Le même médecin découvrit les groupes sanguins et le système rhésus

Proposé par
le
dans

Le médecin autrichien Karl Landsteiner a découvert les groupes sanguins en 1900, alors que les malades étaient transfusés jusqu'alors de bras à bras, ce qui entrainait de nombreux décès. 40 ans plus tard, c'est le même médecin qui découvrit le facteur Rhésus (du nom d'un singe, le Macacus rhesus qui servit lors des expériences) ce qui améliora encore la survie lors des transfusions.


Tous les commentaires (47)

Il y a un très bon c est pas sorcier a ce sujet, vu en biologie. Je vous conseille d'allez le voir :)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Étant infirmier et pratiquant la transfusion, on ne transfuse qu'en cas d'urgences un patient avec un groupe sanguin O- (sang dit universel)
Les risques liés à la transfusion restent faibles si la transfusion est prévue : Test sanguin sur le bilan sanguin réalisé 24-48h avant (voire le jour même) et tes
t dit "réalisé au pied du lit".
Quant au receveur universel (AB+) je n'ai constaté aucuns problèmes jusqu'ici, malgré ma jeune carrière, et n'espère jamais en voir. D'où l'importance d'une surveillance avant pendant et après la transfusion !
Afficher tout
À savoir que les personnes ayant un groupe sanguin AB+ (comme étant mon cas) sont donneurs universel en plasma, ce qui est "autant" utile que le sang pour la vie.
La durée du prélèvement est cependant plus long mais c'est un geste simple qui sauve des vies, et qui est réalisable tout les deux semaines.

@PierreL, si tu donnes ton sang,tu fais un minimum de depistage avant..logique!

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Aucun acte médical n'est anodin. Par exemple : prendre de l'aspirine peut provoquer ulcères ou hémorragies (les risques sont variable celon la dose).
Lors d'une transfusion il reste le risque infectieux, bien qu'il soit très fortement réduit avec la gestion des stockes sanguins en France. Il
y a aussi le risque de réaction immunitaire, bien que l'on fasse tous les tests pour qu'il soit presque inexistant.
Il faut arréter de "psychoter" sans arret, et on deviens très fort en France la dessus... Il y a des milliers de gens qui travaillent dans le médical et qui essaient de sauver des vies à longueurs de temps (ou d'améliorer la qualité de vie de ses mêmes personnes) : ils font de leur mieux, cependant les risques ne sont pas nul et le risque d'erreur en fait partie au passage. A force de se poser sans arret la question des risques de faire telle ou telle chose, on va finir par ne plus rien faire, et les personnels médicaux non plus!! (après tout pourquoi prendraient-il le risque de se voir leurs dîplomes retirés, voir pire)
Afficher tout
Car il y a des psychopathes partout! (à prendre au second et à la limite au centième degrès les coupains :3)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Aucun acte médical n'est anodin. Par exemple : prendre de l'aspirine peut provoquer ulcères ou hémorragies (les risques sont variable celon la dose).
Lors d'une transfusion il reste le risque infectieux, bien qu'il soit très fortement réduit avec la gestion des stockes sanguins en France. Il
y a aussi le risque de réaction immunitaire, bien que l'on fasse tous les tests pour qu'il soit presque inexistant.
Il faut arréter de "psychoter" sans arret, et on deviens très fort en France la dessus... Il y a des milliers de gens qui travaillent dans le médical et qui essaient de sauver des vies à longueurs de temps (ou d'améliorer la qualité de vie de ses mêmes personnes) : ils font de leur mieux, cependant les risques ne sont pas nul et le risque d'erreur en fait partie au passage. A force de se poser sans arret la question des risques de faire telle ou telle chose, on va finir par ne plus rien faire, et les personnels médicaux non plus!! (après tout pourquoi prendraient-il le risque de se voir leurs dîplomes retirés, voir pire)
Afficher tout
je travaille a l'établissement français du sang, et le risque de décès est très très très très rare, je n'en ai même jamais vu/entendu..
De plus le système français de transfusion/don du sang est dit de système "ultra sur". Nous baignons dans les protocoles, les manuels de qualités, le GBEA!
C'est de même pour la transfusion! Je suis au laboratoire qui permet de déterminer les groupes sanguins, le phénotypage, les allos immunisations etc afin de transfuser les malades et les poly-transfusés (qui développent souvent des immunisations suivant leurs âges!)
Le risque est vraiment réduit a son maximum! Tout est suivi, la température d conservation (entre 2/6 degrés) pour le sang, environs 22 pour les plaquettes et -32 pour le plasma qu'on décongèle une heure avant au bain Marie.
Nous avons une dizaine de classeurs de protocoles, des médecins de garde des biologistes H24 au cas où il y aurait un problème! Tous les jours nous avons une mise a jour d'un protocole etc etc.
Il n'y a vraiment pas plus sur que le don du sang/transfusion en France! (Chez l'efs) après je sais que l'hôpital une fois fourni pour le patient n'a pas de qualité..
On les oblige a faire un test ultime avec la poche et le patient afin de vérifier une dernière fois le groupe (pour ne pas se tromper de patient (et oui on est jamais trop sur)

a écrit : Cependant, le don de sang peut favoriser la prolifération de certaines maladies. Plus aujourd'hui :)
Le sang est testé en sérologie et en bactériologie

a écrit : Ba en fait le plasma (le liquide qui entoure les globules rouges), et l'interstitium aussi d'ailleurs, sont en majorité constitués d'eau salé (le fameux liquide physiologique) donc au pire tu augmentes un peu le volume sanguin, l'excédent étant ensuite éliminé par les reins.

Je ne con
nais pas les us de l'époque mais aujourd'hui on utilise plutot des contenants "citratés" pour éviter la coagulation. Afficher tout
Tu as raison, mais c'est de l'eau salé a 7 ou 9 pourcent, une augmentation de cette pression osmotique détruit les globules

a écrit : Je voudrais bien donner mon sang faudrait encore qu'on me l'autorise... Être O- ( donc sang universel ), en bonne santé, aucune maladie ne suffit pas pour donner mon sang pas assez hétéro me disent-ils... Ah ah ! J'ai presque le même problème ! Un sang trop sucré à leur goût ! Je ne comprend pas pourquoi ils refusent le sang des diabétiques, si leur organes fonctionnent, les sucres devrait être éliminé naturellement dans l'organisme du receveur. Et puis voyons : Vaut mieux mourir par manque d'une transfusion plutôt que de devenir diabétique ?

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Je voudrais bien donner mon sang faudrait encore qu'on me l'autorise... Être O- ( donc sang universel ), en bonne santé, aucune maladie ne suffit pas pour donner mon sang pas assez hétéro me disent-ils... Perso, cela m'inquiète que les préférences / activités sexuelles soient prises en compte...

Ce n'est pas seulement le cas pour les homos... Je suis hétéro, et l'on m'a questionné sur mon activité sexuelle avant le don (nombre de partenaires, utilisation de préservatifs ou non...)

Le questionnaire ne devrait pas comporter ce type de questions, si le traitement du sang post prélèvement était sûr...

@Stéphan : Quel est ton avis / tes observations sur ce questionnaire ??

Xill

a écrit : Perso, cela m'inquiète que les préférences / activités sexuelles soient prises en compte...

Ce n'est pas seulement le cas pour les homos... Je suis hétéro, et l'on m'a questionné sur mon activité sexuelle avant le don (nombre de partenaires, utilisation de préservatifs ou non...)

Le questionnaire ne devrait pas comporter ce type de questions, si le traitement du sang post prélèvement était sûr...

@Stéphan : Quel est ton avis / tes observations sur ce questionnaire ??

Xill
Afficher tout
Je trouve ce questionnaire indispensable, le sida se décompose en trois stade, et n'est appelé séropositif qu'au dernier stade. Les premiers stades sont invisibles aux examens sanguins, c'est en latence, il augmente les lymphocytes et immunoglobuline (IgM IgG) etc, donc savoir tout ça permet de savoir si malgré un résultat négatif il y a des risques que le sida se déclare après que les examens soient fait et que la poche de sang soit délivré.

a écrit : Ah ah ! J'ai presque le même problème ! Un sang trop sucré à leur goût ! Je ne comprend pas pourquoi ils refusent le sang des diabétiques, si leur organes fonctionnent, les sucres devrait être éliminé naturellement dans l'organisme du receveur. Et puis voyons : Vaut mieux mourir par manque d'une transfusion plutôt que de devenir diabétique ? Afficher tout Ce n'est pas un problème pour eux, c'est un problème pour toi :)
Les diabétiques mettent beaucoup plus de temps a se remettre que les non diabétiques, de plus ils dit prédisposé a "tomber dans les pommes" suivent leur glycémie, puis s'ils sont en manquent de sucre ou juste ils s'évanouiront.
C'est surtout pour l'instabilité je pense, après je ne suis pas médecin :/

a écrit : Je voudrais bien donner mon sang faudrait encore qu'on me l'autorise... Être O- ( donc sang universel ), en bonne santé, aucune maladie ne suffit pas pour donner mon sang pas assez hétéro me disent-ils... Ça dépend où tu vas, malheureusement ça dépend du médecin, mais suivant où tu vas tu peux le donner.

a écrit : Étant infirmier et pratiquant la transfusion, on ne transfuse qu'en cas d'urgences un patient avec un groupe sanguin O- (sang dit universel)
Les risques liés à la transfusion restent faibles si la transfusion est prévue : Test sanguin sur le bilan sanguin réalisé 24-48h avant (voire le jour même) et tes
t dit "réalisé au pied du lit".
Quant au receveur universel (AB+) je n'ai constaté aucuns problèmes jusqu'ici, malgré ma jeune carrière, et n'espère jamais en voir. D'où l'importance d'une surveillance avant pendant et après la transfusion !
Afficher tout
En cas d'urgence vitale immédiate uniquement, on donne du O- pour les femmes de moins de 50 ans (pour éviter qu'elles s'immunisent avec un anti -D car en âge de procréer) et du O+ pour un homme. Uniquement si le groupe du patient est inconnu.
Tu as totalement raison pour le test ultime :D

a écrit : J'ai lu dans un journal il y a pas bien longtemps qu'il était question justement de modifier ce point la au niveau du don du sang (effectivement les personnes homosexuelles sont systématiquement refusées car soit disant plus susceptibles d'êtres atteintes de MST) A noter que les "histoires" de donneur universel ou receveur universel sont de moins en moins vraies, ils se sont aperçu que ça pouvait malgré tout poser problème dans certains cas. La tendance actuelle est de transfuser les personnes ayant besoin de sang qu'avec du sang du même rhésus que le leur. Afficher tout Si quelqu'un est rhésus positif, ça veut dire qu'il a l'antigène du système rhésus, lui donner des hématies qui n'en ont pas est sans danger et ne pose absolument pas problème :)
L'inverse peut éventuellement suivant l'âge du patient, après 70 ans on considère que l'on peut car il y a peu de chance d'immunité (on peut ne respecter que le groupe rien d'autre) . Perso je donne toujours le rhésus et le phénotype, ça m'embête de voir qu'une personne s'immunise a cause de ça parce qu'il à plus de 70 ans, mais quand on manque de poches de sang on est obligé.
Pour faire simple: si tu es + tu peux prendre du -
Si tu es - c'est plus compliqué de prendre du +, ça dépend de certains facteurs :)

a écrit : Je trouve ce questionnaire indispensable, le sida se décompose en trois stade, et n'est appelé séropositif qu'au dernier stade. Les premiers stades sont invisibles aux examens sanguins, c'est en latence, il augmente les lymphocytes et immunoglobuline (IgM IgG) etc, donc savoir tout ça permet de savoir si malgré un résultat négatif il y a des risques que le sida se déclare après que les examens soient fait et que la poche de sang soit délivré. Afficher tout Je crois me souvenir (attention, c'est vieux.. C'était à l'époque du procès sur le sang contaminé) que les poches de sang étaient chauffées, pour détruire les virus... Ce n'est plus le cas ?

a écrit : Je crois me souvenir (attention, c'est vieux.. C'était à l'époque du procès sur le sang contaminé) que les poches de sang étaient chauffées, pour détruire les virus... Ce n'est plus le cas ? Euh desolé mais si on chauffe le sang ca devient du boudin...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Euh desolé mais si on chauffe le sang ca devient du boudin... Non désolé, les poches peuvent être chauffer jusqu'a 37 degrés afin de contrer certaines pathologies comme les agglutinines froides par exemple (sang du patient qui forme des caillots quand il est froid, il faut donc chauffer la poche pour éviter que le patient le coagule! Après si l'on va au dessus on fait du sang cuit effectivement et ça ressemblera a un milieu à bactérie ^^ (cf gélose chocolat pour les microbiologistes qui lisent (l'espoir fait vivre)). Si le sang est trop chauffé, les hématies sont lysées et donc inutiles.

a écrit : Je crois me souvenir (attention, c'est vieux.. C'était à l'époque du procès sur le sang contaminé) que les poches de sang étaient chauffées, pour détruire les virus... Ce n'est plus le cas ? Presque :) ce ne sont pas les poches de sang qui sont chauffées mais certains plasma qui deviennent alors "viroatténué" ou "viroinactivé" et donc sécurisés. Je ne maîtrise pas trop les plasma malheureusement.
Les poches de sang ne sont pas chauffées au dessus de 37 degrés juste avant transfusions dans certains cas, et a 37 ce n'est pas assez puissant pour tuer un germe.
Maintenant si le sang présente un virus ou une bactérie, la poche est mise en quarantaine et est détruite tout simplement, le donneur est averti afin de lui faire des prises de sang complémentaire :)

a écrit : Aucun acte médical n'est anodin. Par exemple : prendre de l'aspirine peut provoquer ulcères ou hémorragies (les risques sont variable celon la dose).
Lors d'une transfusion il reste le risque infectieux, bien qu'il soit très fortement réduit avec la gestion des stockes sanguins en France. Il
y a aussi le risque de réaction immunitaire, bien que l'on fasse tous les tests pour qu'il soit presque inexistant.
Il faut arréter de "psychoter" sans arret, et on deviens très fort en France la dessus... Il y a des milliers de gens qui travaillent dans le médical et qui essaient de sauver des vies à longueurs de temps (ou d'améliorer la qualité de vie de ses mêmes personnes) : ils font de leur mieux, cependant les risques ne sont pas nul et le risque d'erreur en fait partie au passage. A force de se poser sans arret la question des risques de faire telle ou telle chose, on va finir par ne plus rien faire, et les personnels médicaux non plus!! (après tout pourquoi prendraient-il le risque de se voir leurs dîplomes retirés, voir pire)
Afficher tout
A côté de ça on a les États Unis bien plus en avance avec un système de santé qui n'a pratiquement pas besoin de transfusion quand les médecins s'en donne la peine ! Quand un patient refuse les transfusions il y a beaucoup d'autres alternatives trop peu connues par les français. L'EPO en autre qui permet de redonner un volume sanguin vital sans avoir besoin de transfusion. Le corps produit les globules qu'il faut ensuite. Il est aussi prouvé qu'un opéré sans transfusion met moins de temps a s'en remettre. Outre le fait que le corps n'a pas a s'adapter a un corps étranger qui n'a pas son ADN en plus le médecin fait bien plus attention à ce qu'il fait...logique c'est facile de faire un erreur et de remettre 1 litre de sang par dessus mais ça demande bien plus de concentration de la part d'un médecin de faire attention à ce qu'il fait parce qu'il ne peut pas jouir de faire des fautes sans conséquence. Bref la médecine du future est capable de se débrouiller sans sang et personnellement je trouve que c'est plutôt une bonne chose...
Même si je ne remet pas en cause ces découvertes majeures...