Beethoven entendait avec une baguette entre les dents

Proposé par
le

Beethoven est devenu sourd vers l'âge de 26 ans. Il était atteint d'une surdité de transmission : l'oreille interne étant intacte, il avait trouvé un système ingénieux pour continuer à "entendre" la musique : il serrait une baguette en bois entre les dents qu'il appuyait sur la caisse du piano, ce qui lui faisait entendre les sons par transmission osseuse.

La surdité de transmission est une atteinte de l'oreille moyenne, qui a pour rôle de transformer les vibrations du tympan en onde mécanique à l'oreille interne qui la transforme en influx électrique.


Commentaires préférés (3)

Cette anecdote complète l'image qu'on se fait de lui. Un génie.

Posté le

android

(213)

Répondre

a écrit : Comment est il devenu sourd ? Je n'oserai pas le dire...

Posté le

android

(242)

Répondre

En tant que pianiste , je pense que Beethoven , bien que de plus en plus sourd , continue à entendre sa propre musique mentalement et s'engage dans un combat acharné pour donner un sens à sa vie . C'est alors qu'il touche au tréfonds de lui même et compose ses œuvres les plus profondes notamment ses quatuors à cordes et ses dernières sonates , expression la plus achevée de son art composé dans une surdité absolue .

Beethoven souffre le martyre , malgré plusieurs tentatives thérapeutiques , en 1801 la détérioration inéluctable et la perspective de surdité totale le mettent au désespoir . Beethoven se rend seul à Heiligenstadt et y rédige un testament passé à la postérité et connu bien après sa mort . Il y fait état de ses pensées suicidaires . Se sentant totalement isolé et mal à l'aise en société il ne voit pas pourquoi continuer plus avant . Malgré cela pour la musique il va vivre encore un quart de siècle .

Avec un courage inouï , employant des stratagèmes comme celui décrit dans l'anecdote , ou composant assis par terre devant un piano sans pied , pour mieux sentir les vibrations , Beethoven écrit des chefs d'œuvre au delà même du pensable , reculant les limites du possible, nous donnant l'expression la plus achevée de son art .

Ses dernières sonates sont prodigieuses , exploitant le vaste registre et la puissance du pianoforte il expérimente encore des sons nouveaux et dynamiques qu'il n'aurait jamais imaginés ! La Hammerklavier sonate n° 29 Op. 106 , c'est l'Everest et L'Etna réunis , et peu de pianistes osent s'y attaquer ! Dans l'ample réspiration de cette sonate on peut presque entendre un cœur palpiter , sérénité , abandon , révolte , tout y est ,écoutez !...Écoutez le Quator à cordes n° 14 Op. 131, 1 er mouvement . Sorte de voyage émotionnel , cet adagio exprime douleur et résignation , serpentant d'un instrument à l'autre avec des explosions soudaines , Beethoven , en une fugue lente et intense nous amène vers une agitation intérieure avec une tension et une émotion extrêmes dues au son aigu des violons , puis la musique redescend lentement comme pour exprimer l'acceptation de l'inéluctable ...

Source : Les Grands Compositeurs .

Posté le

iphone

(201)

Répondre


Tous les commentaires (44)

Comment est il devenu sourd ?

Posté le

android

(8)

Répondre

Cette anecdote complète l'image qu'on se fait de lui. Un génie.

Posté le

android

(213)

Répondre

L'oreille absolue également...

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Comment est il devenu sourd ? Je n'oserai pas le dire...

Posté le

android

(242)

Répondre

En tant que pianiste , je pense que Beethoven , bien que de plus en plus sourd , continue à entendre sa propre musique mentalement et s'engage dans un combat acharné pour donner un sens à sa vie . C'est alors qu'il touche au tréfonds de lui même et compose ses œuvres les plus profondes notamment ses quatuors à cordes et ses dernières sonates , expression la plus achevée de son art composé dans une surdité absolue .

Beethoven souffre le martyre , malgré plusieurs tentatives thérapeutiques , en 1801 la détérioration inéluctable et la perspective de surdité totale le mettent au désespoir . Beethoven se rend seul à Heiligenstadt et y rédige un testament passé à la postérité et connu bien après sa mort . Il y fait état de ses pensées suicidaires . Se sentant totalement isolé et mal à l'aise en société il ne voit pas pourquoi continuer plus avant . Malgré cela pour la musique il va vivre encore un quart de siècle .

Avec un courage inouï , employant des stratagèmes comme celui décrit dans l'anecdote , ou composant assis par terre devant un piano sans pied , pour mieux sentir les vibrations , Beethoven écrit des chefs d'œuvre au delà même du pensable , reculant les limites du possible, nous donnant l'expression la plus achevée de son art .

Ses dernières sonates sont prodigieuses , exploitant le vaste registre et la puissance du pianoforte il expérimente encore des sons nouveaux et dynamiques qu'il n'aurait jamais imaginés ! La Hammerklavier sonate n° 29 Op. 106 , c'est l'Everest et L'Etna réunis , et peu de pianistes osent s'y attaquer ! Dans l'ample réspiration de cette sonate on peut presque entendre un cœur palpiter , sérénité , abandon , révolte , tout y est ,écoutez !...Écoutez le Quator à cordes n° 14 Op. 131, 1 er mouvement . Sorte de voyage émotionnel , cet adagio exprime douleur et résignation , serpentant d'un instrument à l'autre avec des explosions soudaines , Beethoven , en une fugue lente et intense nous amène vers une agitation intérieure avec une tension et une émotion extrêmes dues au son aigu des violons , puis la musique redescend lentement comme pour exprimer l'acceptation de l'inéluctable ...

Source : Les Grands Compositeurs .

Posté le

iphone

(201)

Répondre

a écrit : Comment est il devenu sourd ? Il a été atteint de la syphilis étant jeune, maladie connue pour causer des malformations auriculaires...



Sinon, hors-sujet, Beethoven s'empoisonnait fréquemment au plomb, ce qui causa sa mort ! Le plomb est un métal toxique servant à faire le cristal, lui-même utilisé en tant que carafe ou verre à vin, dont Beethoven était sans doute friand... L'acidité de l'alcool réagissait avec le plomb qui répandait son poison dans le liquide. De pareils cas ont été vus dans d'autres circonstances, dont d'importantes épidémies durant la Rome antique, certaines canalisations étant alors faites de plomb !

Posté le

website

(60)

Répondre

Je n'arrive pas à croire qu'il ait reussi à composer de si beaux morceaux tout en étant sourd ! Quel combat se doit etre de vivre de la musique en n'entendant rien de ce qui l'entoure ! Il me semble meme qu'il dirigeait son orchestre sans entendre les musiciens jouer, et qu'il ne savait pas si le public aimait, si les musiciens jouaient juste... J'ai joué il y a 2-3 ans la Pathetique (sonate n°8 pour piano), composée apres qu'il ait perdu l'ouie, et je l'ai tout particulièrement aimée, par le transport d'emotions quand on l'entend et quand on le joue ! Chapeau Beethoven !

Posté le

android

(18)

Répondre

a écrit : Il a été atteint de la syphilis étant jeune, maladie connue pour causer des malformations auriculaires...



Sinon, hors-sujet, Beethoven s'empoisonnait fréquemment au plomb, ce qui causa sa mort ! Le plomb est un métal toxique servant à faire le cristal, lui-même utilisé en tant que carafe
ou verre à vin, dont Beethoven était sans doute friand... L'acidité de l'alcool réagissait avec le plomb qui répandait son poison dans le liquide. De pareils cas ont été vus dans d'autres circonstances, dont d'importantes épidémies durant la Rome antique, certaines canalisations étant alors faites de plomb ! Afficher tout
J'ai cru lire en faisant des recherches que l'origine de sa mort serait une hemochromatose héréditaire, c'est à dire une accumulation anormale du fer dans l'organisme, qui lui donna déjà très jeune un ton foncé a sa peau, après c'est peut être plusieurs facteurs qui peuvent être corrélés car en effet, l'intoxication au plomb( saturnisme) était très fréquente à l'époque à cause de sa forte utilisation dans beaucoup d'objets quotidiens, dont le domaine alimentaire...

Posté le

android

(5)

Répondre

Ecouter moi la sonate au clair de lune, un morceau qui vous parle a travers des emotions, la tristesse la melancolie pour le premier mouvement, le colere pour le dernier. Beethoven, Chopin, Schumann... des hommes qui vous parlent avec des notes.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ecouter moi la sonate au clair de lune, un morceau qui vous parle a travers des emotions, la tristesse la melancolie pour le premier mouvement, le colere pour le dernier. Beethoven, Chopin, Schumann... des hommes qui vous parlent avec des notes. Oui, j'aime beaucoup les morceaux de Chopin (et oui, on trouve encore des jeunes aimant la musique classique, meme si ca se fait rare...)! Mais il ne faut pas oublier Liszt et son Reve d'Amour (que je suis en train d'etudier) et qui est absolument magnifique !

Posté le

android

(8)

Répondre

Quelque chose à corriger dans l'anecdote : le son est déjà une onde mécanique. Le rôle de l'oreille moyenne est de faciliter la transmission du son de l'air vers l'oreille interne.

La composition de l'air et la composition de l'oreille font que le son qui arrive à passer est très affaibli (différence d'impédance acoustique). Le tympan sert à palier à ce problème en vibrant à cause son en milieu aérien et en transmettant les vibrations dans le reste de l'oreille via des os (marteau, enclume, et l'autre dont personne se souvient jamais).
(source : mes cours d'acoustique)

BONUS:
Le son transite ensuite vers l'oreille interne où se situe la cochlée qui est tapissée de cils qui font office de transducteurs (transformation de force mécanique en force électrique). Les cils ne répondent pas tous à la même fréquence, ce qui permet de pouvoir différencier les sons entre eux.
(source : un cours mais c'est bien le diable si j'arrive à me rappeler lequel)

Le signal électrique passe ensuite par le nerf auditif vers le cerveau ou tout ça est interprété.

Posté le

website

(15)

Répondre

Cette meme appli propose 3 raisons pour expliquer les compositions de Beethoven apres sa surdité: une disant qu'il sentait les vibrations via le plancher, une autre disant qu'il avait l'oreille absolue et qu'il pouvait donc composer meme sourds, et celle là. La quelle croire ?

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Cette meme appli propose 3 raisons pour expliquer les compositions de Beethoven apres sa surdité: une disant qu'il sentait les vibrations via le plancher, une autre disant qu'il avait l'oreille absolue et qu'il pouvait donc composer meme sourds, et celle là. La quelle croire ? je pense que toutes sont juste. La chose qu'il faut retenir est qu''il a tout fait et tout tenter malgres sa surdité pour continuer à exercer la seule chose qu'il le faisait vivre: la musique!!!

Posté le

android

(9)

Répondre

On dit qu'il a continué de battre la mesure à la fin de la première représentation de sa 9ème symphonie, ne sachant pas que l'orchestre avait cessé de jouer. Il a fallu qu'une des sopranos lui touche l'épaule pour qu'il se retourne et contemple le public en délire qui applaudissait.

Posté le

iphone

(7)

Répondre

a écrit : En tant que pianiste , je pense que Beethoven , bien que de plus en plus sourd , continue à entendre sa propre musique mentalement et s'engage dans un combat acharné pour donner un sens à sa vie . C'est alors qu'il touche au tréfonds de lui même et compose ses œuvres les plus profondes notamment ses quatuors à cordes et ses dernières sonates , expression la plus achevée de son art composé dans une surdité absolue .

Beethoven souffre le martyre , malgré plusieurs tentatives thérapeutiques , en 1801 la détérioration inéluctable et la perspective de surdité totale le mettent au désespoir . Beethoven se rend seul à Heiligenstadt et y rédige un testament passé à la postérité et connu bien après sa mort . Il y fait état de ses pensées suicidaires . Se sentant totalement isolé et mal à l'aise en société il ne voit pas pourquoi continuer plus avant . Malgré cela pour la musique il va vivre encore un quart de siècle .

Avec un courage inouï , employant des stratagèmes comme celui décrit dans l'anecdote , ou composant assis par terre devant un piano sans pied , pour mieux sentir les vibrations , Beethoven écrit des chefs d'œuvre au delà même du pensable , reculant les limites du possible, nous donnant l'expression la plus achevée de son art .

Ses dernières sonates sont prodigieuses , exploitant le vaste registre et la puissance du pianoforte il expérimente encore des sons nouveaux et dynamiques qu'il n'aurait jamais imaginés ! La Hammerklavier sonate n° 29 Op. 106 , c'est l'Everest et L'Etna réunis , et peu de pianistes osent s'y attaquer ! Dans l'ample réspiration de cette sonate on peut presque entendre un cœur palpiter , sérénité , abandon , révolte , tout y est ,écoutez !...Écoutez le Quator à cordes n° 14 Op. 131, 1 er mouvement . Sorte de voyage émotionnel , cet adagio exprime douleur et résignation , serpentant d'un instrument à l'autre avec des explosions soudaines , Beethoven , en une fugue lente et intense nous amène vers une agitation intérieure avec une tension et une émotion extrêmes dues au son aigu des violons , puis la musique redescend lentement comme pour exprimer l'acceptation de l'inéluctable ...

Source : Les Grands Compositeurs .
Afficher tout
il est mort à 56 ans, un demi siècle

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Quelque chose à corriger dans l'anecdote : le son est déjà une onde mécanique. Le rôle de l'oreille moyenne est de faciliter la transmission du son de l'air vers l'oreille interne.

La composition de l'air et la composition de l'oreille font que le son qui arrive à passer est
très affaibli (différence d'impédance acoustique). Le tympan sert à palier à ce problème en vibrant à cause son en milieu aérien et en transmettant les vibrations dans le reste de l'oreille via des os (marteau, enclume, et l'autre dont personne se souvient jamais).
(source : mes cours d'acoustique)

BONUS:
Le son transite ensuite vers l'oreille interne où se situe la cochlée qui est tapissée de cils qui font office de transducteurs (transformation de force mécanique en force électrique). Les cils ne répondent pas tous à la même fréquence, ce qui permet de pouvoir différencier les sons entre eux.
(source : un cours mais c'est bien le diable si j'arrive à me rappeler lequel)

Le signal électrique passe ensuite par le nerf auditif vers le cerveau ou tout ça est interprété.
Afficher tout
Le 3ème c'est l'etrier (ou stapes)! =]

Posté le

android

(3)

Répondre