Sauvé du volcan par la prison

Proposé par
le
dans

Lors de l'éruption de la Montagne Pelée le 8 mai 1902, le volcan provoqua une nuée ardente qui rasa la ville de Saint-Pierre et fit 30 000 victimes. Il y eut 2 survivants, dont Louis-Auguste Cyparis, un prisonnier qui eut la vie sauve grâce aux murs épais du cachot dans lequel il était emprisonné. Gravement brûlé, il sera engagé par le cirque Barnum pour raconter son histoire.


Commentaires préférés (3)

Ayant vécu quelque temps en Martinique je l'ai appris à l'école et heureusement pour lui qu'il n'as pas réussi son évasion sinon il serait mort comme touts les autres.
Edit: J'ai trouvé en cherchant un peu dans les sources le deuxième survivant qui lui a senti le malheur arrivé: "Voyant depuis plusieurs jours les fumerolles s'échapper de la montagne Pelée, Léon Compère se réfugie dans un sous-sol de son échoppe de cordonnier." source wikipédia

Posté le

website

(186)

Répondre

a écrit : C'est vrai que je vois pas l'interrêt dans un cirque. :o Au début du XXième siècle les cirques n'étaient pas ceux que l'on connaît aujourd'hui. On y voyait des tours de force, des acrobaties, on y riait, mais pas seulement. Aller au cirque était aussi l'occasion d'observer des bêtes de foires : des hommes gigantesques, déformés, des femmes à barbe, des nains, etc. Un homme comme ce prisonnier n'était guère qu'un phénomène de foire en plus. Une curiosité à exhiber.

Posté le

android

(193)

Répondre

a écrit : C'est vrai que je vois pas l'interrêt dans un cirque. :o A l'époque il n'y avait pas de télé, pas d'Internet... Tout ce qui sortait un peu de l'ordinaire n'était visible que dans les cirques et foires. Aujourd'hui on considère ça comme dégradant, mais on fait la même chose, car dès qu'on entend parler d'un fait divers un peu sordide on se rue tous sur Google Images/Actualités... Au moins le cirque ça faisait sortir les gens.

Posté le

iphone

(182)

Répondre


Tous les commentaires (60)

Engager dans un cirque pour raconter son malheur, c'est pas banal..

Posté le

iphone

(35)

Répondre

Ayant vécu quelque temps en Martinique je l'ai appris à l'école et heureusement pour lui qu'il n'as pas réussi son évasion sinon il serait mort comme touts les autres.
Edit: J'ai trouvé en cherchant un peu dans les sources le deuxième survivant qui lui a senti le malheur arrivé: "Voyant depuis plusieurs jours les fumerolles s'échapper de la montagne Pelée, Léon Compère se réfugie dans un sous-sol de son échoppe de cordonnier." source wikipédia

Posté le

website

(186)

Répondre

C'est vrai que je vois pas l'interrêt dans un cirque. :o

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est vrai que je vois pas l'interrêt dans un cirque. :o Au début du XXième siècle les cirques n'étaient pas ceux que l'on connaît aujourd'hui. On y voyait des tours de force, des acrobaties, on y riait, mais pas seulement. Aller au cirque était aussi l'occasion d'observer des bêtes de foires : des hommes gigantesques, déformés, des femmes à barbe, des nains, etc. Un homme comme ce prisonnier n'était guère qu'un phénomène de foire en plus. Une curiosité à exhiber.

Posté le

android

(193)

Répondre

a écrit : Ayant vécu quelque temps en Martinique je l'ai appris à l'école et heureusement pour lui qu'il n'as pas réussi son évasion sinon il serait mort comme touts les autres.
Edit: J'ai trouvé en cherchant un peu dans les sources le deuxième survivant qui lui a senti le malheur arrivé: "Voy
ant depuis plusieurs jours les fumerolles s'échapper de la montagne Pelée, Léon Compère se réfugie dans un sous-sol de son échoppe de cordonnier." source wikipédia Afficher tout
Merci pour les détails ! Le deuxieme survivant quel égoïste , il c'est cacher seul normal quoi ... -_-

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Au début du XXième siècle les cirques n'étaient pas ceux que l'on connaît aujourd'hui. On y voyait des tours de force, des acrobaties, on y riait, mais pas seulement. Aller au cirque était aussi l'occasion d'observer des bêtes de foires : des hommes gigantesques, déformés, des femmes à barbe, des nains, etc. Un homme comme ce prisonnier n'était guère qu'un phénomène de foire en plus. Une curiosité à exhiber. Afficher tout Justement le cirque Barnum était un célèbre cirque de l'époque ayant vu passer de nombreuses "bête de foire" notamment Jumbo, l'éléphant géant (4 mètres de hauteur c'est pas rien)

Posté le

website

(19)

Répondre

Le premier homme que la taule (la tole?) à sauvé :')

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : C'est vrai que je vois pas l'interrêt dans un cirque. :o A l'époque il n'y avait pas de télé, pas d'Internet... Tout ce qui sortait un peu de l'ordinaire n'était visible que dans les cirques et foires. Aujourd'hui on considère ça comme dégradant, mais on fait la même chose, car dès qu'on entend parler d'un fait divers un peu sordide on se rue tous sur Google Images/Actualités... Au moins le cirque ça faisait sortir les gens.

Posté le

iphone

(182)

Répondre

On peut dire dans son cas qu'il a vraiment eu chaud, le pauvre.

Posté le

website

(3)

Répondre

Concernant les "bêtes de foire" il y a un film très intéressant que s'appelle " la monstrueuse parade" ou "Freaks" qu'il faut absolument voir une fois dans sa vie ;)

Posté le

iphone

(28)

Répondre

On peut d'ailleurs visiter les ruines dont un bon nombre ont été conservé après l'éruption tous comme sa cellule, car même si il était prisonnier, c'était une véritable légende vivante!Le musée relatant cette éruption est aussi très impressionnant et émouvant avec des objets du quotidien qui ont littéralement fondus sous la chaleur tous comme une cloche.Il suffit aussi de ne prendre qu un masque et des palmes pour aller admirer les grements qui n'ont pu quitter à temps les port et qui gissent au fond de l'eau!On peut d'ailleurs citer le cas du Bellem qui a quitté le port la veille de l'éruption!

Posté le

android

(20)

Répondre

Ça me fait penser à la ville de Pompéi avec l'éruption du Vesuve. J'étais allé visiter la ville avec les corps des gens en train de fuir encore conservé. Cela fait un bail, j'en ai de vagues souvenirs.

Posté le

android

(3)

Répondre

Que de souvenir à la lecture de cette annecdote. J'ai fait la quasi totalité de ma primaire en martinique et jlsd car on nous l'enseigne en cours. La prof nous en avait parlé avec une note de poésie nous faisant comprendre que parfois, même le pire des handicap peut être un avantage.

Posté le

iphone

(15)

Répondre

Cette anecdote est plus que probable, vivant actuellement en Martinique et ayant visité les ruines et le musée (qui est au passage très intéressant et émouvant) je confirme.
Il faut d'ailleurs savoir que cette éruption sous forme de nuage de cendres ardent et instantané, et non de lave, dévasta la ville et la population en une poignée de secondes. Saint-Pierre était la capitale de la Martinique à l'époque, et c'est sa destruction qui "permit" à Fort-de-France de prendre le relais.
Saint-Pierre était aussi un haut lieu culturel pour la haute société coloniale de l'époque, qui se déplaçait de toute la Caraïbe pour assister aux représentations de son théâtre, réplique de celui de Bordeaux et qui fait d'ailleurs parti des ruines que l'on peut visiter.

Posté le

android

(26)

Répondre

J'ai eu l'occasion de voir son cachot lors de mon voyage en Martinique et c'est assez impressionnant a voir. Mais on m'avait que c'était le seul survivant

Posté le

iphone

(4)

Répondre

a écrit : Concernant les "bêtes de foire" il y a un film très intéressant que s'appelle " la monstrueuse parade" ou "Freaks" qu'il faut absolument voir une fois dans sa vie ;) âmes sensibles s' abstenir. excellent film qui illustre bien ce qu'etaient les cirques a l'epoque, mais qui risque de choquer pas mal de gens.

Posté le

android

(7)

Répondre

Le récit du première homme (dans la deuxième source) est horrible a lire ...

Posté le

android

(1)

Répondre

Pour ceux qui auraient prevu des futures vacances sur l'Ile aux Fleurs : Le musée du Volcan situé sur le mont Pelé même est un passage que je recommande vivement. Ne serait-ce que pour la culture géographique et volcanique. On y apprend que l'homme ne connaissait absolument rien au volcan au debut du XXeme. C'est d'ailleurs suite au 2 erruptions de Pelé (1902 et 1929) que l'etude de ces phenomenes a explosé. Pour info : Il est dit que le Mont Pelé degageait des fumerolles depuis 1892, soit 10 ans avant le drame qui coutat la vie a 28000 personnes. Mais les grands scientifiques de l'epoque avaient decreté que c'etait normal... St Pierre etait le carrefour des Petites Antilles, le plus grand port des Caraïbes et la Martinique aurait pu jouir d'une situation economique bien plus confortable aujourd'hui sans cette eruption qui a bouleversé son histoire.

Posté le

windowsphone

(17)

Répondre

a écrit : Cette anecdote est plus que probable, vivant actuellement en Martinique et ayant visité les ruines et le musée (qui est au passage très intéressant et émouvant) je confirme.
Il faut d'ailleurs savoir que cette éruption sous forme de nuage de cendres ardent et instantané, et non de lave, dévasta la ville et l
a population en une poignée de secondes. Saint-Pierre était la capitale de la Martinique à l'époque, et c'est sa destruction qui "permit" à Fort-de-France de prendre le relais.
Saint-Pierre était aussi un haut lieu culturel pour la haute société coloniale de l'époque, qui se déplaçait de toute la Caraïbe pour assister aux représentations de son théâtre, réplique de celui de Bordeaux et qui fait d'ailleurs parti des ruines que l'on peut visiter.
Afficher tout
Je void que nous avons les meme sources ;)

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre