. Est-ce à dire que sur d'autres type d'avions (exemple de chasse) cette particulité existe.

Posté le

unknown

(7)

Répondre

Travaillant dans l'aérien, un commandant de bord m'avait expliqué que l'endroit où la main passait durant le vol était entre l'arrière de son siège et la paroi du cockpit. Et une fois a l'arrêt, elle ne passait plus, le siège était presque collé à cette paroi! Après ça reste a vérifier.

Posté le

unknown

(142)

Répondre

La dilatation thermique a lieu sur tous les aéronefs soniques, le degré dépendant de la vitesse de l'avion (le Concorde volait à Mach 2, ce qui est supérieur à la plupart des avions de chasse) ainsi que de la longueur de l'appareil : plus il est long, plus la dilatation sera visible. Le Concorde faisant 62 mètres de long, soit 4 à 5 fois plus qu'un avion de chasse, la dilatation n'en est que plus flagrante. La longueur de 20 à 25 cm étant exceptionnellement élevée, due à la vitesse de l'avion ainsi qu'à sa longueur.

Posté le

unknown

(28)

Répondre

Merci pour la précision qui va couper court à moult messages Jorella !

Posté le

unknown

(5)

Répondre

J'ai même entendu dire qu'un copilote ou le radio y avais placé sa casquette qu' il n'a pu récupérer suite à la rétraction de l'appareil une fois arrivé au sol.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Si mes souvenir sont bon je l'ai vu dans c'est pas sorcier en faite au sol Dans le cokpit le métal nous entourant ne laisse aucune brèche mais en vol a très haute vitesse certaine paroi son espacer de 20cm du a la dilatation je l'ai vu moi dans un concorde sa =p enfin sa remonte a longtemps

Posté le

unknown

(0)

Répondre

A te lire mick69 on dirait qu il y a des espaces de 20 cm qui se créé partout, c'est 20cm sur la longueur totale de l'avion, avec peut etre des zones plus sensible a lallongement que dautres

Posté le

unknown

(12)

Répondre

Une autre innovation : l'équilibrage de masse. Selon la phase de vol, le carburant était déplacé dans différentes zones de l'appareil afin de décaler le centre de gravité de l'appareil.

Posté le

unknown

(7)

Répondre

Hadrien? Tu sais tout, c est bien connu, alors sors Et profite de ce temps pour reviser ton orthographe (Connue dans ta phrase, prenait un E a la fin) . Laisse ceux qui ont de l humilite de reconnaitre leur ignorance se cultiver. Je ne connaissais pas cette anectode, Elle est tres bien documentee bravo !

Posté le

unknown

(10)

Répondre

Y a bien des ponts qui changent de forme lors des tremblements de terre aux USA, mais l histoire de la main...

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Quoiqu'il en soit le Concorde n'eut pas le succés commercial escompté. Il devait porter les rêves de l'aéronaurique française et de grandeur gaullienne, et le ministre des Transports Aimé Jacquet, homonyme d'un autre porteur de rêves, annonçait, dès Octobre 1963, que 300 Concorde seraient en service en 1970. Seulement 16 furent construits dont deux servirent uniquement aux essais.

Posté le

unknown

(9)

Répondre

Je plussoie Mick.69, je l'ai vu dans un "C'est Pas Sorcier". Je ne sais plus par contre si c'est une émission spéciale sur le Concorde ou sur l'aéronautique. C'est assez impressionnant comme phénomène :)

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Le sujet original provient de la défunte émission pégase, diffusée sur France 3. on voyait effectivement un OMN (officier mécanicien naviguant, a l'époque, le 3ème homme dans le cockpit, responsable des réacteurs) passer en vol sa main entre sa console et la paroi séparant le cockpit de la cabine, alors qu'au sol cela est impossible.

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Peut-être est-ce aussi dû au fait que le nez de l'avion s'abaissait pendant les phases de décollage et attérissage, notamment pour la visibilité.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Truc de dingue o_O ca doit être bisard

Posté le

unknown

(0)

Répondre