Le même médecin découvrit les groupes sanguins et le système rhésus

Proposé par
le
dans

Le médecin autrichien Karl Landsteiner a découvert les groupes sanguins en 1900, alors que les malades étaient transfusés jusqu'alors de bras à bras, ce qui entrainait de nombreux décès. 40 ans plus tard, c'est le même médecin qui découvrit le facteur Rhésus (du nom d'un singe, le Macacus rhesus qui servit lors des expériences) ce qui améliora encore la survie lors des transfusions.


Commentaires préférés (3)

Il me semble que c'est un de ses confrères du même institut qui découvrit qu'il suffisait d'ajouter du sel au sang afin qu'il ne coagule plus.

Ce qui permit de mettre en place le stockage du sang et d'arrêter les transfusions de veine à veine (on prenait souvent la veine du poignet du donneur pour littéralement la "greffer" dans le coude du receveur") ou pire : les cas où le sang était stocké dans un récipient avant d'être transfusé, ce qui provoquait de gros problèmes de coagulation.

Justement, puisqu'on est dans le sujet : DONNEZ VOTRE SANG ! Donner son sang est un acte généreux, solidaire et responsable qui permet chaque année de soigner 500 000 malades.

a écrit : Si j'ai bien compris, il reste un risque de décès lors d'une transfusion. Aucun acte médical n'est anodin. Par exemple : prendre de l'aspirine peut provoquer ulcères ou hémorragies (les risques sont variable celon la dose).
Lors d'une transfusion il reste le risque infectieux, bien qu'il soit très fortement réduit avec la gestion des stockes sanguins en France. Il y a aussi le risque de réaction immunitaire, bien que l'on fasse tous les tests pour qu'il soit presque inexistant.
Il faut arréter de "psychoter" sans arret, et on deviens très fort en France la dessus... Il y a des milliers de gens qui travaillent dans le médical et qui essaient de sauver des vies à longueurs de temps (ou d'améliorer la qualité de vie de ses mêmes personnes) : ils font de leur mieux, cependant les risques ne sont pas nul et le risque d'erreur en fait partie au passage. A force de se poser sans arret la question des risques de faire telle ou telle chose, on va finir par ne plus rien faire, et les personnels médicaux non plus!! (après tout pourquoi prendraient-il le risque de se voir leurs dîplomes retirés, voir pire)


Tous les commentaires (47)

Il me semble que c'est un de ses confrères du même institut qui découvrit qu'il suffisait d'ajouter du sel au sang afin qu'il ne coagule plus.

Ce qui permit de mettre en place le stockage du sang et d'arrêter les transfusions de veine à veine (on prenait souvent la veine du poignet du donneur pour littéralement la "greffer" dans le coude du receveur") ou pire : les cas où le sang était stocké dans un récipient avant d'être transfusé, ce qui provoquait de gros problèmes de coagulation.

Ça devait être assez terrible de provoquer la mort de blessés en voulant les sauver avec notre sang :(

Ça me glace le sang tous ces morts pour une chose qui nous paraît banal de nos jours ..

Dans les sources, on dit aussi qu'il a découvert le poliovirus sauvage qui est responsable de la poliomyélite, une maladie infectieuse aiguë et contagieuse spécifiquement humaine.

Posté le

android

(10)

Répondre

Dans une des sources il est dit que sa découverte aurait sauvée plus d'un milliard de vies ! C'est tout bonnement formidable !

Justement, puisqu'on est dans le sujet : DONNEZ VOTRE SANG ! Donner son sang est un acte généreux, solidaire et responsable qui permet chaque année de soigner 500 000 malades.

Si j'ai bien compris, il reste un risque de décès lors d'une transfusion.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il me semble que c'est un de ses confrères du même institut qui découvrit qu'il suffisait d'ajouter du sel au sang afin qu'il ne coagule plus.

Ce qui permit de mettre en place le stockage du sang et d'arrêter les transfusions de veine à veine (on prenait souvent la veine du poig
net du donneur pour littéralement la "greffer" dans le coude du receveur") ou pire : les cas où le sang était stocké dans un récipient avant d'être transfusé, ce qui provoquait de gros problèmes de coagulation. Afficher tout
Et le fait de "saler" le sang ne posait pas de problème ensuite pour le transfuser?

a écrit : Justement, puisqu'on est dans le sujet : DONNEZ VOTRE SANG ! Donner son sang est un acte généreux, solidaire et responsable qui permet chaque année de soigner 500 000 malades. Cependant, le don de sang peut favoriser la prolifération de certaines maladies.

Posté le

android

(0)

Répondre

Je complete en vous proposant de vous rendre aussi sur dondusang88.free.fr ! Belle mine d infos sur le don du sang et de plasma

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Ça me glace le sang tous ces morts pour une chose qui nous paraît banal de nos jours .. Banal mais que 4 % de dons en france...

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Si j'ai bien compris, il reste un risque de décès lors d'une transfusion. Aucun acte médical n'est anodin. Par exemple : prendre de l'aspirine peut provoquer ulcères ou hémorragies (les risques sont variable celon la dose).
Lors d'une transfusion il reste le risque infectieux, bien qu'il soit très fortement réduit avec la gestion des stockes sanguins en France. Il y a aussi le risque de réaction immunitaire, bien que l'on fasse tous les tests pour qu'il soit presque inexistant.
Il faut arréter de "psychoter" sans arret, et on deviens très fort en France la dessus... Il y a des milliers de gens qui travaillent dans le médical et qui essaient de sauver des vies à longueurs de temps (ou d'améliorer la qualité de vie de ses mêmes personnes) : ils font de leur mieux, cependant les risques ne sont pas nul et le risque d'erreur en fait partie au passage. A force de se poser sans arret la question des risques de faire telle ou telle chose, on va finir par ne plus rien faire, et les personnels médicaux non plus!! (après tout pourquoi prendraient-il le risque de se voir leurs dîplomes retirés, voir pire)

a écrit : Et le fait de "saler" le sang ne posait pas de problème ensuite pour le transfuser? Ba en fait le plasma (le liquide qui entoure les globules rouges), et l'interstitium aussi d'ailleurs, sont en majorité constitués d'eau salé (le fameux liquide physiologique) donc au pire tu augmentes un peu le volume sanguin, l'excédent étant ensuite éliminé par les reins.

Je ne connais pas les us de l'époque mais aujourd'hui on utilise plutot des contenants "citratés" pour éviter la coagulation.

a écrit : Justement, puisqu'on est dans le sujet : DONNEZ VOTRE SANG ! Donner son sang est un acte généreux, solidaire et responsable qui permet chaque année de soigner 500 000 malades. Je voudrais bien donner mon sang faudrait encore qu'on me l'autorise... Être O- ( donc sang universel ), en bonne santé, aucune maladie ne suffit pas pour donner mon sang pas assez hétéro me disent-ils...

a écrit : Je voudrais bien donner mon sang faudrait encore qu'on me l'autorise... Être O- ( donc sang universel ), en bonne santé, aucune maladie ne suffit pas pour donner mon sang pas assez hétéro me disent-ils... J'ai lu dans un journal il y a pas bien longtemps qu'il était question justement de modifier ce point la au niveau du don du sang (effectivement les personnes homosexuelles sont systématiquement refusées car soit disant plus susceptibles d'êtres atteintes de MST) A noter que les "histoires" de donneur universel ou receveur universel sont de moins en moins vraies, ils se sont aperçu que ça pouvait malgré tout poser problème dans certains cas. La tendance actuelle est de transfuser les personnes ayant besoin de sang qu'avec du sang du même rhésus que le leur.

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : Et le fait de "saler" le sang ne posait pas de problème ensuite pour le transfuser? Non, et pour le boudin, c'était bien plus goûtu...

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : J'ai lu dans un journal il y a pas bien longtemps qu'il était question justement de modifier ce point la au niveau du don du sang (effectivement les personnes homosexuelles sont systématiquement refusées car soit disant plus susceptibles d'êtres atteintes de MST) A noter que les "histoires" de donneur universel ou receveur universel sont de moins en moins vraies, ils se sont aperçu que ça pouvait malgré tout poser problème dans certains cas. La tendance actuelle est de transfuser les personnes ayant besoin de sang qu'avec du sang du même rhésus que le leur. Afficher tout Étant infirmier et pratiquant la transfusion, on ne transfuse qu'en cas d'urgences un patient avec un groupe sanguin O- (sang dit universel)
Les risques liés à la transfusion restent faibles si la transfusion est prévue : Test sanguin sur le bilan sanguin réalisé 24-48h avant (voire le jour même) et test dit "réalisé au pied du lit".
Quant au receveur universel (AB+) je n'ai constaté aucuns problèmes jusqu'ici, malgré ma jeune carrière, et n'espère jamais en voir. D'où l'importance d'une surveillance avant pendant et après la transfusion !

un médecin vampire je dirais

Posté le

android

(0)

Répondre

Apparemment il n'était pas à sang pour sang !!