Voltaire et Rousseau, Lumières et ennemis

Proposé par
le

Voltaire et Rousseau sont deux philosophes ayant marqué le XVIIIe siècle, siècle des Lumières. Bien que contemporains, ils étaient ennemis et ne se fréquentaient pas. Ils n'ont débattu sur leur façon de penser que par lettres sans jamais se voir, et, comble de l'ironie,  sont morts à deux mois d'intervalle, et leurs dépouilles se font face au Panthéon pour l'éternité.


Commentaires préférés (3)

Si je me souviens bien, c'est d'ailleurs Voltaire qui a rendu public le fait que Rousseau avait abandonné tous ses enfants, au moyen de pamphlets a priori "anonymes".

Posté le

android

(213)

Répondre

Rousseau qui a écrit un livre sur l'éducation alors qu'il a abandonné tout ses enfants

Posté le

android

(207)

Répondre

a écrit : toujours plus facile de donner des conseils aux autres! quelqu'un sait pourquoi (ou sur quels sujets) ils s'opposaient? Rousseau a écrit, entre autres, deux essais philosophique : le discours sur l'éducation (je ne me souviens plus exactement du titre exacte) et le discours que l'origine et les fondements de l'inégalité parmi le Hommes, dans lesquels il a soutenu la thése que l'origine de cette inégalité est la propriété. L'éducation, selon lui, corromprai les Hommes et serait l'une des causes du désir de propriété de ces derniers. Pour Rousseau, l'état dans lequel l'Homme est heureux, épanouis... est ce qu'il appelle "l'état de nature". En gros, il tenta se remettre au goût du jour le mythe du bon sauvage, comme quoi l'Homme est plus heureux quand il n'est pas soumis aux lois, à la propriété, si c'est un "sauvage" quoi. À l'opposé, Voltaire pense que l'Homme à l'état de nature n'est rien de plus qu'une bête sauvage et que c'est grâce aux lois, à l'éducation... que l'Homme s'améliore, que sa ce s'améliore. Pour faire court : Rousseau pense que le "paradis" est derrière nous et que nous en éloignons de plus en plus, alors que Voltaire pense qu'il est devant nous et que l'Homme s'en rapproche. Cette divergence d'opinion est l'une des bases du fait qu'ils ne s'appréciaient pas, d'autant que Voltaire ne manquait pas de se moquer de la thèse de Rousseau (cf. Candide, chapitre 16). Mais ce n'est pas tout. Voltaire ne considérait pas vraiment Rousseau comme un philosophe, et ce-dernier défendait une thèse allant à l'encontre de quasiment tout les philosophes de l'époque...

Posté le

iphone

(214)

Répondre


Tous les commentaires (74)

Si je me souviens bien, c'est d'ailleurs Voltaire qui a rendu public le fait que Rousseau avait abandonné tous ses enfants, au moyen de pamphlets a priori "anonymes".

Posté le

android

(213)

Répondre

Quand on connaît un peu leur histoire et l'idéologie des 2 hommes, c'est marrant de ce dire que cela divise encore les gens aujourd'hui... De nos jours avec encore plus d'engouement et d'extrémisme voire de fanatisme.

Posté le

iphone

(15)

Répondre

Ils doivent être amis là haut ! Ils ont enfin pu communiquer !

Posté le

android

(0)

Répondre

"Il est tombé par terre, c'est la faute à Voltaire, le c** dans le ruisseau c'est la faute à Rousseau..."

Posté le

android

(27)

Répondre

Rousseau qui a écrit un livre sur l'éducation alors qu'il a abandonné tout ses enfants

Posté le

android

(207)

Répondre

toujours plus facile de donner des conseils aux autres! quelqu'un sait pourquoi (ou sur quels sujets) ils s'opposaient?

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Rousseau qui a écrit un livre sur l'éducation alors qu'il a abandonné tout ses enfants Exact. Notez que ses theories sont encore inculquées aux futurs enseignants du moins elles l'etaient il y a une dizaine d'annees quand je passais mes concours de prof. C'est toujours difficile de ne pas prendre ses écrits de façon ironique quand on connait son histoire.

Posté le

android

(29)

Répondre

Rousseau qui d'ailleurs était Suisse, beaucoup de personnes le croient Français encore aujourd'hui !

Posté le

iphone

(40)

Répondre

Aux grands hommes la patrie reconnaissante.
Voltaire fut parmis les premiers à accéder au panthéon en 1791, Rousseau ne le rejoindra qu'en 1794.

Posté le

iphone

(4)

Répondre

a écrit : toujours plus facile de donner des conseils aux autres! quelqu'un sait pourquoi (ou sur quels sujets) ils s'opposaient? Rousseau a écrit, entre autres, deux essais philosophique : le discours sur l'éducation (je ne me souviens plus exactement du titre exacte) et le discours que l'origine et les fondements de l'inégalité parmi le Hommes, dans lesquels il a soutenu la thése que l'origine de cette inégalité est la propriété. L'éducation, selon lui, corromprai les Hommes et serait l'une des causes du désir de propriété de ces derniers. Pour Rousseau, l'état dans lequel l'Homme est heureux, épanouis... est ce qu'il appelle "l'état de nature". En gros, il tenta se remettre au goût du jour le mythe du bon sauvage, comme quoi l'Homme est plus heureux quand il n'est pas soumis aux lois, à la propriété, si c'est un "sauvage" quoi. À l'opposé, Voltaire pense que l'Homme à l'état de nature n'est rien de plus qu'une bête sauvage et que c'est grâce aux lois, à l'éducation... que l'Homme s'améliore, que sa ce s'améliore. Pour faire court : Rousseau pense que le "paradis" est derrière nous et que nous en éloignons de plus en plus, alors que Voltaire pense qu'il est devant nous et que l'Homme s'en rapproche. Cette divergence d'opinion est l'une des bases du fait qu'ils ne s'appréciaient pas, d'autant que Voltaire ne manquait pas de se moquer de la thèse de Rousseau (cf. Candide, chapitre 16). Mais ce n'est pas tout. Voltaire ne considérait pas vraiment Rousseau comme un philosophe, et ce-dernier défendait une thèse allant à l'encontre de quasiment tout les philosophes de l'époque...

Posté le

iphone

(214)

Répondre

Pour te répondre brièvement Laeti77, ils s'opposaient principalement sur la nature de l'Homme...entre l'état de nature qui fait selon Rousseau le bonheur de tous, et l'état social qui comble les désirs vains et inutiles de tous et qui pervertit, aliène l'Homme. Cherche sur google, j'ai la flemme de ressortir mes cours. :P

Posté le

android

(5)

Répondre

Contrairement a ce que beaucoup de gens pensent Rousseau ne défend pas le mythe du bon sauvage. Sa pensée est bcp plus finne pour se résumer a ca, je vous invite a lire son second discours sur l'inégalité parmis les hommes. Concernant Voltaire et Rousseau en effet tout les opposaient l'un était mondain et riche tandis que Rousseau était peuple au sens noble du terme et qu'il dénonçait justement l'état de ces riches et puissants. On rapproche souvent l'un et l'autre mais ils se détestaient vraiment selon moi. après lecture de son second discours je considère Rousseau comme un penseur pré marxiste tandis que Voltaire était un libéral suivant les thèses de Smith. Je vous invite aussi a prendre connaissance d'une phrase que Voltaire tient sur le thème " d'un pays bien formé" je ne vous en dis pas plus, votre curiosité doit faire le reste! ^*

Posté le

iphone

(17)

Répondre

Beaucoup d'amabilités entre Voltaire et Rousseau !
" Je hais vos idées , mais je me ferais tuer pour que vous ayez le droit de les exprimer . " Écrit François Marie Arouet dit Voltaire .
" On ne déshonore point un homme qui sait mourir " réponds Jean - Jacques Rousseau .
Notons au passage que plusieurs hypothèses sont avancées sur le nom de plume de François Marie Arouet dit Voltaire . La plus courante est que Voltaire est l'anagramme de Arouet L(e) J(eune). Le U s'écrivait V et le J , I , à la latine . Un peu compliqué non ?
Je préfère la thèse selon laquelle il s'agit de l'interversion des syllabes du village d' AIRVAULT , bourg poitevin dont était originaire sa famille .
J'ajoute que , en décidant de transférer ses restes au Panthéon , en 1791 , la Constituante entendra s'acquitter de la dette de la Révolution française envers lui .
Quant à Rousseau , le suisse , orphelin, livré à lui-même , sa longue errance ne s'achèvera que le jour de sa mort qui arrive au retour de sa promenade matinale , promenade durant laquelle il s'abandonnait avec ravissement à ses souvenirs les plus heureux , à cette profonde paix intérieure si admirablement suggérée dans " Les Rêveries du promeneur solitaire " . Cette fin particulièrement discrète contraste avec le formidable retentissement que les idées de ce plébéien , de ce " barbare" vont avoir non seulement pendant la Révolution , mais encore dans tous les siècles à venir .

Posté le

iphone

(22)

Répondre

merci pour vos commentaires pertinents et intéressants.
N ayant pour seule instruction philosophique, que des cours de lycée, qui remontent à loin, je me suis toujours dit que le mythe du bon sauvage de rousseau n est qu' une utopie.
vivre dans un semblant de vérité apporté par les sciences et un confort relatif dû au progrès technique ne vaut il pas mieux que vivre à la sauvage?

Posté le

android

(1)

Répondre

Voltaire n'est pas un grand penseur, c'est grand érudit qui a amenez les idées libérales anglaise en France. Rousseau a était la victime des encyclopédiste qui ont usées de leurs influences pour le faire mettre en prison.
Philosophiquement et conceptuellement il ne reste rien de Voltaire, alors que Rousseau est le penseur de la révolution. Il suffit de lire Clouscard pour le comprendre.

Posté le

iphone

(6)

Répondre

a écrit : Beaucoup d'amabilités entre Voltaire et Rousseau !
" Je hais vos idées , mais je me ferais tuer pour que vous ayez le droit de les exprimer . " Écrit François Marie Arouet dit Voltaire .
" On ne déshonore point un homme qui sait mourir " réponds Jean - Jacques Rousseau .
Notons au passage que plusieurs hypothèses sont avancées sur le nom de plume de François Marie Arouet dit Voltaire . La plus courante est que Voltaire est l'anagramme de Arouet L(e) J(eune). Le U s'écrivait V et le J , I , à la latine . Un peu compliqué non ?
Je préfère la thèse selon laquelle il s'agit de l'interversion des syllabes du village d' AIRVAULT , bourg poitevin dont était originaire sa famille .
J'ajoute que , en décidant de transférer ses restes au Panthéon , en 1791 , la Constituante entendra s'acquitter de la dette de la Révolution française envers lui .
Quant à Rousseau , le suisse , orphelin, livré à lui-même , sa longue errance ne s'achèvera que le jour de sa mort qui arrive au retour de sa promenade matinale , promenade durant laquelle il s'abandonnait avec ravissement à ses souvenirs les plus heureux , à cette profonde paix intérieure si admirablement suggérée dans " Les Rêveries du promeneur solitaire " . Cette fin particulièrement discrète contraste avec le formidable retentissement que les idées de ce plébéien , de ce " barbare" vont avoir non seulement pendant la Révolution , mais encore dans tous les siècles à venir .
Afficher tout
Tartufferie integrale, les encyclopedistes et voltaires haissaient Rousseau, ils ont utilisé la police pour le mettre en prison, et l'ont poursuivi jusquand suisse..... A reflechir mes amis

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Contrairement a ce que beaucoup de gens pensent Rousseau ne défend pas le mythe du bon sauvage. Sa pensée est bcp plus finne pour se résumer a ca, je vous invite a lire son second discours sur l'inégalité parmis les hommes. Concernant Voltaire et Rousseau en effet tout les opposaient l'un était mondain et riche tandis que Rousseau était peuple au sens noble du terme et qu'il dénonçait justement l'état de ces riches et puissants. On rapproche souvent l'un et l'autre mais ils se détestaient vraiment selon moi. après lecture de son second discours je considère Rousseau comme un penseur pré marxiste tandis que Voltaire était un libéral suivant les thèses de Smith. Je vous invite aussi a prendre connaissance d'une phrase que Voltaire tient sur le thème " d'un pays bien formé" je ne vous en dis pas plus, votre curiosité doit faire le reste! ^* Afficher tout Tu as absolument raison. Les commentaires précédents me font beaucoup rire car on critique rousseau en disant qu'il a abandonné ses enfants, alors que Voltaire c'est enrichi sur la traite des noir...

Posté le

iphone

(15)

Répondre

a écrit : Pour te répondre brièvement Laeti77, ils s'opposaient principalement sur la nature de l'Homme...entre l'état de nature qui fait selon Rousseau le bonheur de tous, et l'état social qui comble les désirs vains et inutiles de tous et qui pervertit, aliène l'Homme. Cherche sur google, j'ai la flemme de ressortir mes cours. :P Afficher tout C'est juste l'inverse en fait... Selon rousseau il n'y a pas de bien ou de mal a l'état de nature, et l'élévation de l'homme a la société amène la question morale, et la reduction des instinct primaire

Posté le

iphone

(1)

Répondre

a écrit : Rousseau qui d'ailleurs était Suisse, beaucoup de personnes le croient Français encore aujourd'hui ! Normal il était binational...

Posté le

iphone

(0)

Répondre